bandeau actu

 

 


dimanche 3 mai 2015

 

L'enseignement de la culture musicale aux miroirs du réel : journées professionnelles de l'Association des Professeurs de Culture Musicale (APCM)

12-13 mars 2016 au CNSMD de Lyon

La Culture Musicale recouvre l'ensemble ouvert des disciplines qui stimulent et nourrissent l'activité du musicien. Elle se situe au carrefour de la théorie et de la pratique et fait l'objet d'enseignements divers au sein des conservatoires : cours d'analyse, d'histoire de la musique, d'esthétique ; ateliers de commentaire d'écoute, réalisations transdisciplinaires, etc. Ces disciplines ont des liens privilégiés avec la formation musicale et l'écriture.

Les Journées Professionnelles de l'APCM ont vocation à faire connaître ces enseignements dans leur vitalité et leur diversité.

Ainsi les communications chercheront-elles à mettre en valeur des pratiques pédagogiques attractives ou innovantes, que ce soit au sein d'une discipline, dans une perspective transversale, ou encore abordant des répertoires traditionnellement tenus en marge de l'enseignement du patrimoine musical savant.

Les Journées professionnelles de l'APCM sont essentiellement consacrées aux relations d'expériences et de réflexions pédagogiques.

Intitulées L'enseignement de la culture musicale aux miroirs du réel, les Journées 2016 traiteront de différentes mises en application de la culture musicale (dans la médiation culturelle, l'interprétation, la création, ou le dialogue avec d'autres formes d'expérience de la musique).

On retiendra donc de préférence les propositions de communication s'inscrivant dans les rubriques suivantes :

I- Expériences pédagogiques touchant à la médiation culturelle

II- Culture musicale et interprétation (performance practice)

III- Culture musicale et formation musicale

IV- Culture musicale et créativité

V- La culture musicale au miroir de l'autre

Les communications pourront être de 20, 30 ou 45 minutes.

Veuillez adresser vos propositions de communication conjointement à Jean-Philippe Guye (jeanphilippe.guye@free.fr) et à Mathilde Catz (mathilde.catz@wanadoo.fr): titre et résumé d'environ 500 signes, au plus tard le 30 septembre 2015

présence de la musique contemporaine dans les bibliothèques musicales, les centres de documentation, d'enseignement, les bibliothèques publiques et de recherche

2 octobre 2015, Strasbourg

L'AIBM (Association Internationale des Bibliothèques, archives et centre de documentation Musicaux) groupe français organise une journée professionnelle vendredi 2 octobre 2015 à Strasbourg (au Conservatoire et à la Médiathèque André Malraux).

Elle portera sur la présence de la musique contemporaine dans les bibliothèques musicales, les centres de documentation, d'enseignement, les bibliothèques publiques et de recherche.

Cette journée veut réunir ces différents professionnels afin qu'ils puissent échanger sur les enjeux et les initiatives liés à la musique contemporaine dans leurs collections et face à leur public.

Au cours de cette journée, les communications porteront sur des problématiques liées au thème traité, qu'il s'agisse des collections (acquisitions, sources, partitions, enregistrements sonores, dépôt légal...), de la valorisation ou de la médiation.

Les interventions prendront la forme de communications de 20mn maximum, ou de participation à une table-ronde.

Nous vous remercions d'envoyer un résumé de votre communication (200 à 400 mots) ainsi qu'un bref C.V. (dites-nous simplement qui vous êtes et quel est votre parcours professionnel) par mail à aibm@aibm-france.fr (objet : appel à communication).

La date limite d'envoi des propositions est fixée au 31 mai 2015 et nous vous répondrons au plus tard le 15 juin 2015.

Théâtre musical (XXe et XXIe siècle) : formes et représentations politiques

Appel à communications

11 décembre 2015, Toulouse

En s'inscrivant dans la suite des recherches engagées à Toulouse au sein de l'IRPALL depuis le milieu des années 2000 mais aussi ailleurs2 autour des relations entre théâtre et musique en dehors de l'opéra, la journée d'études Théâtre musical : formes et représentations politiques permettra aux chercheurs et chercheuses en littérature, littérature comparée, études théâtrales, musicologie et, au-delà, en sciences humaines, d'interroger plus frontalement une réalité artistique plurielle, une nébuleuse (Michel Rostain parle de son « impossible histoire »3) dans laquelle on classe souvent des œuvres inclassables, dont on sait qu'elles existent mais qu'il demeure extrêmement difficile de définir sur le plan théorique comme d'étudier d'un point de vue historique dans la mesure où elles supposent une double approche au moins : le théâtre musical.

Alors que celui-ci nécessite plus que n'importe quel objet un regard interdisciplinaire, on peut constater qu'il n'a pas encore été abordé en tant que tel, du moins collectivement. C'est pourquoi nous avons décidé de le mettre au cœur de nos prochains travaux dans le cadre du programme Musique et Arts du spectacle de l'axe 2 de l'IRPALL en vue de préparer un colloque international Dialogue des arts sur les scènes contemporaines.

Toutefois, il ne s'agira pas, lors de cette première journée d'étude consacrée au théâtre musical au XXe et XXIe siècle en occident (car c'est un art certainement moderne, même s'il peut être intéressant de remonter dans le temps et de traverser des genres historiques qui annoncent cette expression particulière de la relation théâtre-musique) d'interroger une fois de plus la définition d'un « genre » (théâtral ou musical, musico-théâtral ou théâtro-musical) ou de se demander s'il s'agit même d'un « genre » ou s'il s'agit d'abord de théâtre ou de musique - même si ce questionnement n'est bien sûr pas exclu. En effet, le théâtre musical, tel qu'il nous apparaît dans les œuvres que nous recevons intuitivement comme telles, interroge les identités, et s'interroge sans cesse comme identité, de même qu'il interroge les rapports de force entre les deux arts dont il fait sa raison d'être. Ainsi, il s'agira plutôt de se demander ce que cet art indéterminé mais qualifiable d'hybride (et peut-être même de dialogique) entre théâtre et musique fait au théâtre et à la musique aussi bien en termes de formes que de représentations politiques

Il apparaît en effet que dans ses traditions de collaboration (Weill-Brecht, Prokofiev- Meyerhold, Stravinski-Ramuz) et dans ses théorisations et réalisations plus récentes, voire contemporaines (Nono, Aperghis, Rostain), le théâtre musical se propose toujours, implicitement ou explicitement, de rompre avec une certaine tradition ou une certaine actualité dominante (jugée apolitique, conservatrice, bourgeoise, « culinaire » selon le mot de Brecht) des arts scénico-musicaux pour expérimenter de nouvelles formes de musique, de théâtre, souvent plus modestes4, de nouveaux types de rapports entre théâtre et musique et parfois au-delà, puisque des arts comme la danse5, les arts plastiques, la vidéo, la performance sont souvent associés à ce dialogue originel. Le théâtre musical prétend également, de cette manière, se donner les moyens de tenir de nouveaux discours sur l'être humain dans ses rapports sociaux6, plus critiques, plus émancipateurs, marginaux ou alternatifs, autrement dit politiques au sens positif du terme.

Parce qu'il nourrit bien souvent une certaine détestation de l'opéra, du théâtre, voire de la musique tels qu'ils sont au moment où il se crée, le théâtre musical se veut « en rupture », révolutionnaire, avant-gardiste ou, du moins, expérimental. Il cherche à avoir un effet critique tant sur les dispositifs artistiques traditionnels (le concert ou le spectacle de théâtre standardisés) que sur les contenus formatés (les thématiques à la mode, les idéologies consensuelles, les représentations dominantes). Il pense être, en effet - et peut-être l'est-il bel et bien - un art où esthétique et politique dialoguent sans s'instrumentaliser mutuellement, sans fusionner, de façon originale, en vue de changer le monde, de changer les discours sur le monde et de changer l'art.

Nous nous demanderons donc avant tout quelles œuvres d'hier et d'aujourd'hui répondent à ce défi politique (critique et peut-être utopique) du théâtre musical et selon quelles modalités de relations. Quelle musique et quel théâtre « nouveaux » tel théâtre musical invente-t-il ou recycle-t-il à l'époque de son apparition ? Quels sont les présupposés idéologiques des œuvres qui se réclament de lui ou qu'on identifie a posteriori comme lui étant redevables ?

Concernant plus précisément l'époque contemporaine, nous interrogerons les relations que le théâtre musical entretient avec le théâtre, l'opéra et la musique, tels qu'ils se pratiquent, se composent, se présentent majoritairement aujourd'hui, dans un moment historique où l'hybridation et le croisement des arts sont moins originaux que répandus, devenus en quelque sorte un passage obligé pour pouvoir prétendre à la contemporanéité (concept qui s'est substitué à l'avant-gardisme). Nous nous demanderons ce qu'il nous reste de l'héritage des théâtres musicaux politiques des années 1920 à 1930 et des années 1950 à 1970 et s'il existe un théâtre musical ou des théâtres musicaux contemporains, voire hyper-contemporains,

postmodernes ou postdramatiques7. Les productions actuelles de « théâtre musical » demeurent-elles en marge des scènes artistiques occidentales ou sont-elles institutionnalisées (ou en voie de l'être) ?

Autres questions que nous pourrions également nous poser : quelle image (ou quel mythe) le théâtre musical construit-il ou révèle-t-il sur scène de la musique et du théâtre ? Quel spectateur-auditeur fantasme-t-il ? Crée-t-il réellement un autre public que celui du théâtre et de la musique ? Que dire, enfin, des rapports de force qui peuvent exister entre les arts et donc entre les artistes impliqués (compositeurs, auteurs, metteurs en scène, comédiens et musiciens) dans les processus de création et dans les spectacles de théâtre musical ?

Lire la présentation complète

Les solistes du Théâtre Mariinsky offrent un « Eugène Onéguine » passionné pour l'Année de la Russie en Principauté

Par Jean-Luc Vannier ——

Alexander Kantorov (direction musicale). Photographie © Orchestre symphonique de Saint-Péterbourg.

Pour les cent soixante-quinze ans de la naissance de Piotr Illich Tchaïkovski (1840-1893) et dans le cadre de l'Année de la Russie en Principauté, les solistes du Théâtre Mariinsky accompagnés par l'Orchestre symphonique d'État de Saint-Pétersbourg « Klassika », donnaient, samedi 2 mai salle Prince Pierre du Grimaldi Forum de Monaco, une version  concertante de Eugène Onéguine : le célèbre opéra du compositeur russe d'après le roman d'Alexandre Pouchkine, créé au Théâtre Maly de Moscou en 1879 et dont l'opéra de Monte-Carlo avait fait son ouverture de saison lyrique en novembre 2010. Le directeur musical insistait sur le découpage en « scènes lyriques » — les plus connues de cette œuvre figuraient au programme de cette soirée — en invitant le public à « applaudir après chaque séquence, s'il le souhaitait ».

(+) lire la suite

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
<a href="tel: 0606617341">06 06 61 73 41</a>
Contacts

À propos

S'abonner au bulletin
Liste

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Analyses musicales
Cours de musique

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale

Soutenir musicologie.org

Articles et documents
Bibliothèque
Nouveaux livres
Nouveaux cédés

Colloques & conférences
Universités en France

Collaborations éditoriales

flux rss Flus RSS

logo musicologie
ISSN  2269-9910

© musicologie.org 2014

musicologie

Lundi 4 Mai, 2015 12:41

 mai 2015 

L M M J V S D
01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

musicologie

Recherche dans musicologie.org

rectangle

rectangle

rectangle