bandeau encyclopédie

Actualités . Biographies . Textes . Annonces . Livres . Cédés . Agenda . Abonnement au bulletin .Recherche + annuaires .  Documents .  Analyses musicales . articles et collaborations . Nous soutenir . Contact

[9e S.[10e S.[11e S.[12e S.[13e S.[14e S.]  [15e S.[16e S.[17e S.]   [18e S.]   [19e S.[20eS]
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Koto

Cithare japonaise, de la famille des cithares d'Asie de l'Est qui comprend le zheng chinois, le Kayagŭm coréen et le Đàn tranh vietnamien. On l'appelle également « harpe japonaise ».

Originaire de Chine, il a été adopté au Japon vers le début de la période Nara (710-84) ou un peu avant.

Il possède 13 cordes en soie ou en nylon, toutes de même longueur, de même épaisseur, tendues avec la même tension sur 13 chevalets mobiles, avec lequels on l'accorde selon le mode du morceau.

La longueur du corps, en bois de kiri (Paulownia), est de 180 à 190 cm, légèrement incurvés dans la longueur, plus fortement dans la largeur (25 cm environ). Les chevalets sont en bois, en ivoire, ou en matière plastique pour les instruments bon marché.

On le joue essentiellement de la main droite, avec le pouce, l'index et le majeur munis d'onglets, en bambou, en os ou en ivoire de formes variables, soutenue par la main gauche qui assure aussi le vibrato, voire le chromatisme en jouant sur la tension des cordes, et pour étouffer ces dernières.

Le répertoire moderne du koto date de la fin du xvie siècle. Le Sōkyoku (musique de koto) comprend des cycles de chansons (kumiuta), des pièces instrumentales (shirabemono) et une forme constituée de deux ou plusieurs sections de chansons séparées par des interludes instrumentaux prolongés (tegotomono).

Dans l'ensemble instrumental jiuta, le koto est en compagne du Shamisen (luth à long manche) et du Shakuhachi (flûte soufflée en bout). Le koto est également utilisé dans le répertoire tōgaku de la musique de cour gagaku.

Sōkyoku (musique de koto), Rokudan, extrait de Anthologie de la musique traditionnelle japonaise, Ducretet Thomson 1960.

Le répertoire hors de la cour, remonte aux dernières décennies xvie siècle. Dans les dernières années du xixe siècle, une tradition plus populaire est apparue, animée par les musiciens professionnels de classe inférieure et la bourgeoisie. Tradition qui domine aujourd'hui, la tradition de cour ayant quasiment disparu.

Dans le Japon moderne, il est surtout un instrument domestique, concurrencé par le piano.

 

© Musicologie.org


rectangle textes


À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910

Mercredi 30 Juin, 2021