bandeau actu

 

Actualités musicales

vendredi 16 mai 2014

La musique de scène en France (1870-1940) Journée d'études

Appel à communications

Paris, 16 mai 2014

7e Petite Biennale de Musique Française (Patrimoines et Langages Musicaux (EA 4087), Observatoire Musical Français (EA 206), Université de Paris-Sorbonne (Paris IV)

Entendue sans toujours être écoutée, souvent mésestimée, la musique de scène sera au cœur de la 7e Petite Biennale de Musique Française ; consacrée aux musiques originales interprétées lors de représentations théâtrales durant la IIIe République, cette journée d'études entend éclairer par des approches croisées ce patrimoine méconnu du public et peu étudié par la critique.

Des problématiques esthétiques permettront d'interroger les rapports complexes liant le texte et la musique : tout en étant l'occasion de rappeler des questions inhérentes au genre (musique intra ou extradiégétique, rôle dramaturgique des interventions musicales, fragmentation de l'écriture, modalités de présence de la musique dans le texte dramatique et ses didascalies...), elles pourront ouvrir la réflexion sur les grands enjeux de la composition pour la scène : effets de la musique sur le texte et vice versa, confrontation de deux rapports au temps de nature différente, musicalité du texte parlé, imbrication ou autonomie des deux langages, calages et décalages, empathie ou anempathie (celle-ci pouvant aller jusqu'au double discours)...

Ces problématiques touchent à des enjeux très vastes : rapports du visuel et du sonore ; questions du sens, de l'émotion et de l'imaginaire ; statut de la musique par rapport au texte (est-elle forcément secondaire ? en vertu de quoi ? certaines créations échappent-elles à cette soumission ?) Comment évaluer, par ailleurs, le caractère nécessaire de ces musiques de scène ou, à l'inverse, leur dimension superflue voire parasite ?

Parallèlement à ces interrogations, des approches contextuelles permettront d'envisager la réception de cette part musicale du spectacle dramatique par la critique de l'époque ; on abordera alors non seulement l'influence du contexte historique et l'état d'esprit de certaines périodes (Belle Époque, Années Folles...) mais aussi le contexte musical, ses canons esthétiques et discours théoriques. Se posent ainsi les questions du respect ou de l'écart par rapport à la norme et aux conventions d'écriture, de l'intertextualité ou encore des genres, dans une époque qui résonne des débats autour du Gesamtkunstwerk tout en voyant émerger, avec le cinéma, une autre forme de musique associée à un art visuel.

Enfin, des études abordant, à partir d'archives ou de témoignages, la part concrète de la création seront aussi les bienvenues afin d'éclairer le processus d'écriture de la musique de scène, ses conditions de réalisation (musiciens sur le plateau ou dans la fosse, intervenant ou non dans l'action scénique) ainsi que les rapports de travail entre auteur, metteur en scène et compositeur ou l'incidence de la musique sur le jeu des acteurs.

Des analyses d'œuvres particulières sont invitées à côtoyer des travaux théoriques plus généraux ou encore des approches diachroniques (au sein de la période concernée) afin d'éclairer le plus largement possible la très riche production musicale créée sur les scènes théâtrales françaises de 1870 à 1940. Une publication réunira les actes de cette journée ainsi que des contributions supplémentaires sur le sujet.

En marge de la journée d'études, l'on pourra découvrir la musique de scène de Maurice Emmanuel, Amphitryon, donnée en version scénique aux Dyonisies 2014 (Couvent des Cordeliers, le mardi 25 mars à 20h) et en version-concert (Bibliothèque du Centre Clignancourt) le mardi 8 avril à 13h15.

Les propositions de communication (500 mots maximum) seront suivies d'une courte notice biographique incluant l'affiliation et l'adresse électronique. Elles sont à envoyer à Sylvie Douche, Philippe Cathé et Agnès Cambier :

Sylvie.Douche@paris-sorbonne.fr

Philippe.Cathe@paris-sorbonne.fr

agnescambier@free.fr

La date limite d'envoi des propositions est fixée au 1er janvier 2014.

Actualité de la recherche sur le jazz

 

Paris, 16 et 17 mai 2014, Paris

Journées d'études doctorales et post-doctorales, Université Paris-4 Sorbonne, Institut de Recherche en Musicologie (IReMus).

Maison de la recherche, salle D. 116 (28, rue Serpente, 75006, Paris)

Ouvertes à tous les jeunes chercheurs dont le sujet porte sur le jazz, ces deux journées visent à leur donner une occasion de faire connaître leur travail et d'en présenter les objets, approches, méthodes et premiers résultats dans le cadre de séances encadrées par des enseignants-chercheurs confirmés.

Cette rencontre se donne également pour objectif de rassembler et de faire dialoguer des doctorants et post-doctorants venant de domaines disciplinaires variés (musicologie, histoire, littérature, études théâtrales, philosophie, sociologie ou encore anthropologie), afin de créer un espace de rencontre propice à l'élaboration de projets collectifs.

Les deux journées feront l'objet d'un compte-rendu dans le prochain numéro des Cahiers du Jazz. Elles se refermeront sur un concert « Hommage à Duke Ellington » organisé par le département de jazz du Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris et par la Maison du Duke.

Les propositions de communication comprendront un titre, un résumé (300-500 mots), et une notice biographique de 100 mots. Elles seront à renvoyer le 1er mars 2014 au plus tard aux adresses suivantes :

laurent.Cugny@paris-sorbonne.fr martin.guerpin@gmail.com

Péniche Opéra : Chantier Woyzeck

Chantier Woyzeck

 

Nous autres, spectateurs, acteurs, créateurs, sommes aujourd'hui sous l'emprise du double chef-d'œuvre que sont le Woyzeck de Büchner (1837) et le Wozzeck de Berg (1925). Le second a mis partiellement de l'ordre au premier, et marque de façon indélébile notre lecture de la pièce. Pourtant, il est essentiel de se poser à nouveau la question de la fascination exercée par Büchner, et du désordre de son Woyzeck.

C'est ainsi qu'est née l'idée d'une commande : revenir aux fragments de Büchner afin d'en faire émerger la musique et le livret d'un opéra pour notre temps. Remonter à un état du texte où les personnages ne pas encore constitués en caractères psychologiques, mais flottent dans un état intermédiaire, en marge. Je devrais dire, où les personnages ne sont plus – ou pas encore - des sujets, rejetés qu'ils sont de et par la normalité sociale et par elle, rejetés de leur propre corps, de leur propre identité, condamnés à errer dans des no man's lands à la fois physiques et psychiques, espaces invisibles suppurés par nos sociétés, et où les rapports de pouvoir et de désir toujours balbutient leur reconfiguration, quelque part entre poésie visionnaire et violence sauvage.

16, 17, 18, 19 et 20 mai 2014 au théâtre Jean Vilar de Vitry
26 mai 2014 au Théâtre de Calais.

Chantier Woyzeck

Opéra de chambre pour 10 musiciens, 8 chanteurs et 4 enfants
Commande de la Péniche Opéra

Musique
Aurélien Dumont

Livret et dramaturgie
Dorian Astor
d'après Georg Büchner

Coproduction
Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine
La Péniche Opéra
Ensemble 2E2M

Andres, Virgile Ancely
Marie, Estelle Béréau
Le Capitaine,Vincent Bouchot
La Grand-Mère, Caroline Chassany
Le Docteur, Christophe Crapez
Margret, Hélène Fauchère
Woyzeck, Rodrigo Ferreira
Le Tambour-Major, Guilhem Terrail

Direction musicale
Pierre Roullier et l'ensemble 2e2m

Mise en scène : Mireille Larroche

Ensemble L'Itinéraire : le concert des 40 ans

L'Itinéraire, ensemble de création musicale, fête ses 40 ans avec deux œuvres majeures du répertoire pour voix et ensemble : Trois Airs pour un opéra imaginaire de Claude Vivier et Les Aragon de Michaël Levinas.

Egalement à ce concert des découvertes : Gestalt VII pour flûte solo et ensemble du jeune compositeur belge Frederik Neyrinck et Composition Cinétique, création mondiale de Yassen Vodenitscharov pour ondes martenot, piano et violoncelle.

Yassen Vodenitcharov
Composition Cinétique
pour ondes, violoncelle et piano

Frederick Neyrinck
Gestalt VII
pour flûte et ensemble

Michael Levinas
Les Aragon
pour mezzo et ensemble

Claude Vivier
Trois airs pour un opéra imaginaire
pour soprano et ensemble

Donatienne Michel-Dansac, soprano
Julie Robard-Gendre, mezzo
Julie Brunet-Jailly, flûte
Les musiciens de l'Itinéraire
Direction Mark Foster

Vendredi 16 mai 2014, 20h00, Conservatoire du XVIIe arrondissement de Paris, 222 rue de Courcelles, 75017 Paris. Entrée libre, réservation conseillée :ensembleitineraire@gmail.com. https://www.litineraire.fr

Mathieu Dufour remporte le concours pour le poste de flûte solo au Philharmonique de Berlin

Mathieu dufour

 

Mathieu Dufour, actuellement flûte solo de l'Orchestre symphonique de Chicago, a remporté le concours ouvert en vue de pourvoir le pupitre de flûte solo de l'Orchestre philharmonique de Berlin. l'audition pour le poste de flûte solo de l'Orchestre Philharmonique de Berlin

S'il accepte le poste, il succèdera à Andreas Blau, qui atteindra l'âge de la retraite à la fin de la saison.

Mathieu Dufour est originaire de Paris, il a étudié avec Maxence Larrieu au Conservatoire National de Musique de Lyon. Il a remporté de nombreux concours, dont le Concours international de flûte Jean-Pierre Rampal.

Il a commencé sa carrière professionnelle en 1993 comme flûte solo de l'Orchestre National du Capitole de Toulouse et servi au même pupitre au sein de l'Orchestre de l'Opéra National de Paris de 1996 à 1999, puis il a rejoint l'Orchestre symphonique de Chicago.

Benjamin Dupé « Fantôme » Une incroyable expérience sonore et visuelle dans le cadre du festival « Interstices » École Supérieure des Arts et médias de Caen

 

plumme Par Alain Lambert.

Il s'agit bien d'un concert et non d'une simple installation où l'on vient se promener quand on veut, comme dans les autres lieux du festival. Ni d'une performance puisque tout est programmé, et réinstallé avant chaque nouvelle séance.

Ici on attend l'heure, on donne son billet, on s'installe dans la pénombre tout en bas de l'auditorium, sur la scène redessinée par le scénographe.

Et la nuit venue des profondeurs nous surprend avant que la lumière ne revienne progressivement dans le tumulte des esprits frappeurs et vibreurs. Pendant 50 minutes, il faudra rester assis. Il vaut mieux ne pas être sujet aux angoisses claustrophobes.

[+] lire la suite...

Cassadó Gaspar (1897-1966)

Gaspar Cassado

Né à Barcelone le 30 septembre 1897, mort à Madrid le 24 décembre 1966.

Violoncelliste et compositeur, il est le fils de l'organiste et compositeur Joaquín Cassadó Valls (1867-1926), vice maître de chapelle de l'église Nuestra Señora de la Merced de Barcelone.

Gaspar Cassadó commence son apprentissage musical avec son père, puis avec le violoncelliste D. March. Parallèlement, il est enfant de chœur à l'église Nuestra Señora de la Merced de Barcelone.

En 1904, il intègre de Conservatoire de la ville. Il donne son premier concert public en 1906 avec son frère Agustí au Teatro Novedades de Barcelone.

En 1907 (1910 ?), accompagné par son père il gagne Paris. Il forme un trio avec son frère aîné Agustí, « Tin » (déjà connu à Paris), et le pianiste J. Joachim Nin (1879-1949). Il étudie le violoncelle avec Pablo Casals et la composition avec Maurice Ravel. En 1915, après la mort prématurée d'Agustí, il retourne à Barcelone avec son père.

[+] lire la suite...

S'abonner au bulletin. Liste . Collaborations

logo musicologie
ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2013

musicologie

Vendredi 16 Mai, 2014 2:13

 mai 2014 

L M M J V S D
01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31


56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
<a href="tel: 0606617341">06 06 61 73 41</a>

flux rss

Recherche dans musicologie.org

 

Presse internationale

Petites annonces

 

rectangle

rectangle

rectangle