bandeau encyclopédie

Actualités . Biographies . Textes . Annonces . Livres . Cédés . Agenda . Abonnement au bulletin .Recherche + annuaires .  Documents .  Analyses musicales . Collaborations . Nous soutenir . Contact

rss

[9e S.[10e S.[11e S.[12e S.[13e S.[14e S.]  [15e S.[16e S.[17e S.]   [18e S.]   [19e S.[20eS]
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Sambuca, sambukê

Voir : Sambucus.

Anthony Rich, Dictionnaire des antiquités romaines et grecques (3e ed. 1883).

1. Instrument à cordes de nature et de longueur différentes, ressemblant à notre harpe (Scipio African. ap. Macrob. Sat. II, 10 ; Pers. V, 95 ; Porphyr. in Ptol. Harm.). Il était parfois de petite dimension, comme la harpe galloise ; d'autres fois c'était un grand et puissant instrument, comme la harpe ordinaire, très orné, ainsi que le montre le specimen ci-joint, emprunté à une peinture égyptienne bien connue sous le nom de harpe de Bruce, du savant qui a le premier publié ce monument.

2. Machine de guerre qui servait à escalader les murailles (Festus, s.v. ; Veg. Mil. IV, 21 ; Vitruv. X, 16, 9). En l'absence de toute représentation de cette machine, il est aisé d'en concevoir l'usage et le caractère, d'après la figure ci-dessus : ce devait être une plate-forme mobile qu'on élevait et qu'on abaissait au moyen d'un certain nombre de cordes attachées à des poulies placées au sommet de la charpente, et imitant par leur disposition les cordes d'une harpe.

Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines de Daremberg et Saglio, Hachette, Paris 1877-1919 [10v.] (article Lyra)

La Sambyque [...] paraît avoir légèrement différé du trigone [harpe triangulaire] par sa forme et peut-être par son maniement. En effet, la machine de guerre du même nom est définie « une grande échelle portée sur une base en forme de barque ». Cette définition paraît convenir à la harpe égyptienne en forme de croissant, dont l'arc s'élargit et s'épaissit vers le bas pour former résonateur. En Égypte l'instrument, souvent aussi haut qu'un homme, était posé à terre, les cordes verticales ; il était difficile d'attribuer ces dimensions à la sambyque grecque, s'il est vrai que le diapason en était aigu, efféminé. La sambyque est citée par Aristote parmi les instruments jadis en faveur (Euphorion assurait qu'une statue archaïque de Muse à Mitylène, œuvre de Lesbothémis, était représentée tenant une sambyque), et qu'un goût plus épuré avait fait rejeter ; mais elle reparut à Athènes peu après Aristote et fut très appréciée à Rome. On peut, si l'on veut, appeler sambyque, l'instrument à sept cordes que tient la femme représentée sur notre figure [peinture du jardin Farnèse, dans Baumeister, n° 1609) ; il semble renversé [...].

© Musicologie.org

rectangle textes

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

musicologie.org
 rss

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

 

Mercredi 27 Mai, 2020