À propos du site

S'abonner au bulletin

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles et études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Périodiques

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Presse internationale

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
01 55 86 27 92

bandeau actu

Actualités musicales

2011
<<  janvier   >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

samedi 29 janvier 2010

29-30 janvier 2011
Institut Néerlandais,de Paris

Stage de musique
de chambre

Daniël Brüggen, flûte à bec
Heiko ter Schegget, flûte à bec
Mieneke van der Velden,viole de gambe
Siebe Henstra, clavecin

Ce stage est destiné aux étudiants à partir de la fin du 3e cycle. Les professeurs ayant tous une grande expérience de musique de chambre, une attention particulière y sera prêtée, mais vous pouvez aussi vous inscrire individuellement. Le choix des œuvres — du répertoire ancien à contemporain — est libre. Les cours individuels seront — dans la mesure du possible – accompagnés. Chaque participant (individuel ou ensemble) aura un cours chaque jour. Le reste du temps, vous pouvez suivre les cours des autres participants.

Les auditeurs sont les bienvenus, mais le nombre de places est limité. Si vous le souhaitez, vous pouvez vous inscrire pour le déjeuner, qui sera organisé sur place.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 10 janvier 2011. Vous recevrez par la suite une confirmation de votre inscription. Pour faciliter l’organisation des cours, nous vous remercions de joindre une photocopie des partitions que vous souhaitez travailler.

Le vendredi 28 janvier à 20h00, les professeurs donneront un concert, dont le programme sera annoncé ultérieurement. Les participants & auditeurs bénéficient d’un tarif réduit pour ce concert (5 € au lieu de 10 €).

Frais d’inscription : participant actif, 90 € ; ensemble constitué 120 € ; auditeur 45 € ; déjeuner 10 € par repas ; concert plein tarif 10 € ; concert tarif participants et auditeurs: 5 € ; Inscriptions avant le 10 janvier 2011 ; Renseignements au 01 53 59 12 44 (Maartje Nelissen) ou stage2011@institutneerlandais.com

Notice complète et bulletin d'inscrition

29 janvier 2011, 20h30
Paris, Salle Gaveau

Désiré N’Kaoua
Orchestre Ostinato


Hommage à Marguerite Long  

Désiré N'Kaoua (piano)
Orchestre Ostinato
(direction Pawel Przytocki)

de Gabriel Fauré
Ballade pour piano et orchestre

César Franck
Variations Symphoniques

Maurice Ravel
Concerto

A près de 78 ans, le pianiste Désiré N’Kaoua a souhaité rendre hommage à celle qui fut son professeur pendant de longues années: Marguerite Long.

Cette grande dame du piano français initia avec passion son élève aux arcanes, à la délicatesse et au raffinement de la musique française; elle lui communiqua son amour pour nos grands auteurs dont l’un, Maurice Ravel, lui avait dédié son magnifique Concerto en Sol; elle lui fit découvrir l’art si difficile du toucher, lui inculqua le respect absolu du texte musical, l’incita à toujours rechercher au fond de lui-même le son le plus proche de l’idéal souhaité.

Désiré N’Kaoua donnera un concert à sa mémoire à Paris, le samedi 29 janvier 2011 à 20H30 à la Salle Gaveau: il interprètera les trois oeuvres favorites de Marguerite Long, celles qu’elle mettait le plus souvent au programme de ses concerts

  • La Ballade pour piano et orchestre de Gabriel Fauré
  • Les Variations Symphoniques de César Franck
  • Le Concerto de Maurice Ravel

Désiré N’Kaoua sera accompagné par l’Orchestre Ostinato, orchestre fondé par Manuel Rosenthal et dont les musiciens ont aujourd’hui l’âge que Désiré N’Kaoua avait quand il recevait les conseils de Marguerite Long. L’orchestre Ostinato sera placé sous la direction du chef polonais titulaire de la Philharmonie de Cracovie, Pawel Przytocki, qui participa à de nombreux festivals en France, dont celui de la Chaise-Dieu.

Places 17 à 38 €. Salle Gaveau, 45 rue de la Boétie, 75008, Paris.  (métro Mirosmenil). 01 49 53 05 07

29 janvier 2011, 20h30
Saint-Leu-la-Forêt
Église Saint-Leu Saint-Gilles

Ensemble Arton

Ensemble vocal et instrumental
direction Florian Benfer

Œuvres de :
Bach, Kuhnau, Félix Mendelssohn Bartholdy,
Sven-Erik Bäck & Arvo Pärt.

Né en 1984, Florian Benfer se passionne très tôt pour le chant, l’orgue, le piano et le violoncelle. Après l’obtention de ses diplômes d’orgue et de direction de chœur au Hochschule für Musik und Theater de Leipzig et le Royal College of Music de Stockholm, il est souvent chef invité de nombreux ensembles vocaux européens ; il assure entre autre la direction du Norrland Nations’Chamber Choir à Uppsala. En tant que chanteur, il est membre notamment du Kölner Vokalsolisten spécialiste de la musique contemporaine. En 2006, sous la direction de Daniel Reuss et Pierre Boulez, il participe au Lucerne Festival Academy Vocalists. Fondateur en 2008 de l’Ensemble Vocal et Instrumental Arton, Florian Benfer décide de partager sa passion pour la musique baroque et le grand répertoire vocal des 19e et 20e siècles avec de jeunes et talentueux interprètes internationaux.

Tarifs 15 / 12 € (et pass). Église Saint-Leu Saint-Gilles, 28, rue du Général Leclerc, Saint-Leu-la-Forêt. Vente des billets : La Fontaine aux Pralines, 41, rue du Général Leclerc, Saint-Leu-la-Forêt. Tél. : 01 39 60 82 06. Réservations : 01 39 95 30 07. http://www.hivermusical.org

Dans le cadre du festival  Hiver musical

Pour donner accès à chaque type de musique, savante comme populaire, pour inciter les amateurs à pratiquer la musique et la danse, l’Hiver Musical est ouvert à tous et consent, pour les concerts, des tarifs très raisonnables. En janvier et février, il est présent dans toute la ville : contes à la Bibliothèque, à la Maison de la Plaine, concerts à la Croix Blanche, expositions à la Maison Consulaire. Nombre de manifestations sont co-organisées avec des associations culturelles locales, au premier rang desquelles figure l’École de Musique. Le festival est organisé en partenariat avec la ville de Saint-Leu-la-Forêt et soutenu par le Conseil Général du Val d’Oise. Cette année, les villes voisines de Saint-Prix et Ermont accueillent le festival. Des mécènes soutiennent cette manifestation.

samedi 29 janvie 2011

______________________________
Chabrier et consorts, et Laurent
Korcia et Benjamin Levy et
l'Orchestre de Limoges

Deuxième concert pour l’Orchestre de Limoges et du Limousin dont les deux spécificités lyriques et symphoniques ont été regroupées depuis septembre 2010 au sein de l’Opéra-théâtre sous la direction générale d’Alain Mercier.

Ce programme symphonique permet à l’Orchestre de Limoges et du Limousin d’accueillir pour la 2e fois cette saison, le talentueux et impétueux chef d’orchestre Benjamin Levy que nous avons pu apprécier dans la direction musicale de l’«Étoile » de Chabrier à l’Opéra-Théâtre en fin d’année. Il dirigera ce programme conçu autour du même compositeur et de compositeurs voisins, tous parti- prenante du renouveau de la Musique Française de son époque.

Pour aborder deux grandes oeuvres du répertoire pour violon et orchestre, Laurent Korcia soliste hors norme, interprétera le « Poème » d'Ernest Chausson, et « Tzigane », rhapsodie de concert de Maurice Ravel.

Le public limousin retrouvera donc ce violoniste exceptionnel qui a l’avait séduit et transporté lors de sa magnifique interprétation avec l’orchestre du concerto n° 1 de Prokofiev en mai 2005.

Programme

  • Chabrier, « Fête polonaise » du Roi malgré lui
  • Chausson, Poème,  opus 25, pour violon et orchestre
  • Ravel, Tzigane, rhapsodie de concert pour violon et orchestre
  • Chabrier, Bourrée fantasque
  • Saint-Saëns, Symphonie n° 2 en la mineur opus 55

Dates et lieux :

  • Mercredi 9 février à 20h30 - Opéra-Théâtre de Limoges
  • Jeudi 10 février à 20h30 - Salle polyvalente à Ussel
  • Vendredi 11 février à 20h30 - La Mégisserie à Saint-Junien
  • Samedi 12 février à 20h30 - Salle André Lejeune à Guéret

Informations pratiques : Limoges : 05.55.45.95.87 ; Ussel  : 05.55.72.41.36 ; Saint-Junien : 05.55.02.87.98 ; Guéret : 05.55.52.84.97. http://www.www.operalimoges.fr

L’Orchestre pour sa saison lyrique et symphonique est financé par la Ville de Limoges et le conseil régional du Limousin.

samedi 29 janvie 2011

______________________________
« L'Italienne à Alger » de Rossini à
l'Opéra national de Bordeaux

Baignée dans une ambiance de carnaval de front de mer, "L'Italienne à Alger" de Rossini fait escale à l'Opéra national de Bordeaux, dans une mise en scène de l'Espagnol Joan Font résolument empruntée au théâtre de rue.

Cet opéra comique, souvent hilarant, se joue à guichets fermés jusqu'à lundi à Bordeaux, avant d'embarquer pour Houston, Texas en 2012, puis pour Toronto, Canada.

Affublés de turbans gonflés comme des ballons de baudruche et parés de costumes orientaux aux couleurs luxuriantes, les eunuques ouvrent en choeur le carnaval au palais du sultan Mustafa qui s'ennuie dans son sérail algérois.

Joan Font, célèbre pour son spectacle de clôture des Jeux Olympiques de Barcelone (1992), met en scène, dans une ambiance loufoque et débridée, l'histoire d'un souverain qui, lassé par la trop grande soumission de son épouse, cherche une belle Italienne pour tomber amoureux.

Une fable pleine d'humour qui montre comment "l'adulation rend crétin" quand Mustafa, gros sultan caricatural, tombe en adoration devant la superbe et brillante Isabella qui vient de faire naufrage sur la rive du palais.

"C'est un choc entre deux cultures, l'Orient et l'Occident, mais aussi une confrontation entre les deux sexes", explique le metteur en scène espagnol, qui s'est amusé à exacerber "le jeu des acteurs" dans cette oeuvre féministe créée en 1813 à Venise et dans cette mise en scène fin 2009 à Madrid.

"Je viens du théâtre, pour moi, l'opéra c'est un spectacle qui a le chant comme ligne de conduite", dit-il à l'AFP. "Il y a l'histoire, le décor, les regards, la lumière, les costumes... tout ça doit être ensemble mais il est important d'exhiber le maximum de sens, c'est une porte à sensations".

Sous la direction musicale de l'Italien Paolo Olmi, le souverain, interprété par le baryton-basse italien Luciano Di Pasquale, devient peu à peu le dindon de la farce de la belle Isabella et de son bien-aimé réduit à l'esclavage.

Avec force gestuels, l'Italienne incarnée par la mezzo-soprano américaine Daniela Mack et l'homme qu'elle aime, interprété par le ténor américain Alek Shrader, se jouent du pauvre Mustafa amoureux. Jeux de mains, d'épaules, hochements de tête, "Ding-Ding, tac-tac, boum-boum", mouvements saccadés des bras... tel un tableau vivant, Joan Font, créateur de la troupe espagnole de théâtre de rue Comediants, enchaîne la gestuelle empruntée au mime, les onomatopées chantées, les gags sous l'influence des comédies de Molière.

"Pour moi, c'est un carnaval, Rossini a fait cet opéra à Venise, et pendant tout le spectacle, on change de costumes, on se travestit", explique-t-il encore. D'une naufragée, Isabella devient au fil des costumes, une princesse, puis une Arabe, "on change de rôle sans arrêt, c'est le voyage, c'est la vie".

Avec, en toile de fond, la mer omniprésente, depuis le naufrage d'Isabella, jusqu'à son évasion quand "le vent est favorable", en passant par les décors de plage sous la lumière chaude de Méditerranée ou encore les odeurs de poisson que Joan Font avait même intégrées à sa mise en scène madrilène.

"Comme disait l'architecte Gaudi, la mer est le chemin qui unit les peuples, le chemin le plus large qui existe", cite Joan Font.

samedi 29 janvie 2011

______________________________
Seiji Ozawa annule ses concerts
jusqu'en août

L'illustre chef d'orchestre japonais Seiji Ozawa, atteint d'un cancer de l'oesophage, a annulé ses concerts au Japon et à l'étranger jusqu'en août, à la suite d'une opération du dos, a indiqué vendredi son bureau.

M. Ozawa, 75 ans, devait donner cinq représentations en mars au Japon et cinq autres à l'étranger en avril: deux au Carnegie Hall de New York, deux à Paris et une à Vienne.

Mais le célèbre maestro, qui avait fait un bref retour sur la scène en septembre dernier, a décidé d'annuler tous ses concerts afin de se consacrer à sa convalescence après l'intervention chirurgicale subie à la mi-janvier pour soigner une hernie discale, a indiqué une porte-parole de son bureau.

"Le prochain concert qu'il dirigera se tiendra en août à Matsumoto (centre du Japon) pour le Festival Saito Kinen", a-t-elle ajouté.

L'ancien assistant de Herbert von Karajan et Leonard Bernstein avait prévenu en janvier 2010 qu'il devait subir un traitement contre un cancer de l'oesophage, détecté de façon précoce selon ses médecins, et qu'il devait par conséquent renoncer aux représentations pendant plusieurs mois.

Directeur musical de l'opéra de Vienne, il a été pendant longtemps à la tête de l'orchestre symphonique de Boston.

samedi 29 janvie 2011

______________________________
Le Prix de la Paulus-Akademie
décerné au chef d’orchestre Franz
Welser-Möst   

Le chef d’orchestre autrichien Franz Welser-Möst est le lauréat 2010 du "Prix pour la liberté et l’humanité" de la Paulus-Akademie de Zürich. Doté d’un montant de 10’000 francs, il sera remis le 1er juillet au chef d’orchestre et directeur musical de l’Opéra de Vienne. Le jury a voulu récompenser un artiste qui fait remarquablement entrer en dialogue la religion et la musique, indique l’académie dans un communiqué.

samedi 29 janvie 2011

______________________________
Idir et Souad Massi en concert
pour la Tunisie

L'Association Action Tunisienne, créé le 13 janvier par des opposants au régime de l'ancien président Ben Ali, organise le 31 janvier à Paris (Elysée-Montmartre) un concert de solidarité avec le peuple tunisien. Les bénéfices de la recette seront intégralement reversés au Croissant Rouge tunisien. Le chanteur kabyle Idir, la chanteuse pop algérienne Souad Massi, le chanteur de jazz David Linx, la chanteuse palestinienne Kamylia Joubran, ou le joueur de kora malien Djely Moussa Diawara sont parmi les musiciens annoncés par l'Association à ce concert de soutien, dont le prix d'entrée est de 25 euros.

samedi 29 janvie 2011

______________________________
Emily Loizeau investit le Louvre

Le Musée du Louvre offre une carte blanche à la chanteuse Emily Loizeau jusqu'en juin, avec cinq soirées de projections-concerts thématiques, mêlant musiques actuelles et films muets du patrimoine cinématographe. Au programme : La jalousie" ce vendredi avec Bombes 2 Bal, "La femme à barbe" le 18 février avec Seb Martel et las Ondas Marteles, "Afrique" avec "Emily Loizeau et Danyel Waro le 8 avril, "Terre" avec Emily Loizeau et Renata Rosa, le 13 mai et "A la conquête des cimes" avec Emily Loizeau et Brad Barr. Renseignements : http://www.louvre.fr

samedi 29 janvie 2011

______________________________
Marie-Claude Pietragalla danse la
« La tentation d'Eve en solo

Solo de la danseuse et chorégraphe Marie-Claude Pietragalla, "La tentation d'Eve", présenté dans la salle du Palace à Paris, oscille entre humour et poésie pour retracer l'histoire intime de la femme depuis la Genèse.

Ce spectacle hybride, qui entremêle danse et théâtre, est présenté à Paris jusqu'au 12 février, avant une tournée en France et à l'étranger.

Chorégraphié par la danseuse et son compagnon, Julien Derouault, ancien soliste du Ballet national de Marseille, ce voyage symbolique dans l'univers de la femme à travers les âges, se déroule en plusieurs tableaux, chacun ayant sa couleur propre et sa musique.

Trois masques géants se détachent sur le fond noir de la salle où arrive la danseuse, qui pousse une énorme pomme rouge et brillante. Eve danse juste vêtue d'un body couleur chair, puis joue avec un voile dans lequel elle se drape, s'emmêle, qu'elle fait tournoyer puis rentrer à l'intérieur de son vêtement pour signifier qu'elle va enfanter.

Allongée sur le sol, elle anime une petite marionnette, avant de danser de nouveau, sauvage, primitive.

Puis la danseuse revêt un masque blanc, enveloppée dans une cape également blanche. Elle est une guerrière, protégée par son armure, puis enfermée dans un vêtement dont la jupe est une cage grillagée dans laquelle elle doit se glisser.

Grâce au texte de Molière, dans "L'Ecole des femmes", que dit Marie-Claude Pietragalla, danse et théâtre s'entremêlent pour souligner la domination de l'homme sur la femme. "Le mariage n'est pas un badinage", rappelle Molière, et "son sexe n'est là que pour la dépendance".

Sont aussi repris et mimés les mots de la poétesse Andrée Chédid: "Par la magie de l'artifice, la femme artiste masque les stigmates du temps, puis interroge son reflet dans le miroir".

L'écrivain Marek Halter et le comédien Daniel Mesguich disent la plupart des textes, la musique allant de Bach à Lully, de l'électro à Barbara.

"Femme, muse, inspiratrice, créatrice, je suis multiple, à travers cette histoire collective qui nous révèle nos peurs et nos chimères, j'avance, je tâtonne, je trébuche, mais je reste l'éternel féminin", assure l'ancienne étoile de l'Opéra de Paris.

"Les multiples identités de mon personnage me permettent d'évoluer dans des univers variés, où je me joue des codes du théâtre, passant du drame au burlesque", ajoute l'ancienne directrice du Ballet national de Marseille qui a désormais créé sa propre compagnie.

En mouvements saccadés, Marie-Claude Pietragalla autant comédienne que danseuse se transforme bientôt en ménagère, pantin désarticulé obsédé par la propreté, ou en femme moderne, gravement stressée entre ordinateur, téléphone, cours de Bourse et médicaments.

samedi 29 janvie 2011

______________________________
CharlElie (ex Couture), l'éxilé à
New York

Après avoir cherché vainement en France à concilier ses activités de musicien et de plasticien, CharlElie a trouvé une terre d'adoption à New York, porte d'entrée de l'Amérique au coeur de son nouvel album, "Fort Rêveur", publié lundi.

"A New York, quand j'ai fini mon disque, un ami m'a demandé ce que je comptais faire pour le prochain. Là-bas c'est demain qui compte, ici c'est ce que tu as fait, d'où tu viens", explique à l'AFP le chanteur à la barbiche poivre et sel.

L'auteur de "Poèmes Rock" s'est exilé en 2004 avec l'impression d'être incompris en France, notamment après qu'un jury eut refusé d'examiner son travail d'artiste plasticien au prétexte qu'il était chanteur.

A New York, CharlElie (anciennement Couture) a ouvert une galerie pour y exposer ses toiles. "Ceux qui rentrent dans ma boutique ne me connaissent ni d'Eve, ni d'Adam, ils sont juste attirés par ce qu'ils ont vu", se félicite-t-il.

"Fort Rêveur" est la deuxième ode du musicien à sa ville d'adoption, après "New Yor-Coeur", tièdement reçu par la critique à sa sortie en 2006.

"Sur +Fort Rêveur+, j'ai évité de commettre des erreurs que j'avais faites sur le précédent. J'essayais de donner un échantillon large de mes différentes aspirations. En cinq ans, New York m'a au contraire appris à aller vers l'essentiel, vers ce que je suis", dit-il.

Les gratte-ciels et le rythme oppressant de la ville-monde traversent le disque, à l'image du "Phénix", morceau de bravoure construit comme une libre déambulation de Brooklyn à Broadway.

Mais de la guitare bluesy des "Statuts de ma liberté" à la contrebasse jazzy de "Nés trop loin", c'est toute l'Amérique que le musicien explore de sa voix profonde.

CharlElie a commencé à enregistrer "Fort Rêveur" à Paris. Mais "les musiciens français ont dans les oreilles la musique classique, la musique d'Europe centrale, la musique africaine, la musique du Maghreb et toutes ces influences ressurgissent dans les harmonies", note-t-il.

Le musicien s'est donc remis à l'ouvrage à New York avec des musiciens américains et sous la houlette du producteur Sean Flora (The Black Keys, The Shins...).

"Il vient de la côte ouest des Etats-Unis et m'a donné un son plus américain que strictement new-yorkais", estime CharlElie.

Le producteur lui a aussi apporté un regard extérieur salutaire, de l'avis du chanteur, déçu de l'accueil réservé à son dernier album.

"J'ai compris que les grands acteurs n'ont pas toujours étaient bons dans les films qu'ils ont réalisés", dit le musicien, qui se définit comme un artiste "multiste".

"Etre un artiste, c'est être inspiré, puiser dans son subconscient l'information à laquelle on va donner une forme. Dans mon système, il faut choisir le mode d'expression qui va le mieux avec ce qu'on a à dire", explique-t-il.

"Quand je travaille sur le construit et l'inconstruit, j'utilise la peinture et les arts visuels qui sont universels et ne dépendent pas du codage des mots. Par contre, quand j'ai des choses plus humanistes à dire, je le fais avec la musique".

samedi 29 janvie 2011

______________________________
Fin de feuilleton : le piano
abandonné a été emporté

Le piano qui était mystérieusement apparu sur un banc de sable en pleine mer au large de Miami avant qu'on apprenne qu'il avait été déposé là par un apprenti-artiste de 16 ans a finalement été emporté par un musicien du coin qui a souhaité l'entreposer dans sa maison.

Le piano à queue, dans un état dégradé, était mystérieusement apparu en début de semaine sur un petit banc de sable dans la baie de Biscayne, légèrement au sud de Miami (Floride, sud-est), sans que les autorités ne puissent expliquer les raisons de cet échouage peu banal.

La piano avait en fait été déposé là le 1er janvier dernier, en bateau, par un apprenti-artiste de 16 ans, Nicholas Harrington, et son père. Les deux hommes ont mis le feu à l'instrument et pensaient revenir plus tard pour tourner une vidéo dans laquelle le piano devait jouer un rôle.

Le jeune homme comptait ensuite soumettre le film à une école d'arts de New York comme projet d'admission.

Il a finalement été retiré vendredi par un musicien de Miami, Carl Bentulam, a révélé le Miami Herald. L'homme a fait appel à une entreprise spécialisée pour récupérer le piano qu'il va entreposer dans son salon.

L'homme a déclaré au journal qu'il avait récupéré le piano pour son fils de 10 ans. "Tous les matins il se levait et il lisait le journal pour voir si le piano était toujours là", a expliqué le père. "OK, on va essayer de le ramener", a-t-il alors répondu à son fils.

Carl Bentulam a profité d'une loi qui prévoit que toute personne qui finance le ramassage d'effets abandonnés en devient le propriétaire.

Entre-temps, le piano solitaire a fait la Une de bon nombre de médias américains.

samedi 29 janvie 2011

______________________________
Les costumes de scène en matières
insolites exposés à Moulins

Métal, latex, éponge, résine, papier, carton: plus de cent costumes de théâtre ou d'opéra aux matières insolites, du début du XXe siècle à nos jours, sont exposés au centre national du costume de scène (CNCS) de Moulins jusqu'au 15 mai.

Bien loin des dentelles et soie traditionnelles, le plastique ou l'aluminium façonnent des costumes surréalistes. Ils donnent l'illusion de broderies, de fourrures ou se transforment en bijoux et autres accessoires.

"Au début du XXe siècle, on voit l'apparition du carton ou de la toile cirée dans les costumes de scène puis l'expansion de ces nouvelles matières est favorisée après la guerre par les dérivés du pétrole", souligne la commissaire de l'exposition, Noëlle Giret.

Des tiges en plastique servant à accrocher de vulgaires étiquettes du commerce imitent des flocons de neige sur une création destinée à la mise en scène des festivités des Jeux Olympiques d'Albertville, en 1992, par Philippe Decouflé.

Le costume d'une momie de La Tour de Babel (1979), en métal et laine, et son masque de squelette, en résine, côtoient la jupe en toile cirée du Dindon des Oiseaux d'Aristophane (1928) et les masques de Jean Cocteau.

La robe d'Isabelle dans l'Illusion comique (1965) est en soie mais ses broderies sont... en fil de fer. De loin, l'illusion est parfaite. Des lamelles d'hologrammes font miroiter les hommes-écailles de Leonor Fini dans Tannhäuser (1963).

Les prêtresse de Medea (2002), coiffées d'un crâne d'animal en résine, portent des robes de paille et de raphia.

"Il y a une véritable volonté de rompre avec le costume réaliste, parfois loin de toute considération économique", explique Mme Giret.

Le corsage de la robe de Caesonia dans Caligula (1972), symbole étincelant de richesse et véritable composition d'orfèvre est en fait un assemblage de simples clous dorés.

Les pièces sont présentées dans des vitrines semi-éclairées, accompagnant le visiteur dans une marche théâtrale. Dans chaque vitrine, la matière d'un costume-phare est déclinée en arrière-plan par un agrandissement photographique.

"Au départ, nous voulions présenter une vitrine par matière puis nous avons décidé de mélanger les costumes, de faire dialoguer des personnages qui n'avaient jamais joué ensemble", explique Alain Batifoulier, scénographe de l'exposition avec Simon de Tovar.

A l'entrée, le visiteur est accueilli par des caryatides tatouées qui murmurent. Puis un rideau rouge se lève sur des matières en gros-plan qui se transforment en costume grâce à un procédé lenticulaire.

Un espace ludique a été aménagé pour les enfants qui peuvent se familiariser avec cet univers et se faire prendre en photo habillés de reproductions de l'exposition.

A la fin de la visite, l'impressionnante "galerie des monstres" apparaît en ombres chinoises: les pièces les plus insolites et délirantes sont cachées derrière un panneau que le visiteur contourne pour les découvrir.

Une femme-arbre, issue des Fables de La Fontaine, semble porter au bout de ses branches en osier une hydre fantastique.

Un dindon ébouriffé déployant sa queue en aluminium trône à côté d'une dame-araignée et d'un personnage-grelots qui s'animent, formant un défilé macabre et poétique.

Au total, dans cette exposition simplement baptisée "Les Insolites", 118 costumes sont présentés, issus pour la plupart des réserves du CNCS provenant de la Bibliothèque nationale, de l'Opéra de Paris et de la Comédie française.

samedi 29 janvie 2011

______________________________
Because rachète le catalogue NTM

Because Editions a racheté le catalogue du groupe phare du rap français Suprême NTM jusque là détenu par Authentik Publishing, société créée par les membres du duo Kool Shen et JoeyStarr, ont-ils annoncé dans un communiqué mercredi.

Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé. Le prochain album de JoeyStarr sera également co-édité par Because Editions, précise le communiqué.

Because Editions fait partie du groupe indépendant Because, présent dans l'édition musicale, la production, le management d'artistes, l'organisation de concerts et la gestion de salles.

samedi 29 janvie 2011

______________________________
Filière Musicale - Sacem :
 communiqué de presse en réaction
aux propos du SNR

Contrairement à ce qu'indique le SRN, les représentants de la filière musicale ne reprochent pas aux radios de violer la réglementation sur les quotas mais d'en faire une application totalement dévoyée.

Ce dévoiement, contraire à l'esprit de la règlementation dont la principale finalité était de garantir une diversité musicale sur les ondes, se traduit notamment par :  

De très fortes rotations sur un nombre de plus en plus restreint de nouveautés francophones et de nouveaux talents :  

— En 2010, 90% des diffusions de nouveautés francophones ont été concentrés sur 15 titres :

— Seulement 11 nouveaux talents francophones figurent parmi les 100 plus fortes rotations en 2010 (hors duos) soit 56% de moins qu'en 2009,

—  la part des titres francophones sur les 100 plus fortes rotations n'est plus que de 30 % en 2010, soit 28% de moins qu'en 2007,

— une baisse de 10% des titres entrés en programmation,  soit 300 titres de moins qu'en 2009.

Une ghettoïsation des nouveautés et titres francophones aux heures d'écoute peu significatives  

Les productions francophones sont principalement diffusées le week-end entre 6 h 30 et 8 h 30. Dans cette tranche horaire, la présence de la musique est 75 % le week-end contre 44 % en semaine.

Pire encore, la part de la chanson francophone au sein des diffusions musicales est 3 fois supérieure le week-end qu'en semaine pour cette même tranche horaire.

Une diffusion tronquée des titres francophones pour satisfaire les quotas au mépris du droit moral des artistes et des auteurs/compositeurs  

Les pratiques généralisées consistant à ne diffuser qu'une minute d'un titre pour satisfaire les quotas sont inacceptables. Outre l'atteinte au droit moral des auteurs et des artistes, comment dans ces conditions assurer une exposition des nouveaux artistes sans permettre aux auditeurs d'écouter leurs ½uvres en intégralité ?

La crise économique qui frappe la filière musicale ne saurait justifier une concentration extrême des programmations

Malgré la crise, les producteurs ont envoyé en 2010 aux radios plus de 2 185 nouveautés différentes (Source : Bya) dont 713 francophones !

Cette diversité n'est malheureusement pas représentée dans les diffusions des radios musicales.

La filière musicale en appelle au CSA et au Ministre le Culture pour que ces dérives, contraires à l'esprit de la loi, cessent.

samedi 29 janvie 2011

______________________________
Prix du meilleur album Jeunesse de
l'année décerné aux « Chronokids »

Le Prix Essentiel Jeunesse a été décerné au tome 3 des "Chronokids" (Glénat) de Zep, Stan et Vince à l'occasion du Festival de la bande dessinnée d'Angoulême, ont annoncé vendredi les organisateurs.

Cette récompense s'inscrit dans le cadre des Prix Découvertes, parrainés par la Caisse d?Epargne, et est remis chaque année. Ils couronnent à la fois des auteurs élus par un jeune public, des artistes en début de parcours professionnel, et plus généralement la jeune création, précise un communiqué.

Le Prix Jeunes Talents, qui distingue un auteur n?ayant jamais été publié, a ainsi été attribué à Adrien Herda, 27 ans, diplômé de l?ESA Saint Luc en option illustration, pour ses planches : "Le bruit des machines".

Le Prix d?Angoulême de la BD scolaire a été décerné à Marylou Dufournet, 16 ans, élève au Lycée Ampère Bourse à Lyon pour ses planches baptisées "L?Oryctérope". Depuis sa création, il y a 27 ans, le concours de la BD scolaire a permis à de nombreux jeunes d?émerger et de devenir des auteurs confirmés.

Le Prix du Meilleur graphisme a récompensé Cécile Bidault, 16 ans, de l?Espace Saint Jean à Melun pour ses planches : "La chute".

Le Prix du Meilleur scénario est revenu à Paul André, 17 ans, élève au lycée Michelet à Vanves pour ses planches : "Je vivais heureux avec papa et maman".

Enfin, Hugo Ruyant, 17 ans, élève au Lycée français Jean Mermoz, à Buenos Aires, a reçu le Prix Humour, parrainé aussi par Fluide Glacial, pour ses planches : "Mistik Disco".

samedi 29 janvie 2011

______________________________
L'Unedic confirme le déséquilibre
cotisations-prestations

Quelque 105.000 intermittents du spectacle ont été indemnisés en 2009, pour près de 1,3 milliard d'euros, alors que les cotisations du secteur n'ont représenté que 223 millions d'euros, a-t-on appris vendredi auprès de l'Unedic, confirmant une information des Echos.

Le quotidien économique a annoncé vendredi que l'Unedic avait encaissé 223 millions d'euros de cotisations pour les intermittents mais leur avait reversé 1,276 milliard de prestations en 2009, soit un déficit de 1,054 milliard.

"Le montant des cotisations et des prestations correspond aux comptes de l'Unedic", a-t-on confirmé à l'Unedic.

La CGT spectacle a vivement réagi à cette information, se demandant, dans un communiqué, si leur publication était "un hasard alors que viennent de s'ouvrir les négociations sur l'assurance chômage ?".

Patronat et syndicats ont entamé lundi dernier les négociations sur une nouvelle convention d'assurance chômage qui doivent aboutir d'ici à fin mars, date à laquelle expire l'actuelle convention entrée en vigueur en 2009.

Ne figure pas au menu des discussions le cas particulier du régime des intermittents qui avait fait l'objet d'une grande réforme en 2003, plusieurs fois ajustée depuis.

La Fédération CGT du Spectacle se dit aujourd'hui "pour une véritable réforme" et prône "un examen sérieux de ses propositions alternatives" sur l'assurance chômage des artistes et techniciens du spectacle.

"Nous avons élaboré des propositions (...) depuis maintenant plus de 10 ans. A ce jour, elles n'ont fait l'objet d'aucun examen au sein de l'Unedic et pas même au niveau gouvernemental", affirme-t-elle.

La CGT rappelle par ailleurs que la précarité a un coût pour l'assurance chômage, avec des indemnisations plus fortes pour des CDD que des CDI, "pariant" que les intérimaires sont aussi sources de dépenses pour l'Unedic.

Elle trace enfin un parallèle avec les ruptures conventionnelles de contrat de travail entre salarié et employeur, dites à l'amiable, "chères à Laurence Parisot" la présidente du Medef, qui ont coûté 1,3 milliard d'euros en 2010, selon la CGT.

samedi 29 janvie 2011

______________________________
Un babouin et un puma sans papiers
saisis dans un cirque en Gironde

Un babouin et un puma, pensionnaires d'un cirque qui n'était pas en mesure de produire leurs certificats d'origine, ont été saisis en douceur vendredi à Galgon (Gironde), a-t-on appris auprès de la gendarmerie et de la Fondation 30 Millions d'Amis qui supervisait l'opération.

L'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) avait estimé en juin dernier, lors d'un contrôle impromptu au Star Circus qui stationnait à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), que Birma, un puma âgé de 10 ans, et un petit babouin d'un an, non encore baptisé, n'avaient pas les certificats exigés par le code de l'environnement pour les espèces protégées.

Le propriétaire avait alors accepté d'abandonner volontairement ses animaux. Vendredi, trois agents de l'ONCFS, en présence du délégué général de la Fondation 30 millions d'Amis Jean-François Legueulle, et d'Arnauld Lhomme, enquêteur à la Fondation, sont venus les saisir.

D'abord tendus en découvrant la présence de la presse à cette opération, les propriétaires ont finalement laissé prendre leurs animaux, les faisant eux-mêmes entrer dans les cages.

Les gendarmes assistaient à la scène, qui s'est déroulée "sans aucun souci", selon le commandant de brigade de Villegouge, Gilles Tauzin. Le gendarme a indiqué que les animaux semblaient "très bien portants, et suivis médicalement".

"C'est un peu comme des membres de la famille qui nous quittent", a déclaré à l'AFP Rudy Cancy, le petit-fils du propriétaire, tout en s'estimant rassuré par "les moyens énormes" de la Fondation 30 Millions d'Amis pour "leur trouver des endroits où ils seront bien".

Il a expliqué que le problème, pour le puma, venait d'un manque de traçabilité de sa généalogie au-delà de deux générations. Selon lui, la saisie du babouin provient d'une erreur administrative, mais la famille "qui a de bons rapports" avec l'ONCFS a préféré "ne pas remettre en cause" la parole de celui-ci.

Le tribunal de grande instance de Valence statuera le 10 juin sur les sanctions éventuelles.

Vendredi, les animaux ont été acheminés au Natuurhulpcentrum d'Opglabbeek, en Belgique, une structure spécialisée dans l'accueil des animaux sauvages.

samedi 29 janvie 2011

______________________________
Radio France condamné pour le
licenciement de Stéphane Guillon

Le groupe Radio France a été condamné vendredi par le conseil des prud'hommes de Paris pour le licenciement de l'humoriste Stéphane Guillon "sans causes réelles ni sérieuses", a indiqué à l'AFP Me Olivier Schnerb, l'avocat de l'humoriste.

"Les prud'hommes ont considéré que ce licenciement était sans causes réelles ni sérieuses et que les conditions du contrat auraient dû nécessiter qu'une faute soit évoquée, ce que l'employeur s'est bien gardé de faire", a indiqué à l'AFP Me Schnerb, confirmant une information du monde.fr.

Stéphane Guillon a réagi à cette décision se déclarant "ravi" en tant que salarié, mais "scandalisé" en tant que contribuable.

"En tant que salarié foutu dehors, je suis ravi de cette décision judiciaire. En tant que contribuable, je suis scandalisé qu'une société d'état ait préféré perdre autant d'argent et d'auditeurs pour faire taire un humoriste", a confié l'humoriste à l'AFP, dans un communiqué.

Selon l'avocat de l'humoriste, le conseil des prud'hommes "a fait droit de l'intégralité des demandes de Stéphane Guillon en lui accordant 212.000 euros de dommages et intérêts".

"Il s'agit d'une sanction à la dimension du préjudice subi par un humoriste qui s'est vu sans préavis notifier son congé, comme au temps des lettres de cachet", a ajouté Me Schnerb, qui assure la défense de Stéphane Guillon avec Me Jean-Louis Leroy.

Sollicité par l'AFP, France Inter n'a pas souhaité immédiatement réagir.

Le patron de Radio France, Jean-Luc Hees, avait annoncé le 23 juin 2010 le départ de Stéphane Guillon de la matinale de France Inter. "Si l'humour se résume à l'insulte, je ne peux le tolérer pour les autres mais également pour moi", avait-il déclaré alors.


©Musicologie.org 2011