bandeau actu

 

Actualités musicales

mercredi 20 novembre 2013

 

« Cher et beau neveu », Lettres de la princesse de Sayn-Wittgenstein à Mieczysław Kamieński...

 

Cher et beau neveu

« Cher et beau neveu », Lettres de la princesse de Sayn-Wittgenstein à Mieczysław Kamieński (1855-1856), suivies du Journal de Mieczysław Kamieński (Présentés et annotés pas Marie-Paul Rambau). Honoré Champion, Paris 2013 [244 p. ; 978-2-7453-2586-0 ; 65 €].

Présentation de l'éditeur

Publiées pour la première fois, ces 34 lettres, déposées aux archives de la Société Historique et Littéraire Polonaise de Paris, ont été écrites par la princesse Garolyne de Sayn-Wittgenstein (1819-1887), la compagne de Franz Liszt, à un jeune parent polonais Mieczysław Kamieński (1833-1859) qui vivait à Paris. Cette correspondance univoque qui court sur une année, d'octobre 1855 à décembre 1856, offre au lecteur par sa diversité des informations d'un intérêt exceptionnel :

Une chronique de la vie intellectuelle et artistique parisienne que la princesse connaît bien et dont elle demande à Kamieński de lui rapporter les nouvelles pour distraire son isolement à Weimar. On y croise bien des célébrités du temps, et ceux, moins illustres, qui constituent le vaste réseau des relations européennes de Garolyne.

Une chronique de la vie à Weimar à une époque où Liszt, entouré d'un groupe de disciples fervents, s'est fait le serviteur de « la musique de l'avenir ». Sous la plume de la femme qui l'admire et le soutient, on suit les tournées de Liszt, ses succès mais aussi les vives résistances qu'il doit affronter.

Une chronique familiale qui dévoile le rôle que joua la princesse dans le rapport de Liszt à ses trois enfants, enjeu d'une lutte avec leur mère Marie d'Agoult. Mais Kamienski s'y trouve lui-même impliqué à travers son amour malheureux pour Marie de Sayn-Wittgenstein.

En Annexe le Journal de Kamieński dont la plus grande partie est inédite apporte à cette correspondance un complément qui réserve bien des surprises.

Marie-Paule Rambeau, docteur en Littérature française, a enseigné les lettres classiques en lycée. Elle est l'auteur de Chopin dans la vie et l'œuvre de George Sand (Les Belles Lettres, 1985, 2004 et 2010, Musica Jagellonica, 2009) et de Chopin L'Enchanteur autoritaire (L'Harmattan, 2005). Elle a participé à l'ouvrage collectif Liszt e il suono di Erard (Villa Medici Giulini, 2011).

La musique à Paris sous l'occupation

 

La musique à Paris sous l'occupation

Chimènes Myriam & Simon Yannick, La musique à Paris sous l'occupation (préface par Henry Rousso). Cité de la musique, Fayard, Paris 2013 [256 p. ; ISBN 978-2-213-67721-7 ; 30 €].

Présentation de l'éditeur ——

Sous l'Occupation, Paris ne reste pas silencieux. Peu après l'installation des Allemands, les musiciens reprennent leurs activités comme l'ensemble des artistes. Les salles de concerts et les studios radiophoniques et d'enregistrement se remettent à fonctionner. Dans ce contexte, nombre d'interprètes et de compositeurs français bénéficient de conditions de travail inédites, profitant de l'absence de concurrence étrangère conjuguée à la mise à l'écart des œuvres des compositeurs, morts ou vivants, exclus par les lois scélérates.

Centré sur la musique savante, cet ouvrage collectif traite de la diffusion de la musique, grâce à des études sur quelques sociétés de concerts spécifiques à cette période, sur des œuvres du répertoire, sur la création contemporaine et sur le rôle de certains interprètes. Il met en évidence les personnalités de Francis Poulenc, Olivier Messiaen et Arthur Honegger ainsi que d'Alfred Cortot, Germaine Lubin, Charles Munch et Wilhelm Kempff, en insistant sur les ambiguïtés entretenues rétroactivement par certains acteurs de la vie musicale sur leur carrière pendant les années noires. Il analyse également la manière dont quelques grandes figures du passé (Mozart, Berlioz, Wagner) sont susceptibles de s'inscrire dans un discours de propagande, largement véhiculé par les critiques et les musicologues.

Cette réflexion sur la trace mémorielle d'une époque se clôt par l'évocation de deux débats récents, qui montrent que ce passé passe difficilement.

Ont collaboré à cet ouvrage : François Anselmini, Mathias Auclair, Yves Balmer; Esteban Buch, Jean Gribenski, D. Kern Holoman, Sara Iglesias, Karine Le Bail, Christophe Brent Murray, Aurélien Poidevin, Manuela Schwartz, Nicolas Southon, Leslie Sprout et Jacques Tchamkerten.

Directrice de recherche au CNRS, Myriam Chimènes a notamment été à l'origine des premières recherches sur la vie musicale en France pendant la Seconde Guerre mondiale. La Vie musicale sous Vichy (Complexe IHTP-CNRS, 2001) a été publié sous sa direction.

Professeur à l'Université de Rouen, Yannick Simon travaille notamment sur la vie musicale en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans le cadre de la Mission d'étude sur la spoliation des juifs de France il a été chargé d'un rapport publié sous le titre La SACEM et les droits des auteurs et compositeurs juifs sous l'Occupation (La Documentation française, 2000). Il est l'auteur de Composer sous Vichy (Symétrie, 2009).

La viola organista de Sławomir Zubrzycki d'après Leonardo da Vinci

 

À propos du site    S'abonner au bulletin  Liste  Collaborations


ISSN 2269-9910

© musicologie.org 2013

 Novembre 2013 

L

M

M

J

V

S

D

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

4

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

 

flux rss

Presse internationale

Petites annonces

Recherche dans musicologie.org

musicologie.org
56 rue de la Fédération
F - 93100 Montreuil
06 06 61 73 41

rectangle

rectangle

rectangle