musicologie

21e année —— octobre 2020

Actualités musicales d'octobre 2020

Jacques Calot (1607-1609), Les mois, octobre.

1er-2 octobre 2020

Riche comme Crésus : l'opéra baroque allemand selon Reinhard Keiser

Frédéric Norac —— Créé en 1711 au Theater am Gänsemarkt, premier opéra public de Hambourg, Croesus appartient à ce filon peu connu de l'opéra en langue allemande dans lequel devait s'illustrer Telemann et dont le rejeton le plus brillant est bien sûr Georg Friedrich Händel qui fit un temps partie de l'orchestre de ce théâtre où furent donnés  la plupart des nombreux opéras de Reinhard Keiser - - -

Identité et antisémitisme au xixe siècle autour de Richard Wagner

Jean-Marc Warszawski —— La fin du xviiie et le xixe siècle connaissent un mouvement d’émancipation politique des juifs. D’abord en France, après deux années de débats, par un décret daté du 27 septembre 1791. Les autres pays, royaumes, États suivent. Entre autres : la Prusse en 1812, les Pays-Bas en 1834, où les juifs bénéficient d’une certaine libéralité depuis le xviie siècle, l’Italie en 1861, l’Allemagne en 1871. Il faut attendre la Révolution - - -

Frédéric Chopin : les scherzos

Michel Rusquet —— Chopin ne montra qu’un goût très modéré pour les formes classiques. Dans les pièces amplement développées que sont ses scherzos, on ne trouvera guère de rapport avec le scherzo de la sonate classique. Du scherzo beethovénien, il ne garde que la mesure ternaire, le rythme précipité, l’ironie amère, souvent agressive, et « l’idée d’une libération des profondeurs. Nulle part, il ne semble céder ainsi à la pression d’un organisme survolté. C’est le langage même de la passion, sous toutes ses formes, dans une œuvre qui, au contraire - - -

Presse

▉ (France 3) Annulation des représentations de Tannhäuser à l'opéra de Rouen

▉ (Le soir) Bozar: Jérôme Giersé sera le nouveau directeur musical

Agenda

▉ Symposium on Archiving and Re-Performing Electroacoustic Music, 23-24 10 2020, Dresden, via Zoom

▉ From Canvas to Stage: The visual artist as opera scenogra-pher, April 14-17, 2021, Birmingham

▉ Music and Power in the Long Nineteenth Century, 2-4 December 2021, Siena

▉ The 21st Century Guitar, November 2-5, 2020, Lisboa

▉ Beethoven and the Piano: Philology, Context and Performance Practice, 4-6 November 2020, Lugano

 Body and Corporeality in 20th and 21st Century Music, 5 – 6 November 2020, Graz

▉ Music and Political Democratisation in Late Twentieth Century, 6 November 2020, Huddersfield

▉ In Search of Perfect Harmony: Giuseppe Tartini’s Music and Music Theory in Local and European Contexts, 16 and 17 Nov. 2020, Ljubljana

 ENIM 2020: 10th Conference on Musical Research, November 19th to 21st 2020, Coimbra, Portugal

▉ 1st Biennial International Conference on Acoustics and Vibration (ANV) 2020, November 23-24, 2020, Indonésie

▉ Musical Works and Cultural Traditions, 24th – 25th November 2020, Bydgoszcz

 

3-5 octobre 2020

François Campion (1686-1748)

Né à Rouen vers 1685, mort à Paris, 21 octobre 1747.
De 1704 à 1719, il est guitariste à l'Académie royale de musique (opéra), en remplacement de Maltot.
Il enseigne la guitare et le théorbe à Paris, peut-être dans le cercle du Duc de Noailles.
En 1731, il séjourne six mois en Angleterre (un descendant de Thomas Campion ?).
Il reste par la suite actif à Paris.
À sa mort, son neveu a respecté sa volonté en confiant une copie de ses Nouvelles découvertes (1705) et quelques pièces manuscrites à la bibliothèque royale. [+ ...]

Frédéric Chopin : les impromptus

Michel Rusquet —— Aux yeux de bien des commentateurs, ces quatre Impromptus (en comptant celui abusi-vement dénommé fantaisie-impromptu) sont des œuvres de peu de poids dans la production de Chopin. Certes, ce sont des pièces de proportions relativement modestes où, derrière un plan tripartite on ne peut plus simple (le même plan A-B-A que celui retenu par Schubert dans ses propres Impromptus), l’esprit de l’improvisation semble en permanence règner en maître.

Quelques musicographes du passé

Kettner Johann Daniel (v. 1686-v. 1751)

Law William (1686-1761)

Sivers Heinrich Jakob (1709-1758)

MIses à jour

Cabassa

Cabaletta

Brèves et revue de presse

▉L'Orchestre d'Avignon devient Orchestre national en région.

▉(France info), « Le monde des privilégiés doit être bousculé » : avec le groupe Ausgang, où le rap se mélange au rock, la rappeuse Casey n'élude aucun combat

▉(France musique) Janis Joplin, une chanteuse plus classique que l'on pense

▉(La Marseillaise)

▉Une enveloppe supplémentaire de 5 millions pour les festivals en 2021

Agenda

Bach and Italy, November 26-28, 2020, Turin

36th Annual Conference on Music in 18th-Century Britain, 27th November 2020, London

Musicology and Its Future in Times of Crises, 27-28 November 2020, Zagreb

‘Women Are not Born to Compose’: Female Musical Works from 1750 to 1950, 27-29 November 2020, Lucca


rectangle textes


6-7 octobre 2020

Fin du Festival d'Ambronay 2020 : pluie, vent et mesures sanitaires

Frédéric Norac —— Il pleut sur Ambronay en ce vendredi soir. Il pleut à verse sans discontinuer et le temps ne semble pas à la fête en ce troisième et dernier week-end du festival. Pour agrémenter un programme de concerts « allégés », en durée et en effectif, l'équipe du festival a imaginé de leur associer de petites interventions ludiques, gratuites, à l'extérieur, mais hélas le temps n'est pas de la partie et gâte un peu ce que le projet pouvait avoir de festif. [+...]

Frédéric Chopin : trois nocturnes opus 9

Michel Rusquet —— Des années 1830-1831, et respectivement en si bémol mineur, mi bémol majeur et si majeur, les trois premiers nocturnes publiés du vivant du compositeur, surtout les nos 1 et 2, sont de ceux qui portent la plus forte marque de l’influence de Field, mais déjà ils surclassent leur modèle. Au premier, on pourra encore reprocher le caractère assez conventionnel de son accompagnement en figures arpégées, ainsi que la relative monotonie de sa section centrale. Du deuxième, on dira peut-être qu’il cultive la mélancolie avec un brin de complaisance, ce qui ne l’empêche pas de rester un des plus populaires. Mais ces réserves tombent avec le troisième, plus allant, plus développé, plus subtil aussi, et d’une harmonie plus riche [+...]

Gino Bechi : Voci illustri

Gino Bechi : Voci illustri. EMI / La Voce Del Padrone, 1966 QALP 10410). Vinyl, LP, 33 t.

Gino Bechi étudie le chant à Florence avec Raoul Frazzi, et débute à Empoli, en 1936, dans le rôle de Germont dans La Traviata. Il se produit dans de nombreuses villes, dont Alessandria, Bari, Palerme, Reggio d'Émilie, entre autres dans Il Barbiere [+...]

Frédéric Chopin : les nocturnes, par Michel Rusquet

Brèves et revue de presse

▉(Télérama) Sébastien Daucé, chef d’orchestre : « Les ensem-bles indépendants se trouvent dans une urgence totale !»

▉(Radio Classique) « Musiciens, changez de métier » : Tollé autour des propos du ministre des Finances britannique 

▉(Le Télégramme) Morbihan : interdit de transporter des instruments de musique !

Mises à jour

La Voye-Mignot De (v. 1619-1684)

La Marche Franciscus de (v. 1611-v. 1676)

La Hire Philippe de (1640-1718)

La Feillée François de (v. 1700- 1763)

La Croix Antoine Phérotée de (1640-v. 1715)

L'Affilard Michel (v. 1656-1708)

Križanić Juraj (1617-1683)

Ibn Latif Isaac (v. 1210-v. 1280)

al-Ladhiqi (v. 1430-1495)



8 octobre 2020

Canticles de Britten par Cyrille Dubois et Anne Le Bozec : jouissances entre ciel et terre

Jean-Luc Vannier —— Sans jamais abandonner l’opéra qui fit de lui sa renommée mondiale, Benjamin Britten composa dès 1958 des œuvres pour l’église dont les trois célèbres paraboles : Curlew River (1964), The Burning Fiery Furnace (1966) et The Prodigal Son (1968). Mais de 1947 à 1974, l’auteur de Peter Grimes créa cinq cantiques qui atteignent, par la diversité de leur écriture, la singularisation de l’accompagnement musical et la recherche

Frédéric Chopin : trois nocturnes opus 15

Michel Rusquet —— Avec la paisible cantilène de l’opus 15 no 1 en fa majeur, et son accompagnement de triolets placides, on se croirait un moment revenu chez Field, mais quelques détails d’écriture portent bien la marque de Chopin, et surtout il y a ce basculement soudain dans le fa mineur (con fuoco) de la section centrale, deux pages fébriles et violentes qui donnent au morceau tout son relief.

Célèbre entre tous, l’opus 15 no 2 en fa dièse majeur ne connaît pas de semblable déchaînement dans sa section centrale, ici doucement passionnée. De caractère plutôt intimiste, il dégage un charme très singulier auquel participe une ornementation d’une délicatesse

Le consort Brouillamini flûte à l'anglaise

Jean-Marc Warszawski —— ne photo de pochette un peu foutraque, cherchant un peu de surréalisme excentrique, cinq flûtistes dans le vent soufflant pourtant la Renaissance. La Renaissance anglaise. L’Angleterre aussi renaquit qui aujourd’hui renâcle.

Le livret est quant à lui plus convenu dans

Brèves et revue de presse

In memoriam Jan Meyerowitz à l’Opéra de Marseille

41e Festival d’Ambronay : le bilan

Soirée viennoise aux Invalides

28e festival Toulouse les orgues, 8-18 octobre 2020

▉(Le Parisien) Le guitariste de légende Eddie Van Halen est mort à 65 ans

▉(Ouest France) Tours. L’ancien directeur de l’Opéra relaxé dans une affaire de harcèlement moral

▉(France musique) Grand spécialiste de Boccherini, Yves Gérard est décédé mardi 6 octobre à l'âge de 88 ans

9-10 octobre 2020

 

Frédéric Chopin : Deux Nocturnes opus 27

Michel Rusquet —— Composés en 1835, ces deux Nocturnes, respectivement en ut dièse mineur et en bémol majeur, qu’un éditeur anglais crut judicieux de parer d’un titre aguicheur, « Les Plaintives » !, comptent assurément parmi les plus beaux, et gagnent encore à être entendus l’un avec l’autre tant ils expriment « deux aspects opposés, et complémentaires, de la nuit romantique : la noirceur du premier, tendu de velours funèbre, et allant du gémissement au cri de révolte, n’a d’égale que la clarté stellaire du second, merveilleux chant d’amour au bord de la lagune. »44  Emergeant des ténèbres, et animé d’une fièvre intérieure qui ne s’effacera qu’à sa conclusion en ut dièse majeur [+...]

Chopin, 24 préludes par Ivan Moravec

Chopin, 24 préludes, Moravec, Supraphon 1 11 2139, 1976. Enregistré à la Maison des artistes de Prague, 14 et 15 mars 1976.
En effet, admirable est la concentration presque absolue de Chopin sur son instrument fatal — le piano. Dans la corres- pondance du compositeur nous lisons à ce sujet l'importante confession suivantc: «Je connais mes limites et je sais que je commettrais une faute si je tentais de m’élever et de m’élancer trop haut. On veut me faire écrire [+...]

Mises à jour

La musique instrumentale de Tobias Hume (v. 1570-1645)

La musique instrumentale de Nicolas Lebègue (1631-1702)

La musique instrumentale de Franz Tunder (1614-1667)

La musique instrumentale de Marco Uccellini (v.1603-1680)

La musique instrumentale de Johann Hermann Schein (1586-1630)

Revue de presse

▉(France soir) « C'est devenu complètement mort » : à Roncq, la réforme de l'école de musique de la mairie ne s'est pas faite sans fausse note

▉(Diapason)  États-Unis, Beethoven victime de la « cancel culture»

▉(France musique) Décès de Mohammad-Réza Shajarian

▉(La dépêche) Nouvelle généra-tion de critiques musicaux sur YouTube

▉(France musique) Le plagiat, une longue tradition dans la musique classique

Agenda

Les arts plastiques et la musique au prisme du cinéma : penser l’hybridité, 15-16 avril 2021, Évry, Paris

10e Rencontres internationales de doctorants en ethnomusicologie, 30 octobre 2020

« Le finale, il en faut toujours un dans une grande opérette... » L'opérette cinématographique française, du Chemin du Paradis aux derniers feux de Mariano (1930-1970), 19 et 20 novembre 2021,Paris

Se taire, écouter, (en) parler : voix et silences des récepteurs dans les arts 3-5 novembre 2021, Nancy


rectangle textes


11-12 octobre 2020

Don César de Bazan : pendu ou fusillé ?

Jean-Marc Warszawski —— Jules Massenet a profondément marqué le monde musical de son temps jusqu’à après son temps, par son art de la mélodie « avouée » (voulant plaire à tout prix, dit-on), son sens de l’harmonie et de l’orchestration et par son enseignement, plusieurs de ses vingt-trois opéras ont été des succès planétaires et dans la durée, mais ce n’est pas encore ça quand, en 1872, il est âgé de trente ans, il crée son second opéra-comique, cinq ans avant que la machine à gloire

Frédéric Chopin : deux nocturnes opus 32

Michel Rusquet —— Dans l’opus 32 no 1 en si majeur, on a l’impression que « Chopin s’imite en train d’imiter Field, et non point le thème, ni l’harmonie, à peine un peu l’accompagnement, mais tout à fait le caractère idyllique, l’effusion rêveuse, et ces grâces un peu désuètes de musique bien éduquée, rompue aux conventions du salon. »46  L’inspiration n’est guère au rendez-vous, et le musicien, sur la fin, semble avoir voulu donner le change à travers quelques audaces, notamment par l’introduction d’un récitatif dramatique assez inattendu.
L’opus 32 no 2 en la bémol majeur, avec sa douce mélodie et son épisode central nettement démarqué de celui du cinquième nocturne

Wilhelm Backhaus / Beethoven : Mondschein-Sonate, Pathétique, Appassionata

Wilhelm Backhaus est un pianiste légendaire. Fils de l'architecte Otto Ferdinand Willibald Backhaus, il naît en 1884 à Leipzig. Il étudie le piano au conservatoire de sa ville natale sous la direction d'Aloïs Reckendorf, et la composition avec Salomon Jadassohn. Il donne son

Revue de presse

▉(France musique) La soprano Erin Wall est décédée

Mise à jour

Zugtrompete, Slide Trumpet, trombone soprano

Agenda

Through the Prism of Chopin : Reimagining the 19th Century. International Chopinological Congress, 6-9 May 2021, Warsaw

Music for and by Children: Pers-pectives from Composers, Perfor-mers and Educators, Decembre 8-10, 2020, Aveiro

12th International Symposium „music in Society“, 10-12 December 2020, Sarajevo

Music and Resistance, 11-13 December 2020, Lucca



mardi 13 octobre 2020

Frédéric Chopin : deux nocturnes opus 37

Michel Rusquet —— Des années 1838 et 1839, ces deux très beaux nocturnes se meuvent dans des climats très différents. L’opus 37 no 1 en sol mineur, avec ses syncopes et ses accents douloureux, est habité d’une mélancolie intense, presque poignante, même si l’épisode central, à l’écriture de choral à quatre parties, semble trouver l’apaisement dans une forme de prière.

Tout en revanche est douceur dans l’opus 37 no 2 en sol majeur, riche d’harmonies sans cesse renouvelées. « Douceur ravissante et voluptueuse de son rythme de barcarolle, de son univers de rêverie nonchalante, et de sa mélodie moelleuse de tierces et de sixtes.

Quelques musicographes du passé

Goetting Valentin (v. 1542-v. 1607)

Patrizzi Fabio (v. 1542-v. 1607)

Portaleone Abraham ben David (1542-1612)

Thilo Valentin (v. 1542-1612)

Baccini Girolamo (v. 1543-v. 1605)

Freige Johann Thomas (1543-1583)

14-15 octobre 2020

Triptikh : musiques de films sur grand écran

Jean-Marc Warszawski —— L'ensem-ble Triptikh, comme son nom l’indique, est un trio dont les membres, nés à Volgograd, Saint-Pétersbourg et Moscou, ont fait leurs débuts de virtuose en Russie avant de continuer leur vie à Paris, en passant par l’École normale ou le Conservatoire national supérieur. Ils ont mené et mènent leur carrière de concours et de concerts, voire d’enseignement, chacune et chacun de son côté. C’est le violoniste David Galoustov, branché musique de film, qui les a réunis autour de ce programme de mélodies [+...]

 

Frédéric Chopin : deux nocturnes opus 48

Michel Rusquet —— Sommet, peut-être, de toute la série des nocturnes, l’opus 48 no 1 en ut mineur est un « des plus longs, et en même temps un des plus dramatiques, véritable  journal intime  de son auteur, dans lequel on a cru voir l’expression d’une douleur infinie s’épanchant par épisodes distincts. »48  D’une « grandeur désespérée », cette œuvre est-elle vraiment un nocturne, s’interroge Guy Sacre, qui précise : « On y découvre successivement une marche funèbre, un choral, une ballade [+...]

 

Jascha Heifetz dans Max Bruch et Henri Vieuxtemps

Jascha Heifetz, Max Bruch, Concerto pour violon no 1, en sol mineur, opus 26 ; Henri Vieuxtemps, concerto pour violon no 5, en la mineur, opus 37, Nouvel orchestre symphonique de Londres, sous la direction de Malcolm Sargent. RCA 1965 (RDS 6512). [+...]

Revue de presse

▉ (France Musique)  Les produc-teurs privés interpellent Roselyne Bachelot 

▉ (Ouest France) Un lycée de Lille lance une cagnotte pour réno-ver un piano à queue Steinway vieux de 117 ans

▉ (La presse, Québec) L’Orches-tre philharmonique de New York annule sa saison 


rectangle textes


16-17 octobre 2020

Kevin Amiel : hommage à Pavarotti

Frédéric Norac —— Il faut beaucoup d’audace et sans doute pas mal d’humilité aussi de la part d'un jeune ténor en début de carrière pour rendre hommage à une pointure comme Luciano Pavarotti et se confronter à son répertoire. À vrai dire, le programme de Kevin Amiel comporte au moins deux exceptions : l’air de Malcolm dans le Macbeth de Verdi et celui de Don José dans Carmen, des rôles que le roi du contre-ut n’a jamais abordés ni à la scène, ni au disque.

 

Frédéric Chopin : deux nocturnes opus 55

Michel Rusquet —— De 1843, ces deux nocturnes opus 55 ne sauraient être mis sur le même pied. Bien que très populaire, et d’ailleurs tout à fait réussi, le n0 1 en fa mineur, avec son thème initial aux apparences d’air folklorique, semble regarder vers le passé ; en particulier, à partir de la brillante cadence de sa partie centrale, il verse dans « une dialectique démonstrative qui jure en ces ultimes années »50. Rien de tel dans le no 2 en mi bémol majeur, où comme dans les deux qui vont suivre, Chopin « fait élection d’une patrie intérieure », donnant l’impression de se retirer du monde. C’est ce que suggèrent « le calme, la lumière, la ferveur mélodique, la grâce harmonique

Hans Richter-Haaser : deux concertos de Mozart

Mozart, Concerto pour piano no 26, en majeur, KV 537, « concerto du couron-nement » ; Concerto no 17, en sol majeur, KV 453, Hans Richeter-Haaser, Orchestre philharmonique de Londres, sous la direction d'Istvan Kertesz, Emidisc C 047-50 506, 1961.

Brèves et revue de presse

▉ Nomination de Johanna Malangré à la direction musicale de l'orchestre national de Picardie

▉ (Télérama) Couvre-feu : pour les musiciens, le coup de massue de trop ?

▉ (Le Républicain lorrain) Orchestre national de Metz : le chef, David Reiland, reconduit 

▉ (La Croix) Pablo Heras-Casado, le chef d'orchestre espagnol qui «restaure» Beethoven

▉ Le New York Philharmonic annule sa saison de concerts

▉ (France Musique) John Eliot Gardiner : « Les arts apportent beaucoup de sous en Angleterre mais le gouvernement l'ignore »

▉ (20 minutes) « Je souhaite que la musique arabe soit plus accessible au monde occiden-tal », explique Fatma Saïd

▉ (Le Figaro, AFP) Une dans-euse licenciée après un congé maternité réintègre l'Opéra de Nice sur décision de justice

▉ Positif au covid, Jordi Savall annule ses prochains concerts

▉ Castex écarte tout assouplissement pour le monde de la culture

Mises à jour

▉ Bartholomeus Anglicus (1180-1231)

▉ Battell Ralph (1649 - 1713)

▉ Bate Henri (1246-après 1310)

▉ Bartolotti Angelo Michele (début xviie siècle)

▉ Bartolocci Giulio  (1613-1687)

▉ Bartoli Daniello (1608-1685)



18-20 octobre 2020

Humeur

Ce soir, j’ai flâné dans les rues de Vincennes, jusqu’au Château. Cette ville que j’ai connue assez morne, animée le soir par les bars à bidasses longeant l’avenue de Paris est devenue vivante et rutilante. Le temps est assez clément, les très nombreuses terrasses des cafés sont bondées et animées. Les autorités à l’esprit pratique ont eu l’ingénieuse idée de placer des gardes à chaque coin de rue. Mobilisés, concentrés, longuement entraînés, ils sont prêts à accomplir les gestes barrières de premières nécessités dès la moindre alerte. On devine la présence discrète de la troupe armée de grenades au chlore désinfectant, de lances masques de secours, de matraques tests, et de canons à gel hydroalcoolique. Au bas de l’avenue du Château, des employés municipaux achèvent de balayer les pilules d’hydroxychloroquine larguées depuis un hélicoptère de la protection civile, deux ou trois personnes ont malheureusement glissé dessus, c’est un médicament dangereux. Devant la Banque de France, un groupe s’active autour d’une camionnette. Ils en sortent des tresses de gousses d’ail, des maillets, des burins en bois aux pointes acérées, des crucifix. Un passant suppose qu’il s’agit de la brigade anti vampires. Je n’ai pas soif, mais je veux profiter de la sérénité conviviale de la soirée, d’autant que la personne face à la seule place libre, à la terrasse du café qui fait l’angle de la rue du Midi, me semble fort plaisante.  Il est dix-neuf heures trente, on se sent en sécurité, je commande une assiette des couverts et un Kyr pour commencer. De toute manière, le Président l’a dit, le virus n’attaque qu’à vingt et une heures.

jmw

Eric Zeisl et Darius Milhaud à Paris et Los Angeles

Jean-Marc Warszawski —— Paris et Los Angeles sont les deux étapes, en 1938 et 1939, qui marquent la fuite du compositeur viennois Eric Zeisl, menacé par les exactions nazies.  Il est âgé de trente-trois ans. À Paris il se lie d’une profonde amitié avec Darius Milhaud, qui se continuera quand ce dernier se mettra lui-même en sécurité à Los Angeles. Cela justifie la présence d’œuvres de ces deux compositeurs sur cet enregistrement, avec en intermède, la 21e sonate, en mi mineur, de Wolfgang Amadeus Mozart, qui selon [+...]

 

Frédéric Chopin : deux nocturnes opus 62

Michel Rusquet —— De ces deux ultimes nocturnes (1846), certains commentateurs persistent à dire qu’ils ne sont pas parmi les meilleurs. Peut-être ont-ils en fait du mal à suivre Chopin dans sa dernière étape, lumineuse et en même temps pleine de mystère, où il « évolue vers ce sfumato en teintes claires avec prédominance des tons majeurs »52. Car, dans sa magie fragile, et avec ses ouvertures en direction de Fauré, l’Opus 62 est probablement un des plus beaux. Le premier de ces deux nocturnes, en si majeur, s’adresse sûrement plus aux intimes du compositeur qu’à la grande foule, mais, justement, comment pourrait-on passer à côté de toutes les merveilles que réserve [+...]

Zeisl Eric (1905-1959)

ll est né dans une famille des classe moyennes. Son père est Siegmund Zeisl, sa mère Kamilla Feitler.
Malgré une forte résistance familiale, il entre à l'Académie d'État de Vienne à l'âge de quatorze ans. Il a été l’élève de  Richard Stöhr, Joseph Marx et Hugo Kauder. Il se fait rapidement connaître, et publie [+...]

Brèves et agenda

▉ De trio en duo aux invalides le 16 novembre 2020

▉ Concert à Roselyne, mobilisation pour le spectacle vivant

▉ l'Opéra de Marseille et le Théâtre de l'Odéon adaptent l'horaire de leurs spectacles

▉ Le Théâtre de la ville de Paris aménage ses horaires

▉ Orchestre national Avignon-Provence : concert d’ouverture de la saison symphonique

▉ Jean Tubéry et la Fenice à Amilly le 22 novembre 2020

Revue de presse

▉ (AFP / Le journal de Montréal) Confronté à une saison entière sans spectateurs, le monde du spectacle se débat aux États-Unis

▉ (France bleu) Affaire Chloé Briot : le parquet de Besançon retient la qualification d'agression sexuelle

 ▉(La Presse) Québec Le grand retour de Dreams de Fleetwood Mac

▉ (France info) « Retrouver la modernité de la musique ancien-ne » : Thomas Dunford, musicien baroque et homme de son temps

▉ (France musique) Raphaël Pichon : « Il faut aider massive-ment le monde indépendant dès cette fin d'année »

▉ (La Croix) « L’Opéra de Paris demeure un "mythe" », entretien avec Alexander Neef 

▉ (Metalzone) L’ancien chanteur et bassiste de King Crimson, Gordon Haskell, est mort à 74 ans

▉ (Rue 89) Maria Luisa Macellaro la Franca : « Le vrai danger est de voir fermer une salle, un théâtre ou un musée… »

mercredi 21 octobre 2020

Frédéric Chopin : divers nocturnes

Michel Rusquet —— Publié à titre posthume comme opus 72 no 1, le Nocturne en mi mineur, composé en 1827, est en fait le tout premier du musicien. Bien que très « fieldien », ce premier essai porte la marque personnelle de Chopin et retient l’attention par des accents pathétiques qu’on ne retrouvera pas dans les premiers nocturnes publiés.

Citons encore, sans numéro d’opus, le petit Nocturne en ut dièse mineur (1830), qui, dans sa mélancolie rêveuse, dispense tout ce qu’il faut pour séduire, avec, au passage, des citations fugitives du concerto en fa mineur. On entend ce petit Nocturne avec une émotion toute particulière quand on sait qu’il fut le dernier morceau diffusé par la radio polonaise [+...]

 

Cinq cédés jazz pour savourer l'été indien

Alain Lambert —— D'abord le contrebassiste Yves Rousseau et son jazz progressif dans Fragments, puis tout juste sortis en cette mi-octobre, le Jaco Parmentier trio avec Après l'orage, le vibraphoniste Simon Moullier avec Spirit Song, le Multiquarium Big Band de Charlier et Sourisse dans Remembering Jaco avec Bireli Lagrène à la basse, et enfin le quatuor Jazz Traficantes avec Le Deal.

Fragments (Yolk Music 2020) du contrebassiste Yves Rousseau commence par le thème Reminiscence qui est bien le principe de ses [+...]

 

La musique instrumentale d'Orlando Gibbons (1583-1625)

Michel Rusquet —— Dernier né des grands compositeurs du siècle d'or anglais, représentant le plus éminent d'une famille de musiciens reconnus de père en fils, Orlando Gibbons fut d'abord un des plus grands organistes anglais de cette époque. Il connut très tôt [+...]

Presse

▉ (France musique) Sculpteur de parchemin pour instruments anciens, un métier inédit

▉ (France musique), Le chef David Reiland reconduit à l’Orchestre national de Metz

Mises à jour

▉ La musique instrumentale au xviie siècle baroque

▉ La musique instrumentale au xviie siècle baroque : Allemagne et Pays-Bas

▉ Quelques compositeurs d'Allemagne et des Pays-Bas au xviie siècle

▉ La musique d'orgue de Francisco Correa de Arauxo (v.1583-1654)

▉ La musique d'orgue de Nicolaus Bruhns (1665-1697)

▉ La musique instrumentale de Johann Kuhnau (1660-1722)


rectangle textes


jeudi 22 octobre2020

Frédéric Chopin : les ballades

Michel Rusquet —— Œuvres de la maturité, les quatre ballades  sont sans doute les compositions les plus ambitieuses de Chopin. De proportions relativement vastes, elles reprennent largement à leur compte l’esprit et le caractère de la ballade littéraire, associant épisodes lyriques, épiques et dramatiques. Avec Chopin, la ballade devient un genre musical, et instrumental, à part entière, dont la forme évolutive et dramatique convient idéalement à l’expression romantique. Ici, le musicien des Valseset des Mazurkas« se lâche » totalement et, monté sur ses grands chevaux, bouscule tout sur son passage. Chez d’autres, on tomberait vite dans le décousu ou la démesure, mais chez le Polonais, le discours [+...]

Agenda

▉ Vocalités contemporaines : la voix entre poésie et musique (1948-2022), 24-25 mars 2022, Reims

▉ Language-Music-Gesture: Informational Crossroads, April, 19-21, 2021, Saint-Petersburg, Russia

 Sounds of the Pandemic, December 16th, 2020, Florence

▉ Sinn und Präsenz in Improvisa-tion, 29.-31. Januar 2021, Berlin

▉ Remembering Catastrophe, 18th-21st February 2021

 Unmasking Max: Peter Maxwell Davies Study Day, 20 March 2021, Cardiff

▉ Art Readings 2021: Personalia, 13–15 April 2021, Sofia

▉ Technique of Musical Compo-sition: Нistorical Avatars, April 13–15, 2021, Moscow

▉ Worldwide Music Conference – Scientific World Explores Music, April 22-23, 2021, Prague



23-24 octobre 2020

Patrick Messina et Fabrizio Chiovetta dans un pas de deux américain entre deux

Jean-Marc Warszawski —— Le livret de ce cédé nous invite penser la musique américaine, à ce qui est américain dans la musique américaine. D’un côté c’est une vraie question, de l’autre, pour diverses raisons, cette musique nous est familière, avec un naturel qui ne pose aucune question. Par le goût que nous avons pour le jazz depuis le début du siècle dernier, par l’impérialisme culturel des États-Unis, par les succès planétaires de comédies musicales filmées ou d’œuvres telles [+...]

 

Frédéric Chopin : vingt-quatre Préludes opus 28

Michel Rusquet —— Élaborée entre 1836 et 1839, cette suite d’instantanés musicaux, la plupart se situant entre une demie minute et deux minutes, constitue peut-être la plus haute manifestation du génie de Chopin. Évoquant ces compositions « d’un ordre tout à fait à part », où « tout semble de premier jet, d’élan, de soudaine venue », Liszt ne s’y trompa pas, qui y voyait « la libre et grande allure qui caractérise les œuvres de génie ».
C’est pendant le sombre séjour à Majorque, on ne le sait que trop, que le musicien acheva la réalisation de cet ensemble unique en son genre, constitué de pièces d’une variété inouïe réunies en une mosaîque tout à fait cohérente. [+...]

 

Nouveau

Échappée (harmonie tonale)

Presse et brèves

▉ (Libération) Keith Jarrett s'arrête

▉ (France musique) En partie paralysé, le pianiste Keith Jarrett ne donnera sans doute plus de concerts

▉ (Ma commune) Concours international de jeunes chefs d'orchestre de Besançon : Paul Daniel, président du jury 2021

▉ L'Opéra de Chicago annule sa saison 2021

▉ Iván Fischer a été nommé chef honoraire du Concertgebouw

 

25-26 octobre 2020

Yukiko Hasegawa, Beethoven, Franck, Schumann ou la durée du bonheur

Jean-Marc Warszawski —— Née au Japon, Yukiko Hasegawa est mise au piano à l'âge de quatre ans. Plus tard, elle étudie l’instrument avec Moto Sasaki, Tusa Ertzebet et Amadeus Webersinke à Tokyo, où elle obtient un master en 2004. La même année, prenant intérêt pour la facture des instruments anciens, elle joue sur les pianoforte du Musée des instruments de musique de Hamamatsu.

En 2005, elle s'installe aux Pays-Bas, pour poursuivre ses études [+...]

 

Frédéric Chopin : douze études opus 10

Michel Rusquet —— Dédiées à Liszt qui s’en fit le brillant propagandiste, les études opus 10, aussi variées dans leur propos technique que dans leur contenu musical, affirment d’un seul coup de la part de Chopin la conquète d’un pouvoir souverain. Les manifestations les plus éclatantes en sont probablement les études nos 1 et 12, qui ne sont pas pour rien parmi les plus célèbres : conquérante, en effet, celle en ut majeur qui ouvre le cahier sonne comme une prise de possession péremptoire du clavier et [+...]

 

Arthur Rubinstein : concerto no 4 de Ludwig van Beethoven

Arthur Rubinstein, monstre sacré du piano a donné 6 000 concerts entre 1900 et 1976, et a laissé 200 enregistrements.

Il est né le  28 janvier 1887 à Łódź alors en Russie. Dernier né d’une famille de sept enfants, il veut [+...]

Brèves et presse

▉ Création du syndicat français des compositrices et composi-teurs de musique contemporaine

▉ (Radio Canada) Crise dans l'industrie musicale : la disparition des salles de spectacles de Toronto

▉ (Ouest-France) Caen : un décor s’effondre au théâtre municipal, quatre blessés légers

▉ (Radio Prague) Leoš Janáček : Sinfonietta

Nouveau

▉ Frédéric Chopin : les études Michel Rusquet

Quatre musicoghraphes du passé

▉ Adami Anton Filippo (v. 1720-1761)

▉ Aquin de Château-Lyon Pierre Louis d' (1720-1796, France)

▉ Clément Charles-François (1720-1789)

▉ Hughes William (v. 1720-1798)


rectangle textes


27 octobre 2020

 

Dienstag aus Licht : la guerre musicale de Karlheinz Stockhausen

Frédéric Norac —— L’appel à la réconciliation entre ceux qui veulent « être libres en Dieu » et ceux qui veulent « l’être sans Dieu », lancé par Ève au prologue de ce Mardi de Lumière, résonne singulièrement dans notre actualité troublée. Dienstag, troisième volet de Licht, l’opéra en sept journées de Karlheinz Stockhausen, met en scène rien moins que l’affrontement des frères ennemis, Michael, l’Archange qui croit en l’homme et en Dieu et veut [+...]

 

Frédéric Chopin : douze études opus 25

Michel Rusquet —— Dédiées non plus à Liszt, mais à Marie d’Agoult, qui fut sa compagne, ces études opus 25 justifient peut-être plus encore que celles de l’opus 10  le qualificatif de « poèmes musicaux » souvent accolé aux études de Chopin. Surnommée tantôt « Le ruisseau », tantôt « L’étude des harpes », avec ses vaporeux arpèges quasi-impressionnistes, la no 1 en la bémol majeur faisait dire à Schumann : « L’étude achevée, on a l’impression de voir s’enfuir une image heureuse apparue en songe et qu’à demi réveillé, on voudrait retenir ». À l’autre bout du cahier, couronnant l’ensemble des vingt-quatre études, on a deux pages d’une puissance exceptionnelle : parfois surnommée « Vent d’hiver » ou « Tempête », la célébrissime no 11 [+...]

Presse

▉ (RTBF) Culture : 8 mois d'une catastrophe sociale, de galère, et d'invisibilisation

 



mercredi 28-31 octobre 2020

Frédéric Chopin : « Nouvelles études »

Michel Rusquet —— ux deux prestigieux cahiers sont venues s’ajouter en 1839 « trois nouvelles études », respectivement en fa mineur, bémol majeur et la bémol majeur, que Chopin écrivit pour la Méthode des méthodes que Moscheles et Fétis devaient publier l’année suivante. D’un abord plus aisé que les précédentes, plus brèves également, elles n’en sont pas moins précieuses : « Leur charme inexprimable vient de l’étrange beauté de leurs thèmes, de la rareté [...]

Frédéric Chopin, Trois nouvelles études, par Louis Lortie.

 

Presse

▉(France musique) Glass Marcano, la révélation du concours La Maestra

▉(20 minutes, Suisse) Genève : Référendum contre le projet de Cité de la Musique

 

 

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

musicologie.org
 rss

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

 

Lundi 2 Novembre, 2020