bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte.

II. Le xviie siècle baroque : France

La musique instrumentale de Nicolas Lebègue (1631-1702)

Autre disciple de Chambonnières, lui aussi organiste et claveciniste, ce fils de meunier né et formé à Laon « monta » un jour à Paris — on ne sait pas quand en réalité — et devait y trouver une double consécration en tant qu'organiste : en accédant en 1664 à la tribune de Saint-Merry, un poste qu'il conserva jusqu'à sa mort, puis en se trouvant nommé en 1678 organiste de la Chapelle royale.

Expert reconnu en facture d'orgue, professeur réputé et fort recherché, il fut aussi un éminent claveciniste. Et si sa notoriété de compositeur se fonde surtout sur ses pièces  pour orgue, il serait malvenu d'ignorer ses deux livres de Pièces de clavessin.

L'œuvre de clavecin

Cinq suites dans un Premier Livre publié en 1677 mais constitué de pièces sans doute composées une vingtaine d'années plus tôt, puis six Suites – le nom apparaît cette fois en clair — dans le Second Livre publié en 1687.

En étant le premier compositeur français à baptiser du nom de suite une partition pour clavier faite d'un enchaînement de danses, Lebègue pourrait passer pour le créateur d'un genre alors qu'il en a surtout été l'organisateur et le normalisateur. En témoigne déjà, dans le Premier Livre, le bel ordonnancement de la Troisième Suite, en la mineur, qui fait d'elle une « suite impeccable, ferme d'écriture et de pensée, et déjà toute classique, ce qui, par parenthèse, la fera sans doute taxer de sécheresse, en comparaison de la liberté qui règne d'ordinaire chez les clavecinistes. »1  Et le Second Livre, avec des suites plus courtes, débarrassées des préludes non mesurés auxquels Lebègue avait sacrifié à ses débuts, et surtout mieux structurées, viendra confirmer cette volonté de modernisation.

Et la musique, vous direz-vous ? Toute consacrée à la danse, car Lebègue ne cède pas à la tentation du descriptif ou du pittoresque, on la dit généralement subtile, raffinée, délicate, charmante, des qualificatifs qui ont tout pour décourager les amateurs de vrais frissons. De plus, on n'est pas loin de taxer le musicien d'académisme : « Des trois plus illustres disciples de Chambonnières, il a toujours passé pour le plus académique, avec quelque chose d'appliqué dans l'écriture, qui semblerait rogner les ailes à sa fantaisie. » 2  Cela dit, nombreuses sont les pages  qui forcent l'adhésion , à commencer par les quatrième et sixième Suites du second recueil, respectivement en la majeur et en sol majeur, où émergent pour l'une la Sarabande fort grave et pour l'autre une Chaconne grave superbement inspirée. Ce sont là des pièces où le musicien parvient vraiment à nous émouvoir, et bien d'autres moments seraient à citer, depuis la troublante Chaconne en ut de la quatrième suite du premier livre jusqu'à diverses danses bien enlevées et fort réussies telles que la Gigue d'Angleterre, un petit bijou de la deuxième suite du premier livre.

Nicolas Lebègue, Pièces de clavessin en a mi la ré (1er Livre), par Bibiane Lapointe.

 

Nicolas Lebègue, Pièces de clavessin en c sol ut fa (1er Livre), par Bibiane Lapointe

L'œuvre d'orgue

Plus volontiers considérée — et encore — que l'oeuvre pour clavecin, celle-ci est constituée de trois Livres d'orgue (1676, 1678, 1685), un corpus qui aura une vraie valeur référentielle pour plusieurs générations d'organistes.

Ce riche ensemble se révèle en fait très varié : le premier livre, sans doute le plus ambitieux des trois, se plie aux exigences des huit tons ecclésiastiques pour offrir divers groupements de pièces qui, tout en se prètant à une utilisation cultuelle, ne sont pas réellement asservies à la prière et révèlent plutôt l'osmose stylistique réalisée par un musicien qui était tout autant claveciniste qu'organiste et qui côtoyait des luthistes et des violistes. d'où la présence de duos, trios, basses de trompette et autres récits qui sont parfois d'essence nettement vocale. En particulier, Lebègue « aime les récits de cromorne et tierce en taille au point d'en composer pour tous les tons ; un fond harmonique discret établit une atmosphère mystérieuse, rompue par les envolées lyriques du soliste qui peut dérouler sans attendre des arabesques dans un large ambitus ou filer d'abord une longue note tenue (procédé vocal très expressif qui se retrouvera chez Bach et Haendel). »3

Le deuxième livre, que le musicien adresse « à ceux qui n'ont qu'une science médiocre », alors que le premier était « travaillé pour les savants », comporte une messe et des versets de Magnificat dans les huit tons ecclésiastiques. Quant au troisième et dernier, c'est le plus varié et « le plus original, avec sa brassée d'Offertes, d'Elévations, de Noëls et de Symphonies. Tous ces genres ont trait aux offices, mais bénéficient d'une grande indépendance puisqu'ils relèvent du propre de la messe et non plus de l'ordinaire et, de ce fait, ne s'assujettissent ni aux tons liturgiques, ni au plain-chant, ni à l'alternance avec la maîtrise. »4   Et le recueil se conclut par Les Cloches, une pièce de genre justement prisée des organistes.

Nicolas Lebègue, 1er livre, suite du 1er ton (Prélude, Duo, Cromorne en taille, Basse de trompette, Récit de voix humaine, Trio à 2 dessus, Dialogue, Fugue grave, Plein jeu), par Thierry Maeder.

 

Nicolas Lebègue, 2e livre, Due Preludi sul tema gregoriano, Missa Cunctipotens, par Giovanni Vianini.

 

Nicolas Lebègue, 3e livre, « Laissez paitre vos Bestes », par Luigi Chiarizia.

Notes

1. Guy Sacre, La musique de piano , Robert Laffont, 1998 , p. 1605  

2. Ibid., p. 1604 

3. Brigitte françoi-Sappey, dans Gilles Cantagrel (dir.), Le guide de la musique d'orgue, Fayard, 2003 , p. 501

4. Ibid., p. 502  

Notice biographique musicologie.org




À propos - contact S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

musicologie.org
 rss

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

 

cul_de_lampe

Jeudi 8 Octobre, 2020