À propos du site

S'abonner au bulletin

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
Textes de référence

Nouveaux livres
Périodiques

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
<a href="tel: 0606617341">06 06 61 73 41</a>

bandeau actu

Actualités musicales

2011
<<  avril   >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

 

mercredi 27 avril 2011

______________________________
Tous à l'Opéra 5e édition : Journée
portes ouvertes à l'Opéra-Théâtre
de Limoges

Samedi 7 mai 2011, de 14h à 19h, dans le cadre de la manifestation « Tous à l'opéra ! », l'Opéra-Théâtre de Limoges ouvrira ses portes afin de faire découvrir au public un lieu et un univers trop souvent méconnus. Ainsi, autour de la pièce chorégraphique Versus de Pedro Pauwels, présentée le soir même, seront proposées tout l'après-midi concerts, rencontres, notamment avec le personnel de l'établissement, et découverte des lieux (plateau, ateliers costumes et accessoires). Cette année, les visiteurs pourront même essayer des costumes et se faire maquiller.

L'Opéra-Théâtre de Limoges, pôle de création, de production et de diffusion de spectacles lyriques et chorégraphiques, à vocation locale et régionale, participera à cette opération dont l'objectif principal est de faire découvrir une véritable maison d'opéra. Avec « Tous à l'opéra ! », l'Opéra-Théâtre de Limoges poursuivra sa démarche d'ouverture à de nouveaux publics.

La manifestation « Tous à l'Opéra ! », initiée par la Réunion des Opéras de France, s'est installée dans le paysage culturel français et a séduit plus de 80 000 visiteurs l'an dernier. Pour sa 5e édition, plus de cent opéras en France et en Europe inviteront le public à franchir leurs portes. Après la mezzo soprano Béatrice Uria-Monzon, la marraine de cette édition 2011 sera Nathalie Manfrino, l'une des plus belles révélations de l'art lyrique de ces dernières années.

Au programme : œuvres de Schubert et Liszt, extraits des lieder de Schubert joué par Pascal Contet (accordéon), concert de Barbara Degrima (contrebasse) et Sylvain Jaudin (piano), restitution du travail chorégraphique autour de Versus « Les Carnet de Versus » : Pedro Pauwels, chorégraphe, et les danseurs de l'Opéra-Théâtre de Limoges, accompagnés par Philippe Verrièle, journaliste et auteur d'ouvrages sur la danse, vous proposent de vivre le dernier volet de leurs « carnets de route », cheminement à travers le processus de création de ce spectacle.

Et, tout au long de la journée, découverte du plateau, des ateliers costumes et accessoires mais également la possibilité pour le public d'essayer des costumes et de se faire maquiller.

À 20h30 sur le plateau : représentation de Versus, pièce chorégraphique de Pedro Pauwels. Cette pièce chorégraphique d'après 10 lieder de Schubert, adaptés pour soprano, violon, violoncelle et accordéon est une création de Pedro Pauwells sur une musique de Bernard Cavanna, dirigée par Pascal Contet avec le ballet de l'Opéra-Théâtre de Limoges. Cette production de l'Opéra de Limoges est réalisée en coproduction avec les centres culturels municipaux, scène conventionnée pour la danse. Littéralement, « versus » signifie « contre », opposé ou bien tout contre – un corps à corps violent ou tendre qui trouve tout son sens avec la danse de Pedro Pauwels. « Versus », c'est aussi un face à face – celui d'un compositeur, Bernard Cavanna, français, né en 1951, face à un autre, viennois, mort depuis 1828. Là où Cavanna a pris la liberté de détourner les codes du répertoire classique en adaptant pour soprano, violon, violoncelle et accordéon dix lieder de Schubert, le chorégraphe Pedro Pauwels questionne le monde d'aujourd'hui et fait parler une autre voix questionnant la liberté, SA liberté, et ses limites...

mercredi 27 avril 2011

______________________________
13e Concours international de piano
d'Île-de-France, du 8 au 14 mai, à
Maisons-Laffitte, sous la présidence
d'honneur d'Anne Queffélec.

La 13e édition du Concours international de piano d'Île-de-France se déroule du 8 au 14 mai à Maisons-Laffitte (salle Malesherbes). Cette manifestation, créée en 1999 par sa présidente fondatrice Christine Girard, est dotée d'un jury international et reçoit des candidats du monde entier (26 pays représentés). Gérée dans le cadre de l'Association Opus Yvelines, elle présente deux nouveautés: un Prix spécial du public et un Prix spécial Franz Liszt  (bicentenaire de sa naissance).

Les épreuves sont publiques avec un programme varié, le temps de passage varie de 15 à 45 minutes en finale. Il n'y a donc pas de contrainte horaire et il est possible d'entrer ou de sortir entre chaque prestation. Le dernier jour, les auditeurs sont invités à élire le lauréat du «  Prix spécial du public » remis,  le soir même, lors de la cérémonie de clôture.

Avec ses 14 niveaux de sélection, du novice à l'artiste confirmé, cette manifestation se fait dans le respect et la reconnaissance de chacun.  Un  Concours où le jury, choisi avec soin par Anne Queffélec, a pour objectif d'encourager la pratique musicale de tous ces jeunes qui sont un exemple de courage et de volonté.

Le jury, composé de personnalités éminentes du monde musical international (France, Russie, Hongrie, Roumanie, Canada,…), est renouvelé en partie chaque année.  Il est présidé en 2011 par  France Clidat, pianiste mondialement célèbre avec son enregistrement de l'intégrale de l'œuvre pour piano de Franz Liszt. Cette grande artiste s'implique personnellement dans le concours en offrant, parmi l'ensemble des récompenses, le Prix spécial dédié à ce compositeur.

Information et réservation à l'Office du Tourisme de Maisons-Laffitte ou, durant la semaine, directement salle Malesherbes (horaires donnés à titre indicatif susceptible de changement en cas de désistements).

  • Dimanche 8 mai, Cycles 1, 2 et 3 (initiation à fin d'études), de 9h00 à 19h00
  • Lundi 9 mai, Adulte Grand Amateur de 9h00 à 10h20, Supérieur de 10h45 à 19h00
  • Mardi 10 mai, Excellence), de 10h00 à 22h00 et mercredi 11 mai, de 9h30 à 19h00.
  • Jeudi 12 mai, Epreuves qualificatives Diplôme de Concert, de 10h00 à 22h00 et vendredi 13 mai,de 10h00 à 19h00,
  • Samedi 14 mai, Finale Diplôme de Concert, de 9h00 à 18h00 ; Palmarès et cérémonie de remise des prix à 19h30 (Excellence et  Diplôme de Concert).

Tarif : passe de 5 € / jour ou 15 € / semaine, gratuit pour les enfants (-18 ans et étudiant). Office du tourisme  01 39 62 63 64, https://www.tourisme-maisonslaffitte.fr/ ; Site du concours : https://www.opus-yvelines.org

 

mercredi 27 avril 2011

______________________________
4e concert de la saison Cantus
Formus 2010-2011 sous la direction
artistique de Nicolas Bacri, le 30 avril
à Paris

Il y a un demi-siècle, en 1953, Pierre Boulez fondait le «Domaine musical». Dans les années  soixante-dix, d'autres groupes (Ars Nova, l'Itinéraire, 2E2M...) se formèrent qui expérimentèrent d'autres formes d'expression musicale et permirent la découverte de talents

originaux. Ces groupes, malgré leurs divergences esthétiques indéniables, ont cependant comme point commun d'avoir écarté du champ musical contemporain non seulement toute référence à la tonalité (même élargie) mais aussi à ses conséquences, notamment mélodiques.

«Cantus Formus» se propose d'exprimer une pensée musicale complémentaire au travail ainsi effectué.

Loin de condamner les solutions atonales au problème de la  modernité musicale, je me suis tout d'abord attaché à en examiner la genèse, et même à les emprunter afin d'en tirer une expérience vivante. Il ne s'agit donc pas de mépriser ou d'ignorer cette tendance de l'art musical d'aujourd'hui mais de proposer une autre voie.

« Cantus Formus » est un hybride du latin cantus firmus, littéralement «chant ferme» et de forma, «forme». Est ainsi résumé en deux mots l'esprit d'un travail consistant à présenter au public des œuvres du XX° et du XXI° siècle d'inspiration essentiellement mélodique au sein d'une conscience organique de la forme.

Les compositeurs réunis autour de «Cantus Formus» ne cherchent pas à nier, au profit d'un certain hédonisme de mauvais aloi, les contraintes formelles et les recherches esthétiques que la musique savante de tradition occidentale a toujours impliquées ; mais, pour eux cette exigence n'est pas incompatible avec l'entretien d'un lien de nature figurative avec le passé.

Les concerts de «Cantus Formus» suivront deux axes principaux :

D'une part la présentation de compositeurs du XX° siècle encore mal connus malgré leur importance déterminante pour la compréhension de l'évolution du langage musical tonal élargi d'aujourd'hui et de demain.

D'autre part, la découverte de compositeurs d'aujourd'hui ayant choisi de renouveler de manière exigeante et rigoureuse les formes modernes du sentiment tonal (quelque soit le nom qu'on lui donne : tonalité élargie, polytonalité, cotonalité, polymodalité, post-tonalité…) soit de manière frontale, soit par le biais d'un questionnement de type postmoderne aboutissant à certaines formes de métissages stylistiques.

Grâce à «Cantus Formus» j'espère mettre à la disposition des compositeurs et du public, un outil contribuant à une plus grande diversité d'expression et de points de vue au service de la création musicale.

Nicolas Bacri, septembre 2003

Samedi 30 avril 2011, 17h00, CRR de Paris, rue de Madrid, 75008 Paris.

Michael Sebaoun, : Pièce pour piano (2011), création mondiale

Michel Merlet,  : 6 Duos pour deux violons (avec Amanda Favier et Mathieu Godefroy)

Jacques Boisgallais : Quintette à cordes (2009), création mondiale (avec l'Ensemble Erleben)

Philippe Malhaire : Question sans réponse pour deux pianos (2010-2011), création mondiale (avec Betty Hovette et Anne-Lise Saint-Amans)

Roland Havas : Quatuor à cordes op. 3 (2005-2010)

Nicolas Bacri (1961) : Quatuor à cordes n° 6 op. 97 (2005-2006) (avec le Kalisto Quartet)

mercredi 27 avril 2011

______________________________
Brunch les ateliers du Monde &
ethnomusiKa, péniche Anako (Paris),
le 1er mai : regards sur la pratique
dansée en Inde, de la tradition au
Bollywood

Organisé par les Ateliers du Monde, en partenariat avec ethnomusiKa, ce brunch est une invitation à découvrir les pratiques dansées de l'Inde en avant première des stages de danse qui auront lieu les 21 et 22 mai à Paris (plus d'informations sur le site d'ethnomusiKa). Le brunch sera organisé autour des démonstrations des danses Bharatanatyam et Bollywood proposées par Kalpana et Dolsy. Les éclairages historiques, sociologiques et ethnologiques de Tiziana Leucci, anthropologue et spécialiste de la danse indienne, apporteront une dimension supplémentaire à ce moment de découverte.

Kalpana a été formée au Bharatanatyam (1977/1985) en France par Malavika et Shakuntala, puis en Inde à Madras auprès des Maîtres V.S Muthuswamy Pillaï et Kalanidhy Narayanan. Elle enseigne depuis plus de 20 ans aux amateurs (adultes, enfants) et aux professionnels, notamment dans les conservatoires nationaux et centres chorégraphiques. En tant qu'interprète et chorégraphe, elle travaille régulièrement avec des chorégraphes (Andy Degroat, François Raffinot…) et des musiciens (Pierre-André Valade, Didier Petitjean…). https://www.kalpana.fr

Réunionnaise d'origine indienne, Dolsy pratique la danse depuis de nombreuses années, du modern jazz aux danses folkloriques, et poursuit une formation de Bharatanatyam auprès du Professeur Kalpana, à Paris, et du Maître V.S. Muthuswamy Selvam, à Madras. Dolsy tombe également sous le charme du cinéma indien populaire et tout particulièrement de l'esthétique des séquences dansées, ce qui la conduit à créer ses propres chorégraphies et à travailler avec d'autres chorégraphes. www.dansezmasala.com

Le Brunch sera suivi d'un moment convivial avec tous les adhérents et sympathisants d'ethnomusiKa qui souhaitent s'informer et participer à nos activités, nous soumettre des projets ou simplement échanger ensemble autour d'un café.

Entrée libre, brunch oriental à partir de 11 heures (8 €), intervention à partie de 11h45.

Les ateliers du monde : https://www.lesateliersdumonde.com.

Péniche Anako, face au 61 Quai de Seine – Paris 19e (métro Riquet, Stalingrad ou Jaurè)

mercredi 27 avril 2011

______________________________
Alain Pâris dirigera l'Orchestre
Symphonique du Caire le 1er mai

Alain Pâris sera le premier chef d'orchestre étranger à l'affiche de l'Orchestre symphonique du Caire depuis les évènements qui ont entraîné la chute du président Moubarak. Il entretient des relations très étroites avec cet orchestre qu'il dirige régulièrement depuis 2003.

Au programme

Ernest Chausson
Symphonie en si bémol majeur (1889-1890)

Aaron Copland
Concerto pour clarinette et orchestre à cordes,
avec harpe et piano
(1947-1948)

Maurice Ravel
La Valse (1919-1920)

Orchestre symphonique du Caire Direction : Alain Pâris.
Soliste : Mohamed Hamdy, clarinette

mercredi 27 avril 2011

______________________________
12e édition des Cantilies, le plus
grand rassemblement de jeunes
choristes, les 13-23 juillet

L'association « À Cœur Joie », entièrement dédiée au chant choral, organise, l'été 2011, le plus grand rassemblement d'enfants choristes en France.

Des milliers de jeunes choristes « s'éclatent » dans le chant choral : que ce soit à l'école, au collège, au lycée, dans une association de quartier, en école de musique, en conservatoire, ou encore dans les nombreux chœurs d'enfants de l'hexagone.

Pourquoi chanter ? «Je chante parce que j'aime ça !.... T'as déjà vu qu'on te force à chanter ! ... C'est un « sport collectif » bien plus sympa que de chanter tout seul », affirme Anita, 11 ans. Elle fera partie des 300 jeunes chanteurs, de 8 à 16 ans, venus de toute la France et d'Europe partager leur passion du chant lors de la douzième édition des Cantilies. Un événement qui prévoit, du 13 au 23 juillet 2011, un programme exceptionnel : https://www.choralies.org

Tour à tour chanteurs, comédiens et danseurs, les enfants découvrent un répertoire original pendant dix jours avec des chefs de chœur de renom.

Soutenues notamment par le ministère de la culture et de la communication et le ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, les Cantilies sont une création de l'organisation chorale internationale À Cœur Joie qui compte 14 500 choristes et 450 groupes en France. Présent dans les pays francophones, À Cœur Joie est membre fondateur avec l'Allemagne de l'association chorale européenne Europa Cantat (42 organisations nationales) et de la Fédération Internationale pour la Musique Chorale (FIMC) qui rassemble 85 pays sur les cinq continents.

https://www.choralies.org

mercredi 27 avril 2011

______________________________
Une chanson pour Bradley Manning
interrompt Obama dans p'tit dej'
chic et cher

Le 21 avril, dans un palace de San Francisco, au cours d'un d'un petit déjeuner électoral destiné à collecter les fonds pour sa campagne électorale (p'tit dej' à 24 600 euros par tête !), Obama a été interrompu par des partisans du soldat Manning, emprisonné dans des conditions inimaginables, sur le soupçon d'avoir procuré des documents à Wikileaks.

Une femme se lève, et demande : « Monsieur le Président nous avons écrit une chanson pouvons nous la chanter ? Obama répond : « Plus tard », mais il n'a pas le temps de finir sa phrase que plusieurs personnes entonnent une chanson, don les paroles affirment qu'elles vont voter pour Obama en 2012, mais dénoncent l'emprisonnement inhumain de Manning (enfermé seul dans une prison 23 h sur 24), alors que  Terry Jones est libre de brûler le Coran, en Floride. Puis elles brandissent des panneaux avec le nom de Manning « Nous avons payé, mais où est la monnaie, où est le changement ? »,  « Libérez Bradley Manning »  et des photos du soldat.  Les activistes de Fresh Juice Party, qui ont revendiqué cette action, se font sortir en douceur par les gorilles de service. Avant de partir, l'un d'entre eux remercie Obama de les avoir écouté (ironie ? Fausse naïveté ?).

 

Bradley Manning :
procès équitable compromis
après une déclaration d'Obama

Un groupe de soutien à Bradley Manning, soupçonné d'avoir fourni à WikiLeaks des documents secrets américains, a affirmé mardi que le président Barack Obama avait porté atteinte à la présomption d'innocence de ce soldat américain.

La Maison Blanche a contesté cette interprétation.

Le « réseau de soutien à Bradley Manning » a mis en ligne une vidéo prise selon ses responsables jeudi dernier, lors d'une réunion de levée de fonds dans un hôtel de San Francisco (Californie, ouest). On y voit le président être interpellé par un membre du réseau et engager une conversation sur l'affaire Manning.

« Si je diffusais des informations alors que je n'y étais pas autorisé, j'enfreindrais la loi. Nous sommes un Etat de droit ! Nous ne laissons pas les gens prendre leurs propres décisions sur la façon dont les lois fonctionnent », explique M. Obama selon ces images.

« Mais est-ce qu'il n'avait pas la responsabilité de révéler... », demande l'interlocuteur du président. Ce dernier l'interrompt: « il a enfreint la loi! »

Le réseau de soutien estime que M. Obama a ainsi déclaré le soldat Manning coupable avant son procès en cour martiale.

« Le président Obama est le commandant en chef » de l'armée, a commenté Kevin Zeese, un juriste membre de ce groupe. « Le jury (militaire) qui décidera de l'innocence ou de la culpabilité de Bradley Manning sera composé d'officiers sous son commandement (...) des officiers vont-ils contredire le commandant en chef ? », s'est interrogé M. Zeese.

La Maison Blanche a disputé mardi l'idée que M. Obama ait porté atteinte à la présomption d'innocence du soldat Manning.

« Le président soulignait, dans des termes généraux, que la publication sans autorisation d'informations classées n'est pas un acte légal. Il n'exprimait pas d'opinion spécifique sur la culpabilité ou l'innocence du soldat Manning », a assuré un porte-parole de la présidence, Tommy Vietor.

mercredi 27 avril 2011

______________________________
L'icône du punk britannique  Poly
Styrene est décédée

Une des premières chanteuses punk britanniques, Poly Styrene, est décédée lundi à l'âge de 53 ans d'un cancer.

L'icône punk du groupe X-Ray Spex, de son vrai nom Marianne Elliot-Said, avait sorti le mois dernier un dernier album, « Generation Indigo ».

La chanteuse avait créé son groupe après avoir assisté à un concert des Sex Pistols pour son dix-huitième anniversaire. Le groupe X-Ray Spex avait produit un seul album, en 1978, avant de se séparer.

L'ancien bassiste des Sex Pistols Glen Matlock a salué mardi sa « joie de vivre », recourant pour l'occasion à l'expression en français.

Après l'explosion du groupe, la jeune femme, pour partie d'origine somalienne, avait sorti un album solo (« Solo Translucence ») en 1980, avant de rejoindre le groupe Hare Krishna.

« Nous pouvons confirmer que la belle Poly Styrene, qui a été une vraie combattante, a gagné sa bataille pour accéder lundi soir à des lieux plus élevés », indiquait un communiqué sur son site internet.

mercredi 27 avril 2011

______________________________
Serge Lama en concert dimanche
17 juillet 2011 au Théâtre de la Mer à
Sainte Maxime

En prenant de la maturité, ce qu'il nomme « âge d'horizons », Serge Lama a pris de la rigueur et de la sobriété, sans rien perdre de son mordant ni de cette virilité fragile qui a fait son succès. Mais le chanteur n'est plus seul sur scène, l'accompagnent aussi l'interprète et l'auteur. Le chanteur se met sans cesse au service de la chanson et son lyrisme ne s'exprime que quand nécessaire. D'aventures en mésaventures, Serge Lama raconte les aléas d'un homme parvenu à « l'âge d'horizons » et ses chansons révèlent une fois encore toute sa sensibilité, sa profondeur aussi, trompant sa mélancolie avec quelques gourmandises. Son show est un vitrail unique et compartimenté, et le soleil des projecteurs y verse parfois un rayon mystique. C'est un artiste sur lequel le rideau ne se ferme jamais.

Tarif: 46,80 € (frais de locations inclus). Locations: Points de vente habituels. Renseignements: 04 97 25 81 36.

  mercredi 27 avril 2011

______________________________
Jimmy Cliff en concert le Vendredi
15 juillet 2011 au Théâtre de Verdure
à Nice.

Avec plus de vingt disques à son actif, Jimmy Cliff demeure l'une des plus grandes figures de la scène reggae mondiale.

Chanteur et acteur, il est un paradoxe de la musique jamaïcaine et sa popularité atteint rapidement les sommets en Amérique Latine et en Afrique. Considéré comme une légende vivante de la musique Reggae, Jimmy Cliff a toujours véhiculé un message de paix, d'amour et d'humanité sur tous les continents. Entouré des meilleurs jeunes musiciens Jamaïcains du moment, il revient avec son nouvel album «Existence», un opus porté par une énergie communicative et qui démontre qu'il reste un des pionniers du reggae à travers le monde

Tarif : 29,90€ (frais de location inclus). Locations : Points de vente habituels. Renseignements : 04 97 25 81 36 & 04 92 09 13 27.

mercredi 27 avril 2011

______________________________
Récompenses musicales en Chine

Plusieurs récompenses musicales telles que les trophées de la meilleure musique chinoise, ceux de la musique de Chine, ou encore les récompenses de la musique orientale ont déjà organisé leurs cérémonies. Ainsi, les chanteurs vétérans et ceux de la nouvelle génération ont pu, à ces occasions, faire montre de leurs talents créatifs.

Lors des récompenses de la meilleure musique chinoise, le trophée du meilleur chanteur est revenu à Li Jian. Son titre et succès commercial «  Legend  » constitue certainement l'apogée des dix années de sa carrière musicale.

«  En tant que chanteur responsable, peu importe que l'environnement soit bon ou mauvais, nous devons travailler dur pour accomplir nos rêves de musique et produire de bons travaux musicaux. » A déclaré Li Jian.

Dans cette industrie très dynamique, les passionnés de musique accordent une grande attention à la capacité créatrice de l'artiste. Et même si les ventes de CD ou de DVD ne sont pas si bonnes que cela, la musique disponible sur internet ou présentée lors de diverses compétitions musicales sont d'autres voies pour qu'un artiste puisse sortir de l'anonymat.

Selon le chanteur Han Geng, «  Le style mando-pop gagne en popularité. Je peux voir le dur labeur des chanteurs à la poursuite de leurs rêves musicaux. Je pense que le mando-pop va occuper une importante place dans le monde, et ce, dans un avenir proche. »

Avec son premier album solo, la chanteuse taïwanaise Hebe Tian s'est vue décerner le trophée du meilleur album : «  Le meilleur album, c'est la récompense que j'ai toujours voulu remporter. Parce que je pense qu'un album à succès pour un chanteur est la somme de nombreux efforts combinés... pas seulement du chanteur, mais aussi de toutes les personnes qui aident et participent à la naissance de l'album. »

Disposer d'une génération de chanteurs capable de pousser de l'avant le développement du style mando-pop est une tâche importante. Leur créativité et leur originalité sont les deux composantes les plus importantes de leur musique, offrant un véritable élan quand à l'avenir du genre (source  CCTV)

 

  mercredi 27 avril 2011

______________________________
Mélies, Kubrick, Rossellini au
programme de Cannes Classics

Parmi les quatorze œuvres présentées dans cette sélection pendant le 64ème festival de Cannes (10-22 mai), figure « Le Voyage dans la lune » (1902) de Georges Mélies dans sa version couleur longtemps considérée comme perdue, retrouvée en 1993 et restaurée depuis. Grâce au numérique, les fragments des 13.375 images du film ont été réassemblés.

Autre événement, la projection le 19 mai en copie restaurée d'« Orange Mécanique » de Stanley Kubrick, dont c'est le 40e anniversaire de la sortie, en présence de l'acteur principal du film, Malcolm McDowell.

Le festival donnera aussi le coup d'envoi du projet de restauration de dix films de Roberto Rossellini (dont « Rome, ville ouverte », « L'Amore », « Stromboli », « Allemagne année zéro »). Première long métrage concerné, une œuvre rare de 1952, « La Machine à tuer les méchants ».

Egalement au programme un film turc méconnu, « Hudutlarin Kanunu » (la loi de la frontière), de Lufti O. Akad, dans une copie restaurée grâce à la World Cinema Foundation, dirigée par Martin Scorsese, ainsi que « Niemandsland » (La zone de la mort), du scénariste d'origine russe Victor Trivas (1894-1970), film mis à l'index par le régime nazi et dont la plupart des copies furent détruites.

A l'occasion de l'hommage rendu par le festival à Jean-Paul Belmondo, le 17 mai, seront présentés des copies neuves du « Magnifique » de Philippe de Broca (1973) et « Cent mille dollars au soleil » (1973) d'Henri Verneuil, ainsi qu'un documentaire de Vincent Perrot et Jeff Domenech, « Belmondo...Itinéraire ».

Egalement au programme « Le Conformiste » de Bernardo Bertolucci qui recevra une palme d'honneur à l'ouverture du festival, « Il était une fois le Bronx » de Robert De Niro, qui est cette année le président du jury, « Rue Cases Nègres » d'Euzhan Palcy, dans le cadre de l'année d'hommage aux outre-mer, « Portrait d'une enfant déchue », premier film de Jerry Schatzberg, auteur de la photo de Faye Dunaway choisie pour l'affiche du festival, « Les Enfants du paradis » de Marcel Carné, « Despair » de Rainer-Werner Fassbinder, « Le Sauvage » de Jean-Paul Rappeneau, « Chronique d'un été » de Jean Rouch et Edgar Morin, et « L'Assassin » d'Elio Petri.

mercredi 27 avril 2011

______________________________
Zapiro, le caricaturiste sud-africain
qui énerve tous les pouvoirs

Le régime d'apartheid l'avait jeté en prison, Nelson Mandela était un fan et l'actuel président Jacob Zuma lui réclame des millions en justice: le caricaturiste de presse sud-africain Zapiro n'a jamais laissé ses sujets indifférents.

« L'Afrique du Sud est un pays où il est absolument exceptionnel d'être commentateur, critique, satiriste, dessinateur, humoriste », relève Jonathan Shapiro, 52 ans, plus connu sous son pseudonyme Zapiro.

« Nous disons souvent qu'il se passe plus de choses ici en une semaine que dans d'autres endroits. C'est vrai, il se passe toujours des choses incroyables! »

Zapiro a installé dans ses dessins une douche sur la tête de Jacob Zuma quand ce dernier a affirmé qu'il s'était simplement douché pour se protéger du sida après avoir eu des rapports sexuels non protégés, lors d'un procès pour viol il y a cinq ans (au terme duquel il a été acquitté).

Le président sud-africain a traîné deux fois le caricaturiste en justice, pour cette affaire et pour un dessin de 2008 le représentant en train de déboutonner son pantalon avant de violer la Justice, quand toutes les poursuites contre lui ont été soudainement abandonnées à la veille de son élection.

Jacob Zuma a réclamé en décembre à Zapiro 5 millions de rands (510.000 euros).

« Je ne vois toujours pas ce que ça peut lui rapporter de remuer toutes ces choses, maintenant qu'il est président et qu'il a de grands problèmes à traiter », soupire le caricaturiste.

« Je ne suis pas inquiet parce que je sais que nous allons gagner. Tout cela va lui causer beaucoup de tort, ici et à l'étranger. Tout ce qu'il a réussi, c'est à me faire de la publicité. Je n'avais rien demandé, mais ça ne me gêne pas! »

Si M. Zuma est maintenant une cible de choix, Zapiro reconnaît volontiers qu'il était difficile de trop critiquer Nelson Mandela du temps de la longue marche de l'Afrique du Sud vers la démocratie, dans les années 1990.

« J'ai toujours aimé le dessiner », sourit-il.

Un dessin représente l'icone de la lutte anti-apartheid rayonnante, assise dans un carrosse à côté de la reine Elizabeth II, un policier britannique lançant ironiquement: « Le prochain crétin de touriste qui demande qui est la petite vieille dame avec Mandela... »

Dans un geste qui lui ressemble bien, le premier président noir du pays l'a appelé à la fin des années 1990 pour lui faire part de son irritation après avoir appris que ses dessins ne seraient plus publiés dans un quotidien du Cap.

Quand Zapiro lui a fait remarquer qu'il était devenu plus critique au fil des ans, M. Mandela a répondu qu'il ne faisait que son boulot de caricaturiste. Une phrase que l'artiste décrit comme « le moment le plus fort qu'(il a) jamais eu en tant que dessinateur ».

« Cela m'a vraiment scotché, cette compréhension que Nelson Mandela avait de la satire, de la critique, de ne pas être sur la défensive. Malheureusement, ses successeurs n'ont pas eu cette capacité de comprendre ces choses! »

Zapiro, qui a déjà publié quinze livres et dont les dessins parus dans les quotidiens et hebdomadaires sud-africains peuvent être vus sur son site www.zapiro.com, considère la liberté de la presse comme essentielle, alors que l'ANC au pouvoir dit régulièrement que les médias sont ses principaux adversaires, et qu'un projet de loi limitant leur action est dans les cartons.

Son attitude n'a pas changé depuis qu'il a été détenu sans procès par la police de l'apartheid dans les années 1980.

« Ils ont dit: pourquoi vous nous représentez comme des porcs ? J'ai dit : je dessine ce que je vois. Ce qui bien sûr n'est pas bien passé... », raconte-t-il. « Et je le fais encore aujourd'hui. »

mercredi 27 avril 2011

______________________________
Découverte d'une énorme statue
d'Amenhotep III

Des archéologues égyptiens ont découvert près de Louxor (sud) une énorme statue d'Amenhotep III, l'une des plus grandes de ce pharaon à être mise au jour, a annoncé mardi le secrétariat d'Etat aux Antiquités.

La sculpture en quartzite, haute de plus de 13 mètres, a été retrouvée en sept morceaux dans le temple funéraire d'Amenhotep III à Kom al-Hitan.

Il s'agit de l'une des deux statues placées à l'entrée nord du temple, qui ont probablement été détruites lors du tremblement de terre de l'an 27 avant J-C, selon le communiqué. La statue, dont la tête n'a pas encore été retrouvée, était depuis enfouie sous terre.

L'autre statue devrait être mise au jour prochainement, selon un communiqué du secrétariat d'Etat.

« La mission archéologique travaille maintenant à nettoyer, rassembler et restaurer les sept pièces pour les remettre en place, et à rechercher la tête de la statue », a indiqué le secrétariat d'Etat aux Antiquités, ajoutant que le pharaon de pierre était destiné à reprendre sa place à l'entrée du temple.

Amenhotep III, qui a régné en Egypte entre 1390 et 1352 avant Jésus-Christ, est le père d'Akhenaton, « le pharaon hérétique » considéré comme un précurseur du monothéisme parce qu'il a tenté d'imposer le culte exclusif d'Aton, et le grand-père de Toutankhamon.


musicologie.org 2011