musicologie

26 octobre 2020 —— Jean-Marc Warszawski.

Yukiko Hasegawa, Beethoven, Franck, Schumann ou la durée du bonheur

Eternal Longin, Yukiko Hasegawa (piano), Ludwig van Beethoven, Sonate 21, opus 110 ; César Franck, Prélude, choral et fugue ; Robert Schumann, Kreisleriana. trptk 2020.

Née au Japon, Yukiko Hasegawa est mise au piano à l'âge de quatre ans. Plus tard, elle étudie l’instrument avec Moto Sasaki, Tusa Ertzebet et Amadeus Webersinke à Tokyo, où elle obtient un master en 2004. La même année, prenant intérêt pour la facture des instruments anciens, elle joue sur les pianoforte du Musée des instruments de musique de Hamamatsu.

En 2005, elle s'installe aux Pays-Bas, pour poursuivre ses études de piano au Conservatoire d'Amsterdam avec Willem Brons, qu’elle complète avec une licence de pianoforte sous la direction de Bart van Oort et Stanley Hoogland. Elle est diplômée en 2008 pour le piano et en 2009 pour le pianoforte.

Yukiko se produit en soliste, chambriste ou avec orchestre, aussi comme accompagnatrice,  aux Pays-Bas, au Japon et en Allemagne. Elle enseigne au Centrum voor de Kunsten à Utrecht.

Pour son premier enregistrement à la présentation luxueuse, Yukiko Hasegawa puise dans le répertoire dit romantique, avec la 31e sonate (opus 110) de Ludwig van Beethoven, les préludes, choral et fugue de César Franck et les Kreisleriana de Robert Schumann.

L’album tout entier se réfère aux Kreisleriana littéraires d’E.T.A. Hoffmann, et à celles de Robert Schumann qui s’en inspirent, par son titre « Le désir infini » qu’Hoffmann évoque : « La musique de Beethoven déplace les ressorts de la crainte, de l'horreur, de la douleur et réveille le désir infini qui est l'essence même du romantisme ». Ce « désir infini », adopté comme titre de cet enregistrement est pour la pianiste « Un sentiment qui nous accompagne tout au long de notre vie... qui rend impossible de rester heureux longtemps »… Mais qui nous pousse à explorer les beautés de ce monde, nécessairement inachevées, qui font entrevoir la possible perfection de leur rayonnement au bout de l’infini, c’est-à-dire à la fin du monde.

Cette vision tragique plus que romantique, qu’on attribuerait plutôt à l’expressionnisme viennois, explique peut être pour qui en serait intrigué, un choix tendant à s’appuyer sur les discontinuités, il y en a dans la liberté d’écriture et les témérités de l’opus 110, mais aussi chez César Franck, et en adoptant une certaine froideur distanciée dans les épisodes fugués. Cela tient aussi au magnifique grand piano de concert à cordes parallèles Chris Maene, une entreprise créée en 1938, spécialisée dans la copie d'instruments anciens, qui eu un l'envie, à la troisième génération, de fabriquer son propre piano, à l'instigation de Daniel Baremboim. Les cordes parallèles n'ont pas la puissance et la résonance des cordes croisées des pianos Steinway, qui se sont imposées, elles ont en revanche plus de clarté et de pureté, de détaché harmonique.

Par contre, personne ne résistera aux Kreisleriana, pièces dans le style de Kreisler, maître de chapelle de fiction inventé par Hoffmann. Certes, le bonheur de dure pas, mais pour Schumann il est dans cette œuvre à portée de main. Le compositeur y a mis, toute la passion amoureuse qu’il portait à Clara Wieck et la part qu’il recevait d’elle, cette œuvre lui est d’ailleurs destinée, deux ans avant leur mariage.

Robert Schumann, Kreisleriana, VII. « Sehr Rasch ».

 

 Jean-Marc Warszawski
26 octobre 2020


musicologie.org
 rss

Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Patrick Messina et Fabrizio Chiovetta dans un pas de deux américain entre deux —— Eric Zeisl et Darius Milhaud à Paris et Los Angeles —— Triptikh : musiques de films sur grand écran —— Don César de Bazan : pendu ou fusillé ? —— Le consort Brouillamini flûte à l'anglaise —— Théodora Cottarel et Tiziana De Carolis suivent à la voix les voies des compositrices —— Franz Schubert, deux joyaux de trois à cinq.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Lundi 26 Octobre, 2020 11:28