À propos du site
Statistiques du site
S'abonner au bulletin
Liste de discussion
collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles & études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Annonces et annuaires
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Nouveaux livres
Périodiques

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale


S'abonner au bulletin (courriel vide)

 A  B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[ 9e siècle ] [ 10e siècle ] [ 11e siècle ] [ 12e siècle ] [ 13e siècle ] [ 14e siècle ]
[ 15e siècle ] [ 16e siècle ] [ 17e siècle ] [ 18e siècle ] [19e siècle] [20e siècle]

La musique et le 12e siècle
[dates faits, personnes ] [bibliographie ] [ iconographie ]

Les écrits sur la musique au XIIe siècle

Voir :  Écrits relatifs à la musique ( 580-1764) : Index chronologique (accès réservé)

Quelques dates, faits et personnes

XIIe siècle : Le Graduel de Bellelay est un livre liturgique et musical du XII e siècle appartenant à l’ordre des Prémontrés. Il est édité par l'École des Chartes sous la direction d'Olivier Cullin.

vers 1112  — Pos de Chantar. Guillaume d'Aquitaine ou de Poitiers  (1071-1126) [ Guilhem di Peitieus ; Guillaume comte de Poitiers et duc d'Aquitaine] est le premier troubadour connu, et le second en date des poètes écrivant en langue vulgaire. Il est l'ancêtre d'Aliénor de Poitiers. Il est en Croisade en 1101-1002. Plusieurs fois excommunié pour ses amour scandaleuses avec la « Maubergeonne » (ainsi nommée selon ses écrits). En pénitence, il fait le pélerinage de Saint-Jacques de Compostel et écrit à cette occasion un chant d'adieu.

        Je prie mes amis, quand je mourrai
        De venir tous me faire honneur
        Car j'ai connu la joie et le plaisir
        Loin et près d'ici, et dans ma demeure,
        Ainsi je laisse joie et plaisir
        Et vair et gris et zibeline.

On a cru que >Pos de Chantar était sa seule œuvre notée qui nous était parvenue. Il s'agit d'une contrefacture du XIVe siècle.

      Pos de chantar m'es pres talenz

      Pos de chantar m'es pres talenz,
      farai un vers, don sui dolenz:
      mai non serai obedienz
      en Peitau ni en Lemozi.

      Qu'era m'en irai en eisil;
      en gran paor, en gran peril,
      en guerra laisserai mon fil;
      faran li mal siei vezi.

      LLo departirs m'es aitan greus
      del seignoratge de Peiteus!
      En garda lais Folcon d'Angeus
      tota la tera son cozi.

      Si Folcos d'Angeus no·l socor,
      e·l reis de cui ieu tenc m'onor,
      faran li mal tut li plusor,
      felon Gascon et Angevi.

      Si ben non es savis ni pros,
      cant ieu serai partitz de vos,
      vias l'auran tornat en jos,
      car lo veiran jove mesqui.

      Par merce prec mon conpaignon:
      s'anc li fi tort, qu'il m'o perdon;
      et il prec En Jezu del tron
      en romans et en son lati.

      De proeza e de joi fui,
      mais ara partem ambedui;
      et ieu irai m'en a Cellui
      on tut peccador troban fi.

      Mout ai estat cuendes e gais,
      mas Nostre Seigner no·l vol mais:
      ar non puesc plus soffrir lo fais,
      tant soi aprochatz de la fi.

      Tot ai guerpit cant amar sueill:
      cavalaria et orgueill;
      e pos Dieu platz, tot o acueill,
      e prec li que·m reteng'am si.

      Toz mos amics prec a la mort
      que·i vengan tut e m'onren fort;
      qu'ieu ai agut joi e deport
      loing e pres et e mon aizi.

      Aissi guerpisc joi e deport,
      e vair e gris e sembeli.

1137 — Le mariage d'Aliénor d'Aquitaine avec le roi Louis VII favorise les échanges entre le Sud et le Nord de la Loire. L'art des troubadour se fait connaître au Nord de la Loire, grâce aux activités de mécénat d'Aliénor. Celle-ci épousera plus tard Henri II Plantagenêt, roi d'Angleterre.

vers 1140 — Marcabru : Pax in nomine Domini (chanson de croisade).

1140 — Jeu de Daniel. représenté à Beauvais par des étudiants. La mise en scène en est très développée, et l'entrée de chaque personnage est accompagnée d'un conductus (chant de procession, de conduite).

Vers 1140 : Codex Calixtinus. Manuscrit jouant un rôle central dans le culte de saint Jacques à Compostel

avant 1142. — Abélard : 6 planctus.

1150-1200 — Jeu d'Adam. Considérée par les historiens de la littérature comme la première pièce de théâtre. Le texte parlé est entrecoupé à intervalles réguliers de répons grégoriens.

vers 1150 — Estampies. Danses instrumentales monodiques, avec ou sans texte (vièle, tambourin, battements de pieds). Elles sont est attestées à la fin du XIIIe siècle dans les écrits de Jean de Grouchy

vers 1160 — Antiphonarium ambrosianum (av. 397).

avant 1164 — Lucas (compositeur espagnol) : magnus organista, à Tarragone.

vers 1170 — Le Minnesang en Allemagne

vers. 1175 — Organa dupla à Saint-Martial de Limoges. Peut-être premier témoins de chant à l'église à deux voix.

avant 1177 — Adam de Saint-Victor : Proses (attribution douteuse, mais issues de l'acivité de l'abbaye Saint-Victor de Paris)

1179 — Ver pacis aperit, conductus à 2 voix, composé pour le sacre de Philippe Auguste.

vers 1180 — Léonin : Magnus liber organi. Léonin est des rares noms l' Ars antiqua française. Il a composé un grand livre d'organa dupla.

1183 — Première attestation de l'existence de compagnies de laudesi à Florence

vers 1195 — Mort de Bernart de Ventadour.

1198 — Ordonnance de l'évêque Odon de Sully sur la polyphonie

1199 — Gaucelm Faidit : Fortz chausa es (planh sur la mort de Richard Coeur de Lion).

Fin XIIe : Premiers chants anglais notés : Hymnes à saint Godric et The prisoner's song

Bibliographie

  1. Bernard Philippe, Du chant romain au chant grégorien (IVe-XIIIe siècle). Éditions du Cerf, Paris 1996 [986 p.]
  2. Golb N., Obadiah the Proselyte : Scribe of a unique 12th century Hebrew manuscript containing Lombardic Neums. Dans «The Journal of Religion» (45) 1965, p. 153-156
  3. Machabey Armand, Essai sur les formules usuelles de la musique occidentale des origines à la fin du 15e siècle. Paris 1928
  4. —, Histoire et évolution des formes musicales du Ier au 15e siècle. Paris 1928
  5. —, La polyphonie occidentale du 9e au 14e siècle. Précis de musicologie Paris, 1958
  6. Munk-Olsen B., L'étude des auteurs classiques latins au 11e et 12e siècles. Paris 1890
  7. Speer Andreas, Scientia quadruvii. Musica in den Timaios - Kommentaren des 12. Jahrhunderts. Dans F. Hentschel (éd.), «Musik – und die Geschichte der Philosophie und Naturwissenschaft im Mittelalter». Studien und Texte zur Geistesgeschichtedes Mitterlalters (62), Leiden1998, p.99-123

Iconographie

La musique, avec un carillon, une giga ou vièle en huit, et un psaltérion.
Portail royal de la Cathédrale de Chartres, XIIe siècle [ détail ]

Le roi David et des musiciens. Cor, carillon, giga, tambour, harpe. Psautier anglais de Saint-Alban (Hildesheim)XIIe siècle (E. G. Millars English illuminated manuscripts) [détails 1 ; 2 ; 3 ; 4 ; 5 ; 6 ]

Guy d'Arezzo et l'évêque Theobald devant un monocorde. Extrait d'un manuscrit de théorie musicale du XIIe siècle. Ms. 51, Natonalbibliothek, Wien [ détail ]