À propos du site

S'abonner au bulletin

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
Textes de référence

Nouveaux livres
Périodiques

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
<a href="tel: 0606617341">06 06 61 73 41</a>

bandeau actu

Actualités musicales

2011
<<  avril   >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

 

mercredi 20 avril 2011

______________________________
L'Opéra de Lyon sous le signe de la
« quête »

Chostakovitch, Wagner, Puccini, Maguy Marin, le jeune compositeur Jérôme Combier et une « Carmen » vue par Olivier Py seront au programme de la saison 2011/2012 de l'Opéra de Lyon, placée sous le signe de la « quête ».

Comme chaque année, le programme mêle chefs-d'œuvre reconnus, comme le « Parsifal » de Wagner dont la dernière apparition à Lyon remonte à 35 ans, et « œuvres plus rares ou d'aujourd'hui », a résumé mardi le directeur général de l'Opéra de Lyon, Serge Dorny.

En ouverture de la saison, le « Nez » composé par un Chostakovitch de 24 ans raconte la quête « absurde et vertigineuse » du major Kovaliov pour retrouver son appendice perdu, dans une étourdissante suite de tableaux mis en scène par le plasticien William Kentridge.

Ultime partition de Wagner, « Parsifal » revient sous la direction musicale de Kazushi Ono, chef permanent de l'Opéra de Lyon. François Girard mettra en scène cette quête du Graal, traversée d'étonnantes interrogations sur le masculin et le féminin.

Parmi les autres productions, « L'Enfant et les sortilèges », nourri de l'amour de Ravel et Colette pour le jazz et le music-hall, partagera avec « Le Nain », d'Alexander von Zemlinsky, une soirée sur la cruauté de l'enfance.

Plus contemporain, très inspiré par le théâtre, Jérôme Combier livrera en première mondiale « Terre et Cendres », une fable sur la quête de la rédemption et de l'harmonie face à l'atrocité de la guerre.

Olivier Py, qui vient d'accepter la direction du festival d'Avignon, présentera quant à lui à l'été 2012 « une Carmen sulfureuse », qui célébrera « la nuit et le rouge dans un monde grisâtre », selon Serge Dorny.

Après avoir célébré Mozart, le festival annuel de l'Opéra sera consacré en janvier et février 2012 à Puccini. En plus de la présentation de son triptyque « Il Tabarro », « Suor Angelica » et « Gianni Schicchi », chacune de ces œuvres sera confrontée à des œuvres « issues du monde germanique », dont l'unique comédie de Schönberg.

Côté danse, le Ballet de l'Opéra retrouvera Maguy Marin pour une nouvelle création, après ses pièces de 1979 et 1985, associera George Balanchine et l'un de ses héritiers, le Français Benjamin Millepied, et consacrera une soirée à Merce Cunningham.

mercredi 20 avril 2011

______________________________
Les Vieilles Charrues installent une
plate-forme légale de revente de
billets

Le site du festival des Vieilles Charrues met en ligne mardi une plate-forme de revente légale de billets, zepass.com, en réponse au « marché noir » de places où les prix atteignent des sommets ces derniers jours sur la toile, a-t-on appris auprès des organisateurs.

« Notre objectif n'est pas de récupérer des billets, mais mettre à disposition de tous un service dans le cadre de la loi », a expliqué à l'AFP Tangui Le Cras, qui précise que la revente de billet avec bénéfice est interdite.

« zepass permet la revente ou l'échange des billets au prix de leur valeur faciale, moyennant une commission de 1,50 euro en fonction du prix du billet », explique l'organisateur, confirmant une information du Télégramme.

Quelque 192.000 billets ont été écoulés depuis l'ouverture des réservations mardi dernier et les 24.000 pass pour 3 ou 4 jours de concerts ont été vendus en quelques heures, a indiqué Tangui Le Cras.

Des gens « organisés » arrivent à acheter au-delà de la limite des quatre places par personne dans le but de spéculer sur le prix de la revente « au marché noir », a-t-il poursuivi.

Sur viagogo.fr, un site hébergé en Grande-Bretagne qui échappe à la législation française, des pass 4 jours sont proposés à 347 euros, selon le quotidien breton Le Télégramme, contre 137 au tarif officiel.

Scorpions en ouverture, Lou Reed en clôture, mais aussi Supertramp, PJ Harvey, David Guetta, Soprano, Snoop Dogg, sans oublier Jean-Louis Aubert, Eddy Mitchell ou Pierre Perret sont à l'affiche parmi les 120 spectacles des Charrues du 14 au 17 juillet en centre Bretagne.

Les organisateurs du plus grand festival européen de musiques actuelles attendent quelque 220.000 festivaliers sur la plaine de Kerampuilh, à Carhaix, soit plus que l'an dernier (198.000 personnes). https://www.vieillescharrues.asso.fr

mercredi 20 avril 2011

______________________________
Le rap en Ouzbékistan doit être
patriotique

Les rappeurs en Ouzbékistan doivent chanter leur « amour pour la patrie », a estimé mardi un haut responsable ouzbek chargé d'approuver la production musicale de ce pays d'Asie centrale, tout en estimant que la télévision d'Etat allait trop loin en qualifiant le rap de « satanique ».

Un documentaire, « Mélodie et Calamité », diffusé à plusieurs reprises depuis février « n'interprète pas correctement le rôle du rap et du rock », a estimé Azamat Haïdarov, le directeur d'Uzbeknavo, l'organisme d'Etat chargé de délivrer les licences aux musiciens pour qu'ils puissent se produire.

Le film estimait notamment que le rap « a été créé par les forces du mal pour mettre la jeunesse occidentale sur le chemin de la dégradation morale ».

Plus indulgent, M. Haïdarov a jugé que les musiciens de rock et de rap doivent simplement s'adapter à la culture d'Ouzbékistan, une ex-république soviétique d'Asie centrale à majorité musulmane.

« Nous ne voulons pas que le rap ouzbek fasse partie de la culture de masse nocive des Occidentaux, nous voulons lui donner une mentalité et un esprit national », a-t-il dit.

« Nous avons réuni environ 30 rappeurs, nous avons dialogué avec eux. Ils sont d'accord sur le fait que leurs chansons peuvent être plus humaines, sur l'amour pour la patrie, la nature », a ajouté le responsable lors d'une conférence de presse consacrée aux influences néfastes de la culture occidentale.

Le vice-ministre de la Culture et des sports, Bakhtior Saïfoullaïev, a lui mis en garde contre la diffusion grandissante de la culture occidentale via l'Internet et la télévision.

« Nous ne pouvons pas être indifférents face à quelqu'un qui chante en jeans troués ou en mini-jupe. Nous pouvons nous battre contre la culture de masse en développant notre propre culture et musique », a-t-il dit.

Le gouvernement ouzbek, l'un des plus autoritaires d'Asie centrale, dénonce à la fois l'influence de la culture occidentale et l'islamisation de la société.

mercredi 20 avril 2011

______________________________
Affaire Serrano: au-delà de la
destruction, l'œuvre divise les
catholiques

Les catholiques français condamnent dans leur grande majorité la destruction des photos de l'américain Andres Serrano à Avignon, mais sont plus divisés quant à l'œuvre elle-même que certains jugent offensante.

« Immersion Piss Christ », photo grand format d'un crucifix immergé dans un bain d'urine, exposée au sein de la Collection Lambert, a été détruite à coups de marteau, il y a trois jours par des catholiques traditionalistes.

Pour le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon et Primat des Gaules, cette exposition est « une offense, une blessure profonde pour nous, surtout en cette Semaine Sainte, car elle touche Celui qui nous a aimés jusqu'à l'extrême ».

Selon lui, « Jésus nous a préparés: Heureux serez-vous lorsqu'on vous insultera et il nous demande: Priez pour ceux qui vous persécutent. J'espère que nous aurons assez de courage intérieur pour le faire. »

« Les chrétiens, comme tous les croyants, ont droit à être respectés dans leur foi. Ce serait un beau cadeau de paix, nous pouvons le demander à Dieu pour cette fête de Pâques », conclut le cardinal, qui ne demande pas le retrait de la photographie controversée.

Pour la revue catholique protestataire Golias, sur son site internet, « on peut contester le bon goût et même la décence de la photographie dénoncée » mais demander son retrait, comme l'a fait l'archevêque d'Avignon, « semble maladroit ». Ceux qui s'en sont pris à cette photo « ne comprennent rien à l'art », a déclaré son rédacteur en chef Christian Terras.

Le metteur en scène Olivier Py, futur directeur du Festival d'Avignon et chrétien convaincu, ne s'est ainsi « pas senti agressé par cette œuvre » qu'il ne juge « pas blasphématoire, pas plus que les œuvres de Serrano en général ».

« Sans doute, faudrait-il éclairer l'œuvre controversée à la lumière du travail d'Andres Serrano », a dit M. Py à l'AFP : « Ce qui est perçu par certains comme une photo blasphématoire -et chacun a parfaitement le droit de la ressentir comme telle- peut être interprété différemment. Peut-être l'artiste a-t-il voulu montrer le Christ dans toute sa dimension d'homme, dans son incarnation la plus totale, dans son dénuement le plus extrême face à sa mort atroce ».

« J'estime que les actes de violence qui ont conduit à la destruction de l'œuvre de Serrano salissent la cause qu'ils prétendent défendre. Ce sont des réactions indignes d'un chrétien. La liberté d'expression d'artiste est fondamentale et certainement pas bornée par des oukases religieux », a-t-il conclu.

Le spécialiste des religions Odon Vallet souligne, pour sa part, que « si on avait trempé un Coran ou une Bible hébraïque dans de l'urine, jamais une telle œuvre n'aurait été exposée. La République étant laïque, elle doit avoir la même attitude à l'égard de toutes les religions. Et si on s'attaque à une figure du catholicisme, c'est probablement que les risques sont moins grands qu'en s'attaquant à une figure de l'islam ».

« Mais la réponse est violente et maladroite, car elle fait de l'artiste une victime », a-t-il poursuivi: « ceux qui ont attaqué l'œuvre sont dans l'illégalité et font une publicité énorme à une exposition qui, jusque là, n'était connue que dans un contexte régional ».

De son côté, Bernard Antony, président de l'Agrif (Association contre le racisme anti-blanc et anti-chrétien, extrême-droite), déclare dans un communiqué avoir « réagi sur le plan judiciaire contre l'abjecte provocation de Piss Christ en Avignon ».

« L'exposition de cette misérable pseudo-création est insupportable pour les chrétiens une fois encore visés par les crachats du fétide art contemporain », ajoute le président de l'Agrif.

mercredi 20 avril 2011

______________________________
Affaire Serrano: le délit de
blasphème face à la liberté de
création

Après la destruction de deux œuvres du photographe américain Andres Serrano, l'avocate Agnès Tricoire, déléguée de l'Observatoire de la liberté de création, rappelle que le délit de blasphème n'existe plus en France, même si des intégristes voudraient le voir rétabli.

Ceux qui ont détruit les œuvres de Serrano « sont pour l'application de la charia version catholique, pour un retour à l'inquisition qui brûlait les livres. Ils veulent voir ressusciter le délit de blasphème, aboli par la troisième République », souligne cette avocate au barreau de Paris.

Ce délit n'existe plus, d'où le recours parfois à la notion d'injure « pour, en réalité, faire juger ce qu'ils considèrent blasphématoire », précise-t-elle à l'AFP. Le délit de blasphème perdure dans certains pays européens et les décisions de la Cour européenne varient suivant les cas.

« Il y a un grand illogisme de la censure, avec beaucoup d'arbitraires », explique Agnès Tricoire. La liberté de création s'enracine dans la liberté d'expression, consacrée par l'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme, « mais on n'y trouve aucune référence aux œuvres ou à l'art ».

« Et la liberté de création se distingue de la liberté d'expression parce que l'art n'est pas simplement du discours », ajoute-t-elle.

« Les intégristes de toutes religions ont une lecture littérale des œuvres. Et les censeurs transforment le jugement de goût porté sur l'art en un jugement autoritaire, en injonction », résume-t-elle.

Le débat autour des œuvres « se retrouve de plus en plus devant les tribunaux, la loi se montrant sans cesse plus contraignante et répressive », poursuit l'avocate qui approfondit ces questions, exemples à l'appui, dans « Petit traité de la liberté de création » (La Découverte).

Les plaintes déposées contre des œuvres par les associations de défense des enfants se multiplient, en s'appuyant sur les articles du code pénal de 1994 sur la protection des mineurs, qui ont notamment permis celle de l'association « La Mouette » contre l'exposition « Présumé innocent » en 2000 ou l'interdiction de l'exposition de Larry Clark aux mineurs l'an dernier à Paris.

Les associations perdent en général leurs procès « car il y a une grande résistance judiciaire à ces décrets liberticides. Mais cela ne suffit pas et on reste dans un très grand flou juridique », relève-t-elle.

L'Observatoire de la liberté de création (Ligue des droits de l'homme), qui regroupe juristes, historiens de l'art, philosophes ou encore cinéastes, se bat contre ces articles quand ils permettent de poursuivre des œuvres et « le PS a inscrit une modification de la loi dans son programme », précise Me Tricoire.

« Il est important aussi d'identifier les critères d'une fiction, note-t-elle. Si on ajoute roman sur la couverture d'un pamphlet antisémite, cela n'exonère pas l'auteur de ses responsabilités ».

mercredi 20 avril 2011

______________________________
Skyrock imagine un concert gratuit
géant pour défendre sa liberté

Le président-fondateur de Skyrock, Pierre Bellanger, écarté par son principal actionnaire, poursuit sa contre-attaque en mobilisant les auditeurs et annonce un grand concert gratuit de rap et de R'n'B dans dix jours à Paris. Une promesse aux allures de challenge.

Place de la Nation, le 30 avril, a dit Pierre Bellanger dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France publié mardi.

« On a pris contact avec la Préfecture lundi matin et nous travaillons avec eux », précise à l'AFP Laurent Bouneau, directeur général des programmes de Skyrock.

« Ce qu'on prépare, c'est un rassemblement qui prend la forme d'un concert, les groupes joueront un ou deux morceaux. Leur mobilisation est semblable à celle qu'ils ont manifestée à l'antenne depuis mardi dernier », ajoute-t-il.

Colonel Reyel, qui a composé un titre de soutien à Skyrock mais aussi Sexion d'Assaut, Rohff, La Fouine, Sinik et Le 113 devraient être sur scène, selon M. Bouneau, tout comme Abdel Malik et Corneille. Soprano a déplacé un concert prévu au Congo pour venir le 30.

« L'idée est que ce rassemblement se fasse dans un esprit festif et citoyen, comme l'est la mobilisation des auditeurs depuis le début », poursuit le directeur général, complice de toujours de Pierre Bellanger.

Pour Skyrock, la Place de la Nation est « l'espace le plus grand et le plus ouvert à Paris ». Laurent Bouneau souligne qu'il est prévu que ce rassemblement se tienne de 14h00 à 19h00.

Du coté de la Préfecture de Police, on se montre plus circonspect : la demande de Skyrock « sera examinée comme toutes les autres » au regard « de la sécurité et de l'organisation » notamment, a fait valoir la PP. Elle a cependant ajouté que la place de la Nation ne lui semble pas « un lieu approprié pour ce genre de manifestation ».

Car l'hypothèse de la place de la Nation semble poser de sérieux problèmes d'organisation et de sécurité. Un « plan B » serait d'ores et déjà à l'étude, indique-t-on de bonne source. L'utilisation d'un autre espace, sans doute une salle, serait en discussion avec la Mairie de Paris.

Reste qu'avec plus de deux millions d'auditeurs et près de 600.000 fans sur la page Facebook de soutien à la radio, « Sky » a une réelle capacité de mobilisation et peut faire venir des dizaines de milliers d'amateurs de rap à un tel événement.

Un précédent avait eu lieu avant la naissance de la plupart des auditeurs de Skyrock. En décembre 1984, NRJ, suspendue de diffusion pendant un mois pour non-respect des conditions d'émission, avait mobilisé ses auditeurs et près de 100.000 d'entre eux étaient descendus dans la rue, forçant le gouvernement à revenir sur cette sanction.

Pierre Bellanger a quant à lui décidé de rester silencieux pour le moment. Il a accepté la nomination d'un médiateur dans le violent conflit qui l'oppose à Axa Private Equity, le fonds qui contrôle 70% du groupe qu'il a créé il y 25 ans et dont il détient lui-même 30%.

L'avocat d'affaires Jean-Pierre Darrois doit assurer cette médiation. Ce dernier à déjà rencontré Pierre Bellanger, selon une source proche du dossier.

En attendant, Marc Laufer nommé il y a une semaine directeur général de Skyrock n'a toujours pas pu entrer dans les locaux du groupe.

Pourra-t-il un jour y pénétrer ? « Je ne crois pas, a affirmé Pierre Bellanger au Parisien, il a mangé un hot-dog devant le bâtiment le premier jour du mouvement, ce sera sa seule contribution à la vie de l'entreprise », ironise le patron qui campe depuis huit jours, dans son bureau et sur ses positions.

mercredi 20 avril 2011

______________________________
50e édition de la Semaine de la
critique, dénicheuse de talents

La Semaine de la critique, sélection parallèle du festival de Cannes dédiée à la découverte de nouveaux talents, présentera sept longs métrages et 11 courts pour sa cinquantième édition en mai.

« La guerre est déclarée » de la Française Valérie Donzelli, qui s'est fait connaître avec « La reine des pommes », ouvrira la sélection. Et c'est aussi un film français, « Pourquoi tu pleures ? », de Katia Lewcowicz, qui a été choisi en clôture.

L'an dernier, la Semaine de la critique avait notamment lancé « Le nom des gens » avec Sara Forestier et Lionel Jospin en vedette surprise. Et depuis sa création en 1961, elle a révélé les talents prometteurs de cinéastes comme Bernardo Bertolucci, Amos Gitai, Ken Loach, Wong Kar-Wai ou François Ozon.

Parmi les sept films sélectionnés cette année figurent « The Slut » de la jeune Israélienne Hagar Ben Asher ou l'Australien « Snowtown » de Justin Kurzel sur l'histoire du « serial killer » le plus meurtrier qu'ait connu le pays.

« Les acacias », premier film argentin de Pablo Giorgello, est le « road trip » de 1.500 kilomètres d'un camionneur taiseux et d'une jeune femme avec un bébé, tandis que le film bulgare « Avé » de Konstantin Bojanov s'intéresse à la rencontre d'un auto-stoppeur et d'une jeune fugueuse.

« 17 Filles », des Françaises Delphine et Muriel Coulin, s'inspire d'un fait divers pour raconter l'histoire d'adolescentes qui décident, à la stupéfaction générale, de tomber enceintes en même temps.

Le Chinois Zou Peng présente « Sauna on moon » sur le gérant d'un spa à Guandong qui veut transformer son établissement en « royaume du plaisir » et l'Américain Jeff Nichols s'intéresse aux tourments d'un homme déstabilisé par son obsession des tornades dans « Take shelter ».

Une projection exceptionnelle, pour fêter le cinquantenaire de la sélection, permettra de découvrir « My Little Princess » d'Eva Ionesco sur un couple mère-fille hors du commun avec Isabelle Huppert.

Une séance spéciale sera aussi consacrée à « Walk away Renée » de l'Américain Jonathan Caouette, propulsé par son documentaire-journal intime « Tarnation » en 2003, dont le film est consacré à sa mère Renée, atteinte de troubles mentaux.

mercredi 20 avril 2011

______________________________
Les oiseaux de « Rio » en tête du
box-office nord-américain

Le dessin animé « Rio », histoire d'un perroquet partant à l'aventure au Brésil, signée des créateurs de « l'Age de glace », a effectué une entrée remarquée dans le box-office nord-américain ce week-end en se hissant en tête avec 39,2 millions de dollars de recettes.

« Blu », un ara bleu domestique, mène un vie choyée en Amérique du Nord quand la science l'appelle au Brésil: il doit y rencontrer Perla, la dernière femelle de son espèce, une beauté en liberté qui va se charger de le déniaiser.

Pour les voix, le réalisateur du film, le Brésilien Carlos Saldanha, s'est offert Anne Hathaway (« Le Diable s'habille en Prada »...) et Jesse Eisenberg (« Social Network »), doublés en français par Laetitia Casta et Lorant Deutsch.

Dans un tout autre registre, le 4e volet de la série « Scream » s'empare de la 2e place pour son premier week-end dans les salles avec 18,7 millions de dollars de recettes, selon les chiffres définitifs publiés lundi par Exhibitor Relations.

Le film de Wes Craven réunit à nouveau Neve Campbell, Courteney Cox et David Arquette, confrontés à un tueur au masque blanc, dix ans après les derniers meurtres.

L'ex-numéro 1 du box-office, le lapin du film d'animation « Hop », est troisième (10,7 millions dollars, 82,2 millions en trois semaines).

Il est suivi par « Hanna », récit d'une adolescente entraînée pour devenir une machine à tuer, qui passe de la 2e à la 4e place (7,28 millions)

« Soul Surfer », l'histoire d'une championne de surf qui a continué à pratiquer son sport après s'être fait arracher le bras par un requin, est 5e, avec 7,27 millions de dollars engrangés entre vendredi et dimanche.

« Arthur, un amour de milliardaire », incarné par le trublion anglais Russel Brand, recule de la 3e à la 6e place (6,8 millions).

« Insidious », sur un enfant luttant contre des forces maléfiques, est 7e (6,7 millions), devant « Source Code », un film policier (6,2 millions).

La 9e place est occupée par Natalie Portman et « Votre Majesté », une comédie se déroulant au Moyen Age (4 millions de dollars), tandis que « Limitless », un thriller avec Robert de Niro, ferme le classement avec 3,7 millions.

mercredi 20 avril 2011

______________________________
La « Méga Ray », plus grand cerf-
volant du monde, star des
rencontres de Berck

Pour leur 25e anniversaire, les rencontres internationales de cerfs-volants de Berck-sur-Mer reçoivent le plus grand spécimen au monde, une raie volante de 150 mètres de long sur 75 mètres de large, présentée en première mondiale au public.

La « Méga Ray », créée par le neo-zélandais Peter Lynn, spécialiste des grands cerfs-volants, a effectué mardi devant plusieurs centaines de curieux un nouveau vol d'essai sous un grand soleil, après avoir pris l'air une première fois samedi. Un vol « officiel » est prévu ce week-end, selon les organisateurs de l'événement.

La raie, présentée au public de Berck-sur-mer en première mondiale, avait effectué son tout premier vol d'essai il y a deux mois en Nouvelle-Zélande.

Avant de prendre son envol, la « Méga Ray », de couleur bleue, a besoin d'une dizaine de personnes pour maintenir ouverte la bouche dans laquelle s'engoufre l'air, a constaté un photographe de l'AFP. Une fois dans le ciel, elle flotte majestueusement, immobile, tandis que sa queue suit les mouvements du vent.

Au sol, deux engins de chantier, un tracteur et un 4X4 reliés à la raie par d'imposants cordages sont nécessaires pour la maintenir.

Quelque 300 cerf-volistes et plusieurs centaines de cerfs-volants participent à cette 25e édition des rencontres de Berck-sur-Mer, qui a démarré samedi dernier et se poursuit jusqu'au 25 avril. Les organisateurs s'attendent à ce que le record de fréquentation (700.000 visiteurs en 2010) soit battu cette année.

Le week-end prochain doivent se tenir des « rokkakus », combats de cerfs-volants de tradition japonaise.

mercredi 20 avril 2011

______________________________
Une cinquantaine de licenciements
projetés dans le studio lyonnais
d'Atari

L'éditeur de jeux vidéo Atari (ex-Infogrames) a indiqué mardi prévoir de licencier une cinquantaine des quelque 80 salariés de son studio de développement lyonnais Eden Games, créateur du succès mondial V-Rally.

« Il s'agit d'un projet », a déclaré à l'AFP un porte-parole d'Atari, sans autre précision, confirmant une information circulant sur des sites internet spécialisés.

Le studio, fondé en 1998 et vendu à Infogrames en 2002, est la dernière implantation à Lyon de l'ancien fleuron français du jeu vidéo.

Outre V-Rally sorti à ses débuts, Eden Games a édité en 2006 « Test Drive Unlimited » et « Alone in the Dark ».

Infogrames, qui a changé de nom en 2009 en reprenant celui de sa marque Atari, a traversé des difficultés chroniques.

Selon ses derniers résultats, Atari a réalisé sur neuf mois (du 1er avril au 31 décembre 2010) un chiffre d'affaires en recul de 55,7% par rapport à la même période de l?exercice précédent, à 41 millions d'euros.

Fin 2010, le spécialiste du jeu vidéo prévoyait un marché « moins favorable qu'anticipé » pour les jeux sur DVD et d'« un environnement de marché de plus en plus concurrentiel sur les segments online et terminaux connectés ».

L'ancienne Infogrames Entertainment était pourtant repassée dans le vert au second semestre 2009/2010, une première depuis de nombreuses années, mais a replongé dans le rouge au premier semestre de son exercice décalé 2010/2011.

mercredi 20 avril 2011

______________________________
Guerre de clans en Allemagne dans
le milieu du cirque: six blessés

Une rixe entre deux familles dans le milieu du cirque a fait six blessés à Ratisbonne, dans le sud de l'Allemagne, a annoncé mardi la police locale, qui a confisqué des fusils et d'autres armes.

Une « querelle violente pour des raisons absolument inconnues » a éclaté lundi soir entre deux familles sur le terrain occupé par l'une d'elles, selon un communiqué de la police. Elle s'est finie avec trois blessés dans chaque camp.

Trois personnes, dont un homme de 48 ans retrouvé avec une balle dans la jambe, souffrent de blessures graves, trois autres de blessures légères, selon la police. Elles sont âgées de 17 à 55 ans et ont été hospitalisées.

Des voisins avaient entendu des coups de feu et donné l'alerte. En perquisitionnant dans les logements des familles, la police a trouvé des fusils, des couteaux et autres armes blanches, mais aussi des armes interdites telles que des coups de poing américains.

mercredi 20 avril 2011

______________________________
L'Inde interdit le travail des enfants
dans les cirques

La cour suprême indienne a interdit lundi aux cirques itinérants de faire travailler des enfants et a ordonné au gouvernement de mettre en place un programme de réinsertion pour les mineurs concernés.

Cette décision de la plus haute juridiction du pays fait suite à une requête déposée par une association de défense de droits des enfants qui militait pour la pleine application de la législation sur le travail des mineurs, régulièrement bafouée par les cirques.

Les enfants sont souvent entraînés pour des numéros de haute voltige, de jonglages et de cascades pour attirer le public en Inde, où les troupes se déplacent de villes en villes tout au long de l'année.

« La cour a ordonné au gouvernement de secourir tous les enfants de moins de 14 ans et elle lui a demandé de mettre en place un programme de réinsertion pour ces mineurs », a déclaré Colin Gonsalves, un avocat de l'association caritative Save The Childhood Movement (Mouvement pour sauver l'enfance) responsable de la requête.

Les professionnels du cirque estiment, eux, que s'entraîner dès le plus jeune âge est une condition nécessaire au développement des compétences.

Ils soulignent en outre que les cirques en Europe ont le droit d'employer des enfants s'ils sont accompagnés par l'un des parents et s'ils reçoivent une éducation complète.

« On ne peut faire des acrobaties que si l'on a reçu un entraînement rigoureux dès le jeune âge. Le métier a besoin des enfants, on ne peut pas entraîner un adulte pour faire ça », a réagi auprès de l'AFP N.V. Chandran, entraîneur au cirque Gemini basé au Gujarat (ouest).

Depuis des années, les cirques souffrent en Inde d'une perte de popularité en raison du rôle croissant de la télévision, du cinéma et des lecteurs DVD dans les zones rurales.


musicologie.org 2011