À propos du site

S'abonner au bulletin

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil

bandeau actu

Actualités musicales


2011
<<  mai   >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

 

6 mai 2011, 20h30
Paris Salle Gaveau

Concert des lauréats du
65
e Concours de Genève

Mami Hagiwara, 1er Prix de piano
Ivan Podyomov, 2
e Prix de hautbois
Quatuor Voce

Quintettes de Mozart & Franck
Œuvres de Schumann, Fauré & Looten

La Salle Gaveau accueille pour la première année le Concours International de Genève en vous faisant découvrir les lauréats de la 65e édition à l'occasion du Concert de Gala qui se déroulera le vendredi 6 mai 2011 à 20h30.

Un grand rendez-vous avec des invités de marque, mêlant à la fois récital de piano solo avec Mami Hagiwara, 1er prix de piano, qui interprètera des œuvres de Robert Schumann et Gabriel Fauré, de la musique de chambre avec Ivan Podyomov, 2e prix de hautbois, et le Quatuor Voce dans l'irrésistible Quintette pour hautbois et cordes de Mozart. Egalement au programme de cette soirée exceptionnelle, le très romantique Quintette pour piano et cordes de César Franck.

Depuis la création en 1939 du Concours de Genève, la liste des lauréats est éloquente. Parmi les plus grands : Maurice André, Martha Argerich, Arturo Benedetti-Michelangeli, Emmanuel Pahud, Maurizio Pollini, Georg Solti, José Van Dam, Christian Zacharias.

Une présentation du concert aura lieu à 19h30.

Salle Gaveau, 45 rue de la Boétie, 75008 Paris.
https://www.sallegaveau.com

6-7 mai 2011, 20h30
Opéra de Limoges

Versus

Pièce chorégraphique de Pedro Pauwels
d'après les lieder de Schubert,
adaptés par Benard Cavanna

Production de l'Opéra-Théâtre de Limoges en coproduction avec les centres culturels municipaux, scène conventionnée pour la danse

Conception et création chorégraphique, Pedro Pauwels
Scénographie,Pedro Pauwels
Direction musicale, Pascal Contet
Conception costumes, Joël Viala
Conception des lumières, Evelyne Rubert
soprano, Marion Tassou
accordéon, Pascal Contet
violon, Elina Kuperman
violoncelle, Denys Viollet

Réalisation décors et costumes par les ateliers de l'Opéra-Théâtre de Limoges. Ballet de l'Opéra-Théâtre de Limoges. Production de l'Opéra-Théâtre en coproduction avec les centres culturels municipaux, scène conventionnée pour la danse. Réservations à l'Opéra-Théâtre. 48 rue Jean Jaurès - 87 Limoges. Téléphone : 05 55 45 95 95

 

    « Un carré blanc au centre du plateau, seul espace de liberté des corps. De part et d'autre des individus assis le regard dans le vide, attendent, figés dans une posture stricte, scolaire, comme enfermés, emprisonnés … Une voix, une musique, une lumière qui appelle à l'évasion, à un lâcher prise avec toutes ces conventions, ces interdits qui nous freinent, nous appauvrissent, nous amènent à nous éteindre petit à petit….La pureté de l'œuvre musicale m'a amené à ne rien ajouter musicalement, les espaces de silence qui ponctuent les séquences chantées installent l'attente, l'éveil, la curiosité, l'impatience du devenir...»

Pedro Pauwels

 Versus se déroule dans un espace qui se construit et se déconstruit en permanence. Un espace traité comme un mode de signification, qui, à partir du signifiant, va petit à petit dégager du sensible. Un carré blanc, délimitation d'un territoire de vie, de pensée, d'action où circuler librement est encore possible.

Le phénomène d'accumulation est choisi en tant que principe de construction dramaturgique :

les matériaux chorégraphiques, les éléments vestimentaires venant au fur et à mesure enrichir le territoire de l'action.

L'espace et la construction chorégraphique sont articulés autour d'une contrainte plastique très forte, à partir de laquelle le chorégraphe cherche à exprimer une puissante sensorialité.

6 mai 2011, 20h30
vendredi 6 mai, 20h30 - La Borie/Solignac 

Perrine Mansuy
Vertigo songs


photo Solène Person

Perrine Mansuy, piano, compositions
Marion Rampal, voix, textes
Jean-Luc Difraya, percussions, voix
Rémy Decrouy, guitare et samples

« Vertigo Songs » réunit quatre musiciens aux horizons multiples, pour un projet sans barrières stylistiques. Le répertoire est constitué de compositions, d'improvisations, de chansons ou de standards, interprétés avec beaucoup de liberté, d'écoute et de poésie. Les rôles s'échangent autour d'une matière sonore originale, hybride et colorée…

Expérimenté et soutenu par nos amis de l'AJMI (Association pour le Jazz et la Musique Improvisée à Avignon) depuis le départ, ce projet poursuit désormais son développement sous le regard de nos deux associations, LABORIE Jazz ayant ouvert les portes du label LABORIE Jazz à Perrine Mansuy.

Rencontre avec les artistes à l'issue du concert, pot offert par la maison.

Tarifs du concert : 5 € / 20 €. La Borie-en-Limousin, 87110 Solignac. https://www.laboriejazz.com ;  https://www.myspace.com/perrinemansuy
Tél: 05.55.31.84.84.

Après avoir obtenu le premier prix du Conservatoire de Marseille, ainsi que le prix du Département, Perrine Mansuy enregistre en 1997 un premier album en Trio, où elle interprète ses compositions personnelles : « Autour de la lune », réédité sous le nom « la Nuit » par les Ateliers Sawano, au Japon.

Elle forme peu après le Quartet Maneggio, qui remporte en 2000 le troisième prix orchestre du Concours de Jazz à la Défense, et qui enregistre un premier CD en 2001.

En 2002 elle est compositeur et interprète dans « Le baiser des Louves », spectacle de danse contemporaine de la Compagnie Yun Chane, et elle participe à de nombreux projets musicaux aux côtés de Philippe Canovas ( CD « Contres Favorables »2003), Christian Mariotto, Bernard Santacruz, Bernard Jean ( CD « On both sides »2003), Isabelle Wolfman, Rémi Charmasson…

Après une longue collaboration musicale avec la chanteuse Valérie Perez, le duo enregistre son premier album « Verso » (www.studiopavillon.com). Leur passage est remarqué au Festival de Crest (2ème Prix du Concours Vocal), et de nombreux concerts suivront. Le duo devient trio en 2004 avec Jean-luc Difraya aux percussions. Baptisé « Délubies », le trio enregistre l'album «  Le voyage d'Alba ».

Contactée en janvier 2006 par le producteur Alan Douglas (Eric Dolphy, Miles, Jimmy Hendrix...), elle enregistre avec François Cordas, sous le nom  « Le Duo », un album sur la musique de Jacques Brel et un album sur la musique de Charles Aznavour. (Le Duo plays Jacques Brel, Le Duo plays Charles Aznavour. Douglas records / Spirale AD13 – 2006 ).

C'est aux côtés d'eric Surménian à la contrebasse et de Joe Quitzké à la batterie que Perrine Mansuy enregistre un nouvel album très personnel, en trio. Le projet, intitulé « Mandragore & noyau de pêche », est initié par Jean-Paul Ricard, et produit par le label Ajmiseries en 2007. « Mandragore & noyau de pêche » s'inspire d'un conte onirique, il y est question de voyage, de secrets de famille, de murmures, d'épopée « folk »...le tout ponctué de quelques clins d'œil à des musiciennes telles que Ricky lee Jones, Joni Mitchell ou Carla Bley...

6-7 mai 2011
Montreuil, La Fabrique
Danse Lili danse

Danse Lili danse  (2009, 1h10)
Spectacle multimédia pour une comédienne chanteuse,
trio à cordes, accordéon, clavecin,
dispositifs électroacoustique et vidéo

André Serre-Milan (musique, conception et mise en scène)
Joëlle Basso (texte)
François Grandjacques (vidéo)
Leslie Bouchet (comédienne-chanteuse)
Le Quatuor des volcans :
Pierre Courthiade (clavecin)
Hiroé Namba (violon)
François schmitt (alto)
Sylvie Cagnioncle (violoncelle)
Li Nana (accordéon)

Un spectacle musical au croisement du théâtre et du multimédia. Passé, présent ou futur sont convoqués en une unité de lieu et durée : celui du spectacle, qui se transforme en une place publique. Pour assister à une sortie de chrysalide en temps réel.

Nouvelle coproduction de C.R.E.A. association, Le Quatuor des Volcans et La Fabrique MC11

Commande, création et production 2009 du « Quatuor des Volcans » et « Musiques Démesurées »

A reçu le soutien de - Clermont Communauté, Ministère de la Culture/Drac Auvergne, Conseil Général du Puy de Dôme, SPEDIDAM.

Vendredi 6 Mai 2011 à 20h et Samedi 7 Mai à 17h et 20h. La Fabrique mc11, 11 rue Bara, 93100 Montreuil (métro Robespierre). Réservation conseillée au 01 74 21 74 22. Entrée : 10 €.
https://lafabriquemc11.over-blog.com/
https://www.andreserre-milan.com

vendredi 6 mai 2011

______________________________
Stravinsky en ouverture de la
saison 2011-2012 de l'Opéra de
Lille

Six représentations de «  »The Rake's Progress » de Stravinsky ouvriront la saison 2011-2012 de l'Opéra de Lille, qui offrira « une proposition encore plus large » que lors de la saison précédente, avec sept productions lyriques, selon sa directrice Caroline Sonrier.

Partition néoclassique, « The Rake's Progress » (« La Carrière du libertin ») est un opéra en trois actes « souvent comparé à des opéras de Mozart, Don Giovanni en particulier », selon Caroline Sonrier, qui le présente comme une « pépite ».

La mise en scène a été confiée à David Lescot, un metteur en scène néophyte en matière d'opéra, loué pour ses qualités de direction d'acteur.

Autre temps fort de cette saison lyrique, une œuvre baroque, « Le Couronnement de Poppée » de Monteverdi, mis en scène par Jean-François Sivadier, qui avait déjà œuvré sur « Carmen », grand succès de la saison 2010-2011.

A la direction musicale, on retrouve Emmanuelle Haïm, à la tête de son propre ensemble d'instruments anciens, Le Concert d'Astrée. Le duo avait déjà officié ensemble sur « Les Noces de Figaro », il y a deux ans.

« Agrippine » de Haendel, « Austerlitz, un voyage d'enfance » de Jérôme Combier, « Le Tour d'écrou » de Britten, « Passion » de Pascal Dusapin et « Cendrillon » de Massenet avec l'Orchestre national de Lille complèteront le programme lyrique de la saison.

Ce dernier spectacle, très proche du conte, fera l'objet d'une soirée « Opéra en famille », avec des tarifs avantageux pour les familles avec enfants.

A l'issue de la saison 2010-2011, l'Opéra de Lille aura accueilli plus de 60.000 spectateurs, pour un taux de fréquentation supérieur à 92%.

L'Opéra de Lille se targue par ailleurs d'accueillir un public jeune, avec 25% d'abonnés âgés de moins de 26 ans.

vendredi 6 mai 2011

______________________________
A Bobigny, des écoliers écoutent
de jeunes chanteurs formés à
l'Opéra

« C'est la première fois qu'on vient à l'opéra »: 450 élèves, âgés d'une dizaine d'années, assistent aux tourments d'« Orphée et Eurydice », œuvre de Gluck interprétée sur la scène de la MC93 à Bobigny par de jeunes artistes en formation à l'Atelier lyrique de l'Opéra de Paris.

Parfaitement silencieux, le public est composé pour moitié de jeunes enfants de Bobigny et pour moitié d'élèves parisiens venus mardi et jeudi après-midi entendre un opéra, ainsi que de classes d'une école de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Principalement des CM1 et CM2.

« L'opéra est difficilement accessible », confirme Sophie, leur maîtresse. « Les petits de l'école ont suivi un programme avec l'Opéra. Ca nous a donné l'idée de venir », ajoute-t-elle. L'histoire d'Orphée, parti chercher Eurydice aux enfers, a été longuement expliquée en classe. « Un parent musicien a aidé pour la partie musicale », précise Sophie.

Accueilli par un bonjour joyeux, le metteur en scène de cette nouvelle production apparaît. Il explique la souffrance d'Orphée en deuil d'Eurydice, et donne trois questions auxquels les enfants devront répondre après le spectacle. Parmi elles, « une chanson peut-elle faire revivre dans la pensée quelqu'un qui n'est plus là ? »

« Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, juste des réponses », précise-t-il.

Sur la scène, un appartement moderne installé sur un plateau tournant qui permet de voir les différentes pièces. La cérémonie des obsèques d'Eurydice se termine et tous les personnages sont vêtus de noir, une rose rouge à la main.

Orphée, jouée en alternance par deux jeunes femmes de l'Atelier lyrique de l'Opéra, la Française Marianne Crebassa, et la Russe Alisa Kolosova, se retrouve seule avec sa douleur. Leur chant est accompagné par l'orchestre-atelier OstinatO et le Jeune chœur de Paris sous la direction de Geoffroy Jourdain.

Tous sont de jeunes artistes de talent engagés dans des formations d'insertion professionnelle.

Des solistes de l'Atelier lyrique de l'Opéra de Paris viennent chaque année depuis quatre ans à la MC93 de Bobigny, et c'est la seconde fois qu'ils jouent dans le cadre de la programmation jeune public. « Orphée et Eurydice » est aussi donné pour tous les publics du 2 au 8 mai.

« Si seulement quelques-uns des élèves présents sont touchés par la grâce, c'est réussi », déclare Christian Schirm, directeur de l'Atelier lyrique.

« Il faut mettre la barre haute. Si on loupe, on rate beaucoup de choses » pour les enfants, ajoute Agnès de Jacquelot, responsable du programme jeune public.

Pour Christian Schirm, les spectacles constituent aussi « des moments de grande transformation pour les jeunes chanteurs qui apprennent à construire un rôle et à le tenir sur la durée ».

Dans le cadre de l'Atelier lyrique, une structure d'insertion professionnelle pour les jeunes chanteurs, seize artistes sont en résidence à l'Opéra de Paris où ils sont salariés pour deux ou trois ans. Ils donnent des concerts en France et à l'étranger et tiennent des seconds rôles dans les productions de l'Opéra.

Cette année, cinq chanteurs ont intégré cette structure sur 400 auditionnés.

vendredi 6 mai 2011

______________________________
Festival de musique de Besançon :
« Contes et légendes » au
programme en septembre

Le thème des « Contes et légendes » sera le fil conducteur de la 64e édition du Festival international de musique de Besançon, qui se déroulera du 16 au 26 septembre, ont annoncé jeudi les organisateurs.

L'édition 2011 du festival sera marquée par le fameux concours international de jeunes chefs d'orchestre, qui a lieu tous les deux ans. Les épreuves finales se dérouleront du 18 au 23 septembre.

Cette année, 237 candidats de 42 nationalités différentes se sont présentés aux épreuves de présélection.

Lors de la finale, le 23 septembre, les trois candidats retenus interpréteront « ... ombres... », la création mondiale du compositeur suisse Michael Jarrell, écrite sur commande pour le festival bisontin.

« Ce concours permet à de nombreux jeunes chefs d'orchestre, qui n'ont souvent pas eu beaucoup l'occasion de diriger, de se faire connaître », a déclaré devant la presse le directeur du festival, David Olivera.

Le coup d'envoi des festivités sera donné par l'orchestre philharmonique du Luxembourg sous la direction de Sir Andrew Davis, qui interprétera la pièce « Shéhérazade » de Nikolaï Rimski-Korsakov, lors d'un concert gratuit en plein air.

Sir Andrew Davis, directeur musical de l'Opéra de Chicago et artiste associé du festival pour 2010 et 2011, sera le président du jury du concours.

« La Belle au bois dormant » de Louis-Fernand Hérold, qui reposait depuis plus d'un siècle dans la bibliothèque de l'Opéra de Paris, sera recréée le 28 septembre par l'orchestre philharmonique de Bruxelles dirigé par Hervé Niquet.

Vladimir Jurowski, Thomas Zehetmair, Pierre-Laurent Aimard, Anna Caterina Antanacci, Isabelle Faust, Michel Tabachnik ou encore Nikolai Luganski seront des guides de choix pendant les deux semaines de concert.

En clôture du festival, l'orchestre de Besançon-Montbéliard Franche-Comté, dirigé par Jean-François Verdier, interprétera « L'Arlésienne » de Georges Bizet, ainsi que Maurice Ravel, Claude Debussy et Michael Jarrell.

vendredi 6 mai 2011

______________________________
Olivier Atlan nommé à la direction
de la maison de la Culture de
Bourges

L'architecte et musicien Olivier Atlan a a été nommé directeur de la Maison de la Culture de Bourges, scène nationale, a annoncé jeudi le ministère de la Culture et de la Communication.

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, et Serge Lepeltier, maire de Bourges, en accord avec le conseil régional du Centre et le conseil général du Cher, ont donné leur agrément à la proposition unanime de le nommer, à l'issue d'un jury tenu le 30 avril, selon le communiqué du ministère.

Olivier Atlan a occupé des postes clés dans les équipes de direction des scènes nationales de Tarbes, Chambéry et Quimper, mais aussi auprès d'artistes, ainsi qu'au centre dramatique national de Béthune dont il est, pour quelques semaines encore, le directeur adjoint.

A Bourges, « son projet résolument pluridisciplinaire entend faire une place importante à la musique et à la danse, développer des séries de représentations en particulier pour le théâtre », indique le communiqué, qui relève sa volonté de « multiplier les partenariats artistiques à l'échelle régionale, nationale et européenne ».

« Avec le grand chantier de rénovation architecturale qui s'ouvre pour cette maison emblématique de la décentralisation culturelle, c'est tout son sens et son projet qui se trouvent ainsi remis en perspective », précise le communiqué.

vendredi 6 mai 2011

______________________________
«  Cabaret » de retour à Paris, en
tournée en province

La comédie musicale « Cabaret », mise en scène par Sam Mendès, sera de nouveau à l'affiche à Paris dès le 6 octobre au Théâtre Marigny pour 90 représentations, ont annoncé jeudi à la presse Pierre Lescure, directeur du théâtre.

Le spectacle sera présenté pour la première fois en tournée dans les principales villes françaises à partir de janvier 2012.

« Cabaret », qui avait été présenté aux Folies Bergère d'octobre 2006 à janvier 2008, avait accueilli 350.000 spectateurs à l'occasion de 450 représentations et reçu sept nomination aux Molières, qui récompensent les professionnels du théâtre.

Claire Pérot, qui avait été à l'époque encensée pour son interprétation du personnage principal Sally Bowles, sera à nouveau sur les planches pour ce musical entièrement adapté en français par Jacques Collard (livret) et Eric Taraud (chansons). Il sera interprété par une troupe d'une trentaine d'artistes à l'occasion du 45è anniversaire de sa création.

« Cabaret », un grand classique de Broadway de Joe Masteroff, John Kander et Fred Ebb, inspiré du roman de Christopher Isherwood « Adieu à Berlin », a été créé à New York, avant d'y être repris dans la nouvelle version de Sam Mendès, joué à guichets fermés de 1998 à 2004 et récompensé par quatre Tony Awards en 1998.

Le spectacle a été aussi donné à Madrid de 2003 à 2006 et Amsterdam (2006).

L'histoire se déroule dans les années trente à Berlin où le jeune écrivain américain Cliff Bradshaw découvre le Kit Kat Klub, une boîte de nuit décadente où se produit la chanteuse Sally Bowles dont il tombe amoureux. L'écrivain découvre dans ce lieu des mœurs libertaires et sans tabou.

« Cabaret a changé ma vie », a déclaré Claire Pérot, après avoir chanté deux titres du musical. Pour elle, ce spectacle, situé à l'époque de la montée du nazisme, a « un impact viscéral sur le public ». Elle a insisté sur sa « mise en scène engagée », qui invite à « garder les yeux grands ouverts et à regarder le monde comme il est ».

Laurent Bentata, directeur commercial de Stage Entertainment France, qui a également produit « Le Roi lion », « Zorro », « Mamma Mia », a souligné que ce spectacle revenait à Paris « à l'heure où le musical français a trouvé sa large place dans le paysage français ».

« Cabaret » a également inspiré le cinéma avec un film de Bob Fosse où Liza Minelli interprétait le rôle de Sally Bowles.

vendredi 6 mai 2011

______________________________
Un concert gratuit contre des
déchets électriques: 440 kilos
récoltés à Paris

Téléphones, grille-pains, téléviseurs ou aspirateurs: 440 kilos de déchets ont été collectés à Paris lors de la première soirée d'une tournée originale qui vise à sensibiliser les jeunes au recyclage en proposant un concert gratuit contre un appareil électrique usagé.

Le « Recycling Party Tour » se poursuit jusqu'au 28 mai avec neuf dates à Grenoble, Lyon, Limoges, Bordeaux, Toulouse, Nantes, Rennes, Lille et Amiens.

La soirée d'ouverture, mardi à l'Alhambra à Paris, a réuni 860 spectateurs et permis de collecter 440 kilos d'appareils électriques usagés, déposés dans des caisses mises à disposition, ont annoncé jeudi les organisateurs.

Damien Vanni, The Enjoys et la chanteuse Nneka étaient à l'affiche de ce concert initié par ERP-France, éco-organisme agréé en France pour enlever et traiter les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE), pour « sensibiliser de manière ludique les jeunes » sur le sujet du recyclage.

En 2010, environ 6,4 de kilos de DEEE par habitant ont été collectés, selon ERP. La filière a pour objectif global un taux de 10 kg/habitant en 2014.

Cette « Recycling Party », lancée il y a 3 ans lors d'un concert à Paris et qui se développe année après année, a permis de collecter 1 kilo par spectateur en moyenne lors de ses éditions précédentes, selon les organisateurs.

vendredi 6 mai 2011

______________________________
Bertrand Cantat interdit de scène
à Barcelone

La pièce « Des Femmes », pour laquelle Bertrand Cantat devait monter sur scène au Festival d'Avignon puis en tournée avant d'y renoncer, s'est vu retirer son invitation à Barcelone en raison de la présence du musicien, a annoncé jeudi la compagnie théâtrale dans un communiqué.

« L'équipe de création déplore la censure dont elle fait l'objet », précise le communiqué de la compagnie Au carré de l'Hypothénuse.

L'Institut de la Culture de Barcelone devait accueillir dans le cadre du Festival Grec en juin cette pièce, « Des Femmes - Les Trachiniennes, Antigone et Electre » de Sophocle, mise en scène par Wajdi Mouawad.

Le metteur en scène libano-québécois a chargé l'ancien chanteur du groupe de rock « Noir Désir » de composer, avec trois autres musiciens, la musique du chœur antique.

La polémique suscitée par sa présence a déjà amené Bertrand Cantat à renoncer à monter sur scène au Festival d'Avignon, du 20 au 25 juillet, ainsi qu'à Montréal, où il devait se produire en mai 2012, et à Ottawa.

Bertrand Cantat a été condamné à huit ans de prison en Lituanie pour avoir battu à mort en 2003 sa compagne l'actrice Marie Trintignant, fille de Jean-Louis. Transféré en France, il a été remis en liberté en 2007.

L'annonce de sa présence sur scène à Avignon avait provoqué le retrait de Jean-Louis Trintignant du Festival d'Avignon où l'acteur devait faire des lectures de poèmes, le 9 juillet, dans le cadre d'un programme de la radio France Culture.

L'acteur avait déclaré ne pas vouloir participer à une manifestation « où se produit l'homme qui a tué sa fille ».

Le metteur en scène libano-québécois avait déjà associé Bertrand Cantat à son précédent spectacle créé en 2009 à Avignon, « Ciels », où le chanteur interprétait la voix off.

Le spectacle « Des Femmes » est aussi programmé à Madrid, Bilbao, Genève, Athènes et Namur (Belgique), ainsi qu'en France.

vendredi 6 mai 2011

______________________________
Patrimoine mondial Unesco: 42
sites en lice à la session 2011 fin
juin

Quarante-deux nouveaux sites naturels ou culturels seront candidats fin juin à l'inscription au patrimoine mondial de l'Unesco lors de la session annuelle, a annoncé l'organisation des Nations unies jeudi.

Le comité du patrimoine mondial se réunira à Paris du 19 au 29 juin pour choisir parmi les sites candidats ceux qui méritent d'être distingués pour leur « valeur universelle exceptionnelle ».

Ils viendront s'ajouter aux 911 sites déjà inscrits, dont 704 sites culturels, 180 sites naturels et 27 sites mixtes, dans 151 pays, qui figurent à ce jour sur la liste initiée par la Convention de l'Unesco de 1972 sur la protection du patrimoine mondial.

Six pays n'ayant pas encore été distingués présentent cette année des sites : Barbade, Congo, Emirats Arabes Unis, Jamaïque, Micronésie et Palaos.

Les sites proposés sont examinés par deux organes consultatifs qui transmettent ensuite leurs recommandations, confidentielles, au comité, composé de représentants de 21 pays élus pour six ans.

Des décisions à fort enjeu économique, notamment pour les pays en développement, car l'inscription d'un site sur la liste entraîne généralement une hausse de la fréquentation touristique et facilite le déblocage d'aides pour leur entretien.

Mais cette reconnaissance implique aussi des contraintes de protection du site qui, si elles ne sont pas respectées, peuvent conduire l'Unesco à retirer un site de sa liste.

Le comité de l'Unesco examinera d'ailleurs l'état de conservation de 169 sites, notamment les 34 inscrits sur sa liste « du patrimoine en péril ».

La liste des 42 sites est visible sur le site de l'Unesco.

vendredi 6 mai 2011

______________________________
Des rhinos vocalisent pour
sensibiliser les Sud-Africains au
braconnage

Ricky et Rachael, deux jeunes rhinocéros, s'aimaient d'amour tendre, mais de méchants braconniers ont failli tout gâcher... Sur un ton faussement badin, une comédie musicale veut sensibiliser les Sud-Africains au drame du braconnage de ces grands mammifères.

L'histoire de ce spectacle pour enfants, présenté au Joburg Theatre de Johannesburg, est simple: deux braconniers capturent Rachael et l'utilisent comme appât pour attraper aussi Ricky et « toucher le jackpot ». Mais avec l'aide de ses amis Lynette la girafe snob, Olivia l'autruche chipie et Malcolm le singe malicieux, le jeune rhino réussira à délivrer son amie.

« Je crois que les adultes, mais aussi les enfants, doivent être conscients » du massacre en cours, explique l'auteur Tracey Christelis, qui avait d'abord envisagé « African Adventure » (Aventure africaine) comme un livre pour les plus petits.

Les chiffres du braconnage des rhinocéros, noirs et blancs, sont de plus en plus préoccupants. Rien qu'en Afrique du Sud, les autorités ont dénombré 13 cas en 2007, 33 en 2008, 122 en 2009, 333 en 2010... Et le rythme s'est encore accéléré, puisqu'un rhino a été tué chaque jour depuis le début de l'année.

Or, il ne reste qu'environ 21.000 individus en Afrique du Sud, 70% de la population mondiale.

Pour bien faire passer le message, Maureen Schuil, une ranger volontaire des Parcs nationaux sud-africains (SANParks) vient parler aux enfants avant le spectacle: « Nous perdons nos rhinos! Ils sont capturés de façon vraiment très cruelle, et tués pour leurs cornes. Nous ne voulons pas que nos animaux disparaissent! »

L'explication est donnée un peu plus tard par Frik le braconnier lui-même: « Nos amis en Chine croient que les cornes peuvent soigner des maladies incurables. »

Les cornes sont très recherchées en Asie, pour faire baisser la fièvre en Chine ou pour lutter contre le cancer au Vietnam. Elle peuvent atteindre plusieurs dizaines de milliers de dollars pièce.

Plusieurs solutions ont été envisagées, face à l'ampleur du phénomène: couper préventivement les cornes — ce qui n'empêche pas des braconniers frustrés de tuer quand même les bêtes —, équiper les rhinos de puces électroniques, infiltrer les réseaux criminels...

SANParks a même créé une « unité de combat contre le braconnage des rhinocéros », secondée depuis début avril par des patrouilles de l'armée sud-africaine.

« Ils font de leur mieux, mais ils souffrent d'un manque cruel de moyens et d'équipements », regrette Kevin Bewick, qui dirige la Cellule d'investigations contre le braconnage d'Afrique australe.

Le Congrès national africain (ANC) a réduit les crédits de la protection de l'environnement depuis qu'il a pris le pouvoir en Afrique du Sud en 1994, car « sa principale préoccupation, c'est les gens, la lutte contre les inégalités, le logement, l'emploi, etc. », explique-t-il.

A cela s'ajoute, poursuit-il, une moindre surveillance des frontières du pays, la décision d'abattre la clôture qui séparait le célèbre Parc Kruger (nord-est) de son voisin mozambicain — ce qui a permis le libre passage des animaux, mais aussi des braconniers —, une présence accrue des Chinois en Afrique ou encore l'indélicatesse de certains propriétaires de réserves qui ont alimenté le marché avec leurs propres rhinos.

« Ce sont les acheteurs des cornes qu'il faudrait attraper, peut-être plus que les braconniers eux-mêmes », estime la ranger Maureen Schuil. Pour elle, « il faut éduquer les gens, et les convaincre que les mutis (médicaments traditionnels) ne marchent pas! »

vendredi 6 mai 2011

______________________________
«  Les peupliers » de Monet
vendus à 22,4 millions de dollars
à New York

« Les Peupliers », une toile de l'impressionniste français Claude Monet, a été vendue mercredi 22,4 millions de dollars par Christie's en cette seconde journée des grandes enchères de printemps à New York.

Cette huile réalisée en 1891, estimée entre 20 et 30 millions de dollars, était l'une des principales pièces proposées par le marchand d'art.

Les « Iris mauves », une autre toile de Monet estimée entre 15 et 20 millions de dollars, n'ont pas trouvé preneur.

« Les femmes d'Alger », peintes en 1955 par Picasso, se sont vendues à 21,3 millions de dollars. Elles étaient estimées entre 20 et 30 millions de dollars.

Une sculpture en acier de Picasso, l'« homme au mouton » a surpassé en revanche les estimations, en partant à 7,1 millions de dollars.

« Le petit déjeuner » du peintre français Pierre Bonnard s'est vendu à 6,2 millions de dollars, légèrement au-dessus de son estimation à 6 millions.

La « Fenêtre ouverte » de Matisse a été adjugé à 15,7 millions de dollars, surpassant une estimation à 12 millions.

En dépit de premières ventes mitigées, la saison des enchères se place sous le signe d'un optimisme retrouvé sur le marché de l'art international.

Sotheby's a battu un record mardi en vendant l'une des rares sculptures de Paul Gauguin, un buste en bois, 11,2 millions de dollars.

Sotheby's et Christie's passeront la semaine prochaine aux ventes d'art contemporain.

vendredi 6 mai 2011

______________________________
Une journaliste de TF1 victime
d'une remarque raciste de la part
d'un CRS

Une journaliste de TF1 a été victime d'une remarque raciste de la part d'un CRS mercredi à Paris, a dénoncé jeudi la Société des journalistes (SDJ) de la chaîne dans un communiqué.

« En marge d'une opération d'évacuation d'un immeuble occupé rue Bolivar à Paris, notre collègue journaliste reporter d'images Florice Houngbo s'est vue interdire d'exercer son métier simplement à cause de sa couleur de peau », écrit la SDJ.

« Florice avait été missionnée par notre rédaction pour couvrir l'évènement. Sur place, tous nos confrères sans exception avaient été autorisés à se rendre au point presse. Tous, sauf notre collègue de TF1: les CRS chargés de filtrer les entrées lui en ont interdit l'accès », explique le communiqué.

« Florice a alors demandé des explications. Pas de réponse. Un CRS présent sur place lui demande pour qui elle travaille: elle répond TF1. Celui-ci lui dit alors: Ah bon, depuis quand ils font travailler des Noirs à TF1 ! A aucun moment elle ne s'est montrée agressive ou hautaine à l'encontre des policiers. Elle s'est clairement identifiée, montrant son badge professionnel ».

Pour la SDJ, la journaliste, qui est « profondément choquée », « a pris la bonne décision: pour ne pas envenimer les choses, elle n'a pas répondu et a malgré tout tenté de faire son travail ».

« Nous ne sommes pas encore saisis de cette affaire, mais si nous le sommes, nous diligenterons une enquête et nous en tirerons toutes les conséquences », a indiqué jeudi la préfecture de police de Paris.

« Elle a fait son métier, elle n'a pas cherché à envenimer les choses, a assuré de son côté Catherine Nayl, directrice de l'information de TF1. Elle a appelé son chef de service qui a débloqué la situation, et elle a ensuite pu faire normalement son travail ».

« Ces propos nous touchent et sont plus que regrettables, à l'encontre de notre journaliste, ainsi que pour l'ensemble de la chaîne, a continué la patronne de l'info. Cela fait des années que nous sommes engagés dans une politique très active de représentativité de la diversité dans l'ensemble du groupe ».

« Mais ce sont les propos d'une personne, ce n'est pas la police nationale qui a parlé à Florice. Il ne faut pas faire d'amalgame », a-t-elle ajouté, assurant qu'elle allait « adresser une lettre au préfet de police ».

Selon Catherine Nayl, la journaliste n'a pas encore décidé si elle allait ou non donner de suite judiciaire: « Elle m'a dit qu'elle voulait réfléchir ».

La SDJ, qui se dit émue et indignée, souligne par ailleurs qu'elle avait déjà « alerté le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux en octobre 2010 suite au matraquage par un policier d'un preneur de son » de la chaîne lors d'une manifestation.


©Musicologie.org 2011

©Musicologie.org 2011