bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte —— Les œuvres de Frédéric Chopin

introduction ; Piano : polonaises ; mazurkas ; valses ; Scherzos ; impromptus ; nocturnes ; ballades ; préludes ; études ; diverses œuvres pour piano ; musique de chambre ; musique symphonique.

Frédéric Chopin : les polonaises de jeunesse

sans no d’opus ; opus 71 ; opus 22 ; opus 26 ; opus 40 ; opus 44 et 53 ; opus 61.

Chopin au piano, dessin au crayon par Élisa Radziwiłł, en 1826.

On a là six polonaises de jeunesse, pour ne pas dire d’enfance, puisque les deux premières (en sol mineur et en si bémol majeur) sont les deux premiers essais de composition d’un enfant de sept ans, des essais assez élémentaires en fait, calés sur les modèles fournis par les musiciens polonais alors en vogue. Les deux suivantes (en la bémol majeuret en sol dièse mineur), écrites à l’âge de onze ou douze ans, sont déjà plus élaborées et penchent davantage vers Hummel et Weber, la seconde prenant en outre un ton plus dramatique que les précédentes.

Suivront, quelques années plus tard, deux Polonaises qui manifestent un métier nettement plus accompli : de 1826, celle en si bémol mineur, souvent appelée « Polonaise de l’adieu », fut dédiée à un ami avec lequel Chopin venait de voir une représentation de La Pie voleuse de Rossini, ce qui explique que son trio central comporte une allusion explicite à un air de cet opéra ; de 1829, celle en sol bémol majeur, dotée d’un trio particulièrement développé, se détache nettement du lot. « Chopin ne fait pas que d’y suivre une mode (webériennes invitations à la … polonaise !) et d’y semer négligemment les confettis et les paillettes d’or. La virtuosité, de maîtresse de maison qu’elle était jusqu’ici, devient servante. L’œuvre gagne en panache, en « mâle fierté », ce qu‘elle perd en brio factice, en frivolité. »10

Frédéric Chopin, Polonaise en sol dièse mineur, par Gaspard Dehaene, enregistrement France 3, 2010.

 

Frédéric Chopin, Polonaise en si bémol mineur, « de l'adieu » (1826), par Vladimir Ashkenazy (1981).

 

Frédéric Chopin, Polonaise en sol bémol majeur (1829), par Vladimir Ashkenazy (1983).

 

plumeMichel Rusquet
2 septembre 2020
© musicologie.org

musicologie.org
 rss

Notes

Sacre Guy, La Musique de piano, Robert Laffont, Paris 1998, p. 695.

 


À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil.
☎ 06 06 61 73 41 — ISNN 2269-9910.

 

bouquetin

Lundi 14 Septembre, 2020 11:02