bandeau encyclopédie
Actualités . Biographies . Textes . Annonces . Livres . Cédés . Agenda . Abonnement au bulletin .Recherche + annuaires .  Documents .  Analyses musicales . Collaborations . Nous soutenir . Contact . .
[9e S.[10e S.[11e S.[12e S.[13e S.[14e S.]  [15e S.[16e S.[17e S.]   [18e S.]   [19e S.[20eS]
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Lamentation : Lamentations de Jérémie

Texte des versets bibliques du prohète Jérémie sur la destruction de Jerusalem en — 586, dont un choix est chanté dans la liturgie catholique le jeudi, vendredi et samedi saints (leçons de ténèbres).

Ils forment les trois premières leçons de chaque journée. Les lamentations, cinq poèmes lyriques, sont constituée de 22 versets chacun.

Les quatre premiers ont en acrostiche les 22 caractères de l'alphabet hébreux dans l'ordre, ce qui permettent de se répérer dans le texte. Dans le 3e poème, chacune des trois lignes des versets porte un acrostiche, ce qui fait 66 « numérotations ». Le cinquième chapitre ne porte pas d'acrostiches.

1. Le profonds chagrin de Jérusalem, sa repentance et la confession de son péché.

01 א Aleph — Comment ! La voilà donc assise, solitaire, la ville si populeuse, semblable à une veuve, la reine des nations, souveraine des peuples, devenue esclave !

02 ב Beth — Elle pleure, elle pleure dans la nuit, les larmes couvrent ses joues : personne pour la consoler parmi ceux qui l’aimaient ; ils l’ont trompée, tous ses amis, devenus ses ennemis.

03 ג Guimel — Elle est déportée, Juda, misérable, durement asservie ; assise au milieu des nations, elle ne trouve pas de repos. Tous ses persécuteurs l’ont traquée jusque dans sa détresse.

04 ד Daleth — Les routes de Sion sont en deuil, car personne ne vient à ses fêtes : toutes ses portes sont à l’abandon, ses prêtres gémissent, ses vierges s’affligent ; elle-même est dans l’amertume !

05 ה Hé — Ses adversaires la dominent, ses ennemis sont rassurés, car le Seigneur l’afflige pour ses fautes sans nombre ; ses petits enfants s’en vont, captifs devant l’adversaire.

06 ו Waw — De la fille de Sion toute splendeur s’est retirée ; ses princes, comme des cerfs ne trouvant plus de pâturages, sont partis à bout de forces devant le persécuteur.

07 ז Zaïn — Jérusalem se rappelle tous les plaisirs des jours d’autrefois, aux jours de misère et d’errance quand son peuple tombe aux mains de l’adversaire ; la voyant privée de secours, ses adversaires rient de sa ruine.

08 ח Heth — Elle a péché, elle a péché, Jérusalem : elle n’est plus que souillure ; tous ceux qui la glorifiaient la méprisent voyant sa nudité ; elle aussi gémit et se détourne.

09 ט Teth — Son impureté a taché sa robe ; elle n’avait pas imaginé une telle fin : elle est descendue au plus bas ; personne pour la consoler. « Vois, Seigneur, ma misère : l’ennemi a triomphé ! »

10 י Yod — L’adversaire a fait main basse sur tous ses trésors : oui, elle a vu les païens entrer dans son sanctuaire, alors que tu leur avais ordonné : « Vous n’entrerez pas dans mon assemblée. »

11 כ Kaph — Son peuple tout entier gémit, en quête de pain ; il troque ses trésors contre de la nourriture, pour reprendre vie : « Vois, Seigneur, et regarde comme je suis méprisée ! »

12 ל Lamed — « Ô vous tous qui passez sur le chemin, regardez et voyez s’il est une douleur pareille à la douleur que j’endure, celle dont le Seigneur m’afflige, le jour de sa brûlante colère ! »

13 מ Mem — D’en haut il lance un feu dans mes os et les piétine ; il tend un filet sous mes pas, il me rejette en arrière ; il me livre à l’abandon, malade à longueur de jour.

14 נ Noun — Il attache de sa main le joug de mes péchés ; ils sont entrelacés et posés sur mon cou : ma force en est brisée ; le Seigneur me livre à des mains qui m’empêchent de me relever.

15 ס Samek — Le Seigneur a terrassé tous les vaillants au milieu de mon peuple ; il a convoqué contre moi un conseil pour écraser mes jeunes gens ; le Seigneur a foulé au pressoir la vierge, fille de Juda.

16 ע Aïn — Voilà pourquoi je pleure, mes yeux, mes yeux fondent en larmes : il est loin de moi, le consolateur qui me rendrait la vie ; mes fils sont à l’abandon : l’ennemi était le plus fort !

17 פ Pé — Sion a tendu les mains : personne pour la consoler. Le Seigneur a donné des ordres contre Jacob aux adversaires qui l’entourent : Jérusalem au milieu d’eux n’est plus que souillure.

18 צ Tsadé — Le Seigneur, lui, est juste car je suis rebelle à sa parole. Écoutez donc, vous, tous les peuples, et voyez ma douleur : mes vierges et mes jeunes gens sont partis en captivité.

19 ק Qoph — J’ai fait appel à mes amants : mais ils m’ont trahie. Mes prêtres et mes anciens expirent dans la ville, cherchant la nourriture pour reprendre vie.

20 ר Resh — Vois, Seigneur, quelle est ma détresse : mes entrailles frémissent ; mon cœur en moi se retourne car j’ai persisté dans ma rébellion ; dehors, l’épée m’a privée d’enfants, dans la maison, c’est la mort.

21 שׁ Shin — On m’entend gémir : personne pour me consoler. Tous mes ennemis entendent mon malheur : ils jubilent car c’est toi qui l’as fait. Tu amèneras le jour que tu as fixé : ils seront alors comme moi !

22 ת Taw — Que leur méchanceté éclate à tes yeux : traite-les donc comme tu m’as traitée pour toutes mes fautes : nombreux sont mes gémissements, malade est mon cœur !

2. C’est Dieu qui a agit selon sa Parole. Il faut le chercher dans la prière.

01 Aleph — Comment ! Dans sa colère, le Seigneur a couvert d’ombre la fille de Sion, il a précipité du ciel sur la terre la splendeur d’Israël, oubliant, au jour de sa colère, qu’elle a été le socle de ses pieds !

02 Beth — Le Seigneur a englouti sans pitié tous les pâturages de Jacob ; dans son emportement, il a détruit les forteresses de la fille de Juda ; il a jeté à terre et profané le royaume et ses princes.

03 Guimel — Il a brisé dans l’ardeur de sa colère toute la force d’Israël ; il a retiré sa main droite de devant l’ennemi, allumé dans Jacob un feu brûlant qui dévore alentour.

04 Daleth — Comme un ennemi, il a tendu son arc et, comme un adversaire, levé sa main droite ; tout ce qui charmait les yeux, il l’a tué, et sur la demeure de la fille de Sion il a déversé sa fureur comme un feu.

05 Hé — Le Seigneur est comme un ennemi : il a englouti Israël, englouti ses citadelles, rasé ses forteresses, répandu sur la fille de Juda plaintes et complaintes.

06 Waw — Il a forcé sa clôture comme celle d’un jardin, rasé le lieu de la Rencontre ; le Seigneur a fait oublier dans Sion fêtes et sabbats ; dans l’excès de sa colère il a déshonoré le roi et le prêtre.

07 Zaïn — Le Seigneur a délaissé son autel et maudit son sanctuaire ; il a livré aux mains de l’ennemi les remparts des citadelles ; des cris éclatent dans la Maison du Seigneur comme aux jours de fête.

08 Heth — Le Seigneur a décidé de raser la muraille de la fille de Sion ; il va niveler, sans retirer sa main avant que tout soit englouti ; il met en deuil muraille et avant-mur : ensemble on se désole.

09 Teth — Ses portes s’enfoncent sous la terre : il en a détruit et brisé les barres ; son roi et ses princes sont chez les païens : la Loi n’existe plus, ses prophètes eux-mêmes ne reçoivent plus de visions du Seigneur.

10 Yod — Les anciens de la fille de Sion, assis par terre, se taisent, ils ont couvert leur tête de poussière et revêtu des toiles à sac ; elles inclinent la tête vers la terre, les vierges de Jérusalem.

11 Kaph — Mes yeux sont usés par les larmes, mes entrailles frémissent ; je vomis par terre ma bile face au malheur de la fille de mon peuple, alors que défaillent petits enfants et nourrissons sur les places de la cité.

12 Lamed — À leur mère ils demandent : « Où sont le froment et le vin ? » alors qu’ils défaillent comme des blessés sur les places de la ville et qu’ils rendent l’âme sur le sein de leur mère.

13 Mem — Que dire de toi ? À quoi te comparer, fille de Jérusalem ? À quoi te rendre égale pour te consoler, vierge, fille de Sion ? Car ton malheur est grand comme la mer ! Qui donc te guérira ?

14 Noun — Tes prophètes ont de toi des visions vides et sans valeur ; ils n’ont pas dévoilé ta faute, ce qui aurait ramené tes captifs ; ils ont de toi des visions, proclamations vides et illusoires.

15 Samek — Tous les passants du chemin battent des mains contre toi ; ils sifflent et hochent la tête devant la fille de Jérusalem : « Est-ce la ville que l’on disait “Toute-belle”, “Joie de toute la terre” ? »

16 Pé — Contre toi ils ouvrent la bouche, tous tes ennemis, ils sifflent et grincent des dents ; ils disent : « Nous l’avons engloutie ! Voilà bien le jour que nous espérions : nous y arrivons, nous le voyons ! »

17 Aïn — Le Seigneur fait ce qu’il a résolu, il accomplit sa parole décrétée depuis les jours d’autrefois : il détruit sans pitié ! Il réjouit à tes dépens l’ennemi, il accroît la force de tes adversaires.

18 Çadé — Le cœur du peuple crie vers le Seigneur. Laisse couler le torrent de tes larmes, de jour comme de nuit, muraille de la fille de Sion ; ne t’accorde aucun répit, que tes pleurs ne tarissent pas !

19 Qoph — Lève-toi ! Pousse un cri dans la nuit au début de chaque veille ; déverse ton cœur comme l’eau devant la face du Seigneur ; élève les mains vers lui pour la vie de tes petits enfants qui défaillent de faim à tous les coins de rue.

20 Resh — Vois, Seigneur, et regarde : qui as-tu traité ainsi ? Les femmes doivent-elles manger leurs enfants, les petits qu’elles choyaient ? Le prêtre et le prophète doivent-ils être tués au sanctuaire du Seigneur ?

21 Shin — Ils gisent par terre dans les rues, l’adolescent et le vieillard ; mes vierges et mes jeunes gens sont tombés par l’épée : tu as tué, au jour de ta colère, tu as massacré sans pitié.

22 Taw — Tu as convoqué, comme pour un jour de fête, mes terreurs de toute part ; il n’est pas de rescapé ni de survivant au jour de la colère du Seigneur ; ceux que j’avais nourris et choyés, mon ennemi les a exterminés.

3. Au nom de la nation, l’auteur répand sa douleur devant Dieu, et, se confiant en lui, invoque instamment son aide.

01 Aleph — Je suis l’homme qui a connu la misère sous le bâton de Ses emportements,

02 moi qu’il a conduit et mené dans les ténèbres et non dans la lumière ;

03 contre moi seul, tout le jour, il porte et porte encore sa main.

04 Beth — Il use ma chair et ma peau, il me brise les os ;

05 il me cerne, il m’environne d’amertume et de peine ;

06 il me fait habiter les ténèbres, comme les morts de tous les temps.

07 Guimel — Il m’a emmuré, et je ne peux sortir, il alourdit ma chaîne :

08 j’ai beau crier et supplier, il étouffe ma prière ;

09 d’un bloc de pierre il barre mes routes, il détourne mes sentiers.

10 Daleth — Pour moi, il est un ours à l’affût, un lion en embuscade,

11 il me fait perdre ma route, me désoriente, me laisse désemparé :

12 il tend son arc, il me choisit comme cible pour sa flèche.

13 Hé — Il a planté dans mes reins les dards de son carquois.

14 Je suis la risée de tout mon peuple, leur chanson de chaque jour.

15 Il m’a gorgé d’herbes amères, abreuvé d’absinthe.

16 Waw — Il m’a broyé les dents avec du gravier, il m’enfouit dans la cendre.

17 Tu enlèves la paix à mon âme, j’ai oublié le bonheur ;

18 j’ai dit : « Mon assurance a disparu, et l’espoir qui me venait du Seigneur. »

19 Zaïn — Rappelle-toi ma misère et mon errance, l’absinthe et le poison.

20 Elle se rappelle, mon âme, elle se rappelle ; en moi, elle défaille.

21 Voici ce que je redis en mon cœur, et c’est pourquoi j’espère :

22 Heth — Grâce à l’amour du Seigneur, nous ne sommes pas anéantis ; ses tendresses ne s’épuisent pas ;

23 elles se renouvellent chaque matin, – oui, ta fidélité surabonde.

24 Je me dis : « Le Seigneur est mon partage, c’est pourquoi j’espère en lui. »

25 Teth — Le Seigneur est bon pour qui se tourne vers lui, pour celui qui le cherche.

26 Il est bon d’espérer en silence le salut du Seigneur ;

27 il est bon pour l’homme de porter le joug dès sa jeunesse.

28 Yod — Qu’il reste assis, solitaire, en silence, tant que le Seigneur le lui impose ;

29 qu’il tienne sa bouche contre terre : peut-être y a-t-il un espoir !

30 Qu’il tende la joue à qui le frappe, qu’il se laisse saturer d’insultes.

31 Kaph — Car le Seigneur ne rejette pas pour toujours ;

32 s’il afflige, il fera miséricorde selon l’abondance de sa grâce ;

33 ce n’est pas de bon cœur qu’il humilie, qu’il afflige les enfants des hommes.

34 Lamed — Quand on foule aux pieds tous les captifs d’un pays,

35 quand on fait dévier le droit d’un homme à la face du Très-Haut,

36 quand on lèse quelqu’un dans son procès, le Seigneur ne le voit-il pas ?

37 Mem — Qui donc parle, et cela existe, sinon le Seigneur, lui qui décrète ?

38 N’est-ce pas de la bouche du Très-Haut que sortent malheurs et bonheur ?

39 De quoi l’homme vivant se plaindrait-il ? Qu’il soit plutôt vaillant contre ses péchés !

40 Noun — Examinons nos chemins, scrutons-les et revenons au Seigneur ;

41 élevons notre cœur et nos mains vers Dieu qui est au ciel.

42 Nous, nous avons péché, nous avons trahi ; toi, tu n’as pas pardonné.

43 Samek — Enveloppé de colère, tu nous as pourchassés, tu as tué sans pitié,

44 enveloppé dans ta nuée que la prière ne peut franchir.

45 Tu as fait de nous des rebuts, des ordures parmi les peuples.

46 Pé — Ils ouvrent la bouche contre nous, tous nos ennemis.

47 Pour nous, l’effroi et le vertige, le désastre et la ruine !

48 Des torrents s’échappent de mes yeux sur la ruine de la fille de mon peuple.

49 Aïn — Mes yeux ne cessent de couler : pas de répit

50 tant que le Seigneur ne se penche et ne voie du haut du ciel.

51 Pour toutes les filles de ma ville mes yeux me font mal.

52 Çadé — Mes ennemis, sans raison, me chassent, me pourchassent comme un oiseau ;

53 ils m’ont réduit au silence de la fosse, m’ont recouvert d’une pierre ;

54 les eaux ont submergé ma tête ; j’ai dit : « Je suis perdu ! »

55 Qoph — J’ai invoqué ton nom, Seigneur, des profondeurs de la fosse ;

56 tu m’as entendu dire : « Ne ferme pas l’oreille à mes soupirs, à mes clameurs ! »

57 Au jour où je t’invoquais, tu t’es fait proche et tu as dit : « Ne crains pas ! »

58 Resh — Tu as plaidé ma cause, Seigneur : tu as racheté ma vie.

59 Tu vois, Seigneur, le tort qu’ils me font : rends-moi justice !

60 Tu vois toute leur rancune, tous leurs complots contre moi.

61 Shin — Tu entends leurs insultes, Seigneur, tous leurs complots contre moi,

62 les propos de mes agresseurs et leurs murmures contre moi tout le jour ;

63 regarde-les, assis ou debout, c’est moi qu’ils chansonnent.

64 Taw — Tu leur rendras la pareille, Seigneur, selon les œuvres de leurs mains.

65 Tu abêtiras leur cœur : sur eux sera ta malédiction.

66 Tu les pourchasseras de ta colère, tu les supprimeras de dessous ton ciel, Seigneur.

4. Souffrances au cours du siège de Jérusalem. La culpabilité des prophètes et des prêtres. La prise de la ville.

01 Aleph — Comment ! L’or s’est terni, l’or pur s’est altéré, et les pierres sacrées sont dispersées à tous les coins de rue !

02 Beth — Les fils de Sion, si précieux, évalués à prix d’or fin, comment ! ils sont traités en cruches d’argile, ouvrages des mains d’un potier !

03 Guimel — Même les chacals présentent leurs mamelles pour allaiter leurs petits ; la fille de mon peuple est devenue aussi cruelle que l’autruche du désert.

04 Daleth — La langue du nourrisson assoiffé colle à son palais ; les petits enfants réclament du pain, mais nul ne leur en donne.

05 Hé — Les mangeurs de mets délicats dépérissent dans les rues ; ceux qui vivaient dans le luxe se retrouvent sur le fumier.

06 Waw — La faute de la fille de mon peuple a dépassé le péché de Sodome qui fut anéantie en un instant sans qu’on ait porté la main contre elle.

07 Zaïn — Ses hommes voués à Dieu étaient plus brillants que neige, plus blancs que le lait, leurs corps, plus vermeils que le corail, leur apparence était de saphir.

08 Heth — Leur aspect est plus noir que la suie : dans la rue, on ne les reconnaît plus ; ils n’ont que la peau sur les os, aussi sèche que du bois.

09 Teth — Plus heureuses les victimes de l’épée que les victimes de la faim, qui s’épuisent, diaphanes, privées du fruit de leurs champs.

10 Yod — Dans le malheur de la fille de mon peuple, des femmes, de leurs mains tendres, ont dû faire cuire leurs enfants en guise de nourriture.

11 Kaph — Le Seigneur a détruit dans sa fureur, déversé sa brûlante colère, allumé, dans Sion, un feu qui dévore ses fondations.

12 Lamed — Ils ne croyaient pas, les rois de la terre, ni aucun habitant du monde, que l’adversaire, l’ennemi, franchirait les portes de Jérusalem.

13 Mem — Les péchés de ses prophètes en sont la cause, et les fautes de ses prêtres, eux qui versaient en pleine ville le sang des justes.

14 Noun — Ils erraient en aveugles dans les rues, souillés de sang, et toucher leurs vêtements devenait interdit.

15 Samek — « Arrière, impurs ! » leur criait-on, « Arrière, arrière ! N’y touchez pas ! » Ils fuyaient, errants, chez les païens qui disaient : « Ils ne s’installeront pas ! »

16 Pé — La face du Seigneur les a dispersés et ne les regarde plus ; les prêtres ne sont pas respectés ni les anciens, honorés.

17 Aïn — Sans répit, nos yeux se consument d’attendre en vain du secours ; nous guettons, nous guettons une nation qui ne peut pas sauver.

18 Çadé — On nous a chassés et pourchassés : nous ne pouvons plus aller sur nos places. Notre fin approche, nos jours sont comptés ; notre fin est arrivée.

19 Qoph — Nos poursuivants sont plus rapides que les aigles dans les airs ; dans les montagnes, ils nous harcèlent, dans le désert, ils nous traquent.

20 Resh — Le Messie du Seigneur, le souffle de nos narines, a été pris dans leurs embûches, lui dont nous disions : « Sous sa protection, nous vivrons parmi les nations. »

21 Shin — Jubile et réjouis-toi, fille d’Édom qui habites le pays de Ouç ! À toi aussi, la coupe sera tendue : tu t’enivreras et te montreras nue.

22 Taw — Ta faute est expiée, fille de Sion, il ne te déportera plus. Il punira ta faute, fille d’Édom, il dévoilera tes péchés.

5. Une prière par rapport aux souffrances de la nation ainsi que la confession de son péché et un plaidoyer pour son salut.

01 Rappelle-toi, Seigneur, ce qui nous arrive. Regarde, et vois notre honte.

02 Notre héritage a passé à des inconnus, nos maisons, à des étrangers.

03 Nous sommes orphelins de pères, et nos mères sont veuves.

04 Notre eau, nous la buvons à prix d’argent ; nous achetons notre bois.

05 Nous voici pourchassés, asservis ; exténués, nous n’avons pas de repos.

06 Nous tendons la main à l’Égypte, à Assour, pour notre part de pain.

07 Nos pères ont péché : ils ne sont plus, et c’est nous qui portons leurs fautes.

08 Pour maîtres nous avons des esclaves et nul ne nous tire de leurs mains.

09 Nous risquons notre vie pour du pain face à l’épée du désert.

10 Notre peau brûle comme un four face aux ardeurs de la faim.

11 Ils ont violé des femmes dans Sion, des vierges dans les villes de Juda.

12 Par leurs mains, des princes ont été pendus, la face des anciens n’est pas honorée.

13 Des jeunes gens ont porté la meule, des garçons, sous le poids du bois, trébuchent.

14 Les anciens ne tiennent plus conseil à la porte, et les jeunes ont cessé leurs chansons.

15 La joie de notre cœur a cessé, notre danse a fait place au deuil.

16 La couronne est tombée de notre tête. Malheur à nous, car nous avons péché !

17 Si notre cœur est malade, si nos yeux sont dans la nuit,

18 c’est que le mont Sion est déserté ; là, rôdent les renards.

19 Mais toi, Seigneur, tu sièges pour toujours ; ton trône est pour les âges des âges.

20 Pourquoi nous oublier sans fin, nous abandonner pour la suite des jours ?

21 Fais-nous revenir à toi, Seigneur, et nous reviendrons. Renouvelle pour nous les jours d’autrefois.

22 Nous aurais-tu voués au mépris, serais-tu irrité contre nous sans mesure ?


rectangle textes

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Mardi 22 Décembre, 2020