À propos du site

S'abonner au bulletin

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
Textes de référence

Nouveaux livres
Périodiques

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
<a href="tel: 0606617341">06 06 61 73 41</a>

bandeau actu


2011
<<  avril   >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

 

lundi 4 avril 2011

______________________________
« Latcho Divano », le festival de la
culture Tzigane

  lundi 4 avril 2011

______________________________
Mort d'Alice Ridel

 Alice Ridel, professeur de chant qui a « fait chanter le tout-Paris », de Line Renaud à Sophie Marceau, en passant par Daniel Balavoine ou Brigitte Bardot, est morte vendredi à Paris à l'âge de 88 ans, a annoncé dimanche son entourage.

Alice Ridel, née le 7 septembre 1922 à Souk-Ahras (Algérie), était « un professeur de chant et de vie », se souvient Isabelle Willemetz, une proche.

Elle a compté parmi ses élèves Line Renaud, Marthe Mercadier, Brigitte Bardot, Sophie Marceau, Sabine Azéma, Thierry Le Luron, Daniel Balavoine et bien d'autres « artistes de la chanson et du théâtre », selon son entourage.

« Sa phrase préférée, c'était parler, chanter, c'est tout simplement exister », dit Mme Willemetz.

« Ce qu'elle donnait, c'était des cours de vie au-delà des cours de chant. Professeur de chant, c'est un peu réducteur, elle travaillait sur la voix au sens large », raconte-t-elle au sujet d'Alice Ridel, qui a aussi écrit l'ouvrage « Le pouvoir de la voix ».

Elle a également dirigé l'orchestre aux Bouffes Parisiens dans des opérettes, au cours d'une carrière qui s'est déroulée dans les années 60 à 80.

Les obsèques devraient se dérouler jeudi à l'église Saint-Roch à Paris.

 

  lundi 4 avril 2011

______________________________
Première d'« Anna Bolena » à
Vienne avec Anna Netrebko et Elina
Garanca

Joué pour la première fois à Vienne, l'opéra « Anna Bolena » du compositeur italien Gaetano Donizetti a remporté un grand succès largement attribuable à son duo de stars, les cantatrices russe Anna Netrebko et lettone Elina Garanca.

Sobrement mis en scène par le Français Eric Genovese, le spectacle a reçu samedi soir les ovations du public du Staatsoper, qui a applaudi debout pendant une vingtaine de minutes.

La soprano russe était éblouissante dans le rôle principal et particulièrement exigeant d'Anne Boleyn, la deuxième femme du roi d'Angleterre Henri VIII, qui fut décapitée pour adultère et haute trahison.

Anna Netrebko, dont la voix est devenue plus riche et voluptueuse ces dernières années, n'est en théorie pas la candidate idéale pour le répertoire du bel canto. Elle faisait d'ailleurs ses premiers pas dans le rôle d'Anna Bolena. Mais elle est apparue très convaincante dans le rôle de la reine injustement accusée d'avoir trompé son impitoyable époux avec son amour de jeunesse, Lord Richard Percy.

Et elle a trouvé une « rivale » à sa hauteur dans la mezzo-soprano Elina Garanca, dans une forme exceptionnelle. Celle-ci lui donne la réplique dans le rôle de Jane Seymour, qui épousera Henri VIII une dizaine de jours seulement après l'exécution d'Anne Boleyn.

La représentation d'« Anna Bolena » marque le coup d'envoi de la saison estivale de l'Opéra où plusieurs spectacles seront retransmis en plein air, sur un écran géant installé aux abords de l'Opéra. Samedi, la première a aussi été diffusée en direct dans 94 cinémas de plusieurs pays européens, comme la Grande-Bretagne, la Croatie, la République tchèque, l'Italie, la Russie ou encore l'Epagne.

lundi 4 avril 2011

______________________________
David Guetta et Maxime Le Forestier
aux Francofolies 2011

Le DJ David Guetta et le chanteur Maxime Le Forestier seront tous deux à l'affiche de l'édition 2011 (12-16 juillet) des Francofolies de La Rochelle, dont la programmation marque la volonté de « ne pas s'enfermer dans un ghetto », a indiqué à l'AFP leur directeur artistique Gérard Pont.

Le concert de clôture du festival le 16 juillet avec David Guetta, qui réunira également sur la scène Saint-Jean d'Acre (la plus grande du festival) Yelle, Martin Solveig, Katerine et Stromae, « a été complet en une journée et demie », a souligné M. Pont.

« Aucun autre festival ne pourrait à la fois programmer David Guetta et Jacques Bertin », s'est-il félicité, estimant que les Francos, réputées comme étant le festival de référence de la chanson française, devaient « ouvrir des portes, ne pas s'enfermer dans un ghetto ».

« Souvent des gens voudraient que je sois plus royaliste que le roi, mais Jean-Louis Foulquier (le fondateur des Francofolies, ndlr) avait déjà organisé des soirées électro », a-t-il rappelé.

Autre symbole de cette volonté de « suivre l'évolution des goûts musicaux » des Français, la soirée du 14 juillet sur la scène Saint-Jean d'Acre sera cette année uniquement confiée à des groupes français chantant en anglais : Lily Wood & The Prick, Cocoon, Yodelice, The Do, AaRON et le DJ Popof.

Mais la chanson francophone n'est pas oubliée. La soirée d'ouverture, le 12 juillet, réunira quelques-uns des chanteurs les plus populaires du moment: Ours, Zaz, Bernard Lavilliers, Nolwenn Leroy et Christophe Maé.

Les Francofolies ont également réussi à convaincre Maxime Le Forestier de venir interpréter en entier son premier album « Mon frère » publié en 1972. Le disque, qui contient « San Francisco », « L'éducation sentimentale » et « Parachutiste », avait permis au grand public de découvrir ce chanteur engagé alors âgé de 23 ans.

Alors que plusieurs artistes de l'édition 2010 ont publié depuis leur premier album (Cascadeur, Jérôme Van Den Hole...), les Francos donneront encore leur chance à des nombreuses révélations dont Mesparrow, François & The Atlas Moutains, le Canadien Damien Robitaille, Juna & Lula, Lise, Giedre...

lundi 4 avril 2011

______________________________
Woody Allen joue son propre rôle
dans un premier film français

L'acteur et réalisateur américain Woody Allen a accepté de tenir son propre rôle dans un premier film français, dont une scène a été tournée samedi après-midi devant un palace parisien, rapporte le quotidien Le Parisien Dimanche.

L'artiste-clarinettiste se trouvait justement à Paris, ville chère à son cœur, pour un concert samedi soir avec son groupe, The New Orleans Jazz Band.

Il a accordé une heure de son temps, « de 16 à 17 heures », à l'équipe du film « Paris Manhattan », actuellement tourné avec Patrick Bruel et Alice Taglioni sous la direction de Sophie Lellouche (sans parenté avec Claude), précise le journal.

Woody Allen se trouve être l'idole du personnage principal incarné par Alice Taglioni, une « belle pharmacienne célibataire (qui) ne jure que par lui, cite des répliques de ses films », offre ses DVD à ses clients en guise de médicaments et entend les voix de ses scènes cultes, rapporte Le Parisien.

C'est ainsi que la jeune femme croise son obsession devant le Plaza Athénée, avenue Montaigne.

Le tournage est prévu jusqu'en juin et le film pourrait sortir à la fin de l'année, selon le journal.

C'est le retour à l'écran de Woody Allen depuis son apparition dans « Scoop », qu'il avait lui-même réalisé en 2006. Et son retour à Paris où il avait tourné l'été dernier le film qui fera l'ouverture du festival de Cannes le 11 mai, « Midnight in Paris », dans lequel Carla Bruni-Sarkozy fait une courte apparition comme guide du Musée Rodin.

lundi 4 avril 2011

______________________________
Mort de Joseph Pasteur, l'un des
pères des « Dossiers de l'Ecran »

Le journaliste Joseph Pasteur, l'un des grands présentateurs des « Dossiers de l'écran » à la télévision, est mort dimanche à Marseille à l'âge de 89 ans, a annoncé sa famille à l'AFP.

« Joseph Pasteur est décédé dimanche autour de midi à Marseille, où il s'était retiré depuis sa retraite il y a neuf ans », a dit la famille, précisant qu'il était « malade et fatigué ».

De son vrai nom Joseph Rocchesani, Joseph Pasteur, né le 17 octobre 1921, fut l'un des pionniers de la télévision, comme présentateur du journal à partir de 1959, puis comme journaliste à « Cinq Colonnes à la Une » et surtout comme animateur de 1968 à 1975 des « Dossiers de l'Ecran », émission phare de l'ORTF puis d'Antenne 2, créée par Armand Jammot.

Joseph Pasteur avait également présenté les émissions sportives Télé Dimanche et Sports Dimanche.

Après avoir exercé ses dernières fonctions comme président de TMC, il avait pris sa retraite à l'âge de 80 ans et avait quitté Paris pour s'installer à Marseille, où réside sa fille, a précisé la famille.

lundi 4 avril 2011

______________________________
Charlie Sheen hué, interrompt la
première de son nouveau spectacle

L'acteur américain Charlie Sheen, débarqué de la série télévisée à succès « Mon oncle Charlie » à la suite de ses multiples frasques, a été hué au point de devoir interrompre samedi soir la première du nouveau spectacle en public qu'il présentait à Detroit.

Vingt minutes à peine après le début du spectacle, des spectateurs ont commencé à quitter le « Fox theatre » où Sheen présentait pour la première fois son spectacle intitulé « La torpille violente de la vérité/La défaite n'est pas une option ».

Et après à peine une heure de spectacle devant quelque 5.000 spectateurs, entrecoupé de huées, Sheen n'est pas revenu sur scène à l'issue d'un intermède musical.

« Je n'ai jamais rien vu de pire de toute ma vie. C'était horrible », a déclaré Jennifer Pyryt, 26 ans, sortant du théâtre avec de nombreux fans criant et pointant leur pouce vers le bas.

Après un début plutôt bien accueilli fait notamment de clips vidéos souvent parodiques, les huées ont commencé lors d'un long monologue de l'acteur, qui s'est de plus aliéné le public en se moquant de Detroit.

De plus en plus irrité, Sheen a fini par lancer un intermède musical à l'issue duquel il n'est pas revenu sur scène.

Sheen, 45 ans, avait été limogé le mois dernier par la Warner de la série « Mon oncle Charlie », l'une des plus populaires aux Etats-Unis, pour laquelle il était payé 2 millions de dollars par épisode.

Dans une lettre à l'avocat de Charlie Sheen, les représentants de la Warner ont déploré « le spectacle de la désintégration auto-infligée » de l'acteur, qui a répliqué en attaquant Warner pour rupture abusive de contrat, réclamant 100 millions de dollars de dommages.

Il avait après son licenciement annoncé l'organisation de cette tournée dont les billets pour les premières représentation s'étaient arrachés en moins de 30 minutes. Une vingtaine de dates sont programmées en avril, la prochaine dimanche soir à Chicago.

Charlie Sheen a toujours été un habitué de la une des magazines people, pour ses frasques et ses déboires judiciaires multiples et variés — drogue, prostitution, violence domestique...


musicologie.org 2011