bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

Les pianos Pleyel chez Chopin pendant sa relation avec George Sand

Alain Kohler

 

 

III. 3. La recherche des pianos par période : Été 1842 à Nohant et hiver 1842-1843 à Paris

Résumé : Il y a un seul piano à Nohant lors du séjour de Chopin et de Sand du 6 mai au 27 septembre 1842.

Il s'agit très vraisemblablement du piano à queue PP no 9164, en acajou pommelé, terminé au 23 avril 1842 et loué en novembre de la même année.

De retour du Berry le 28 septembre 1842, Chopin déménage de la rue Pigalle pour s'installer au square d'Orléans no 9, Sand étant au no 5. Il y a deux pianos dans le salon de Chopin, un à queue et l'autre carré :

Le piano à queue PP no 9487, en acajou moucheté, au magasin en début octobre pour 1 800 fr. et mis en location en août est selon toute vraisemblance celui qui a vu ses élèves jouer dessus.

Chopin les accompagne cette saison sur le piano carré no 9547, en acajou ronceux. Au magasin en octobre pour 1150 fr. il est vendu au même prix à M. Gourcy de Paris en mai 1843

Le piano à queue à Nohant l'été 1842

Le couple Sand-Chopin quitte Paris le 4 mai 1842. Ils seront de retour dans la capitale le 28 septembre. La présence d'un seul piano Pleyel est attestée par des lettres de Sand et une lettre de Chopin à Pleyel24 :

Il y a quatre candidats : le GPB no 8994, les PP no 9093, 9115 et 9164.

On peut d'abord écarter le GPB qui est un grand patron et qui est au magasin en février déjà.

Le PP no 9115 est un candidat plus sérieux car il est terminé au 30 avril et au magasin en mai. Mais il n'est vendu qu'en décembre et en plus à M. Auvray25 de Saint-Lô en Basse-Normandie alors que tous les autres pianos sont vendus à des Parisiens. Deux autres pianos de la série sont vendus quatre à cinq mois plus tard, ce piano a donc pu rester aussi au magasin.

Les pianos PP no 9093 et no 9164 sont les seuls pianos à queue dans le RV 42-43 qui sont mis en location : ce sont clairement des pianos mis à disposition.  Le PP no 9093, terminé le 12 février, est toutefois plutôt vieux. Ce piano n'est loué qu'en décembre.

Le PP no 9164, en acajou pommelé, est le grand favori : terminé au 23 avril, il est loué en novembre : on se rappelle que les pianos Chopin sont loués ou vendus au plus tard dans le mois qui suit leur remise.

Le piano à queue au square d'Orléans l'hiver 1842-1843

Arrivé du Berry à Paris le 28 septembre 1842, le couple Sand-Chopin déménage au square d'Orléans, au no 5 pour George et au no 9 pour Frédéric. Ils y resteront jusqu'au 21 mai.

Nous ne trouvons que trois pianos : ce sont les PP no 9427, 9428 et 9487. Les deux premiers, en acajou ronceux, sont au magasin en août. Le no 9427 est vendu en août de l'année suivante pour Paris alors que le no 9428 est vendu à un habitant de Chartres à une date inconnue avant juillet.

Le piano à queue PP no 9487, en acajou moucheté, terminé dans la semaine du 3 au 8 octobre, est au magasin le même mois pour 1 800 fr..

Dès son arrivée, Chopin, doit s'occuper de son installation dans son nouvel appartement. Choisir son piano une semaine après sa venue est parfaitement compatible avec ce que dit Sand dans une lettre de 10 ou 11 octobre :

Nous sommes installés depuis deux jours Place d'Orléans no 5… l'appartement est très beau et très commode, mais nous y manquons encore de tout… Le maestro s'évertue de son côté et se prépare dans la même place d'Orléans au no 9 un salon magnifique pour recevoir ses magnifiques comtesses et ses délicieuses marquises.26

Comme l'année précédente et comme pour les automnes 1844 et 1845, Chopin assiste à l'harmonisation du piano. Le piano PP no 9487 est donc le grand favori. Il y a toutefois un problème (qu'on rencontre aussi avec le no 9427) : sa location n'intervient qu'au mois d'août 1843, soit trois mois le départ de Chopin dans le Berry, ce qui est inhabituel.

Est-ce que Chopin voulait garder son piano à queue pour l'hiver suivant du fait qu'il ne déménageait pas ? Ce n'est pas impossible. On sait que Chopin a fait un cours séjour à Paris du 14 au 17 août 1843 : il choisit probablement son piano droit no 10113 et Pleyel lui propose certainement à ce moment-là un nouveau beau piano à queue grand patron, le GPB no 10039 (cf plus loin) : le no 9487 peut être alors mis en location.

Le piano carré au square d'Orléans l'hiver 1842-1843

La présence d'un piano carré dans l'appartement de Chopin est attestée par Lenz à la fin de l'année 1842 :

Chopin avait fait transporter dans le salon près du grand Pleyel le piano carré qui se trouvait dans son cabinet de travail27

Ici il n'y a que deux candidats : les pianos carré no 9244 et no 9547. Le premier est au magasin pour 1 100 fr. en avril déjà. Il restera à l'inventaire jusqu'en mars 1847 où il est mis en location pour 600 fr. seulement. A noter qu'il est dans la succursale de Lille depuis 1844... Piano certainement avec défauts, il est à écarter !

Il ne reste plus que le piano carré no 9547, en acajou ronceux, terminé le 17 septembre, au magasin en octobre pour 1150 fr., vendu à ce même prix à M. Gourcy de Paris en mai 1843. Les dates sont parfaites, c'est le piano au square d'Orléans.

Notes

24. La lettre est datée de 1842, un lundi. Il s'agit du 16 mai et Chopin a reçu le piano deux ou trois jours plus tôt. Staatsbibiothek, Berlin.

25. Ce monsieur Auvray venait d'acheter en juillet 1842 un piano similaire, le no 9129, au magasin en avril, en acajou ronceux comme le no 9115.

26. CGS, t.V, p. 783, lettre à son demi-frère Châtiron.

27. Lenz  p. 158-159.

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale

musicologie
ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2013

musicologie

Jeudi 5 Mars, 2015 14:36

bandeau

musicologie

Soutenir musicologie.org

recherche

 

rectangle_actu

rectangle

rectangle