bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte : la musique instrumentale en Allemagne de Beethoven à Schubert.

La musique de chambre de Ludwig van Beethoven

Dominée par l’impressionnant monument que constitue le catalogue de quatuors à cordes, l’œuvre de chambre de Beethoven, riche et diverse, embrasse toutes les étapes de sa carrière de compositeur, reflétant par là-même, au moins autant que son œuvre pour piano, l’évolution de son style et de sa pensée. On y trouve certes des œuvres mineures, mais, pour une large part, ces compositions ont conquis une juste place — la plus haute — dans le cœur du public et des interprètes. Il est vrai qu’on a là quelques-unes des œuvres — on pense ici en premier aux ultimes quatuors — où le musicien est allé le plus loin dans la réalisation de son génie.

Œuvres pour cordes seules

Duos et trios à cordes

Quatuors à cordes

Quintettes à cordes

Œuvres avec piano

Sonates pour violon et piano

Sonates pour violoncelle piano

Trios avec piano

Quatuors avec piano

Œuvres pour piano et divers instruments

Sonate pour cor et piano, opus 17

Quintette pour piano et vents, opus 16

Variations pour piano et divers instruments

Œuvres de chambre avec vents

Sextuor pour vents (opus 71)

Septuor pour vents et cordes (opus 20)

Octuor pour vents (opus 103)

Equales pour quatre trombones (WoO 30)

Œuvres avec flûte

Citons encore pour violon et piano, les six Allemandes (WoO 42) que Beethoven écrivit dans ses premières années viennoises, perpétuant une mode à laquelle Mozart et Haydn (en attendant Schubert) avaient sacrifié ; pour violon, violoncelle et piano, deux allegrettos isolés (WoO 39 en si bémol majeur et Hess 48 en mi bémol majeur) qui ne pourront que ravir ceux qui entendent ne rien ignorer du compositeur ; et pour piano, flûte et basson, un trio en sol majeur (WoO 37) écrit, dans un style encore bien précaire, par un Beethoven de moins de vingt ans.

Mentionnons enfin, pour mémoire, les Six variations pour harpe « Sur un air suisse » (WoO 64), page juvénile (vers 1790) et de caractère « facile » qui appartient déjà à la veine « pastorale » du musicien, mais sans rien du génie que Beethoven manifestera plus tard dans ce registre.

 

plumeMichel Rusquet
19 octobre 2019


À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2018

bouquetin

Dimanche 8 Décembre, 2019 22:26