À propos du site

S'abonner au bulletin

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil

bandeau actu

Actualités musicales


2011
<<  mai   >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

 

 

26-29 mai 2011
Théâtre de Vanves
TURBULENCE[S]
festival de jazz

jeudi 26 mai à 20h30
PMP Quartet / Nagual Orchestra

vendredi 27 mai à 20h30
Tango Transit (Allemagne) / Oxydquintet

samedi 28 mai à  20h30
Clotilde Rullaud / Guillaume Perret & Electric Epic

dimanche 29 mai à 18h
Florian Bellecourt Quartet Orquestra do Fubà (Brésil)

chaque soirée se terminera par une jam session avec Juan Sebastian Jimenez Trio

Théâtre de Vanves scène conventionnée pour la danse. Direction José Alfarroba. 12, rue Sadi-Carnot, 92170 Vanves. Tél. : 01 41 33 92 91.
https://www.theatre-vanves.fr (métro Malakoff-Plateau de Vanves ; autobus 58 (Lycée Michelet), 89 (Square de l'Insurrection), 126 (Mairie de Vanves).

PMB Quartet : Laurent Guillet (guitare), Matthieu Bloch (contrebasse), David Georgelet (batterie), Paul-Marie Barbier (vibraphone). Après une résidence de 16 concerts au théâtre les Déchargeurs à Paris, une esthétique se met en place et les compositions s'organisent autour d'un univers jazz-pop. En septembre 2009 les quatre musiciens entrent au studio Labroue à Paris pour enregistrer dix titres dont neuf sont des compositions originales. https://www.myspace.com/pmbtrio

Nagual Orchestra : Olivier Laisney (trompette ), Florent Hubert (saxophone), Alexis Pivot (piano), Matthieu Bloch (contrebasse), David Georgelet (batterie). Le quintette de Nagual Orchestra privilégie le travail collectif tout en respectant celui de chacun. Il se singularise par son style moderne (influencé de Charlie Haden, Miles Davis, Dave Holland, Steve Coleman ou Wayne Shorter, mais aussi de la musique classique du xxe siècle), son timbre « New-York» mâtiné d'accents européens.
https://www.myspace.com/nagualorchestra

Tango Transit (Allemagne) : Martin Wagner (accordéon), Hanns Höhn (contrebasse), Andreas Neubauer (batterie). Les trois musiciens de Tango Transit font naître par leurs intenses échanges un son lyrique et exaltant en puisant leur inspiration aux sources de la musique classique, du jazz, mais aussi du funk. Voilà bien la preuve que le jazz tango est une musique en plein renouveau, plus actuelle que jamais.
https://www.myspace.com/tangotransit

Oxydquintet : (Alexandre Herer (Rhode Fender), Olivier Laisney (trompette),  Julien Pontvianne (saxophone ténor), Matteo Bortone (basse), Thibault Perriard (batterie). Influencé par des musiciens modernes, tels que Jim Black (AlasNoAxis), Steve Coleman, John Hollenbeck, Marc Ducret, Stéphane Payen (Thot) et des groupes tels que Kneebody, Radiohead ou Sonic Youth, le groupe Oxyd propose une musique inspirée par le jazz et combinée à des sonorités électriques, électroniques et bruitistes. L'écriture, parfois mélodique, parfois dissonante, côtoie de larges plages d'improvisation, héritées du jazz et du free jazz, ainsi que des expérimentations sonores empruntées à la musique contemporaine. https://www.myspace.com/oxydquintet

Clotilde Rullaud : Clotilde Rullaud (voix), Dano Haider (guitare), Olivier Hutman (piano), Antoine Paganotti (batterie). S'appuyant sur «la triangulaire» ancestrale : voix - cordes pincées - percussions, ce trio fondateur s'échappe de la tradition des chants populaires en invitant le piano, instrument de la musique savante. Ainsi constitué, ce quartet atypique - sans basse - entre dans l'air moderne en remplaçant les percussions par la batterie et jouant de l'extrême élasticité du Jazz, de sa porosité aux influences, de sa propension à l'improvisation et au renouvellement permanent, ce 4tet inscrit son discours au sein d'un canevas ouvert (prévu ou instantané) où le thème (composition ou grand standard) répond à l'inventivité de chacun.
https://www.myspace.com/clotilderullaud

Guillaume Perret & The Electric Epic : Phillipe Bussonnet (basse électrique, effets), Jim Grandcamp (guitare, effets, voix), Guillaume Perret (saxophones amplifiés, effets, composition), Yoann Serra (batterie, sampler). Curieux d'autres musiques - métal, électro funk, contrepoint baroque, ou tourneries africaines, Guillaume Perret écrit une musique hybride, troublante, envoûtante, souvent évocatrice d'images et de sensations, assumant l'héritage de la pop progressive des années 70 et revendiquant la liberté des musiques actuelles.
https://www.myspace.com/guillaumeperret

Florian Bellecourt Quartet : Florian Bellecourt (vibraphone), Michel Barbe (Piano), Serge Ollivier (Contrebasse), Hidehiko Kkan (batterie). Chansons de Femmes, hommage aux mélodies (chantées en français par ou pour des femmes) qui ont accompagné nos moments de joies ou de détresse, le programme de ce concert est constitué de chansons revisitées dans un esprit jazz. L'occasion pour le public de découvrir des arrangements originaux d'Edith Piaf, Barbara, Diane Tell, Maxime Le Forestier, Julien Clerc, Françoise Hardy, Diane Dufresne, France Gall, Les Rita Mitsouko.

Orquestra Do Fubà (Brésil) : Fernando Cavaco (cavaquinho, voix), Ricardo Herz (violon, voix), Natallino Neto (basse), Wander Pio (percussions), Zé Moura (accordéon), Mathieu Gramoli (percussions).

Les sept musiciens et chanteurs brésiliens de l'Orquestra do Fuba nous invitent à danser au son du violon, du cavaquinho, de la guitarre, de l'accordéon, et des percussions : un bal foro dans la grande tradition des fêtes populaires du Nordeste du Brésil.
https://www.myspace.com/orquestradofuba

26 mai 2011, 20h30
 
La Borie/Solignac
Sébastien Farge invite

Sébastien Farge, accordéon
Murat Öztürk, piano
Gautier Laurent, contrebasse
Jean-Marc Robin, batterie

« Le Jazz et l'Accordéon… Le Jazz est l'Accordéon…», sujet qui a souvent fait débat et qui entretient chez certains une position controversée sur un instrument qui s'est pourtant révélé ces dernières années auprès du Jazz mais aussi de la Scène Rock et Musiques Actuelles. Une fois de plus un rendez-vous qui lève un quelconque doute sur l'apport de l'accordéon dans le Jazz et son implication dans le répertoire des Musiques Improvisées. Cette rencontre entre Sébastien Farge et le Trio de Murat Öztürk démontrera l'universalité de cette musique.
Sébastien Farge est retenu dans l'édition 2011 du Citizen jazz Tour :

Rencontre avec les artistes à l'issue du concert, pot offert par la maison. https://www.laboriejazz.com / www.sebastienfarge.com

Tarifs du concert :  5 / 20 €. La Borie-en-Limousin, 87110 Solignac. Tél: 05.55.31.84.84. https://www.ebl-laborie.com

bandeau actu

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Appel aux dons pour l'acquisition
par l'État des manuscrits de
Robespierre

A l'occasion de la vente aux enchères des manuscrits de Robespierre chez Sotheby's, à Paris, le 18 mai, la direction des Archives Nationales a préempté les lots numéro 31 (Lebas) et numéro 32 (Robespierre), sous les applaudissements de l'assistance.

Mais « les prix sont très élevés, le total se chiffrant à 979.400 euros (respectivement 65.000 et 750.000 euros, plus les taxes) et, à l'heure actuelle, la somme n'est pas encore réunie dans son intégralité et le risque demeure de voir l'Etat dans l'incapacité de la verser le jour voulu », soulignent mercredi Michel Biard, président de la Société des études robespierristes (SER), et Pierre Serna, directeur de l'Institut d'Histoire de la Révolution française, dans un communiqué.

Le directeur des Archives de France, Hervé Lemoine, avait aussi appelé le 18 mai au « concours de tous » pour maintenir « ce trésor patrimonial sur le sol français ».

L'Etat disposait de 15 jours, à dater du 18 mai, pour réunir la somme nécessaire. La souscription nationale lancée par la SER a permis de recueillir jusqu'à présent près de 100.000 euros de dons et promesses de dons.

C'est pourquoi la SER et l'Institut d'Histoire de la Révolution française « appellent à poursuivre l'effort engagé et invitent tous les citoyen(ne)s qui le souhaitent à s'y associer, comme l'ensemble des collectivités locales ».

La ville d'Arras, le conseil général du Pas-de-Calais, la région Nord, la Ville de Paris, mais aussi l'Assemblée nationale et le Sénat, pourraient participer à ce sauvetage, relève le communiqué.

Ces écrits inconnus de Maximilien Robespierre, figure de la Révolution française, né en 1758 à Arras et guillotiné en juillet 1794 à Paris, ont été conservés durant plus de deux siècles par les descendants de son ami Le Bas.

Les dons doivent être adressés à la Société des études robespierristes contact@revolution-francaise.fr

bandeau actu

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Anne Teresa De Keersmaeker
confie « Rain » au Ballet de l'Opéra
de Paris

Pour la première fois, la chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker a accepté de confier l'une de ses œuvres à une compagnie autre que la sienne, le Ballet de l'Opéra national de Paris, qui a fait entrer « Rain » mercredi à son répertoire.

Anne Teresa De Keersmaeker, l'une des plus grands chorégraphes actuels, avoue avoir longtemps hésité avant de se laisser convaincre par la directrice de la danse à l'Opéra de Paris, Brigitte Lefèvre.

Le Ballet de l'Opéra de Paris, « la meilleur compagnie classique du monde, a un lien très fort avec le passé mais aussi un intérêt pour la danse contemporaine », explique la chorégraphe flamande à l'AFP. « C'est vraiment un endroit où la danse classique et la danse contemporaine peuvent se retrouver. »

Mais c'était « un challenge », souligne-t-elle. Car « tant au niveau du vocabulaire que dans ma façon d'être sur scène, il y a un grand décalage avec ce à quoi les danseurs de l'Opéra de Paris sont habitués ».

Sur la scène, un cercle fermé dans sa partie arrière par un rideau de fines cordes suspendues offre son aire à dix danseurs, vêtus de tenues fluides aux teintes beiges et roses. Dans une lumière douce, ils courent, s'immobilisent, courent encore, se déséquilibrent soudain, puis bondissent à nouveau au-dessus du sol, où sont inscrites des lignes géométriques.

Leur mouvement semble jaillir de la musique et de ses pulsations répétitives, obsessionnelles. L'ensemble Ictus avec ses percussions, lui aussi pour la première fois dans la fosse de l'orchestre, fait résonner la « Music for eighteen musicians », composée en 1976 par l'Américain Steve Reich.

« C'est une pièce clé dans le trajet musical de Steve Reich et aussi dans mon trajet », estime Anne Teresa De Keersmaeker.

« Rain », dit-elle, « c'est tout un travail que j'ai fait pendant des années sur la musique répétitive, sur le contrepoint, sur le fait de rendre le maximum avec un minimum de vocabulaire, sur l'organisation spatiale avec des trames sous-jacentes géométriques ».

Pour elle, « Rain » est physiquement et techniquement très difficile et fait appel à d'autres techniques que celles auxquelles sont habitués les danseurs de l'Opéra de Paris.

« Il y a tout un travail au sol, un travail sur la chute, tout un travail d'auto-organisation qui n'est pas habituel dans l'écriture de la danse », assure-t-elle.

« On a fait ensemble un énorme pari artistique en choisissant Rain », confirme Brigitte Lefèvre. « Un ballet d'une heure dix, sans pause pour les danseurs, où chacun est à la fois soliste avec sa propre chorégraphie et où il danse en même temps avec les autres. »

« Chaque danseur qui a créé cette pièce à l'origine est venu et a transmis directement sa partition individuelle au danseur de l'Opéra », explique-t-elle. « Cela a donné de très beaux moments d'échange, d'élan et de vraie transmission. »

Depuis toujours, la musique a été le « premier partenaire » d'Anne Teresa De Keersmaeker, la source de ses créations. Celle de Steve Reich est pour elle « une vraie invitation à la danse ».

« Quand la musique et la danse vont ensemble, je crois que c'est une des choses les plus naturelles et les plus belles qui existent », affirme la chorégraphe.

« On peut danser ensemble, on peut danser tout seul. La danse est une façon de penser, car par la danse on est capable de rendre concrètes les idées les plus abstraites », estime-t-elle.

« Elle nous permet de révéler ce qu'on ne peut pas nommer ou dire, et dans ce sens-là, je crois qu'elle fait partie d'une danse beaucoup plus large, qui n'a pas de fin ni de début et qui est comme un reflet de l'infini ».

bandeau actu

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Jazz sous les Pommiers: une 30e
édition qui s'appuie sur ses
fondements

Pour la 30e édition du festival Jazz sous les Pommiers, du 28 mai au 4 juin à Coutance (Manche), son directeur Denis Le Bas a préféré appuyer sur « quelques petites touches » plutôt que de « casser la tirelire et faire venir Stevie Wonder ou Keith Jarrett ».

« Cela reste dans la lignée de ce qu'on a toujours fait », a confié à l'AFP Denis Le Bas, à la tête du festival depuis 1985.

« Dans les petites touches, il y a la parade finale dans les rues de Coutance, qui devient piéton, entièrement gratuite avec l'idée de faire la fête avec tout le monde plutôt que pour quelques centaines de privilégiés », explique Denis Le Bas. « C'est un défilé de fanfares de toutes couleurs, créoles, funk, batucadas ou fanfares d'harmonie ».

Autre de ces touches: le duo de piano entre Tigran Hamasyan et Martial Solal. « Il y a là la symbolique de la transmission entre générations, avec Tigran qui est en train d'exploser et Martial qui est plutôt à l'autre bout », souligne Denis Le Bas.

La Carte blanche au batteur Aldo Romano fera en outre un peu le bilan de trente ans du festival. « C'est pour nous une manière de revoir un certain nombre de musiciens qui ont traversé l'histoire du festival comme ils ont pu traverser l'histoire d'Aldo -qui fête cette année ses 70 ans-, tels Henri Texier ou Glenn Ferris ».

La programmation fait la part belle aux forces vives du jazz, avec le trompettiste Stéphane Belmondo et son nouveau quartet, la très originale chanteuse sud-coréenne Youn Sun Nah, le pianiste Benjamin Moussay en trio, le saxophoniste Alain Debiossat, les jeunes talents de l'Orchestre National de Jazz...

Plusieurs autres concerts sont à la lisière du jazz et des musiques du monde, comme celui du pianiste allemand Joachim Kühn avec le batteur espagnol Ramon Lopez et le joueur d'oud marocain Majid Bekkas, ou celui du trompettiste sarde Paolo Fresu.

Le blues sera une fois de plus à l'honneur, avec deux valeureux ambassadeurs américains, le guitariste afro-américain Eric Bibb et l'harmoniciste Charlie Musselwhite, l'un des rares musiciens blancs de Chicago à s'être imposé dans le West Side.

A force d'affirmer sa personnalité et de conjuguer son jazz au pluriel, Jazz sous les Pommiers, organisé dans une ville de 10.000 habitants au cœur du bocage, s'est imposé au plan européen: sa candidature vient d'être l'une des 26 retenues, sur 674, pour recevoir une aide financière sur trois ans dans le cadre du nouveau programme « soutien à des festivals culturels européens » chapeauté par la Commission européenne.

« L'une des choses dont je suis le plus fier, c'est la notoriété que nous avons construite de manière très sereine et très progressive tout en gardant, en tout cas je l'espère, notre âme », estime Denis Le Bas.

Seule entorse à cette sage philosophie: la présence à l'affiche du pianiste-chanteur britannique de jazz pop Jamie Cullum, programmé deux fois afin d'amortir son cachet exorbitant.

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Des créations autour de Jacno et du
Velvet à l'affiche du festival Days Off

Des créations autour du chanteur Jacno et du Velvet Underground, mais aussi des concerts de Fleet Foxes, Metronomy et The Do, sont à l'affiche de la deuxième édition du festival Days Off, organisé du 30 juin au 10 juillet par la Cité de la musique à Paris.

Le festival s'ouvrira le 30 juin par un hommage à Jacno, pilier de la scène punk et new wave française, disparu le 6 novembre 2009.

Le concert réunira entre autres Benjamin Biolay, Dominique A, Etienne Daho, Brigitte Fontaine, Jacques Higelin, Arthur H, qui participent tous à l'album « Jacno Future » (Polydor/Universal), publié le 6 juin.

Autre création, le 7 juillet, « The Velvet Underground Revisited » autour du légendaire groupe new-yorkais. The Hot Rats (duo composé de deux anciens de Supergrass), Colin Greenwood (le bassiste de Radiohead), Nicolas Godin (la moitié d'Air) et le producteur Nigel Godrich se réapproprieront l'univers musical conçu par Lou Reed et John Cale.

Days Off proposera également des concerts du duo français The Do, de l'Américaine Cat Power pour une date unique en France, du groupe folk Fleet Foxes, des Anglais de Metronomy ou des Suédois I'm from Barcelona.

Jeanne Moreau et Etienne Daho y interprèteront « Le condamné à mort » de Jean Genet, le 2 juillet à la Salle Pleyel.

bandeau actu

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Plus de 1.000 spectacles pour le
Festival Off d'Avignon

Le Festival Off d'Avignon présentera en juillet 1.143 spectacles donnés par 969 compagnies, ont annoncé mardi les organisateurs au cours d'une conférence de presse, ce qui en fait « le reflet grandeur nature de la réalité de la vie artistique des territoires ».

Sur les 969 compagnies, 867 sont des compagnies métropolitaines françaises et neuf viennent d'Outre-Mer tandis que 93 spectacles viendront de l'étranger, selon l'association Avignon Festival et Compagnies (AF&C) qui coordonne cette manifestation. Au total plus de 6.000 artistes se réuniront pour ce Off « pendant un mois par leur seule volonté » dans 116 lieux.

Le Off, qui se déroulera du 8 au 31 juillet, fera connaître 953 auteurs du XXè siècle.

Le nombre de spectacles venus de l'extérieur était de 73 en 2010 et enregistre une augmentation de près de 30 % en 2011. La Chine sera ainsi représentée cette année dans le cadre d'un échange qui permettra à des compagnies françaises du Off de se rendre à leur tour en Chine pour jouer au Théâtre du Peuple à Pékin.

Taïwan, la Corée du sud sont présents au Off de même que l'Afrique du sud, l'Australie, le Canada, les Etats-Unis, l'Iran notamment.

« Plus de trente millions d'euros de contrats y sont discutés », selon le président d'AF&C, le comédien et metteur en scène Greg Germain. Ils représentent, selon lui, un peu plus de 20% des structures de diffusion françaises.

Organisé depuis les années 1960 en marge du Festival d'Avignon (« le in »), le 0ff est un libre rassemblement de compagnies, sans direction artistique, où les artistes connus affluent.

Sa programmation embrasse le répertoire, la création dramatique, la danse, le cirque, le conte, le mime, la marionnette et le café-théâtre.

Il débutera par la grande parade des artistes et se terminera avec le bal de Clôture.

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Les correspondances de Nietzsche,
Rilke et Freud au théâtre

Les correspondances de Nietzsche, Rilke et Freud avec l'intellectuelle russe Lou-Andréas Salomé, feront l'objet d'une lecture organisée dimanche, dans la grande salle du Théâtre du Nord à Lille, dans le cadre du festival national « A vous de lire ! ».

La lecture de ces lettres sera organisée par l'association Citéphilo dans cette salle de 1.000 places par le comédien Didier Sandre et la philosophe Barbara Cassin.

La romancière, essayiste et psychanalyste Lou Andréas-Salomé a entretenu pendant près d'un demi-siècle (1875-1926) une correspondance très dense avec successivement le philosophe et poète allemand Friedrich Nietzche, l'écrivain autrichien Rainer Maria Rilke et le psychanalyste autrichien Sigmund Freud, avec lesquels elle avait entretenu des liens amoureux, amicaux et intellectuels.

« Les lettres à Lou, lieux secrets tout à la fois poétiques, amoureux, scientifiques, d'idées en pleine construction, occupent une place privilégiée dans les écrits de Nietzsche, Rilke et Freud. Les figures de pensées poétiques, littéraires, philosophiques et même la psychanalyse émergente (...) s'y révèlent dans leurs fragilités rhétoriques les plus étonnantes », souligne Citéphilo.

« Notre volonté, par l'intermédiaire de ces relations épistolaires, était de pouvoir décloisonner la philosophie, tout en conservant la richesse et la profondeur de la pensée », a expliqué l'association.

Cette lecture est gratuite et ouverte à tous dans la limite des places disponibles.

Le festival « A vous de lire ! », qui a pris le relais de « Lire en fête », se déroulera du 26 au 29 mai et investira des centaines de lieux, des cafés aux gares en passant par les écoles et les hôpitaux, dans toute la France et aura pour thème principal la correspondance et les auteurs ultramarins.

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Les chansons de Brel et Brassens
bannies du métro de Bruxelles

Jacques Brel a donné son nom à l'une des stations du métro de Bruxelles, mais ses usagers ne sont pas près d'entendre « Le Plat pays » ou « Les Flamandes » sur les quais du réseau, où les chansons en français, mais aussi en néerlandais, ont été bannies.

En février, la société gestionnaire des transports en commun bruxellois (Stib) avait décidé de diffuser dans ses 69 stations de la musique sélectionnée sur la base des hit-parades internationaux, largement dominés par la variété anglo-saxonne.

En avril, elle a toutefois diffusé quelques morceaux en français, mais elle a « reçu des dizaines de plaintes demandant pourquoi elle ne passait pas également des chansons en néerlandais », a expliqué mercredi dans le journal flamand De Morgen une porte-parole de la Stib, An Van Hamme.

« Mais c'est simplement parce que ces morceaux en néerlandais ne parviennent pratiquement jamais à intégrer les hit-parades », explique la porte-parole.

La Stib a donc décidé de bannir purement et simplement les chansons en français et en néerlandais, pourtant les deux principales langues du pays.

Les clients de la Stib, qui vivent dans une ville officiellement bilingue mais où les francophones sont largement majoritaires, seront donc abreuvés de variété anglo-saxonne (70%), espagnole et italienne (15% chacune) jusqu'à 21H00, moment où la musique classique prend le relais.

Les artistes francophones ou néerlandophones pourront néanmoins voir leurs œuvres diffusées, « à condition qu'elles soient chantées en anglais », explique Mme Van Hamme.

La question linguistique reste très sensible en Belgique, où les partis flamands et francophones ne sont toujours pas parvenus à former un nouveau gouvernement, près d'un an après les élections législatives du 13 juin 2010.

La moindre entrave à la très pointilleuse législation sur l'usage des langues, par exemple dans l'accueil des personnes dans les hôpitaux bruxellois ou dans la composition des cadres de l'armée, peut déclencher une vive polémique.

A Bruxelles, pour ne vexer personne, la Stib diffuse ses annonces aux voyageurs d'abord en néerlandais dans certaines stations et d'abord en français dans d'autres.

bandeau actu

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Solidays 2011 : capacité d'accueil
réduite de 10%

La capacité de Solidays, qui avait battu un record d'affluence en 2010, sera réduite d'environ 10% cette année (24-26 juin) en raison de l'implantation d'un practice de golf sur l'hippodrome de Longchamp, ont indiqué les organisateurs mercredi.

« La cohabitation devrait être meilleure que ce que l'on pensait il y a deux mois », lorsque le festival envisageait une réduction de capacité comprise entre 10 et 20%, a indiqué le directeur-fondateur de Solidarité-Sida, Luc Barruet, lors d'une conférence de presse.

L'édition 2011, qui se tiendra du 24 au 26 juin, devrait être « très satisfaisante », a-t-il souligné.

La billetterie « marche aussi bien que l'année dernière », où le festival avait battu son record d'affluence (168.000 personnes) et de fonds récoltés (1,8 million d'euros net), a précisé Luc Barruet.

Côté programmation, la présence de Peter Doherty est incertaine, alors que celui-ci vient d'être condamné à six mois de prison au Royaume-Uni.

Moby, qui a souligné pendant la conférence de presse le « soutien à une cause importante » que représente Solidays, clôturera l'édition 2011. Le musicien avait participé à la première édition de Solidays en 1999.

Le festival accueillera quelque 70 artistes, dont Patrice, Bernard Lavilliers, Yael Naim, Katerine, Stromae, IAM, Aloe Blacc.

Comme chaque année, les fonds récoltés par le festival iront à la prévention et à l'aide aux malades du sida en France et à l'international.

A cet égard, Jean-Paul Huchon, le président socialiste de la région Île-de-France (un des partenaires de Solidays, NDLR), s'est ému de la baisse des subventions gouvernementales aux associations de lutte contre le virus du Sida et contre les infections sexuellement transmissibles.

« Il est scandaleux que 2011, année des patients et de leurs droits, s'engage d'aussi mauvaise manière », a-t-il déclaré.

M. Huchon a également jugé « scandaleuse » l'adoption mi-mai d'un projet de loi réformant l'encadrement du droit au séjour des étrangers malades.

bandeau actu

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Life Ball contre le sida à Vienne a
rapporté 1,9 million d'euros

La 19e édition du Life Ball, le plus grand évènement européen de lutte contre le sida qui s'est tenu samedi dernier à Vienne, a permis de collecter 1,9 million d'euros, ont annoncé les organisateurs mercredi.

Des associations autrichiennes qui s'occupent des quelque 15.000 personnes atteintes dans la petite république alpine recevront 500.000 euros, comme la fondation américaine contre le sida amfAR et la CHAI, la fondation de l'ancien président américain Bill Clinton, ont précisé les organisateurs dans un communiqué.

L'Office des Nations unies pour la lutte contre la drogue et le crime organisé (ONUDC) recevra 100.000 millions d'euros pour un projet de prévention en Ukraine. La même somme revient à la fondation pour la santé et la justice sociale du Russe Andreï Rylkov.

Ils étaient des dizaines de milliers samedi dernier à participer sur le parvis de l'hôtel de ville à cette soirée de charité, marquée par les costumes des participants, plus extravagants les uns que les autres.

L'an dernier, le Life Ball avait rapporté 1,5 million d'euros aux associations.

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Bertrand Cantat sur scène en
Gironde dans le spectacle de Wajdi
Mouawad

La trilogie « Des Femmes », mise en scène par Wajdi Mouawad, dont la création à Barcelone avait été annulée en raison de la présence de Bertrand Cantat, aura lieu à Cenon (Gironde) du 28 juin au 2 juillet dans sa distribution originelle, a annoncé la compagnie dans un communiqué.

« En remplacement des représentations de Barcelone, le Rocher de Palmer a invité la compagnie à venir créer le spectacle dans sa distribution originelle », indique la compagnie de Wajdi Mouawad, Au Carré de L'Hypothénuse.

« L'ensemble de l'équipe l'en remercie chaleureusement », précise la compagnie. Le Rocher de Palmer est un complexe qui accueille généralement des concerts.

La pièce « Des Femmes », pour laquelle Bertrand Cantat devait monter sur scène au Festival d'Avignon puis en tournée avant d'y renoncer, s'est vu retirer le 5 mai son invitation à Barcelone en raison de la présence du musicien.

L'Institut de la Culture de Barcelone devait accueillir dans le cadre du Festival Grec en juin cette pièce, « Des Femmes - Les Trachiniennes, Antigone et Electre » de Sophocle.

La compagnie avait alors « déploré la censure » dont elle faisait l'objet.

La polémique suscitée par sa présence avait amené Bertrand Cantat à renoncer à monter sur scène au Festival d'Avignon, du 20 au 25 juillet, ainsi qu'à Montréal, où il devait se produire en mai 2012, et à Ottawa.

Bertrand Cantat a été condamné à huit ans de prison en Lituanie pour avoir battu à mort en 2003 sa compagne l'actrice Marie Trintignant, fille de Jean-Louis. Transféré en France, il a été remis en liberté en 2007.

L'annonce de sa présence sur scène à Avignon avait provoqué le retrait de Jean-Louis Trintignant du Festival d'Avignon où l'acteur devait faire des lectures de poèmes, le 9 juillet, dans le cadre d'un programme de la radio France Culture.

L'acteur avait déclaré ne pas vouloir participer à une manifestation « où se produit l'homme qui a tué sa fille ».

Le metteur en scène libano-québécois avait déjà associé Bertrand Cantat à son précédent spectacle créé en 2009 à Avignon, « Ciels », où le chanteur interprétait la voix off.

Le spectacle « Des Femmes » est aussi programmé à Madrid, Bilbao, Genève, Athènes et Namur (Belgique).

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Dix-sept pyramides découvertes en
Egypte grâce à un satellite de la Nasa

Un trésor archéologique de quelque 17 pyramides et de milliers de tombes et maisons anciennes a été découvert en Egypte par l'archéologue américaine Sarah Parcak grâce l'usage révolutionnaire d'images d'un satellite de la Nasa.

Des excavations ont déjà confirmé la présence de plusieurs de ces vestiges, dont deux pyramides, selon ces travaux dévoilés mercredi par la chaîne britannique BBC, qui a financé les fouilles.

« Je ne pouvais pas croire que nous avions pu ainsi découvrir autant de sites dans toute l'Egypte », déclare le Pr Parcak de l'Université d'Alabama à Birmingham, pionnier de l'archéologie dite de l'espace, une discipline émergente, sur un blog de l'université.

« Excaver une pyramide est le rêve de tout archéologue », ajoute Sarah Parcak.

Cette archéologue et son équipe ont fait des fouilles sur ces sites pour déterminer comment des images satellites peuvent être utilisées en archéologie.

Pendant plus d'un an, Sarah Parcak a utilisé des images d'un satellite de la Nasa orbitant à 700 km d'altitude, prenant une multitude de clichés haute-définition et à infrarouge de la nécropole de Saqqarah et Tanis, un important site archéologique dans le nord-est de l'Egypte.

La puissance de ces caméras permet de distinguer des objets de moins d'un mètre de diamètre sur le sol.

L'imagerie infrarouge fait la distinction entre les différents matériaux enterrés, ce qui permet de repérer les structures se trouvant sous la surface, comme d'anciennes maisons en briques d'argile, un matériau d'un plus grande densité que le sol environnant.

Les infrarouges produisent ainsi des images faisant ressortir la forme des habitations, des tombeaux et des temples.

« Ceci nous montre combien nous avons sous-estimé à la fois la taille et l'étendue des vestiges des sociétés humaines du passé », souligne Sarah Parcak dans une interview à la BBC.

Cette nouvelle technologie repousse les limites de l'archéologie traditionnelle.

L'outil satellitaire « nous donne une perspective bien plus étendue sur les sites archéologiques », explique le Pr Parcak. « Indiana Jones est de la vieille école, nous sommes passés à autre chose, désolée Harrison Ford », a ironisé Sarah Parcak.

La BBC diffusera lundi un documentaire intitulé « Les cités perdues d'Egypte » relatant l'expédition de Sarah Parcak.

Si les autorités égyptiennes n'étaient au début pas convaincues par ces recherches, le résultat des premières excavations à Tanis ne leur ont laissé aucun doute.

« Une maison vieille de 3.000 ans que l'imagerie satellite avait révélée a été ainsi exhumée et les contours de la structure correspondaient quasi parfaitement aux images du satellite. Ce fut une véritable validation de la technologie », explique Sarah Parcak.

bandeau actu

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Une demeure conçue par Gaudi
rouvre à Barcelone après restauration

Le Palau Güell, l'une des œuvres de Gaudi à qui l'Unesco a attribué le label de Patrimoine mondial, a servi de décor au tournage en 1975 du film « Profession: reporter » avec Jack Nicholson.

Une demeure signée Antoni Gaudi, le Palau Güell, a rouvert mercredi à Barcelone après sept ans de restauration pour un budget de neuf millions d'euros, et s'ajoute à la liste des chefs-d'œuvre Art nouveau de l'architecte catalan ouvertes au public.

Le Palau Güell, situé dans le quartier populaire du Raval, a été construit entre 1886 et 1890 pour l'industriel du textile Eusebi Güell, qui a commandé à Gaudi de nombreuses œuvres et a vécu dans ce palais avec sa famille pendant 20 ans.

Le Palau Güell est la première réalisation majeure de Gaudi (1852-1926), et il préfigure le style de l'architecte moderniste catalan, avec des décors en fer forgé aux formes complexes et des cheminées recouvertes de céramiques craquelées, les célèbres trecandis, servant de bouches d'aération.

Deux portes cochères à voûtes paraboliques, ornées de grilles en fer forgé, percent la façade.

« Une rénovation totale du bâtiment a été entreprise », a expliqué Enric Monne i Camps, un porte-parole du gouvernement régional de Catalogne qui est propriétaire du Palau Güell depuis 1945.

Les travaux ont permis notamment de consolider la maçonnerie endommagée qui fragilisait la structure de l'édifice et d'y installer l'électricité et l'air conditionné.

Le Palau Güell, l'une des œuvres de Gaudi à qui l'Unesco a attribué le label de Patrimoine mondial, a servi de décor au tournage en 1975 du film « Profession: reporter » avec Jack Nicholson.

Il rejoint la liste des réalisations de Gaudi déjà ouvertes au public à Barcelone, dont la Casa Batllo, la Casa Mila, le Parque Güell ainsi que la Basilique de la Sagrada Familia.

Le palais, situé dans une rue proche des Ramblas, l'avenue centrale de Barcelone, était fermé au public depuis 2004.

Les visites reprendront jeudi, avec des billets d'entrée vendus 10 euros (environ 14 dollars) et un maximum de 150 personnes admises en même temps.

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Bernar Venet encadre le château de
Versailles d'arcs monumentaux en
acier

Les arcs ont été réalisés en acier Corten, dont le ton rouge-brun prend particulièrement bien la lumière notamment au coucher du soleil.

Des arcs immenses en acier rouge-brun qui semblent encadrer le château de Versailles: l'art contemporain est de retour chez Louis XIV, avec les gestes monumentaux et épurés du sculpteur français Bernar Venet.

Après Jeff Koons, Xavier Veilhan et Takashi Murakami, c'est au tour de cet artiste minimaliste de se mesurer à « ce monument absolu qu'est le château de Versailles », selon les termes de Jean-Jacques Aillagon, le président de l'établissement public.

Bernar Venet, 70 ans, en rêvait depuis longtemps.

Il avait fait de lui même des photomontages de ses sculptures dans le parc il y a environ cinq ans.

Venet a imaginé une sculpture composée de deux rangées de huit arcs de 22 mètres de hauteur. Il aurait bien aimé la poser dans les jardins mais le poids de l'œuvre aurait pu les abîmer.

L'œuvre a donc été installée sur la Place d'Armes, à l'extérieur des grilles d'entrée. Cette sculpture « n'est pas une parenthèse mais un encadrement » à la fois de la statue équestre de Louis XIV toute proche, et du château, plus lointain, souligne Venet.

Les arcs ont été réalisés en acier Corten, dont le ton rouge-brun prend particulièrement bien la lumière notamment au coucher du soleil.

L'œuvre est une prouesse technique, réalisée avec les ingénieurs du cabinet belge Greisch qui a travaillé sur le Viaduc de Millau.

L'artiste a installé six autres œuvres en acier dans les jardins du Domaine de Versailles et dans celui de Marly: d'autres arcs mais aussi des « lignes indéterminées » ou « verticales » et un « effondrement ».

Il a fallu jongler avec diverses contraintes: le flux des visiteurs, mais aussi le tournage de deux films en costume prévus cet été.

L'exposition, qui démarre officiellement le 1er juin, durera jusqu'au 1er novembre.

Alors que les expositions Koons en 2008 et Murakami en 2010 avaient suscité de vives polémiques, celle de Venet devrait être moins controversée dans la mesure où ses œuvres sont dans les jardins.

Mais des critiques pointent malgré tout le nez. Anne Brassié-Auger, une Versaillaise qui anime une émission sur Radio Courtoisie et avait mené le combat contre l'exposition Murakami, déplore le « mélange des genres ». « On ne met pas une toile cirée sur une commode Louis XV, ni un piercing sur les lèvres de la Joconde », dit-elle.

bandeau actu

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Un  prédateur géant des mers
aurait survécu bien plus longtemps

Des fossiles découverts au Maroc ont permis de retrouver la trace d'un « géant » prédateur des mers, ayant survécu bien plus tard qu'on croyait jusque là, selon une étude publiée mercredi qui éclaire d'un nouveau jour une période cruciale de l'évolution de la vie sur Terre.

Ces prédateurs, les anomalocaridides (« étrange crevette »), auraient été les plus gros animaux de la planète pendant « l'Explosion cambrienne » il y a 540 à 500 millions d'années, lorsque la biodiversité s'est énormément accrue.

Le spécimen bien conservé, découvert au Maroc mesure un mètre de long, alors que les fossiles d'anomalocaridides retrouvés jusque là n'avaient guère plus de 60 cm de longueur.

Les paléontologues ont aussi été surpris de découvrir que ce spécimen n'avait pas vécu au Cambrien mais à une période plus récente, l'Ordovicien, qui a aussi vu l'explosion des espèces.

Cela signifie que les anomalocaridides auraient survécu pendant 30 millions d'années de plus qu'estimé jusque là, selon l'étude publiée dans la revue scientifique britannique Nature.

Groupe le plus typique des animaux du Cambrien, les anomalocaridides, « géants prédateurs invertébrés », se sont éteints « bien plus récemment qu'on le croyait », résume Derek Briggs (Yale Peabody Museum of Natural History, Etats-Unis).

« La nouvelle découverte faite au Maroc montre que des animaux caractéristiques du Cambrien, comme les anomalocaridides, ont continué d'avoir un impact considérable sur la biodiversité et l'écologie des communautés marines bien des millions d'années plus tard », ajoute son collègue Peter Van Roy (Université de Gand, Belgique).

jeudi 26 mai 2011

______________________________
La planète Mars s'est formée en un
temps record

La planète Mars s'est formée en un temps record, seulement 2 à 4 millions d'années après la naissance du système solaire, alors que la Terre a mis 50 à 100 millions d'années pour atteindre sa taille actuelle, selon une étude publiée mercredi dans la revue scientifique Nature.

Cette rapidité explique pourquoi Mars est bien plus petite (6.800 km de diamètre) que la Terre (12.700 km de diamètre) ou Vénus, selon Nicolas Dauphas (Université de Chicago) et Ali Pourmand (Université de Miami).

La Terre a aggloméré pendant des dizaines de millions d'années des petits corps rocheux, sorte d'embryons de planètes, avec laquelle elle était entrée en collision, ce qui lui a permis de grossir.

« La Terre est faite d'embryons comme Mars, mais Mars est un embryon planétaire resté à l'écart, sans jamais entrer en collision avec d'autres embryons afin de constituer une planète semblable à la Terre », résume M. Dauphas.

Pour découvrir l'âge de Mars, les deux géophysiciens ont pris pour référence la désintégration radioactive du hafnium 182. Il faut 9 millions d'années pour que la moitié de cet élément radioactif se tranforme en tungstène 182.

En 50 millions d'années (soit plus de cinq périodes de 9 millions d'années), presque tout le hafnium 182 disparaît, ce qui permet de repérer la chronologie des premiers événements au sein du système solaire.

La composition de météorites d'origine martienne a ensuite été analysée et comparée à celle d'autres types de météorites, des débris datant de la naissance du système solaire.

Jusqu'alors, les scientifiques estimaient que la planète Rouge aurait pu mettre 15 millions d'années à se former.

jeudi 26 mai 2011

______________________________
Enchères à New-York: 1,4 M USD
pour un Botero, pas d'acheteur
pour Frida Kahlo

Un autoportrait de Frida Kahlo n'a pas trouvé acheteur mercredi lors d'une vente aux enchères d'art latino-américain chez Sotheby's à New-York, tandis qu'une toile du colombien Fernando Botero, « Una familia » (Une famille), est partie pour 1,4 million de dollars (un million d'euros).

Un autoportrait de Frida Kahlo n'a pas trouvé acheteur mercredi lors d'une vente aux enchères d'art latino-américain chez Sotheby's à New-York, tandis qu'une toile du colombien Fernando Botero, « Una familia » (Une famille), est partie pour 1,4 million de dollars (un million d'euros).

Les ventes ont atteint un montant total de 21,7 millions de dollars pour 56 œuvres adjugées, un record pour des enchères consacrées à l'art latino-américain, a indiqué Sotheby's.

Le tableau « Una familia » de Botero (né en 1932) a été la mieux vendue de la soirée suivie d'une sculpture en bronze du même artiste, « Hombre a caballo » (Homme à cheval), à 1,2 million de dollars.

« Autorretrato en miniatura » (Autoportrait miniature) de la mexicaine Frida Kahlo (1907-1954), estimé entre 800.000 et 1,2 million de dollars, n'a pas trouvé preneur.


©Musicologie.org 2011