bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte ——

Les œuvres de Frédéric Chopin : introduction ; Piano : polonaises ; mazurkas ; valses ; Scherzos ; impromptus ; nocturnes ; ballades ; préludes ; études ; diverses œuvres pour piano ; musique de chambre ; musique symphonique.

Frédéric Chopin : les mazurkas

Frédéric Chopin, portrait par Ambroise Miroszewski, 1829.

Frédéric Chopin : les mazurkas

Opus 6 et 7 ; opus 17 et 24 ; opus 30 et 33 ; opus 41 et 50 ; opus 56 et 59 ; opus 63 ; opus 67 et 68 ; sans numéro d'opus.

Voici l’autre danse nationale à laquelle Chopin n’a cessé de revenir tout au long de sa vie de compositeur. « Très populaire en Pologne dès le XVIe siècle, la mazurka est une danse à trois temps dont l’accent principal tombe sur les temps faibles, et plus particulièrement sur le second. Chopin en a conservé le rythme, mais, pour reprendre l’expression de Liszt, « il a ennobli la mélodie, agrandi les proportions ». Il laisse près de soixante mazurkas, toutes remarquables par leur écriture pianistique, leur harmonie audacieuse et la variété de leurs rythmes, autant de pièces (souvent écrites en mineur) pleines de cette diversité « de motifs et d’impressions » que relevait Liszt. Alfred Cortot y a vu plusieurs catégories : les mazurkas dansées, les mazurkas chantées, les mazurkas chantées et dansées, mais aussi les mazurkas décidées et les mazurkas élégiaques. »21

Aucune, ou presque, n’emprunte directement au folklore, et Chopin tenait à préciser que ses mazurkas n’étaient pas destinées à la danse. En fait, ces courtes pièces étaient pour lui une sorte de jardin secret, où, tout en remontant aux sources de son affectivité et en retrouvant sa douce langue natale, il prenait constamment plaisir à s’évader hors des sentiers battus, multipliant les trouvailles qui font les délices des connaisseurs, se délectant notamment de l’utilisation de thèmes qui ignorent l’échelle classique et le partage entre tons mineurs et tons majeurs. On ne s’étonnera donc pas de trouver là une bonne part de ses pensées musicales les plus neuves et les plus hardies.

Que ces pièces d’apparence modeste soient ainsi à la pointe de l’invention chez Chopin reste un sujet d’émerveillement, mais le simple mélomane s’émerveille tout autant « de rencontrer, dans un cadre fixe et menu […], une telle variété d’inspiration. Les unes sont gracieuses, presque frivoles, libres de pose et de poids ; les autres tendrement caressantes ; les autres encore rêveuses et nostalgiques ; en voici que la verve seule anime et fait bondir, d’autres la fierté, petites sœurs des polonaises ; celles-ci, sous leur sourire, dissimulent un rien d’ironie ; celles-là mélancolisent, et du gris virant au noir, finissent par peindre la ferveur retombée, la lassitude, l’accablement, ce fameux zal, sentiment slave par excellence, intraduisible dans les mots comme dans les faits, et dont Liszt écrit qu’il formait « le sol du cœur de Chopin ». Plus d’une fois, c’est dans la même mazurka, le temps d’un intermède, à l’orée d’une modulation, d’un nouveau motif, qu’éclatent soudain ces contrastes, d’autant plus saisissants qu’ils ont peu d’étendue où s’exprimer. »22

De ce vaste florilège, qui est par ailleurs un des terrains d’élection du fameux tempo rubato cher au musicien (« temps dérobé, entrecoupé, mesure souple, abrupte et languissante à la fois, vacillante comme la flamme sous le souffle qui l’agite », écrit Liszt…), il ne saurait être question de faire ici une revue de détail. Nous nous contenterons donc de donner quelques repères, et notamment de pointer du doigt quelques-unes des plus remarquables de ces Mazurkas.

Opus 6 et 7.

Opus 17 et 24.

Opus 30 et 33.

Opus 41 et 50.

Opus 56 et 59.

Opus 63.

Opus 67 et 68.

Sans numéro d'opus.

plumeMichel Rusquet
11 septembre 2020
© musicologie.org

musicologie.org
 rss

Notes

21. De Place Adélaïde, dans Tranchefort François-René (dir.), « Guide de la musique de piano et de clavecin », Fayard, Paris 1998, p. 214.

Sacre Guy, La Musique de piano, Robert Laffont, Paris 1998, p. 664.


À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil.
☎ 06 06 61 73 41 — ISNN 2269-9910.

 

bouquetin

Lundi 14 Septembre, 2020 3:45