bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

Les pianos Pleyel chez Chopin pendant sa relation avec George Sand

Alain Kohler

 

 

I. Méthodologie et caractéristiques générales

La recherche des pianos prend appui sur deux axes principaux : l'analyse du contexte dans lequel ont baigné Frédéric Chopin, George Sand, Camille Pleyel et leurs proches et la consultation des archives Pleyel concernant les livres des ventes et les registres de fabrication.

Il faut d'abord tenir compte de faits objectifs qui sont les dates d'arrivée de Chopin et Sand à Paris et à Nohant. Cela donnera des fourchettes temporelles exploitables pour la recherche des candidats pianos dans les archives.

Une recherche biographique avec en particulier la lecture des correspondances de Chopin et Sand doit aider ensuite à dégager des habitudes liées à l'utilisation des pianos. Une analyse a posteriori de l'histoire des pianos trouvés avec certitude permettra de confirmer ou non ces habitudes.

A. Les dates de déplacement comme faits objectifs

La vie du couple Chopin-Sand est réglée de 1839 à 1846 invariablement par des séjours à Nohant en été et par la vie mondaine à Paris en hiver (sauf en 1840 où le couple reste toute l'année dans la capitale). Les correspondances de Chopin et de Sand nous donnent presque toujours la date de leur déplacement à un jour près.

Il y a bien sûr une petite différence avec la date d'acheminement du ou des pianos, ceux-ci n'étant pas du voyage avec le couple. Mais les incertitudes ne dépassent pas trois ou quatre jours.

C'est le critère le plus important et il sera systématiquement utilisé comme outil de recherche dans les archives.

B.  La collaboration avec Pleyel

Pleyel avait conclu une forme de partenariat avec Chopin : pas de vente ni de location, mais une mise à disposition de ses pianos pour l'artiste. C'était aussi valable pour les pianos à Nohant4. En contrepartie, les élèves aristocrates de Chopin achetaient souvent des pianos Pleyel.

Dans cette optique, on peut comprendre que Chopin héritait souvent de pianos neufs, c'est ce que nous montre déjà l'analyse des pianos étant connus5 pour avoir été joués par le maître.

Les pianos de Chopin étaient donc souvent renouvelés, marketing oblige6 Chopin devait bénéficier d'un (ou deux) nouveau(x) piano(s) quand il rentrait de Nohant à Paris7 pour au moins deux raisons. D'une part, les pianos venant de Nohant étaient passablement secoués et leur mécanique soumise à rude épreuve. Mais surtout une nouvelle séance de cours commençait chaque automne et Pleyel avait à cœur à montrer, notamment par Chopin, les nouveaux modèles de pianos à l'aristocratie parisienne.

Pour des raisons d'une part d'esthétisme musical (Chopin préférait les concerts intimes) et de problèmes liés au transport dans le Berry, il semble exclu que Chopin utilisa des pianos de concert dans ses appartements et qu'à Nohant les pianos à queue « petit patron » étaient la règle8.

Ces hypothèses, qu'on rencontre souvent dans la littérature, ne peuvent être utilisées dans un premier temps que comme guides. Seule une synthèse des pianos trouvés avec certitude par élimination des autres permettra de les confirmer a posteriori et, si besoin, de les appliquer pour d'autres pianos plus difficilement identifiables : cette technique a notamment été utilisée pour la période entre l'été 1841 et le printemps 1843. 

B.   Synthèse sur les pianos trouvés

Premier tableau : les indications « Chopin » dans les registres de vente

Dans le livre des ventes de juillet 1839 à juin 1843, la mise à disposition des pianos Pleyel à des pianistes réputés comme Prudent, Martin, Goria, etc… n'était pas indiquée. Ces noms apparaissent dès juillet 1843. Les pianos à Chopin en hiver à Paris figurent sur un seul registre et sur deux registres lorsqu'ils sont en été à Nohant si bien que dans ce dernier cas on peut relever parfois deux inscriptions « Chopin ».

Lieu

Piano

 Indication « Chopin » au crayon dans RV

Nohant été 43

PP 9968

rien et « Chopin » faible sous « Passé en location »

Paris 43-44

GPB 10039

« Chopin » net sur mot effacé

 

oblique 10113

« Chopin » net sur mot débutant par « M »

 

oblique 10241

« Chopin » net sous l'acheteur

Nohant été 44

GPB 10039

trace possible sous « Chez Mr Léo »

 

oblique 10113

trace possible sous « Mis en location »

Paris 44-45

PP 11265

« Mr Chopin » net sous « A la fabrique »

 

pianino 11380

« Mr Chopin » assez faible sous « Mis en location »

Nohant été 45

PP 11527

« Chez Chopin (en Berry)» net à la plume sur le mot « Goria» et « Chopin » faible sous « Passé en location »

Paris 45-46

PP 12360

« Chopin » faible sous l'acheteur

 

oblique 12109

« Chopin » assez net sous l'acheteur

Nohant été 46

PP 12881

« Mr Chopin » net sous « Inventaire » et rien

 

pianino 12829

« Chez Mr Chopin » net sous « Inventaire » et « Mr Chopin » assez faible sous « Mise en location »

Paris 46-47

carré 12608

rien

 

PP 12480

rien

 

PP 13214

« Chopin » net

Les pianos à queue sont notés par PP pour « petit patron » et par GP pour « grand patron »

Le mot au crayon « Chopin » peut apparaître :

  • tout seul (cas du PP no 13214) ce qui signifie que seul Chopin l'avait à disposition au moins jusqu'à la fin de l'année comptable en juin.
  • sur un autre mot au crayon, cela veut dire qu'un autre pianiste a eu le piano à disposition avant Chopin : il en ainsi du GPB no 10039, de l'oblique no 10113 et du PP no 11527.
  • sous un texte à la plume (nom de l'acheteur, mise en location ou à l'inventaire) : c'est le cas le plus fréquent.

On insiste ici : la méthodologie ne consiste pas à chercher les inscriptions pour valider le piano mais bien à sélectionner d'abord tous les pianos répondant au critère objectif des dates, d'affiner la sélection par d'autres critères et, in fine, s'il le faut vraiment, décider sur le critère de l'inscription9.

Chose remarquable : tous les pianos entre l'été 1843 et l'été 1846 ayant passé ces critères se trouvent avoir justement une inscription « Chopin ». Elle est parfois si faible qu'il aurait été difficile de la trouver autrement !

2e tableau : les pianos en regard des dates de fabrication et de mise en vente ou de location

Le tableau indique les numéros de série des pianos, le prix de vente initial, la date quand le piano est terminé en usine, la période de Chopin dans son appartement à Paris ou Nohant, la date de vente ou de location avec le prix.

Il est apparu dans cette recherche une période qui a posé plus de difficultés pour dégager avec certitude les pianos joués par Chopin : il s'agit de la fenêtre temporelle de l'été 1841 au printemps 1843 couvrant ainsi deux séjours à Nohant et deux séjours parisiens.

Pour avoir plus de critères de sélection pour ces pianos-là, il faut dégager les points communs qui apparaissent avec les autres périodes.

En examinant le tableau lors des années 1839 à 1841 et 1843 à 1847, trois hypothèses énoncées auparavant sont confirmées :

  • Chopin utilise chez lui essentiellement des pianos à queue petit patron, jamais des pianos de concert.

Par seulement deux fois, avec le no 7267 et le no 10039, il utilise un modèle intermédiaire, le GPB, qui correspond à un ¾ de queue actuel. Ces deux pianos se retrouvent par la suite chez des proches de Chopin, pour l'un chez Mme d'Obreskoff, une grande admiratrice, et pour l'autre dans les salons d'Auguste Léo, banquier et ami du maître. Un seul piano GPB, le no 10039, est amené à Nohant mais il était déjà à disposition de Chopin à Paris et non pas expressément choisi pour le déplacement en Berry.

  • Chopin, de retour à Paris, hérite chaque fois de nouveaux pianos. Il n'y a pas d'exception à cette règle. 
  • Chopin dispose de pianos neufs. Le plus vieux a quatre mois, c'est à nouveau le GPB no 10039 : il a vraiment un statut particulier et est mis à disposition d'un autre artiste avant de passer dans les mains de Chopin. Vient ensuite le PP no 11527 pour Nohant, trois mois, utilisé aussi par un autre pianiste avant Chopin. Le pianino de l'automne 1843 et l'oblique de décembre 1845 ont deux mois et demi et trois mois respectivement. Tous les autres pianos sont livrés juste après avoir été terminés : c'est le cas à Paris en automne 1839-44-45-46, et à Nohant en 1843 et 1846. On peut comprendre par-là que Chopin, non seulement choisissait ses pianos, mais assistait également minutieusement aux derniers réglages.

Nous obtenons aussi les informations complémentaires importantes suivantes :

  • Les pianos sont quasiment tous loués ou vendus dans le mois qui suit la fin de la mise à disposition10: on peut logiquement douter que les pianos touchés par le maître étaient convoités et trouvaient rapidement preneur.
  • Les pianos vendus le sont pour des Parisiens. Seule véritable exception : le piano carré no 12608 vendu pour Aubenas (mais il y a un léger doute sur ce piano).

Ces critères complémentaires aux dates vont alors permettre de sélectionner avec plus de finesse les pianos de la période allant de l'été 1841 au printemps 1843. Ainsi trois pianos sont découverts de manière certaine : ce sont les deux pianos à queue qui se succèdent à Nohant en 1841 et le piano carré au square d'Orléans pendant l'hiver 1842-43. Toutefois trois autres pianos présentent encore quelques petits doutes (ils sont alors notés en italique) : les pianos à queue à Paris en 1841-42, à Nohant l'été 1842 et de nouveau à Paris en 1842-43. 

Lieu

Piano

Coût

Terminé

Période

Vente/location

Nohant été 39

PP 6654

2 200 fr.

26 janv

1er juin - 11 oct

v. nov 39  1 800 fr.  Paris

Paris 39 - 41

GP 7267

2 200 fr.

28 sept

12 oct - 17 juin

v. mai 41  2 200 fr.  Paris

Nohant été 41

PP 8724

1 800 fr.

29 mai

18 juin - 8 août

v. sept 41  1 800 fr.  Paris

 

PP 8741

2 000 fr.

31 juil

9 août - 2 nov

v. déc 41  1 800 fr.  Paris

Paris 41-42

PP 8906

1 800 fr.

20 nov

3 nov – 4 mai

loc. avril 42  1 800 fr.

Nohant été 42

PP 9164

1 800 fr.

23 avril

6 mai – 27 sept

loc. nov 42  1 800 fr. 

Paris 42-43

PP 9487

1 800 fr.

8 oct.

28 sept – 21 mai

loc. août 43  1 800 fr.

 

carré 9547

1 150 fr.

17 sept

 

v. mai 43  1 150 fr.  Paris

Nohant été 43

PP 9968

1 800 fr.

13 mai

22 mai - 28 oct

loc. déc 43  1 400 fr.

Paris 43-44

GPB 10039

2 800 fr.

24 juin

29 oct - 29 mai

 

 

oblique 10113

1 100 fr.

19 août

 

 

 

oblique 10241

1 300 fr.

6 janv

 

v. juin 44  1 300 fr.  Paris

Nohant été 44

GPB 10039

 

 

30 mai - 28 nov

disposition Léo  Paris

 

oblique 10113

 

 

 

loc.  1 100 fr.

Paris 44-45

PP 11265

1 800 fr.

7 déc

29 nov - 12 juin

v. sept 45 1 800 fr. Paris

 

pianino 11380

1 000 fr.

7 déc

 

loc. juin 45  1 100 fr.

Nohant été 45

PP 11527

1 800 fr.

8 mars

13 juin - 27 nov

loc. déc 45 1 800 fr.

 

oblique 10113

 

 

 

 

Paris 45-46

PP 12360

1 800 fr.

6 déc

28 nov - 26 mai

v. 12 juin 46  1 650 fr. Paris

 

oblique 12109

1 100 fr.

30 août

 

v. 23 juin 46  950 fr.  Paris

Nohant été 46

PP 12881

1 800 fr.

9 mai

27 mai - 11 nov

v. 28 déc 46 1 800 fr. Paris

 

pianino 12829

950 fr.

9 mai

 

loc. mars 47  700 fr.

Paris 46-47

carré 12608

1 700 fr.

7 nov

12 nov – fin juin

v. 29 juin 47  1 600 fr. Aubenas

 

PP 12480

2 500 fr.

19 déc

 

v. 24 mai 47  2 160 fr.  Paris

 

PP 13214

1 800 fr.

27 fév

 

loc. fév 48  1 380 fr.

Les 22 numéros de série des pianos aux domiciles de Chopin entre 1839 et 1847

Le choix de la boiserie des pianos a même été étudié pour savoir si Chopin avait une préférence marquée pour un type de placage ! Il ressort sept pianos en acajou chenillé, cinq en acajou flammé, trois en acajou moiré, trois en palissandre (dont les deux pianos grand patron), deux en acajou moucheté, un en acajou pommelé et un en acajou ronceux. Difficile ici de tirer une règle, mise à part qu'il ne choisit pas l'acajou ordinaire et peu l'acajou ronceux. De plus, il y avait parfois des confusions sur les dénominations entre le registre des ventes et le registre de fabrication.

Conclusion

En reconstituant petit à petit le puzzle des pianos dans les appartements de Chopin à Paris et à Nohant, il est possible de dégager des points de convergence. Certes, tous les pianos n'ont pas le même statut : les pianinos de Nohant versus ceux à Paris ou encore le piano grand patron de l'automne 1843 avec une mise à disposition exceptionnelle d'un an. Toutefois les résultats obtenus évitent de remettre en question des hypothèses de travail, par exemple celle qui dit que Chopin ne louait pas ses pianos ou qu'il en disposait pendant très longtemps.

Surtout il y a confirmation de la méthode a posteriori : les critères de sélection amènent aux bons pianos !

Dans cette période de juin 1839 à juin 1847, Chopin a utilisé 22 pianos Pleyel différents à son domicile à Paris et à Nohant. Sont comptés les deuxièmes pianos au square d'Orléans et à Nohant mais pas les pianos aux domiciles de Sand. A Nohant, il a joué sur huit pianos à queue et deux pianinos. A Paris, ses élèves ont passé les mains sur huit pianos à queue et il les a accompagnés sur six seconds pianos. Deux pianos de Paris sont amenés à Nohant. Pour les pianos à queue, on compte quinze « petit patron » contre seulement deux « grand patron ».

Sur ces 22 pianos, 18 sont trouvés avec certitude. Il y a un léger doute pour 4 pianos. En se référant à la littérature actuelle, on peut dire que :

  • Les 3 pianos no 7267, 11527 et 13214 ne sont pas remis en question.
  • Les 5 pianos sur lesquels il pouvait avoir des doutes jusqu'à aujourd'hui, à savoir les no 10039, 10113, 11265, 12480 et 12829 sont confirmés.
  • Dix nouveaux pianos sont découverts, ce sont les no 6654, 8724, 8741, 9547, 9968, 10241, 11380, 12109, 12360 et 12881.
  • Quatre pianos sont suspectés, ce sont les no 8906, 9164, 9487 et 12608.

Les relations professionnelles entre Chopin et Pleyel sont mal connues : comment les pianos étaient choisis, selon quels critères, etc… Toutefois, en parcourant les archives Pleyel et en essayant de les contextualiser, on arrive à dégager des habitudes chez Chopin qui finalement s'apparentent au bon sens : le maître changeait ses pianos régulièrement pour mieux vendre la marque Pleyel et avait soin, chaque fois qu'il le pouvait, d'assister minutieusement aux derniers réglages des pianos que Camille lui mettait à disposition. Une fois remis au magasin, les pianos étaient en toute logique rapidement vendus ou loués à des connaissances parisiennes de Pleyel.

 

Notes

4. Un billet de Mr Herbault, un collaborateur de Pleyel et un ami de Chopin, dans une lettre le 21 décembre 1844 au compositeur, « déclare ne vouloir rien accepter pour le piano qui a été dans le Berry et pour la location duquel Chopin voulait payer ». Karlowicz, p. 167.

5. Un mois pour le départ d'usine du piano no 6668, destination Majorque, deux semaines pour le piano célèbre no 7267, trois mois pour le no 11527 allant à Nohant l'été 1845, immédiatement pour le no 12480 en décembre 1846, trois mois et demi au plus pour le no 13819 à destination de l'Angleterre et trois semaines pour le dernier piano no 14810. Et pour quatre pianos qu'on soupçonne d'avoir été utilisés par le maître : quatre mois pour le no 10039, deux mois pour le no 10113, immédiatement pour le no 11265 et maximum deux mois pour le no 13214.

6. À partir de 1839, la plus longue mise à disposition connue est de 20 mois pour le no 7267, puis de 11 mois pour son dernier piano le no 14810. On peut expliquer en partie le long prêt du no 7267 par le fait que Chopin ne va pas à Nohant en 1840.

7. Pour les pianos bien connus, c'est le cas lors des automnes 1839 (Chopin prend le no 7267), 1845 (car le piano de l'été à Nohant no11527 est vendu) et 1848 (prise du no 14810).

8. Chopin devait privilégier les modèles dit « petit patron », environ 2 m de long) correspondant à peu près aux pianos demi-queues actuels. Le modèle de concert est dit grand patron A (notés GPA). Pleyel a fabriqué des modèles intermédiaires, par exemple des GPB et GPC. Ces modèles ont été introduits en 1840. Le piano no 7267 était un grand patron noté GP en 1839 ce qui correspond l'année suivante à un GPB. Vers fin 1843, Pleyel revient à deux pianos à queue, le grand patron (env. 2 m 45) et le petit patron.

9. Le piano no 13214 fait exception : il a été validé sur le seul fait de son inscription. Les inscriptions en automne 1843 sur les pianos no 10039 et 10113 ont été validées aussi sans aller chercher d'autres pianos mais ces deux pianos se trouvent être pour l'été 1844, après les sélections habituelles,  les seuls candidats valables.

10. Le PP no 11265 fait exception, mais cela sera expliqué plus loin, et probablement aussi le PP no 12480.

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale

musicologie
ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2013

musicologie

Jeudi 5 Mars, 2015 14:36

bandeau

musicologie

Soutenir musicologie.org

recherche

 

rectangle_actu

rectangle

rectangle