À propos du site

S'abonner au bulletin

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
Textes de référence

Nouveaux livres
Périodiques

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
<a href="tel: 0606617341">06 06 61 73 41</a>

bandeau actu

Actualités musicales

2011
<<  avril   >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

 

jeudi 28 avril 2011

______________________________
La Music Library Finland met ses
doubles en vente : plus de 33.000
livres, Vinyls, CD, etc.

La Music Library Finland (https://www.musiclibrary.fi/) est un organisme à but non lucratif. Ce n'est pas une maison de commerce, et elle indique que les prix proposés sont des indications de dons.

La liste des objets mis en vente est tenu à jour :
https://www.musiclibrary.fi/items-for-sale-ex-libris/

  jeudi 28 avril 2011

______________________________
« Zanaïda », un opéra de Johann
Christian, revivra sous la baguette
de David Stern

Zanaïda de Johann Christian Bach, opéra que l'on pensait perdu et retrouvé récemment dans la collection d'un particulier, est un opus monumental de l'œuvre du compositeur. Opera Seria dont le livret raconte les intrigues politiques et amoureuses entre la Perse et la Turquie, il suscita à sa création Londonienne un formidable engouement à la fois pour son style « galant » et pour les formidables innovations de son orchestration. Le critique Charles Burney écrivit : « Bach a donné dans Zanaïda à Amicis (qui chantait le rôle de Zanaïs), à la fin du second acte, les airs les plus magistraux qu'un homme puisse écrire ou qu'une chanteuse puisse interpréter. » Johann Christian Bach, né en 1735, est le plus jeune fils de J.S Bach. Il fut surnommé « Le Bach Anglais ». Elève de son père, mais aussi de son demi-frère, Carl Philip Emmanuel, à Berlin, il partit pour l'Italie en 1754 (ce fut le seul de la famille Bach à entreprendre ce voyage). Son œuvre Cantone in Utica fut représentée à Naples en 1761 puis, un an plus tard, Alessandro nell'Indie. Peu de temps après, en tant que l'un des plus éminents représentants de l'Opera Italien, J.Ch Bach reçut la commande de Colomba Mattei, la soprano qui présidait aux destinées du King's Theater, d'un opéra pour Londres. Orione puis Zanaïda (composé en 1763) remportèrent un énorme succès et Bach fut nommé Maître de Musique de la Reine Charlotte peu de temps après leurs créations.

Il fut l'un des compositeurs les plus importants d'Angleterre, jusqu'à sa disparition en 1782. La mort prématurée de J.Ch Bach émut surtout ses créanciers, mais provoqua aussi chez Mozart une réaction rare : « Bach n'est plus, quelle perte pour la musique !! ».

David Stern et Opera Fuoco, avec la complicité de Sigrid T'Hooft pour la mise en scène, se voient confier par l'Institut Bach de Leipzig le privilège de faire revivre Zanaïda dans sa version concert et d'en redonner une « première mondiale » dans le cadre du Festival de Leipzig en Juin 2011.

Après les deux représentations au Goethe-Theater de Bad Lauchstädt, dans la cadre de la  Bachfest 2011, les 15 et 16 juin prochains, le sepctacle sera donné le 15 septembre à la Cité de la Musique de Paris,  les 10 et 11 févreir 2012 au Théâtre de Saint-Quentin en Yvelines, et le 3 juin 2012, au Wiener Konzerthaus.

Sara Hershkowitz assurera le rôle de Zanaida, Clémentine Margaine et Vivica Genaux se partageront celui de Tamase, Sara Hershkowitz, Chantal Santon, Camille Poul, Pierrick Boisseau, Daphné Touchais, Julie Fioretti, Madjouline Zerari, Sebastian Monti, Jeffrey Thompson, seront aussi, pârfois en alternance, de la distribution.

jeudi 28 avril 2011

______________________________
Franz Liszt célébré le 9 mai au
Parlement européen à Strasbourg

Le Parlement européen rendra hommage à Franz Liszt, le 9 mai à Strasbourg, à l'occasion du bicentenaire de la naissance du musicien hongrois, de la présidence hongroise de l'Union européenne et de la Journée de l'Europe, selon un communiqué de l'Institut français.

« Afin de symboliser la dimension européenne incomparable de Liszt — qui s'est produit dans quasiment tous les pays de l'Europe actuelle- et son engagement dans la vie sociale et politique, le Parlement européen rendra hommage au compositeur à travers sa transcription pour piano du final de la 9e Symphonie de Beethoven », indique le communiqué.

Le célèbre « Hymne à la joie » est devenu le symbole officiel de la Communauté européenne en 1986, 100 ans après la mort du musicien.

Le pianiste Giovanni Bellucci jouera cette page ainsi que trois Rhapsodies hongroises, à côté de l'hémicycle, au terme de la session du Parlement.

Egalement le 9 mai, à l'occasion de la journée de l'Europe, l'opération nationale « Play Liszt - des pianos dans les cafés » proposera des animations musicales libres, dans les cafés et conservatoires des villes qui le souhaiteront, comme Paris, Angers, Lille et Strasbourg.

L'année Liszt en France, déclarée célébration nationale par le ministère de la Culture et de la Communication, est mise en œuvre par l'Institut français, opérateur du ministère des Affaires étrangères et européennes pour l'action culturelle extérieure de la France, en collaboration avec l'Institut hongrois de Paris.

Biographie de Frnaz Liszt

jeudi 28 avril 2011

______________________________
Carolyn Carlson et Bartabas
montent un spectacle mêlant danse
et chevaux

La chorégraphe américaine Carolyn Carlson et Bartabas présentent à partir du 27 mai, dans une friche industrielle de Bruy-la-Buissière (Pas-de-Calais), un spectacle mêlant danse et art équestre, intitulé « We were horses », sur une musique de Philip Glass.

Seize danseuses et danseurs, ainsi que vingt chevaux évolueront sur une piste composée d'un cercle de 11 mètres de diamètre légèrement surélevé compris dans un carré, permettant un « mouvement perpétuel », a expliqué mercredi le fondateur du théâtre équestre Zingaro, lors d'une présentation à la presse du spectacle à Roubaix.

Sur la tourbillonnante « Music in twelve parts » de Philip Glass, datant des années 1970, cette création est née du travail du Centre chorégraphique national de Roubaix de Carolyn Carlson et de l'Académie du spectacle équestre de Bartabas, autour de l'énergie de l'homme et de l'animal.

« On amène nos idées, on amène nos univers et on verra ce qui se passe », a résumé Bartabas, Carolyn Carlson évoquant quant à elle « un partage spirituel avec les chevaux ».

Le spectacle se jouera à guichets fermés à Bruay-la-Buissière dans le cadre de Béthune 2011 capitale régionale de la culture du 27 mai au 1er juin, les 7, 8, 10 et 11 juin à Lyon pour les Nuits de Fourvière et au Monaco Dance Forum du 8 au 10 juillet.

jeudi 28 avril 2011

______________________________
Le Ballet national de Cuba en
tournée aux Etats-Unis en mai

Le Ballet national de Cuba (BNC) va commencer fin mai sa première tournée aux Etats-Unis depuis huit ans, qui le conduira à Washington, à New York et en Californie, a annoncé mercredi sa directrice, Alicia Alonso.

« Aux Etats-Unis, nous y serons fin mai », a déclaré à l'AFP Alicia Alonso, légende de la danse qui continue de diriger le prestigieux BNC à plus de 90 ans, alors qu'elle est presque aveugle et se déplace avec difficulté.

Le BNC donnera des représentations à Washington, New York et « dans deux villes de Californie, dont Los Angeles », a précisé son époux Pedro Simon, directeur du Musée de la Danse, au cours d'une présentation à la presse d'un festival de danse à La Havane consacré à la région espagnole de Castille-Léon.

Deux autres tournées du BNC sont également prévues en Russie en juillet-août et en Espagne avant la fin de l'année, a indiqué Pedro Simon.

Alonso, qui a reçu en mai 2010 l'hommage du Metropolitan Opera House de New York pour ses 90 ans, ne s'est pas rendue aux Etats-Unis depuis huit ans avec la compagnie de danse qu'elle a fondée et qu'elle dirige depuis 1948.

Les échanges culturels entre Cuba et les Etats-Unis sont rares, notamment en raison du blocus économique imposé par les Etats-Unis à Cuba depuis 1962, et les restrictions imposées aux voyages entre les deux pays.

jeudi 28 avril 2011

______________________________
Ballet de l'Opéra de Vienne :
tournées à Monte-Carlo et Tokyo

Trois « premières » — « La Sylphide » du Français Pierre Lacotte, un « Hommage à Roland Petit », le grand chorégraphe français de l'après-guerre, un « Gala Rudolf Noureïev » — et deux tournées, à Monte-Carlo et Tokyo, seront les points forts de la saison de danse 2011-2012 du prestigieux Opéra de Vienne (Staatsoper).

C'est ce qu'a annoncé mercredi au cours d'une conférence de presse le Directeur du ballet, l'ancien danseur-étoile français Manuel Legris, en poste seulement depuis septembre 2010.

« Après un démarrage absolument fou avec pas moins de huit premières, une réorganisation de la hiérarchie du ballet » et donc « une saison passée et en cours très exigeante », Manuel Legris a décidé pour la saison 2011-2012, qui démarrera en septembre, d'adopter un rythme moins endiablé avec trois « premières » au Staatsoper et une au Volksoper, l'Opéra populaire, où danse également le ballet.

Sa recette? « Etre en permanence dans les salles de répétition, avec les danseurs, et travailler en direct la mise au point des nouveaux spectacles », a-t-il déclaré.

Le premier ballet donné en « première », « La Sylphide », de Pierre Lacotte, que Manuel Legris a dansé dans le monde entier, sera présenté le 26 octobre avec à la baguette de l'orchestre un nouveau venu, le Danois Peter Ernst Lassen.

La deuxième « première », le 12 février, sera un « Hommage » à Roland Petit avec « L'Arlésienne », « Carmen » et « Debussy pour sept danseurs ».

Et, pour la fin de la saison, il y aura, comme cette année, un nouveau « Gala Rudolf Noureïev » avec des chorégraphies liées à la période parisienne du danseur-étoile d'origine russe, décédé en 1993: Manuel Legris remettra lui-même les chaussons pour « In the Night », de l'Américain Jerome Robbins, ainsi que dans la « Cendrillon » de Noureïev, qu'il dansera aux côtés d'une danseuse-étoile de l'Opéra de Paris, Aurélie Dupont.

« In the Night » sera aussi au programme de la tournée de la compagnie à Monte-Carlo, en décembre, tandis que « La Chauve-Souris » et un spectacle de gala seront présentés à Tokyo, au printemps 2012. Ces deux tournées constituent une innovation pour le ballet du Staatsoper et Manuel Legris tient à « encore développer » cette activité, jugée « vitale pour une compagnie de danse ».

Au Volksoper, dont la saison en cours a été marquée par la création de « Marie-Antoinette » du chorégraphe germano-nigérian Patrick De Bana, aura lieu le 2 mars 2012 la « première » d'un spectacle en trois parties avec « Carmina Burana » de la Serbe Vesna Orlic, « L'après-midi d'un faune » du Slovaque Boris Nebyla et « Boléro » du Hongrois Andras Lukacs.

Enfin, un effort particulier concernera les jeunes — danseurs et chorégraphes — auxquels seront consacrés trois spectacles, dont l'un pour la première fois avec la participation de l'Orchestre du Staatsoper, qui est une émanation du prestigieux Orchestre philharmonique de Vienne.

Depuis leur prise de fonction, le nouveau Directeur général, le Français Dominique Meyer, et Manuel Legris, comme l'a souligné la presse autrichienne, ont donné un nouvel élan à l'Opéra de Vienne, avec le retour du baroque, des opéras contemporains et une plus grande place accordée à la danse. Ainsi, le ballet « Don Quichotte », dans la chorégraphie de Rudolf Noureïev d'après le Français Marius Petipa, a connu un succès triomphal avec un taux de fréquentation enviable de 99,9%.

jeudi 28 avril 2011

______________________________
Un feu d'entrepôt détruit les décors
du Ballet de Marseille et du théâtre
du Gymnase

Un incendie spectaculaire a ravagé dans la nuit de mardi à mercredi quelque 8.500 m2 d'entrepôts à Marseille, dont l'un abritait les décors du théâtre du Gymnase et du Ballet de la ville, entièrement détruits dans cette « catastrophe » selon le directeur de la compagnie.

Le feu, qui n'a fait aucune victime et dont l'origine reste à déterminer, s'est déclaré vers 02H20 dans un entrepôt d'une société de déménagement d'environ 2.000 m2 situé en bord de voie ferrée, dans le 11e arrondissement, selon les marins-pompiers.

Il a ensuite gagné deux autres entrepôts, dont un de 4.000 m2 où étaient stockés les décors du Ballet national de Marseille et ceux du théâtre du Gymnase.

« C'est vraiment une catastrophe. Il ne reste rien, que les quatre murs, nous sommes abasourdis », a dit à l'AFP le directeur du Ballet Frédéric Flamand.

« Nous avons travaillé avec de grands artistes internationaux, Zaha Hadid, Dominique Perrault, Ai Weiwei... Plus que des décors, ce sont des sculptures géantes, d'une valeur inestimable. C'est comme si un musée venait de disparaître », a-t-il dit.

Le bâtiment abritait accessoires et décors, créés depuis la période de Roland Petit, mais aussi une grande partie du matériel technique, projecteurs... ainsi que l'atelier de réalisation. Un tiers de l'espace accueillait aussi les décors du Gymnase (environ une dizaine, car ils sont régulièrement recyclés) et surtout plus de 25 ans d'archives: photos, affiches, textes...

« C'est toute une mémoire, et c'est surtout ça qui donne envie de pleurer », soulignait mercredi le directeur du théâtre, Dominique Bluzet, évoquant les spectacles, de Bérénice avec Kristin Scott-Thomas à Richard III avec Philippe Torreton, dont les traces ont ainsi disparu.

Un projet de tournée nord-américaine avec « Vers toi terre promise », dont le décor a brûlé, devra être abandonné, ajoute M. Bluzet, qui s'inquiète aussi de retrouver un lieu de stockage.

Le Ballet, et ses 30 danseurs, ne pourront pour leur part pas présenter en mai au théâtre de la Criée le spectacle « Moving Target », au décor parti en fumée, et offriront deux autres pièces. En revanche « Métamorphoses » reste programmé au Maroc en mai et juin, le décor étant actuellement de retour du Texas où les danseurs viennent de se produire.

L'incendie aura mobilisé quelque 80 marins-pompiers et une vingtaine de véhicules, et nécessité plus de cinq heures pour être circonscrit.

La surveillance et le déblaiement devraient prendre au moins deux jours aux marins-pompiers, qui redoutent l'effondrement de structures et la présence de nouveaux foyers.

Le sinistre a conduit à l'évacuation d'une dizaine de personnes, dont trois occupants d'un appartement aménagé sur cette zone, selon José Allegrini, adjoint au maire chargé de la sécurité, qui a évoqué aussi « une catastrophe » pour le patrimoine culturel marseillais.

Le feu a généré « un panache de fumée de 50 m de haut, d'énormes flammes de 15-20 m » du fait de matières combustibles, meubles, solvants, bouteilles de gaz et d'acétylène, ont expliqué les marins-pompiers. Jusqu'à 10 tonnes d'eau/minute ont été utilisées au plus fort de l'opération.

jeudi 28 avril 2011

______________________________
Nouveau spectacle des
marionnettes géantes de Royal de
Luxe à Nantes

La compagnie Royal de Luxe, emblématique du théâtre de rue, qui promène ses marionnettes géantes dans le monde entier, présentera sa dernière création « El Xolo », fin mai à Nantes.

Le spectacle a été adapté de celui donné au Mexique en novembre dernier à l'occasion du Bicentenaire de l'indépendance du pays et du Centenaire de la révolution mexicaine, « Le Géant de Guadalajara », a précisé mercredi la compagnie dans un communiqué.

Ce conte « mexicain », empreint de magie, racontera pendant trois jours, les 27, 28 et 29 mai prochains, l'histoire de trois Géants manipulés par des dizaines de lilliputiens. Parmi eux, le chien « Xolo », dernier né de la compagnie, une espèce sans poil considérée comme un animal sacré par les Aztèques, qui faisait franchir aux morts le passage vers l'au-delà.

La Petite Géante, accompagnée de « Xolo », part à la recherche de son oncle, « Le Campesino », le paysan, qui a été capturé puis enterré dans un sarcophage, nul ne sait par qui.

« Xolo », au caractère doux, bien que géant lui-même reste à hauteur du regard des enfants. Sa hauteur totale, jusqu'au bout des oreilles, est de 4,60 mètres.

La Petite Géante, sa maîtresse, mesure 5,50 mètres de haut pour 800 kg. Ses cheveux et ses sourcils sont composés de crin de cheval et ses yeux proviennent de globes de réverbères. Il a fallu la queue de 70 chevaux pour fabriquer la perruque. Les cils sont faits de poils de balais. Elle est vêtue d'une belle robe traditionnelle mexicaine.

« Le Campesino », fait de bois et d'acier, mesure 9,50 mètres de haut, 2,80 mètres de large et pèse 2,5 tonnes. Avec sa structure porteuse, une pelle mécanique 25 cv dotée d'un bras de grue et d'un grill, il mesure 15 mètres de haut et pèse plus de 25 tonnes.

Il porte une moustache faite de crin de cheval, comme ses cheveux, un chapeau de paille et des sandales de cuir de taille 237. Son poncho a été fabriqué artisanalement au Mexique.

Le groupe « Les Balayeurs du désert » interprète la musique du spectacle, grimpés sur le camion à musique de Royal de Luxe.

Royal de Luxe, fondée par Jean-Luc Courcoult en 1979, a voyagé dans le monde entier de l'Amérique latine à la Chine, en passant par l'Afrique.

jeudi 28 avril 2011

______________________________
Hadopi : la filière musicale prudente
après le brouillage classique
Sarkozyste

La filière musicale et les opposants à Hadopi se montraient prudents mercredi après que Nicolas Sarkozy s'est dit prêt à faire évoluer la loi contre le téléchargement illégal sur internet.

« On me dit est-ce que vous êtes prêts à un Hadopi 3 ? Bien sûr que j'y suis prêt », a déclaré M. Sarkozy lors d'un discours prononcé à l'occasion de l'installation du Conseil national du numérique, une instance de dialogue entre les acteurs de la filière et le gouvernement.

Le directeur général du Snep, principal syndicat de producteurs de disques (dont les quatre majors), David El Sayegh, s'est dit « très surpris » de cette déclaration, en l'absence de précision sur le « contexte » de ces propos.

« Je ne pense pas que le président de la République, qui a toujours montré qu'il était du côté des créateurs, veuille abandonner le principe de protection de la propriété intellectuelle sur internet », a-t-il estimé.

Jugeant Hadopi « adapté et proportionné », il a rappelé que pour la filière musicale un premier bilan de l'action d'Hadopi ne pourrait être tiré qu'un an après l'envoi des premiers messages d'avertissement, c'est-à-dire fin 2011.

« La réponse graduée ne fait peser aucune contrainte majeure sur le développement souhaitable de l'internet (...). Tout le monde est conscient qu'un minimum de régulation s'impose pour faciliter le déploiement de l'offre légale », a jugé le secrétaire général de la SPPF (producteurs indépendants), Jérôme Roger.

« C'est une preuve de plus de l'inefficacité de l'Hadopi », a déclaré à l'AFP Jérémie Zimmerman, porte-parole de l'association la Quadrature du Net qui s'était opposé à cette loi.

« Si le président pense encore que les mesures de type Hadopi vont dans le sens des auteurs et des artistes, c'est qu'il est dans l'erreur », a-t-il déclaré à l'AFP, soulignant lui aussi sa difficulté à commenter les déclarations de M. Sarkozy.

Selon lui, « la seule chose à faire est d'adapter le droit d'auteur aux nouveaux usages du numérique ».

jeudi 28 avril 2011

______________________________
Youtube et Mosfilm mettent en ligne
les plus grands films soviétiques

Les studios de cinémas russes Mosfilm et Google, via sa plateforme de vidéos YouTube, ont annoncé mercredi avoir mis en ligne gratuitement une cinquantaine des plus grands films soviétiques en version originale sous-titrée.

Mosfilm ajoute dans un communiqué que toutes les semaines cinq films supplémentaires seront mise à disposition sur sa chaîne www.youtube.com/mosfilm.

Plusieurs films cultes sont déjà disponibles: « Le soleil blanc du désert », un western transposé en Asie centrale sur les aventures d'un soldat soviétique; « Ivan Vassilevitch change de profession », une comédie sur un scientifique inventant une machine à remonter le temps; ou encore « L'ironie du destin » une comédie romantique sur les déboires d'un homme saoul le soir du Nouvel an.

« Le but de ce projet est de donner la possibilité au public de regarder légalement des vidéos de qualité et de bloquer l'utilisation illégale de nos films », a indiqué le directeur général de Mosfilm, Karen Chakhnazarov.

« La plupart des films sont mis en ligne avec des sous-titres en langue étrangère pour que le public d'autres pays puissent aussi regarder les films de Mosfilm », a-t-il ajouté dans le communiqué.

A l'époque de l'URSS, Mosfilm étant l'un des plus grands studios de cinéma au monde, le pouvoir soviétique considérant le septième art comme un instrument essentiel pour sa propagande dans le pays comme à l'étranger.


musicologie.org 2011