À propos du site

S'abonner au bulletin

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil

bandeau actu

Actualités musicales


2011
<<  mai   >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

 

 

mardi 24 mai 2011

______________________________
Graciane Finzi, Et nous le monde,
en podcast à France Musiques.

Ce drame lyrique pour récitants, chœur et 17 instrumentistes sur un livret de Jacques Descorde, a été écrit au cours d'échanges avec les élèves de 1ère BAC Pro MEI (Maintenance des Equipements Industriels) du Lycée Bartholdi de Saint-Denis dans le cadre d'un projet pédagogique en partenariat avec le Festival de Saint-Denis.

Tout commence dans le silence, par un texte défilant sur un écran :

L'histoire se déroule de nos jours dans un square proche du Sacré Cœur à Paris, où est érigée une statue à l'effigie du Chevalier de la Barre, qui en 1766, fut victime de l'intolérance religieuse dans une affaire où s'investirent les philosophes des Lumières au nom de la tolérance religieuse.

Accusé d'avoir dans un premier temps, dans la ville d'Abbeville, tailladé un crucifix puis refusé de saluer une procession religieuse, on lui reprocha également la lecture du Dictionnaire philosophique de Voltaire. Pour ces trois faits, il fut accusé d'impiété et de sacrilège et condamné à subir la question ordinaire et extraordinaire, autrement dit à être torturé, à avoir le poing et la langue coupés, à être décapité et brûlé avec l'exemplaire du Dictionnaire philosophique cloué sur le torse.

Le Chevalier de la Barre avait 19 ans.

Il fut réhabilité le 15 novembre 1793 par la Convention.

Un groupe de jeunes gens entre dans le square, s'approche de la statue. Celle-ci s'anime et parle.

Et cela sonne ensuite d'un lyrisme somptueux et bouleversant, qui entremêle le supplice du chevalier de la Barre, raconté par lui-même, au quotidien de lycéens d'aujourd'hui. L'œuvre est de bout en bout tendue, dramatique sans relâche, employant un impressionnant déploiement de ressources dramatiques, tout en échappant au sentiment de collage de ses 14 séquences successives. Effets de timbres, effets mélodiques (le chœur a parfois des accents fauréens), de clusters, effets de la déclamation, effet d'un texte fort, effets de perspective par la présence contrastée des lycéens, qui auraient peut-être pu tenir un rôle structurant plus important.

Et nous le monde a été créé le 6 mai 2011 en l'Amphithéâtre X de l'Université Paris VIII dans le cadre d'un projet pédagogique du Chœur de Radio France. L'œuvre a été retransmise par France Musiques le 23 mai, on peut encore l'écouter en podcast quelque temps : https://is.gd/z8TtXn ou https://is.gd/2Cc1Uq (après les informations !)

Jacques Descorde, récitant
Yannis Bougeard, récitant
Élèves du lycée Bartholdi de Saint-Denis
Chœur de Radio France
Musiciens de l'Orchestre National de France
Mélanie Lévy-Thiébaut, direction

mardi 24 mai 2011

______________________________
Jusqu'au 12 juillet à Paris avant les
francopholies à la Rochelle,
Joséphine ose

De la musique, mais pas que, de la danse, mais pas que, des larmes un peu, du rire elle en espère beaucoup : Joséphine ose. Jusqu'au 12 juillet 2011, tus les mardis à 19h45 au Sentier des Halles à Paris. Le 13juillet, Francofolies de la Rochelle. Reprise au Sentier des Hazlle le 13 nseptembre 2011.

mardi 24 mai 2011

______________________________
Festival Musique et Passions de
Clermont-l'Hérault : un 6e concert le
29 mai

Les « Amis des orgues de Clermont-l'Hérault » vous convient au sixième concert du quatrième « Festival Musiques et Passions », dimanche 29 mai 2011 à 18h.00.

Ce concert sera donné dans l'église Saint-Paul de Clermont-l'Hérault par l'Ensemble vocal Claire Garrone.

Au programme : Giovanni Gabrieli : Jubilate Deo omnis terra ; Claudio Monteverdi : Laetaniae della Beata Vergine ; Crucifixus ; Hans Leo Hassler : Exsultate Deo ; Heinrich Schütz : Die Himmel erzählen die Ehre Gottes ; Ach Herr, straf mich nicht in deinem Zorn ; Johann Hermann Schein : Wende dich, Herr, und sei mich gnädig ; Alessandro Scarlatti : Exsultate Deo ; Quirino Gasparini : Plangam dolorem meum ; Henry Purcell : Hear my prayer, o Lord ; Remember not, Lord, our offences ; Johann Christoph Bach : Fürchte dich nicht ; Johann Ludwig Bach : Das ist meine Freude.

Claire Garrone a suivi une formation de chef de chœur auprès des plus grands maîtres d´Europe. Elle a enseigné comme professeur de chant choral au Conservatoire de rayonnement régional de Montpellier. Après avoir assuré la formation vocale des jeunes choristes et des jeunes solistes de chœur à Opéra Junior, elle a enseigné « la voix » en musicothérapie à l´université Montpellier III. Elle forme les chefs de chœur pour participer à des festivals et à des académies d´été. Dans la formation des choristes, elle attache une grande importance au développement de leur autonomie.

Créé à Montpellier en 1980, l'Ensemble vocal Claire Garrone est composé d'une trentaine d'amateurs motivés pour explorer le répertoire infini du chant choral. Étude de la prosodie des langues utilisées, formations allant du grand chœur jusqu'au quatuor, travail sur la justesse, la rigueur rythmique et sur la relation voix-mouvements. Telles sont les orientations actuelles de Claire Garrone, dont l'exigence sollicite un véritable engagement de chaque choriste

https://www.clermont-herault-concerts.fr/

 

  mardi 24 mai 2011

______________________________
La Voix est Libre, festival
d'improvisation « multiartistique »

La 8e édition du festival La Voix est Libre propose de mardi à jeudi aux Bouffes du Nord, à Paris, une douzaine de créations basées sur l'improvisation entre musiciens, comédiens, danseurs, peintre, jongleur, avec un lien étroit entre musiques et textes.

Ce festival revendiquant une grande liberté de ton réunira notamment Bernard Lubat (batterie, chant, piano), les contrebassistes Hélène Labarrière et Joëlle Léandre, électrons libres du jazz avant-gardiste, le comédien Denis Lavant et le danseur Sébastien Jacobs.

Bernard Lubat tentera de coordonner mardi une formation hybride, composée entre autres du trompettiste Jacques Coursil, du slameur-contrebassiste Dgiz, des danseurs Mathieu Desseigne et Antoinette Gomis.

Leur création Débordanses est un hommage à la prose d'Edouard Glissant, disparu en février. L'intervention de l'écrivain martiniquais à l'ouverture du festival en 2007 sera projetée en préambule de cette édition. Il y affirmait qu'« une langue vit du frémissement de toutes les langues qui la travaillent secrètement ».

Cette soirée de mardi consacrera le lien entre musiques et textes, avec les chanteurs iranien Alireza Ghorbani et tunisien Dorsaf Hamadani qui interpréteront les poésies du Perse Omar Khayyam, libre penseur du 11e siècle.

Parmi les temps forts de mercredi, Cécile Duval et Guylaine Cosseron donneront chair aux textes de l'écrivain Charles Pennequin, qui manie l'humour noir et l'absurde.

Parmi les sept duos au programme de la soirée de jeudi, baptisée Collisions, figure celui entre le comédien Denis Lavant et le musicien Wilfried Wendling (électronique) pour une performance de théâtre sonore.

mardi 24 mai 2011

______________________________
Décès du chef d'orchestre Dietfried
Bernet

Le chef d'orchestre autrichien Dietfried Bernet, qui a notamment été chef invité à l'Opéra royal de Copenhague, est décédé à l'âge de 71 ans dans la nuit de dimanche à lundi, a annoncé sa veuve à l'agence de presse autrichienne APA.

Elève des chefs d'orchestre magyaro-autrichien Hans Swarowsky et grec Dimitri Mitropoulos, il avait commencé sa carrière dès l'âge de 18 ans en dirigeant des concerts dans la prestigieuse salle du Musikverein à Vienne. A 22 ans, il avait été le lauréat du Concours international de chef d'orchestre de Liverpool (Grande-Bretagne).

En 1974, il était devenu Directeur général de la musique de la ville de Mayence (ouest de l'Allemagne) et avait fait ses débuts à la baguette au prestigieux Festival de Salzbourg, en Autriche.

De 1995 à 2000, il avait été le chef invité de l'Opéra royal de Copenhague, tout en étant aussi à la baguette de grands orchestres comme l'Orchestre philharmonique de Londres, l'Orchestre philharmonique de Berlin, l'Orchestre symphonique de Chicago ou l'Orchestre symphonique de Vienne. Il a aussi dirigé des opéras au Covent Garden de Londres, à l'Opéra allemand et à l'Opéra d'état à Berlin, ainsi qu'au Théâtre San Carlo à Naples (Italie).

mardi 24 mai 2011

______________________________
Décès  de Joseph Brooks,
compositeur de musique de cinéma

L'auteur-compositeur de musique de cinéma, scénariste et réalisateur Joseph Brooks, qui avait remporté un Oscar en 1977, est mort dimanche à New York à l'âge de 73 ans, a annoncé la police, précisant qu'il s'agissait apparemment d'un suicide.

Brooks était dans l'attente de l'ouverture de son procès pour viol de femmes qu'il aurait attirées dans son appartement prétextant des auditions. Il avait plaidé non coupable, selon des sources judiciaires.

Un porte-parole de la police a indiqué qu'il avait été retrouvé par un ami dans son appartement de Manhattan vers 12h30. « Apparemment il s'agit d'un suicide », a précisé ce porte-parole. Joseph Brooks se serait suicidé avec une serviette de bain nouée autour du cou et un sac plastique sur la tête, suspendu à un sac d'hélium, selon les enquêteurs cités par la presse.

En 1977, Joseph Brooks avait remporté l'Oscar de la meilleure chanson originale pour « You light up my life », dans le film du même nom qu'il avait réalisé. Il avait également remporté un Grammy pour cette chanson.

En 2009, Brooks avait plaidé non coupable de viol et agressions sexuelles à l'encontre de 13 femmes, selon la presse new-yorkaise. La date de son procès n'avait pas encore été fixée.

Un de ses fils, Nicholas Brooks, 24 ans, a été inculpé il y a quelques mois de tentative de meurtre après le décès de sa petite amie Sylvie Cachay, une styliste de maillots de bains d'origine péruvienne retrouvée morte à l'hôtel SoHo House en décembre. Il a plaidé non-coupable.

mardi 24 mai 2011

______________________________
Pour ses 25 ans, le festival
« Chalon dans la rue » célèbrera
l'image

Théâtre de rue, pyrotechnie, performances en tous genres...le festival « Chalon dans la rue » (20 au 24 juillet) souffle cette année ses 25 bougies en célébrant l'image sous toutes ses formes, ont annoncé lundi les organisateurs.

« Ce ne sont pas moins de dix projets sur vingt qui tentent l'aventure, le pari, de mêler l'image, sous des formes aussi plurielles que possible, à leurs écritures », a déclaré le directeur artistique du festival, Pedro Garcia, lors de la présentation du programme avant d'évoquer Nicéphore Niépce, l'inventeur de la photographie, né à Chalon-sur-Saône.

« C'est aussi un peu de l'esprit de Niépce qui rôde. L'inventeur, l'utopiste, l'artiste, chercheur et curieux. L'image, nous la lui devons et les artistes de cette édition la célébrerons à leur manière », a-t-il ajouté.

La programmation de la 25e édition fait appel à des « poids lourds des arts de la rue » qui se situent « au plus près des préoccupations sociales » avec des sujets tels que « les flux migratoires africains », « le glissement de l'activité industrielle vers l'est », « l'écologie » ou « le témoignage d'un photo-reporter de guerre », selon les organisateurs.

On pourra notamment admirer la « pyrotechnie musicale » des « Commandos Percu » ou la compagnie « Transe Express » qui avait fait l'ouverture des jeux Olympiques d'Albertville, en 1992.

« Chalon dans la rue », qui a accueilli 220.000 spectateurs en 2010, mobilisera vingt compagnies dans le in et 159 dans le off, avec une dizaine de pays représentés (Belgique, Espagne, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Corée, Italie, Suède, Portugal, Grande-Bretagne). La majorité des spectacles sont gratuits.

Depuis sa création en 1987, cette manifestation s'est imposée comme la plus importante du genre avec le festival d'Aurillac, en août.

mardi 24 mai 2011

______________________________
Apple se prépare à lancer un service
de comptes musicaux en ligne

Le groupe informatique Apple semble se préparer à lancer un service de comptes musicaux en ligne, accessible à partir d'une série d'appareils connectés, qui pourrait à la différence de services concurrents d'Amazon et Google bénéficier du soutien des maisons de disques.

Selon la presse et des blogs américains, Apple pourrait présenter ce service dans deux semaines, à l'occasion de sa conférence annuelle pour développeurs qui s'ouvre le 6 juin à San Francisco, après avoir négocié avec au moins trois des quatre plus grandes « majors » du disque.

L'avantage d'un tel compte musical stocké sur les serveurs d'Apple, selon le principe de l'informatique dématérialisée, serait d'éviter aux internautes d'avoir à synchroniser leurs tablettes ou baladeurs avec le disque dur d'un ordinateur, toute leur collection musicale étant désormais accessible en ligne.

Apple se lancerait sur ce terrain à la suite d'Amazon et de Google.

Le distributeur en ligne Amazon a déjà lancé fin mars ses services « Cloud Drive » et « Cloud Player » qui permettent à des abonnés de stocker leurs collections musicale et vidéo sur les serveurs d'Amazon, d'où elle est accessible sur ordinateur ou sur des appareils fonctionnant sous le système Android de Google.

Google s'est lui même lancé sur le créneau au début du mois avec son service « Google Music », qui permet aux internautes de gérer en ligne leur collection musicale, pour la jouer sur ordinateur, sur téléphone ou sur tablette.

Google Music, lancé en version bêta et sur invitation, n'est toutefois pas un service de vente, seulement un service de gestion de collection, et suppose que les internautes chargent sur le service leur collection préexistante.

Le service d'Apple s'annonce plus complet, notamment grâce à l'existence d'iTunes, la boutique en ligne qui a fait d'Apple un des plus grands disquaires du monde, avec plus de 200 millions de clients et plus de dix milliards de morceaux vendus depuis 2003.

En outre Apple aurait déjà conclu des accords avec EMI, Sony et Warner Music Group, tandis que des négociations se poursuivraient avec Universal, pour le nouveau service d'écoute en ligne: ces accords permettraient aux internautes d'avoir immédiatement accès en ligne à leur collection iTunes, selon le New York Times.

« Avec ces accords, Apple aura le dessus sur la musique en ligne, bien qu'il soit le dernier à se lancer », résumait MG Siegler sur le blog d'informations spécialisées TechCrunch.

« Apple va sans doute être en mesure de faire quelque chose d'essentiel pour que décolle la musique en ligne: proposer une synchronisation (automatique) de la collection (existante) sans qu'il soit besoin d'effectuer de chargement », ajoutait M. Siegler.

Le New York Times estimait quant à lui que ce service musical pourrait être intégré au service sur abonnement MobileMe, qui permet aux propriétaires d'ordinateurs Macintosh d'accéder à des dossiers stockés sur les serveurs d'Apple.

Apple pourrait aussi reprendre des caractéristiques du défunt site Lala, qu'il a acheté en décembre 2009, et qui permettait de stocker des collections musicales en ligne.

mardi 24 mai 2011

______________________________
Les films de la semaine

« Infiltration », tourné près de Jérusalem, montre des jeunes Israéliens de tous les milieux qui doivent apprendre à faire la guerre. Le jeune Brésilien Tambourine de « Play a song for me » est confronté à d'étranges souvenirs, les trois adolescentes de « Rêves volés » vivant dans une favela rêvent d'un monde meilleur, « Senna » retrace la vie du coureur automobile alors que les héros de « Very bad trip 2 » partent, eux, pour un voyage exotique en Thaïlande.

« Le complexe du castor » (The Beaver), de Jodie Foster avec Jodie Foster, Mel Gibson (1h30, Etats-Unis) - Déprimé, Walter incarné par Mel Gibson s'éloigne de sa famille jusqu'à ce que sa femme le chasse de la maison. Il s'accroche alors à la marionnette d'un castor qui devient un autre lui-même mais dont il ne peut plus se passer.

« La défense Lincoln » (The Lincoln Lawyer), de Brad Furman avec Matthew McConaughey, Ryan Philippe, William H. Macy (1h58, Etats-Unis) - Adapté du roman éponyme de Michael Connelly, « La défense Lincoln » est l'histoire d'un avocat de Los Angeles, interprété par Matthew McConaughey, qui a passé sa vie à défendre des dealers et des chauffeurs, avant de se voir confier la défense d'un playboy accusé d'avoir violé et défiguré une femme.

« Infiltration » (Hitganvut yechidim), de Dover Kosashvili avec Gay Adler, Oz Zehavi (1h56, Israël) - Six ans après son dernier long métrage, le réalisateur israélien adapte au cinéma un roman de Yeoshua Kenaz écrit en 1896. De jeunes recrues israéliennes, aussi diverses que les composantes de la diaspora juive, vivent ensemble pendant trois mois de l'été 1955, dans une base du désert du Néguev. Le film a été tourné près de Jérusalem.

« Play a song for me » (Os famosos e os duendes de morte), de Esmir Filho avec Henrique Filho (1h41, France - Brésil) - Tambourine, qui habite une petite ville brésilienne, est un adolescent fanatique de Bob Dylan. Il ne communique avec le monde extérieur que via internet jusqu'à ce que des mystérieux personnages le plongent dans un monde au-delà du réel.

« Rêves volés » (Sonhos Roubados), de Sandra Werneck avec Nanda Costa, Amamda Diniz (1h30, Brésil) - Trois adolescentes qui vivent dans une favela de Rio de Janeiro se prostituent occasionnellement en rêvant à un monde meilleur.

« Senna », de Asif Kapadia, documentaire (1h44) - Recourant à des images inédites extraites des archives de la Formule 1, ce film documentaire relate la vie du pilote mythique Ayrton Senna depuis la saison 1984 jusqu'à sa mort dix ans plus tard.

« Very bad trip 2 » (The Hangover Part 2), de Todd Philips avec Bradley Cooper, Zach Galifianakis (1h40, Etats-Unis) - Phil, Stou, Doug et Alan partent pour un voyage exotique en Thaïlande à l'occasion du mariage de Stu. Les choses ne se passent pas comme prévu.


©Musicologie.org 2011

©Musicologie.org 2011