rectangle

À propos du site

S'abonner au bulletin
Liste de discussion
collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles & études
Textes de référence
Iconographie

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Nouveaux livres
Périodiques

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale

bandeau encyclo
S'abonner au bulletin (courriel vide)

 A  B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[ 9e siècle ] [ 10e siècle ] [ 11e siècle ] [ 12e siècle ] [ 13e siècle ] [ 14e siècle ]
[ 15e siècle ] [ 16e siècle ] [ 17e siècle ] [ 18e siècle ] [19e siècle] [20e siècle]

Flûte droite

Par flûte droite, on classe ici les flûtes que l'on joue à partir d'une extrémité, mais qui ne sont pas munies de bec. C'est la plus ancienne des flûtes. On peut affiner la classification en parlant de flûte droites ou oblique, selon la façon dont on les tient, classer par le nombre de trous ou par d'autres particularités, comme la façon de tailler les arrêtes sur lesquelles on pose les lèvres :

Une idée assez répandue et quelque peu bucolique acrédite l'idée d'une première flûte en roseau  : le vent souffle dans les roseaux, l'homme est charmé et veut reproduire ce joli chant. Le problème est qu'il faut déjà avoir un sens musical pour reconnaître une musicalité dans ce phénomène. Pour qui a entendu le vent souffller sur des roseaux, on peut dire qu'il y a loin de l'idée romanesque à la chose physique ou alors il faut avoir une belle imagination qu'on semble justement ne pas accorder aux premiers fabricateurs de flûtes qui auraient dû copier sur la nature ! En d'autres termes cette idée apparemment naturaliste fait appel à un sens abstrait très développé.

En second lieu, la question de l'invention unique qui se serait développée et ramifiée est sans intérêt. D'abord parce qu'on invente tous les jours, le plus souvent par hasard, et que le mystère réside plutôt dans le pourquoi on prend des habitudes où qu'on les abandonne. Ensuite, il y a beau temps que les archéologues se sont rendu compte qu'un même groupe pouvait fabriquer des objets différents et que des groupes étrangers pouvaient en faire d'identiques.

Il n'y a donc pas quelque chose qui s'inscrits dans la longue durée comme une histoire de la musique, encore moins comme une histoire des instruments, encore qu'encore moins comme une histoire de la flûte. Il y a des situations extrêmements diverses, enchevêtrées dans la durée et l'étendue, dans lesquelles on a adopté des choix tout aussi divers et en même temps ressemblant.

La plus vieille flûte connue, on insiste sur le singulier, d'autant que c'est un fragment taillé dans un fémur d'ours, a été découverte dans la grotte de Divje Babe en Slovénie. Les spécialistes l'ont daté de 43.000 ans (Homme de neandertal)

Là encore on avance des explications naturalistes, comme si l'homme de néandertal n'était pas capable d'invention et de fantaisie. On a remarqué que beaucoup d'os, particulièrement ceux des membres arrières d'animaux portaient des blessures de crocs, provoquées par les morsures de loups (?) en chasse. Certains os sont même traversés, troués. Les chasseurs se seraient servi  de ces os pour en faire des sifflets. Mais, cette explication pour inutile qu'elle est a un avantage sur celle du vent dans les roseaux : elle est étroitement liée à la pratique des hommes. Cela nous paraît plus logique : on invente avec les objets qu'on touche et qu'on manipule.

Voici quelques années, des archéologues ont découvert en Chine des flûtes, toujours en os, datées de 7000 à 9000 ans :

On notera les sept trous aux espacements réguliers. La seconde flûte à partir du bas est encore jouable. Pourquoi pas huit trous, car on a huit doigts de libre ? Impératifs religieux ? Magiques ? Problème de facture ? Par exemple on perce les deux trous extrêmes, puis celui du milieu, ou le contraire, le trou central puis les extrême de manière équidistante. Il est plus facile de répartir régulièrment les trous.

Proportionnellement, l'antiquité égyptienne c'est presque hier. Le Bas relief funéraire de Mastaba de Akkhétep (ici un fragment) date de 2450 avant. Il montre un joueur de flûte oblique, le ney

Ou bien encore ce bas relief taillé dans du calcaire, à Sakkara, datant de la cinquième dynastie

 


 Ujusini en bambou de Bolivie


Flûte en bois de berger, Hongrie


Très longue flûte en métal, Hongrie


Flûte en bois des Nouvelles Hybrides


Flûte en bois africaine


Antique quena en os du Pérou


Flûte en os datant de l'âge de pierre, Danemark


Shakuhachi japonais
 

© musicologie.org 2005 - 2008