À propos du site

S'abonner au bulletin

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Presse internationale

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
01 55 86 27 92

bandeau actu

Actualités musicales

2011
<<  janvier   >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

jeudi 6 janvier 2011

______________________________
L'Opéra de Rennes dans SecondLife
et Opensimulator

L'Opéra de Rennes, recréé en 3D dans les mondes virtuels SecondLife et Opensimulator, y diffuse gratuitement à l'intention d'un public d'internautes plusieurs des spectacles de sa saison 2011-2011, dont un concert d'extraits des « Noces de Figaro » jeudi.

Pour assister aux représentations, les internautes doivent se créer un avatar (représentation virtuelle d'un être humain) sur l'une des deux plate-formes 3D hébergeant le projet, SecondLife et Opensimulator, puis réserver leur place sur le site du projet, operabis.net, a-t-on appris auprès de l'Opéra de Rennes.

A 20h00 jeudi les avatars des internautes seront accueillis à l'opéra - dans sa version 3D - par un « avatar-chef de salle qui les conduira dans les étages et les installera » à leur place, a expliqué à l'AFP la secrétaire générale de l'Opéra de Rennes, Rozenn Chambard.

« A ce stade, ils peuvent discuter entre eux, changer de place, monter au premier balcon, c'est troublant », s'amuse-t-elle.

Pendant la durée du spectacle, diffusé en direct sur un écran au fond de la salle, les hauts-parleurs sont coupés mais les avatars peuvent écrire leurs commentaires ou leurs question, visibles par l'ensemble des avatars.

Ce type de diffusion permet aux internautes « de ne pas rester isolés derrière leurs écrans et de partager une expérience culturelle » et d'« étendre les publics de la musique lyrique en offrant la possibilité à des publics éloignés géographiquement des opéras et/ou démunis financièrement d'assister à une série de représentations », a-t-on précisé à l'opéra.

Le 6 novembre, une centaine d'avatars « venus du monde entier, de l'Argentine, d'Italie, et même du Japon », selon Rozenn Chambard ont ainsi assisté à la représentation de « Rita » de Gaetano Donizetti.

Ce projet, baptisé Opérabis, est mené par l'Opéra de Rennes et la Bibliothèque francophone du Metavers (association de promotion culturelle francophone dans les mondes virtuels), qui met en place l'organisation technique.

Il a été lauréat de l'appel à projets « services numériques culturels innovants » et est financé à ce titre par le ministère de la Culture pour la saison expérimentale, jusqu'en juin 2011.

Un concert autour d'Eugène Onéguine et une représentation de « l'enlèvement au sérail » de Mozart sont prévues respectivement en avril et le 3 juin prochains.

jeudi 6 janvier 2011

______________________________
Alfred Brendel fête ses 80 ans

Alfred Brendel, l'un des plus grands pianistes de l'histoire de la musique, fête ses 80 ans ce 5 janvier, un peu plus de deux ans après avoir donné son concert d'adieu à Vienne.

Le virtuose autrichien, qui a derrière lui plus de 60 ans de carrière, a pour l'occasion sorti un nouveau disque en décembre, « A Birthday Tribute » (Decca), qui compile des enregistrements d'archives que Brendel a lui-même choisis, dont le concerto pour piano n°1 de Johannes Brahms et le concerto pour piano n°25 de Wolfgang Amadeus Mozart.

Début février, Alfred Brendel, également auteur de nombreux livres sur la musique et de prose humoristique, se produira à la Philharmonie de Berlin, non pas pour des concerts mais pour une conférence illustrée au piano le 8 et une lecture de poèmes qu'il a écrits, accompagnée d'un trio à cordes, le 9.

Il donnera également une conférence dans la capitale autrichienne le 25 février.

Alfred Brendel est né le 5 janvier 1931 à Wiesenberg, à l'époque en Moravie, région située aujourd'hui en République tchèque. Il a étudié à Graz (sud de l'Autriche) et à Zagreb, avant de se faire connaître à Vienne, puis Londres, où il a élu domicile depuis 1971.

jeudi 6 janvier 2011

______________________________
Décès du bassiste Mick Karn

Mick Karn, le bassiste du groupe britannique de new wave Japan, est décédé d'un cancer à 52 ans, a annoncé mercredi son site internet.

Il est décédé mardi parmi sa famille et ses amis à son domicile londonien, indique un bref communiqué.

Mick Karn était né dans une famille chypriote grecque à Nicosie, qui avait émigré à Londres alors qu'il avait trois ans.

Il avait fondé le groupe Japan à 15 ans, avec le chanteur et guitariste David Sylvian et le jeune frère de ce dernier, le batteur Steve Jansen. Le groupe a connu ses plus grands succès dans les années 80 (l'album « Tim Drum » et le single « Ghosts »), et s'est séparé fin 82.

Mick Karn était particulièrement connu pour imposer sa basse dans la ligne mélodique du groupe. « Je ne peux pas m'empêcher de penser que les bassistes sont toujours cachés quelque part dans l'arrière plan, alors que moi j'étais résolu à ce qu'on m'entende », avait-il expliqué.

Mick Karn a joué après la dissolution de Japan avec Jeff Beck, Pete Townshend, Kate Bush, Midge Ure, Joan Armatrading et Gary Numan, avant de se tourner vers le jazz.

jeudi 6 janvier 2011

______________________________
Décès du chanteur Gerry Rafferty

Le chanteur écossais Gerry Rafferty, auteur des tubes « Baker Street » et « Stuck in the Middle With You » dans les années 70, est décédé mardi à 63 ans des suites d'une longue maladie, a annoncé son agent, Paul Charles.

Gerry Rafferty, qui souffrait de problèmes d'alcool, s'est éteint paisiblement à son domicile dans le sud de l'Angleterre.

« Je peux confirmer que, tristement, Gerry est décédé », a déclaré à l'AFP Paul Charles.

Avant de débuter une carrière solo, Gerry Rafferty avait été membre du groupe Stealers Wheel avec qui il avait enregistré « Stuck in the Middle with You » en 1972, sur le premier album du groupe.

Ce titre avait connu une seconde jeunesse en 1992 sur la bande-son de « Reservoir Dogs » de Quentin Tarantino.

Mais le principal succès du chanteur reste « Baker Street », sorti en 1978, qui figura sur les listes des meilleures ventes en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et dans de nombreux pays.

Le célèbre solo de saxophone du morceau, enregistré par Raphaël Ravenscroft, aurait été à l'origine prévu pour une guitare. Mais le guitariste ne s'étant pas pas présenté au studio d'enregistrement, Ravenscroft le remplaça au pied levé avec son saxophone.

Ces deux dernières décennies, Gery Rafferty avait enregistré trois albums, dont le dernier « Another World » en 2000, sans jamais retrouver le succès planétaire de « Baker Street », qui continue de passer régulièrement sur de nombreuses radios et lui assura une confortable rente annuelle jusqu'à sa mort.

Les dernières années de sa vie furent assombries par l'alcoolisme et des problèmes de santé à répétition. En novembre, il avait été hospitalisé après une chute et pour des problèmes de foie.

jeudi 6 janvier 2011

______________________________
Le cinéma français a connu une
fréquentation record en 2011

Le cinéma français a connu une fréquentation record en 2011 avec 206,5 millions d'entrées en salles, un résultat supérieur au niveau moyen des dix dernières années, selon les chiffres du Centre national du cinéma (CNC) publiés mercredi.

Selon les dernières estimations de la direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC, les salles ont enregistré au cours de l'année 2011 206,49 millions d'entrées, soit 2,7% de plus qu'en 2009.

Il s'agit d'un record qui n'avait pas été atteint depuis 1967, une année qui avait totalisé 211,45 millions d'entrées.

Le résultat moyen au cours des dix dernières années était de 188,08 millions d'entrées par an.

Selon le CNC, 2011 marque le véritable déploiement du numérique dans les salles de cinéma françaises avec un doublement du nombre des écrans numériques. Désormais, plus de 1.800 salles sont équipées de projecteurs numériques, soit un tiers des écrans français, contre 17% un an plutôt.

24 films ont fait l'objet d'une exploitation partielle en 3D contre 16 films il y a un an. Ils ont réalisé près de 16% de la fréquentation.

jeudi 6 janvier 2011

______________________________
Dario Argento présidera le Festival
du film fantastique de Gérardmer

Le réalisateur italien Dario Argento sera le prochain président du 18e festival international du film fantastique de Gérardmer (Vosges), du 26 au 30 janvier, a-t-on appris mercredi des organisateurs.

Le réalisateur italien Dario Argento sera le prochain président du 18e festival international du film fantastique de Gérardmer (Vosges), du 26 au 30 janvier, a-t-on appris mercredi des organisateurs.

Agé de 61 ans, le réalisateur s'est également illustré comme critique, scénariste et producteur.

Co-auteur de « Il était une fois dans l'Ouest », de Sergio Leone, avec Bernardo Bertolucci, il était devenu réalisateur au début des années 70 en faisant émerger un genre cinématographique, le giallo, avec des films de détective à la violence esthétisante.

Dario Argento s'est ensuite imposé comme un maître du fantastique et de l'horreur, en signant des longs métrages de référence, tels « Suspiria » en 1977 ou « Phenomena » en 1985.

Il est également le père de l'actrice et réalisatrice Asia Argento.

Un hommage au cinéaste à travers une rétrospective de ses meilleurs films est prévu lors du festival, ont indiqué les organisateurs.

Installé depuis 1994 dans la petite commune des Vosges, le festival du film fantastique attire chaque année plus de 30.000 spectateurs pour une sélection d'environ 55 films de toutes nationalités.

Les films en compétition ainsi que les membres des jurys doivent être connus la semaine prochaine, ont indiqué les organisateurs.

La manifestation est dotée d'un budget de 750.000 euros.

jeudi 6 janvier 2011

______________________________
Javier Bardem mérite un Oscar pour
« Biutiful », estime Julia Roberts

L'actrice américaine Julia Roberts a fait l'éloge mercredi du travail réalisé par l'Espagnol Javier Bardem dans le film « Biutiful », assurant qu'il méritait plus qu'une nominations aux Oscars.

Bardem « est tellement pur et s'ouvre complètement pour partager chacune des émotions de son personnage », Uxbal, un homme dur mais attendrissant, a assuré Julia Roberts à la revue en ligne Entertainment Weekly.

Ces déclarations interviennent au lendemain d'une projection spéciale à Los Angeles du film d'Alejandro Gonzalez Inarritu.

Interrogée pour savoir si elle pensait que Bardem serait nommé aux Oscars, Julia Roberts a répondu: « Oui, s'il n'y a pas d'espoir pour le talent, alors nous sommes fichus ».

Javier Bardem et son épouse, l'actrice également espagnole Penélope Cruz, ont assisté à la projection mardi soir à Los Angeles, selon la revue en ligne.

« Lorsque nous avons dîné (mardi soir), j'ai dit (à Bardem) que lorsque je le voyais dans le film je me disais: Bon, cela n'est pas en train d'arriver pour de vrai à Javier », a raconté Julia Roberts.

« C'est son visage et ses grand yeux. Je crois qu'il est inattendu pour un homme de s'exposer d'une manière aussi profonde (...) Je peux seulement dire que j'apprécie beaucoup toutes les choses par lesquelles est passé (Bardem) pour nous montrer tout cela. Je sais que cela a dû être douloureux », a ajouté Roberts qui avait joué l'année dernière avec Bardem dans le film romantique « Mange, prie, aime ».

Jusqu'à présent, le rôle de Bardem dans « Biutiful » est passé inaperçu aux Etats-Unis, notamment lors de la cérémonie des Golden Globes en décembre, les Prix du Syndicat des acteurs américains (SAG), jalon essentiel de la saison des prix hollywoodiens avant les Oscars, ce que Julia Roberts a expliqué par une faible exposition jusqu'à présent du film dans son pays.

jeudi 6 janvier 2011

______________________________
Mort de l'acteur Per Oscarsson

La police suédoise a confirmé mercredi la mort de l'acteur suédois Per Oscarsson, meilleur acteur du Festival de Cannes 1966, ainsi que celle de sa femme dans l'incendie de leur maison la semaine dernière.

Per Oscarsson, 83 ans, et sa femme Kia Oestling, 67 ans, sont bien les deux personnes retrouvées dans les cendres de leur domicile de Skara, dans le sud-ouest de la Suède, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police locale.

La police avait porté disparu le couple mais attendait les résultats des médecins-légistes pour confirmer leur décès.

Per Oscarsson, très populaire dans son pays, avait remporté le grand prix d'interprétation masculine au festival de Cannes en 1966 pour le rôle de Pontus dans le film « La Faim » du Danois Henning Carlsen, tiré du roman de l'écrivain norvégien et Prix Nobel Knut Hamsun.

Il a également joué plus récemment le rôle de Holger Palmgren dans le troisième épisode de la trilogie « Millennium », version cinéma.

Depuis l'annonce de sa mort probable dans l'incendie, les hommages à l'acteur, qualifié de « légende du cinéma suédois », se sont multipliés dans les médias du pays.

Oscarsson a également fait carrière au théâtre et à la télévision, tournant dans des séries et des téléfilms.

jeudi 6 janvier 2011

______________________________
FIP a 40 ans

Tour à tour sensuelles, espiègles ou gentiment taquines, les célèbres voix féminines de Fip accompagnent depuis 40 ans les auditeurs de cette radio musicale de Radio France, unique en son genre, lancée en janvier 1971.

Avec plus de 300 titres diffusés chaque jour, explorant tous les genres musicaux, le succès de Fip, qui souffle mercredi ses 40 bougies, doit beaucoup aux voix de ses animatrices, comme celle de Kriss, disparue en 2009, qui ont fait patienter les automobilistes immobilisés dans les embouteillages.

Entrée à Fip à l'âge de 17 ans encore lycéenne, Jane Villenet est l'une de ces voix historiques, dont les auditeurs fidèles reconnaissent d'emblée le timbre. « Je voulais être comédienne. La radio devait être du provisoire et c'est devenu toute ma vie », a dit à l'AFP cette belle femme blonde.

« Il faut que cela soit pétillant », en apportant « un supplément d'âme, d'amour et d'humour », glisse Jane Villenet, qui anime l'antenne aux côtés de 10 autres « fipettes ».

Auteurs de leurs textes, les animatrices ont le sens de la formule, avec des expressions pleines d'humour, dont certaines restent gravées dans la mémoire des auditeurs, comme « il neige dans le sens Paris-Province... »

Ce sont elles qui invitent aussi à découvrir expositions, théâtre, cinéma, concerts, festivals.

A travers les voix, la radio a tissé des liens très forts avec ses auditeurs, qu'ils l'écoutent à l'étranger ou en France, via internet ou sur leur smartphone.

« Les auditeurs me disent que je fais partie de leur vie, qu'ils ont grandi en m'écoutant », confie Jane Villenet, 33 ans de radio à son actif.

Les voix de Fip, recrutées par casting, ont largement été « empruntées » par la publicité. Comme celle de Simone Hérault devenue la voix de la SNCF, aiguillant les voyageurs tout en douceur.

Jane Villenet a ainsi prêté sa voix pour des bandes-annonces de la chaîne M6 ou des publicités pour Air France.

Créée en 1971 par Jean Garretto et Pierre Codou, Fip, qui s'appelait à l'époque « France Inter Paris », a traversé les années, affirmant son identité musicale très éclectique, sans contrainte publicitaire.

Il s'agissait à l'époque de faire une « radio musicale urbaine d'accompagnement et une radio de service », avec un fond sonore fluide et discret, servie par des animatrices pleines d'humour et d'ironie.

Quarante ans plus tard, le format n'a pas changé, mais la palette musicale s'est encore élargie: jazz, pop, rock, chansons francophones, musiques du monde, bandes originales de films, classique.

A la tête de Fip depuis février 2011, Julien Delli Fiori, lui même ancien programmateur et présentateur de Jazz à Fip, a donné une nouvelle impulsion à cette station de Radio France, un peu délaissée.

Par an, plus de 27.000 titres différents sont diffusés sur l'antenne de Fip, qui a révélé de nombreux artistes, de Bernard Lavilliers à Matthieu Chédid, en passant par E.S.T ou Yael Naim.

« L'originalité de Fip, c'est la prise de risque musicale », a dit son patron à l'AFP. Il a notamment amplifié à l'antenne les instrumentaux, issus de tous les styles musicaux, notamment les BO de films, fédératrices et intergénérationnelles.

Même si l'audience reste limitée (2% d'audience cumulée) au regard de celles de radios privées, Fip est en revanche écoutée dans la durée, avec une moyenne de 2h10, avec des auditeurs ayant entre 35 et 59 ans.

jeudi 6 janvier 2011

______________________________
Poursuite de l'occupation de locaux
aux Archives nationales

Le personnel des Archives nationales, opposé à l'installation de la Maison de l'Histoire de France sur son site parisien, a décidé à « l'unanimité » de poursuivre son occupation d'une partie des locaux, a indiqué mercredi à l'AFP Wladimir Susanj, de la CGT Archives.

« Nous ne cèderons pas au chantage du ministère de la Culture qui a demandé à l'intersyndicale de mettre fin à cette occupation faute de quoi certaines manifestations culturelles pourraient être annulées », a affirmé M. Susanj, secrétaire général de la CGT Archives.

Le ministère de la Culture n'était pas joignable mercredi pour commenter cette information.

Depuis le 16 septembre, des agents des archives occupent l'ancienne salle de lecture de l'Hôtel de Soubise pour protester contre la décision du gouvernement d'installer la future Maison de l'Histoire de France dans le quadrilatère des Archives composé de plusieurs hôtels particuliers.

« Nous en sommes à notre 112ème nuit. Depuis le début, 86 agents se sont relayés pour mener cette action », a déclaré le syndicaliste.

Selon M. Susanj, Pierre Hanotaux, directeur de cabinet du ministre de la Culture a adressé une lettre le 27 décembre à l'intersyndicale CFDT, CFTC, CGC et CGT lui demandant de « mettre un terme » à l'occupation de locaux des archives et d'enlever les banderoles et les cartons apposés sur les façades de l'Hôtel de Soubise « avant le 3 janvier 2011 ».

« Ce n'est que dans ces conditions que les manifestations ouvertes au public prévues à l'Hôtel de Soubise, dont la prochaine exposition sur les Menus plaisirs pourront avoir lieu », indique M. Hanotaux dans cette lettre rendue publique par les syndicats.

Une assemblée générale des personnels s'est tenue mardi pour examiner la réponse à donner à ce courrier de M. Hanotaux. La poursuite de l'occupation a été décidée.

En revanche, les cartons d'archives posés devant l'Hôtel de Soubise ont été enlevés et déposés mardi devant le ministère, selon M. Susanj. Une seule banderole a été maintenue. « Nous avons allégé le décorum », a-t-il dit.

Le directeur de cabinet a fait savoir mercredi aux syndicats qu'il était disposé à les recevoir la semaine prochaine, a indiqué M. Susanj.

jeudi 6 janvier 2011

______________________________
L'authentification de la tête d'Henri
IV  contestée par un historien

L'authentification de la tête du roi Henri IV, annoncée par des scientifiques et des historiens à la mi-décembre, est contestée par l'historien et journaliste Philippe Delorme, dans un article publié mercredi par l'Express.

L'authentification de la tête du roi Henri IV, annoncée par des scientifiques et des historiens à la mi-décembre, est contestée par l'historien et journaliste Philippe Delorme, dans un article publié mercredi par l'Express.

Auteur d'un ouvrage sur le Vert-Galant (« Henri IV, les réalités d'un mythe ») et d'une enquête historique sur le cœur de Louis XVII, Philippe Delorme s'étonne que le crâne examiné ne soit « ni scié, ni trépané comme cela se pratiquait systématiquement pour les embaumements royaux ».

Selon les scientifiques et historiens ayant procédé à l'identification, l'embaumeur du roi, Pierre Pigray, avait utilisé une méthode dite à l'italienne, selon laquelle le crâne était conservé et non scié afin de remplacer le cerveau par de l'étoupe.

Mais selon Philippe Delorme, « lorsque le cadavre d'Henri IV sera profané en 1793, avec les autres rois enterrés à l'abbaye de Saint-Denis, tous les témoins déclareront que le crâne était ouvert ». Il fait également valoir que la seule source des historiens sur le procédé employé est un texte d'Alphonse de Lamartine.

L'historien s'étonne également que les généticiens n'aient pas été en mesure de « reconstituer une empreinte génétique complète ». Il cite à cet égard le Pr Jean-Jacques Cassiman, de l'université de Louvain, qui a pratiqué les analyses sur le cœur de Louis XVII.

Selon lui, « l'embaumement peut avoir détruit tout l'ADN, mais ce n'est pas convaincant compte tenu de la conservation des différents tissus: peau, poils, viscères préservés à l'intérieur du crâne ».

L'authentification du crâne a été effectuée après six mois d'enquête par une équipe de 20 spécialistes français, danois, italiens et américain, dirigée par Philippe Charlier, 33 ans, médecin légiste à Garches.

La tête, qui aurait été séparée du corps en 1793 pendant la Terreur, n'est réapparue qu'au 19e siècle dans la collection privée d'un comte allemand, avant d'être acquise en 1919 par un antiquaire de Dinard, puis revendue à un couple de retraités. Ceux-ci l'ont léguée au chef actuel de la maison de Bourbon, Louis de Bourbon.


©Musicologie.org 2011