bandeau actu

 

Actualités musicales

vendredi 3 janvier 2014

Un appel de Franck Bedrossian pour sauver l'orchestre symphonique de la SWR de Baden Baden et Fribourg-en-Brisgau

 

Franck Bedrossian

 

Cher Madame, Cher Monsieur,

Je me permets de vous contacter à propos de la démarche que M. George Lewis, M. François-Xavier Roth et moi-même avons initiée très récemment.

Il s'agit d'une nouvelle pétition, développant la protestation contre la fusion des orchestres de la SWR.

L' idée est que nous devons sans attendre amplifier la contestation et lui donner une portée internationale pour empêcher la disparition de l'orchestre symphonique de la SWR de Baden Baden et Fribourg-en-Brisgau, dont le rôle est crucial pour la création musicale et le répertoire classique.

Une liste non exhaustive des signataires, mise à jour régulièrement, figure sur la page de la pétition :

http://chn.ge/1bCBJ5z

Si vous désirez de plus amples informations, merci d'écrire à cette adresse :

swr.petition@gmail.com

Bien cordialement à vous,
Franck Bedrossian

L'effet Mozart : un zéro pointé.

Contrairement à l'opinion générale, la recherche ne trouve pas de bénéfices cognitifs à la formation musicale. Un article de Peter Reuell, « Muting the Mozart effect » dans la Harvard Gazette du 11 décembre 2013, traduit par Jean Granoux.

ll y a beaucoup d'avantages pour les enfants à recevoir des leçons de musique. Apprendre à jouer d'un instrument peut alimenter leur créativité, et la pratique régulière peut leur enseigner la concentration et la discipline si nécessaires dans les études. Et la récompense, qu'il s'agisse d'avoir appris une nouvelle chanson ou tout simplement de maîtriser un accord, stimule souvent l'estime de soi.

Mais les chercheurs de Harvard disent maintenant que l'un des avantages souvent cités – à savoir que l'étude de la musique améliore l'intelligence - est un mythe.

Bien que c'ait été adopté par tout le monde, depuis les défenseurs de l'éducation artistique jusqu'aux parents espérant encourager leurs enfants à poursuivre les leçons de piano, une série d'études menées par Samuel Mehr, un doctorant de Harvard Graduate School of Education (HGSE) travaillant dans le laboratoire d'Elizabeth Spelke, professeur de psychologie (Marshall L. Berkman), a constaté que la formation musicale n'avait aucun effet sur les capacités cognitives des jeunes enfants . Les études sont décrites dans un document publié le 11 décembre dans la revue PLoS One. (accès libre).

«Plus de 80 pour cent des adultes américains pensent que la musique améliore les qualités ou l'intelligence de l'enfant », a déclaré Mehr. " Même dans la communauté scientifique, il ya une croyance générale que la musique est importante pour ces raisons extrinsèques . Mais il ya très peu de preuves qui corroborent l'idée que les cours de musique favorisent le développement cognitif de l'enfant ».

L'idée que la formation musicale peut rendre quelqu'un plus intelligent, déclare Mehr, peut largement être attribuée à une seule étude publiée dans Nature. Dans ce document, les chercheurs ont identifié ce qu'ils appellent l'«effet Mozart ». Après avoir écouté de la musique, les sujets ont mieux exécuté des tâches portant sur l'espace.

Bien que l'étude ait ensuite été démystifiée, la notion que simplement écouter de la musique pourrait rendre quelqu'un plus intelligent s'est fermement ancrée dans l'imagination du public, et a incité une foule d'études de suivi, y compris plusieurs qui portaient sur les avantages cognitifs du cours de musique.

Bien que des dizaines d'études ont cherché à savoir si, et comment, la musique et les aptitudes cognitives peuvent être connectés, quand Mehr et ses collègues ont examiné la bibliographie, ils ont trouvé seulement cinq études qui ont utilisé des essais randomisés, l'étalon pour la détermination des effets de causalité des interventions éducatives sur le développement de l'enfant. Sur les cinq, une seule montrait un effet clairement positif, et il était si restreint - juste une augmentation de 2,7 points de QI après une année de cours de musique - qu'il était à peine statistiquement significatif.

« Le travail expérimental sur cette question est encore à ses balbutiements, mais les quelques études publiées sur le sujet montrent peu de preuves de que ' la musique vous rende plus intelligent », dit Mehr.

Pour explorer le lien entre musique et cognition, Mehr et ses collègues ont recruté 29 parents et enfants de 4 ans dans la région de Cambridge. Après des tests initiaux de vocabulaire pour les enfants et d'aptitude musicale pour les parents, chacun a été assigné au hasard à l'une de deux classes, l'une qui dispensait une formation musicale, l'autre une formation qui portait sur les arts visuels.

« Nous avons voulu tester les effets du type d'éducation musicale qui se passe en fait dans le monde réel, et nous avons voulu étudier l'effet chez les jeunes enfants, nous avons donc mis en place un programme d'enrichissement de la musique parent - enfant (a parent-child music enrichment program) d'âge préscolaire », a déclaré Mehr. « L'objectif est d'encourager le jeu musical entre les parents et les enfants dans un environnement de salle de classe, ce qui donne aux parents un large répertoire d'activités musicales, qu'ils peuvent continuer à utiliser à la maison avec leurs enfants ».

Étude de Harvard sur la musique et la cognition

Les enfants et les parents participent à un cours de formation musicale dans le cadre d' une étude de Harvard qui a exploré si la musique étudier améliorer la cognition chez les jeunes enfants.

Parmi les principales modifications que Mehr et ses collègues ont fait par rapport aux études antérieures on note le contrôle de l'effet de différents professeurs - Mehr a enseigné la musique et les arts visuels - et en utilisant des outils d'évaluation conçus pour tester les domaines de la cognition, le vocabulaire, les mathématiques, et deux tâches portant sur l'espace.

« Au lieu d'utiliser quelque chose de général, comme un test de QI, nous avons testé quatre domaines spécifiques de la cognition », a déclaré Mehr. « S'il ya vraiment un effet de la formation musicale sur la cognition des enfants, nous devrions être en mesure de mieux le détecter ici que dans les études précédentes, parce que ces tests sont plus sensibles que les tests d'intelligence générale ».

Les résultats de l' étude, cependant, n'ont montré aucune preuve d'avantages cognitifs qui seraient liés à la formation musicale.

Alors que les groupes se sont conformés de manière comparables lors de tests de vocabulaire et d'estimation de nombre, les évaluations ont montré que les enfants qui ont reçu une formation musicale effectuaient un peu mieux l'une des tâches spatiales, tandis que ceux qui avaient reçu une formation en arts visuels ont réussissaient mieux dans l'autre.

« L'Étude no 1 était très restreinte . Nous avions seulement 15 enfants dans le groupe de musique, et 14 dans les arts visuels », a déclaré Mehr. « Les effets étaient minuscules, et leur signification statistique était au mieux marginale. Donc, nous avons tenté de reproduire l'étude, quelque chose qui n'avait pas été fait dans tous les travaux précédents. »

Pour reproduire l'effet, Mehr et ses collègues ont conçu une deuxième étude qui a recruté 45 parents et les enfants, dont la moitié a reçu la formation musicale, et dont la moitié n'a reçu aucune formation.

Tout comme dans la première étude, nous dit Mehr, il n'y avait aucune preuve que la formation musicale offert un avantage cognitif. Même lorsque les résultats des deux études ont été regroupés afin de permettre aux chercheurs de comparer l'effet de la formation musicale, de la formation aux arts visuels, et de l'absence de formation, il n'y a eu aucun signe qu'aucun groupe ait surpassé les autres.

« Il y avait de légères différences de performance entre les groupes, mais aucun n'était assez grand pour être statistiquement significatif », a déclaré Mehr. « Même lorsque nous avons utilisé les analyses statistiques avec la granularité la plus fine disponible, les effets n'étaient tout simplement pas là ».

Bien que les résultats suggèrent des études de musique peut ne pas être un raccourci vers la réussite éducative, Mehr a déclaré qu'il y avait encore une valeur substantielle dans l'enseignement de la musique.

« Il y a des arguments convaincants pour l'enseignement de la musique qui n'ont rien à voir avec les avantages extrinsèques », a-t-il dit. «Nous n'enseignons pas Shakespeare aux enfants parce que nous pensons que cela les aidera à mieux négocier les SATs (tests ?). Nous le faisons parce que nous croyons que Shakespeare est important.

« La musique est une activité ancienne, uniquement humaine. Les flûtes anciennes qui ont été découvertes ont autour de 40.000 ans, et le chant humain les avait précédées depuis longtemps », a-t-il dit. «Chacune des cultures dans le monde a de la musique, y compris de la musique pour les enfants. La musique en dit long sur ce que cela signifie d'être humain, et il serait fou de ne pas enseigner cela à nos enfants ».

La Saint-Sylvestre avec un magique « Casse-Noisette » de Jean-Christophe Maillot aux Ballets de Monte-Carlo

 

plume Par Jean-Luc Vannier

 

casse noisetteCasse-Noisette. Ballets de Monte-Carlo. Photographie © Alice Blangero.

D'où provient la géniale inspiration de Jean-Christophe Maillot ? De quel démiurge créatif est-il le « possédé » ? À constater, mardi 31 décembre pour son « Casse-noisette » au Grimaldi Forum, ce minutieux dosage de « techniques et de démesure », comme le disait Maurice Béjart à propos de son travail chorégraphique sur l'œuvre de Tchaïkovski par les Béjart Ballets de Lausanne, l'interrogation surgit. « L'énigme Maillot » demeure jusqu'à la fin de cette fantastique production du Directeur des Ballets de Monte-Carlo, aidée d'un orchestre philharmonique efficacement dirigé par Nicolas Brochot.

[+] lire la suite...

Renza Bô « L'amicale des sphinx »

 

l'amicale des sphinx

Renza Bô « L'amicale des sphinx ». Antoine Simoni (contrebasse), François Chesnel (piano), Guillaume Dommartin (batterie), Pierre Millet (trompettes), Yann Letort (saxophone ténor). Petit Label 2013 PL kraft 039.

 

plume Par Alain Lambert

 

Un petit label kraft très coloré, cette « amicale des sphinx », pour la pochette comme pour la musique, pour finir l'année 2013 et commencer en beauté 2014. Ce nouvel opus de Renza Bô [voir notre chronique du video-concert] sort juste pour l'anniversaire du Petit Label, conçu en 2003 et accouché en 2004 [voir notre chronique pour les dix ans, qui seront fêtés à Caen avec Renza Bô, entre autres musiciens, le 28 mars, pendant le festival régional « Focus Jazz »).

Nouvel opus et nouveau départ aussi, puisque depuis 2011, date de l'enregistrement, un nouveau batteur, Guillaume Dommartin, a remplacé sans problème Franck Enouf, qui avait marqué les cinq premiers cédés, tous parus au Petit label depuis 2005.

[+] lire la suite...

S'abonner au bulletin. Liste . Collaborations

logo musicologie
ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2014

grenouille rousse

Samedi 9 Juillet, 2016 18:17

 janvier 2014 

L M M J V S D
01 02 03 04 05
06 07 08 09 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

 

Recherche dans musicologie.org

 

 

flux rss

Presse internationale

Petites annonces

 

rectangle

rectangle

rectangle