musicologie

20 octobre 2020 —— Jean-Marc Warszawski

Eric Zeisl et Darius Milhaud à Paris et Los Angeles

Paris- Los Angeles, Ambroise Aubrun (violon), Steven Vanhauwaert (piano), œuvres de Darius Milhaud, Eric Zeisl, Wolfgang Amadeus Mozar. Hortus 2020 (Hortus 189).

Enregistré les 20-23 mai 2019, Dr. Arturo Rando-Grillot Hall, Université du Nevada, Las Vegas.

Paris et Los Angeles sont les deux étapes, en 1938 et 1939, qui marquent la fuite du compositeur viennois Eric Zeisl, menacé par les exactions nazies.  Il est âgé de trente-trois ans. À Paris il se lie d’une profonde amitié avec Darius Milhaud, qui se continuera quand ce dernier se mettra lui-même en sécurité à Los Angeles. Cela justifie la présence d’œuvres de ces deux compositeurs sur cet enregistrement, avec en intermède, la 21e sonate, en mi mineur, de Wolfgang Amadeus Mozart, qui selon le livret, fascinait Eric Zeisl.

Ambroise Aubrun est passé par le Conservatoire de Nice, le national supérieur de Paris, avant de gagner Los Angeles, dans des conditions moins dramatiques que celles vécues par Eric Zeisl et Darius Milhaud. Il y achève ses études à l’Université de Californie, et y enseigne depuis 2018 le violon et la musique de chambre, en poussant de l’archet sa carrière de soliste. Il a fait connaissance avec Eric Zeisl dans les archives conservées par son université, alors qu’il préparait son doctorat.

Fidèle au poste en ce cinquième enregistrement pour le label Hortus, dont une avec Ambroise Aubrun, le pianiste Steven Vanhauswaert, né en Belgique, est passé par le Conservatoire royal de Bruxelles, avant, lui aussi, d’aller voir de l’autre  de l’Atlantique, où un important concours à Los Angeles lance sa carrière. Depuis, ses récitals, concerts et classes de maître le mènent un peu partout dans le monde. Il vient de publier chez Hortus un album en soliste consacré à Ferruccio Busoni.

C’est un cédé très lyrique et chantant, au programme original, quelque peu élégiaque pour les œuvres de Zeisl, avec quelques accents tsiganes-yiddish qui s’épanouissent dans le Zigeunerwezise final.

L’interprétation est d’une grande pureté, tenant aux magnifiques sonorités, à la justesse de cristal d’Ambroise Aubrun, et au piano délié et équilibré de Steven Vanhauswaert.

Eric Zeisl, Menuchim's Song, plage 1.

1. Eric Zeisl, Menuchim's Song.

2-5. Darius Milhaud, Sonate pour violon et piano no 2, opus 40.

6-7, Wolfgang-Amadeus Mozart, Sonate pour violon et piano en mi mineur.

8-10. Eric Zeisl, Brandeis Sonata, pour violon et piano

11. Eric Zeisl, Suite pour violon et piano, opus 2, 1. Zigeunerweise.

 

 Jean-Marc Warszawski
20 octobre 2020


musicologie.org
 rss

Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

 

Triptikh : musiques de films sur grand écran —— Don César de Bazan : pendu ou fusillé ? —— Le consort Brouillamini flûte à l'anglaise —— Théodora Cottarel et Tiziana De Carolis suivent à la voix les voies des compositrices —— Franz Schubert, deux joyaux de trois à cinq.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Mardi 20 Octobre, 2020 1:32