Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P     R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Johann Sebastian Bach
1685-1750

catalogue des œuvres || bibliographie || thèses || discographie || partitions

Né à Eisenach (Thuringe) le 21 mars 1685, mort à Leipzig le 28 juillet 1750.

La famille Bach est une importante dynastie de musiciens de Thuringe qu'on peut faire remonter à Veit Bach, meunier et musicien au XVIe siècle. On dénombre plus de 80 Bach musiciens de la même famille dont la moitié sont des organistes. Ils ont essentiellement exercé dans les environs d'Eisenach. Cette ville est également marquée par la présence du réformateur religieux Martin Luther.

Eisenach, le Château avec la parade de la Garde. Huile vers 1740 (collection privée)

Johann Sebastian est le huitième enfant de Maria Elisabetha Lämmerhirt (1644-1694) et de Johann Ambrosius Bach (1645-1695). Sa mère est issue d'une famille de musiciens, son père est musicien municipal et violoniste à Erfurt avant de se fixer à Eisenach où il est trompettiste à la cour, directeur de la musique municipale et musicien à l'église Saint-Georges.

Eisenach, l'église Saint-Georges, façade nord en 1750. Dessin à la plume (Weimar, Herzogin-Anna-Amalia-Bibliothek.

Dès son plus jeune âge, Johann Sebastian Bach s'est peut-être familiarisé avec le violon auprès de son père et à l'orgue avec son parent, le compositeur et organiste de l'église Saint-Georges d'Eisenach.

La maison natale de Johann Sebastian Bach

Du printemps 1692 a 1695 il suit les cours de la Lateinschule (l'école latine), d'où il semble s'être souvent absenté, particulièrement les dernières années.

Après le décès de sa mère en 1694, son père se remarie rapidement avec Barbara Margaretha Keul, la veuve d'un de ses cousins organistes qui, mais il meurt en février 1695. La famille est éparpillée. Avec son frère Johann Jacob (1682-1722), Johann Sebastian est placé chez l'aîné, Johann Christoph (1671-1721) à Ohrdruf. Johann Christoph a étudié avec Pachelbel, il est compositeur et organiste à Saint-Michel d'Ohrdruf, et forme Johann Sebastian au jeu de l'orgue.

Saint-Michel d'Ohrdruf  

Johann Sebastian fréquente le lycée d'Orhdruf où il est un excellent élève. En 1700 il est accepté à la manécanterie de la réputée  Michaelischule ou Michaels-Gymnasium (école Saint-Michel ou lycée Saint-Michel) de Lüneburg, non loin de Hambourg, à 350 kilomètres au Nord d'Ohrdruf. Il aurait fait le chemin à pieds avec son camarade Erdmann. Là il est admis dans l'ensemble choral le plus renommé, le Mettenchor (le choeur de matines) qui accueille des enfants de parents pauvres qui n'ont rien pour vivre mais ayant une belle voix de dessus. Johann Sebastian a une voix de soprano, et peut suivre gratuitement la scolarité du lycée. La bibliothèque, dont on conserve le catalogue contenait plus de mille œuvres musicales dont celles de Monteverdi, Carissimi, Capricornus, Schelle, Knüpfer, Pachelbel, Lassus, Sweelink, Froberger etc.

Lüneburg, l'église Saint-Michel aujourd'hui

C'est à cette époque qu'il se serait rendu fréquemment à Hambourg, parcourant à pieds les cinquante kilomètres pour écouter les grands maîtres comme Johann Adam Reincken sur les meilleurs orgues. Mais peut-être aussi les concerts organisés par le comte von Eckgh sous la direction de Johann Mattheson ou Reinhard Keiser, où l'on donnait de la « musique italienne »

En 1702 il est organiste la Jakobkirche de Sangerhausen. Mais le Choix du Conseil de l'église est dénoncé par le duc Johann Georg de Saxe-Weisenfels qui a son propre candidat, Johann Augustin Kobelius qui reprend le poste de Bach en novembre 1702.

En mars 1703 il est, selon un document, violoniste à la cour du duc Johann Ernst de Saxe-Weimar, le frère du prince régnant. Selon un autre document, il est aussi organiste.

Il fait partie de la commission chargée de réceptionner le nouvel orgue de l'Église-Neuve d'Arnstadt, un fief de la famille Bach. Fin juin début juillet il inaugure l'orgue, et le 9 août, l'organiste nommé est renvoyé, au profit de Bach dont le salaire de 80 florins est confortable pour un jeune organiste.

  L'Église «Bach» à Arnstadt aujourd'hui

Fin octobre 1705 il obtient un congé de 4 semaines et gagne Lübeck pour y rencontrer Buxtehude, le plus brillant des organistes de l'époque. Il aurait parcouru le trajet de plus de 300 kilomètres à pieds. Buxtehude cherche un remplaçant, mais ce dernier doit épouser sa fille Anna Margareta pour avoir le poste. Après Handel et Mattheson, Bach quitte Lübeck célibataire, et regagne Arnstadt en février 1706. Il est réprimandé pour cette trop longue absence le 21 février, et subit un interrogatoire. On en profite pour accumuler les griefs, comme le fait qu'il refuse de faire de la musique avec les élèves,ses étranges variations quand il accompagne les chorals à l'orgue, ses harmonies bizarres. En novembre on le réprimande à nouveau parce qu'il refuse toujours à jouer avec les élèves et qu'il fait monter une jeune fille de l'extérieur à la tribune.

  Wilhelm Friedemann Bach Le 15 juin 1707, il est élu à l'unanimité organiste à Saint-Blaise de Mülhausen en remplacement de Johann Georg Ahle. Le 17 octobre 1707, il se marie avec sa cousine Maria Barbara à Dornheim (Arnstadt). Un héritage de 50 florins lui permet d'aménager dans sa propre maison. Il reçoit un salaire identique celui d'Arnstadt, mais avec des biens en nature plus importants.

À Mülhausen, il est organiste de l'église principale, sous l'autorité directe de la Carl Philipp Emanuel   Carl Philipp Emanuelmunicipalité. Le 4 février 1708 il édite pour la première fois une de ses œuvres, la cantate Gott ist mein König BWV 71. Le 29 décembre, sa fille Catharina Dorothea est baptisée. Il ne reste que quatre mois à Mülhausen et entre comme organiste à la chapelle de la cour du prince régnant de Saxe-Weimar, le duc Wilhelm Ernst.

Il y reçoit un salaire de 150 florins plus d'importantes dotatiopns en nature (orge, blé, bois de chauffage, bière). Le 22 novembre naît son fils Wilhelm Freidemann. En 1711, son salaire est de 200 florins. Le 23 février 1713, les jumeaux Maria Sophia et Johann Christoph viennent au monde mais ne survivent pas.

Johann Christian Bach   Johann Christian BachBien qu'ayant une situation enviable, il se rend en décembre 1713 à Halle et postule le poste d'organiste à la Liebfrauenkirche. Mais les autorités ne sont pas décidées à lui accorder le salaire demandé, le projet échoue en février 1714. Le 2 mars, le duc de Weimar le nomme Maître des concerts (Conzertmeister). Le 8 mars de la même année son fils Carl Philipp Emanuel naît. Le 20 mars 1715, il reçoit par décret le salaire de maître de chapelle sans en avoir le titre.  Le 11 mais 1715 est le jour de la naissance de Johann Gottfried Bernhard.

À Weimar il compose l'essentiel de son œuvre pour orgue et de sa musique religieuse, se constituant un répertoire de base, come le font les jeunes musiciens d'église. Il accueille sous son toit des élèves. Il se lie d'amitié avec l'organiste de la ville Johann Gottfied Walther, qui est aussi un important théoricien et historien de la musique. C'est aussi là qu'il découvre la musique de Vivaldi imprimée à Amsterdam. Un des jeunes ducs de Weimar, Johann Ernst (II), né en 1696, étudiant à l'Univesité d'Utrecht remène les partitions à la cour en 1713.

Mais contrairement a ses attentes c'est le fils du vieux maître de chapelle Drese qui reprend le poste en 1717, une année après la mort de son père. Bach gagne alors 250 thalers.

Le 5 août 1717, le prince Leopold d'Anhalt-Coethen engage Bach pour 400 thalers, mais le puissant prince de Weimar refuse de donner congé à son organiste et maître des concerts.

En septembre il se rend à Dresde, à la cour du roi catholique. C'est là que Jean Baptiste Volumier, originaire de flandre et maître des concerts de la cour aurait organisé la rencontre avec Louis Marchand, où les deux grands maîtres du clavier devaient concourir au clavecin et à l'orgue. Le concours de clavecin a lieu chez le comte Jacob Heinrich Flemming, le premier ministre. Le concours aurait tourné à l'avantage de Bach. La rencontre à l'orgue n'a pas lieu, Marchand, dit le seul récit de l'affaire, ayant déclaré forfait, et tourné le dos au poste de claveciniste qu'il aurait postulé.

Au début du mois d'octobre Bach retourne à Weimar. Il réclame son congé auprès du duc. Il est jeté en prison le 6 novembre 1717 en raison « de son attitude entêtée ». Il est libéré et renvoyé de la cour le 2 décembre. Depuis le 1er août il perçoit son salaire de la cour d'Anhalt-Coethen. Avec les gratifications, plus du double que le salaire de Weimar. Il n'est plus organiste, il est maître de chapelle.

Dès le 10 décembre il est en répétition et le 17 il part inspecter les orgues de la Paulinerkirche de Leipzig. Son fils Leopold August naît le 17 novembre 1718.

Bach a la charge de composer de la musique profane, particulièrement de la musique de chambre. C'est à Coethen qu'il compose les Concertos Brandebourgeois, le Clavier bien-tempéré I, les Suites anglaises et françaises, des sonates, des paritas, des ouvertures. Bach accompagne le prince dans ses villégiatures. C'est en son absence, le 7 juillet 1720 que sons épouse, Maria Barbara décède.

En novembre 1720 il brigue un poste d'organiste à Hambourg. Il se présente au concours. Il est désigné mais refuse le poste qui est lié à l'achat de la charge. Son frère Johann Christophe meurt le 22 février 1721.

Il se remarie le 3 décembre 1721, avec Anna Magdalena Wilcken, chanteuse professionnelle employée à la cour. Avec son salaire, le revenu des Bach est d'environ 770 Thalers. Le 14 avril 1722, le dernier de ses frère meurt en Suède

En été 1722 Johann Kuhnau meurt. Il est cantor de la Thomaskirche à Leipzig et a en charge l'école, la Thomasschule. Il est aussi directeur de la musique de quatre églises, de l'entretien des orgues de deux église, il est directeur de la musique de la ville et de l'université. Le poste est proposé en vain à Telemann, alors directeur de la musique à Hambourg.

En janvier, Bach pose sa candidature en même temps que Johann Christoph Graupner. Ils s'ajoutent à trois candidats en cours d'examen.. le 23 mars, ne pouvant se libérer de son poste à la cour de Hesse-Darmstadt, Graupner qui avait toutes les qualités requises d'universitaire et de musicien retire sa candidature. Le 5 mai, Bach signe son contrat et quitte Coethen en gardant son titre de maître de chapelle. En 1723, Christina Sophia Henrietta vient au monde pour trois courtes années. Gottfried Heinrich naît le 26 février 1724. Christian Gottlieb baptisé le 14 avril 1725 n'atteint pas l'âge de 4 ans. Elisabeth Juliana Friederica est baptisée le 5 avril 1726.

Leipzig. La Thomaskirche et son école

À Leipzig il compose un répertoire de cantates religieuse, il doit en composer deux par semaine (plus de 200 nous sont parvenues), et de passions (2 complètes nous sont parvenues), des cantates profanes pour l'université ou la municipalité. En 1727 il crée sa Passion selon sains Mathieu. Puis le rythme des compostions diminue.

  Johann KuhnauIl a quelques brouilles avec la municipalité. Leipzig reformée ferme ses théâtres et on juge ici et là que la musique de Bach est tropthéâtrale. Il est aussi en conflit avec l'organiste Johann Gottlieb Görner, nommé après la mort de Kuhnau directeur de la musique de l'église de l'université. Bach estime que ce cette charge lui revient, mais perd son recours en janvier 1726. Le problème est inversé l'année suivante quandl'université commande à Bach une odefunèbre pour la princesse Christiane Eberhardine. Görner réclame réparation. Tout semble   Gesners'être positivementarrangé, en 1729, Bach siège à la commission qui nomme Görner organiste de la Thomaskirche.

Ernestus Andreas est baptisé le 30 octobre 1727 pour être enterré deux jours plus tard et Regina Johanna baptisée le 10 octobre 1728 meurt avant l'âge de cinq ans. La même année, on lui fait tracas du choix des thèmes et des chorals pour les cantates. Il se brouille momentanément avec le sous-diacre de la Nicolaikirche. Le 23 novembre le prince Leopold d'Anhalt-Coethen meurt, mais Bach utilise son titre de maître de chapelle de la cour jusqu'en 1730.

  ErnestiDans les années 1730, Bach s'occupe à faire imprimer sa musique. Quatre de ses fils vont l'un après l'autre entreprendre des études universitaires : Wilhelm Friedemann en 1729, Carl philipp Emanuel en 1731 , Johann Gottfried Bernhard en 1739, Johann Christoph Friedrich en 1749.

En 1729, il reprend la direction du Collegium Musicum créé par Telemann à l'université. Il a l'occasion de jouer avec de bons musiciens dont ses fils, et donne un concert hebdomadaire, parfois deux. C'est pour l'un de ces concerts qu'il compose la célèbre Cantate du café.

Christina Benedicta Luisa est baptisée le 1er janvier 1730 et meurt trois jours plus tard. Le 2 août 1730 on relève officiellement ses carences (réelles) dans ses activités à l'école. Le conseil municipal décide de réduire son salaire. Le 23 août, Bach produit sa réponse, qui est le célèbre état des lieux et des maigres moyens en effectifs et qualité dont il dispose pour faire exécuter les musiques. Bach en colère et déçu songe semble-t-il à rechercher un autre poste, quand son ami Johann Matthias Gesner est nommé recteur de la Thomasschule.

Christiana Dorothea est baptisée le 18 mars 1831 et meurt 17 mois plus tard. En juin 1732, son fils Wilhelm Friedemann est nommé organiste de la Sophienkirche à Dresde. Johann Sebastian brigue un poste à la chapelle royale de la cour royale (catholique). Le 21 juin, Johann Christoph Friedrich naît. Johann August Abraham est baptisé le 5 novembre 1733 pour une seule journée.

En mai 1735, son fils Johann Gottfried Bernhard est nommé, sur sa recommandation, organiste de la Marienkirche de Mulhausen, puis quelques mois plus tard à la Jakobkirche de Sangerhausen. Johann Christian naît le 5 septembre 1735.

Le 19 novembre 1736 Bach  est nommé maître de chapelle à titre honorifique et sans honoraires. Il compose à Leipzig la messe en si mineur, qu'on peut tourner à la catholique et à la réformé, les Variations Goldberg, les Variations canoniques, le Clavier bien tempéré II, et l'Art de la fugue qu'il n'achève pas. En 1736 commence une querelle à rebondissements avec le nouveau recteur de la Thomasschule, Johann Heinrich Ernesti qui n'aime pas la musique et la trouve même pernicieuse. À cette même époque, une virulente polémique sur la musique de Bach par articles de presse oppose Scheibe (dont Bach avait refusé la nomination d'organiste quelques années auparavant) et quelques universitaires comme Birnbaum et Mizler. La musique de Bach serait trop surchargée, trop compliquée et difficile à jouer, peu naturelle.

Le 30 octobre 1737 Johanna Carolina est baptisée. Carl Philipp Emanuel est nommé claveciniste du prince héritier à Berlin en 1738. La même année Johann Gottfried Bernhard, l'organiste de Sangerhausen, endetté prend la fuite. Johann Sebastian refuse de payer les dettes de son fils qui s'inscrit en 1739 à l'Université d'Iena quelques mois avant de mourir.

En 1741 Johann Sebastian Bach rend visite à Carl Philipp Emanuel à Potsdam. C'est là que Fréderic II met le « vieux Bach » à l'épreuve en lui demandant d'improviser sur un « thème royal » d'abord à trois puis à six voix obligées, genèse de l'Offrande musicale. Regina Susanna est baptisée le 22 février 1742.

En 1747 il est admis à la « Société des sciences musicales » dirigée par Laurenz Mizler. A cette occasion il produit des contrepoints « scientifiques », les variations pour orgue Vom Himmel Hoch en 1747, l'Offrande musicale en 1748, des canons énigmatiques en 1749.

Atteint de cataracte, il subit deux opérations effectuées par le chirugien John Taylor au printemps de 1750, quelques mois avant de mourir.

 

Autographe - Début du prélude en mi bémol de la seconde  partie du Clavier bien tempéré. (British Museum)

 

Jean-Marc Warszawski
2003-2007

Catalogue des œuvres et partitions à télécharger

BWV 1 - 299BWV 300-599 | WWV 600-899 | BWV 900- 1120 |

Bibliographie

Thèses

Abravaya Ido. Studies of Rhythm and Tempo in the Music of J. S. Bach. (thèse, Musicology), Tel Aviv University. Direction, Werner Breig & Judith Cohen

Fanselau Clemens. Mehrstimmigkeit in J. S. Bachs Solowerken für Melodieinstrumente. (thèse, Musicology), Humboldt Universität, Berlin.Direction, ReSuper Musicalis Weboru (SMW) director: Hermann Danuser

Geuting Matthias. Studien zu den schnellen Sonaten- und Konzertsätzen von Johann Sebastian Bach. (thèse, musicology), Bochum. Direction, Werner Breig

Greer Mary J. The Sacred Duets and Terzets of Johann Sebastian Bach : A Study of Genre and Musical Text Interpretation. (thèse, Musicology) Harvard University, 1996. [xv, 505 p, tables, fac-similés, musique, exemples, traductions, liste des oeuvres, appendice, bibliographie). Direction, Christoph Wolff

Haney David L. Melodic Inversion from Zarlino to Bach: 1550-1750. (thèse, théorie de la musique), Yale University. Direction, ReSuper Musicalis Weboru (SMW) director: Robert P. Morgan

Kimura Sachiko. Die Choraltextkantaten Johann Sebastian Bachs. (thèse, Musicologie), Bochum.Direction, Werner Breig

McIntyre Dean B. Baroque and Classic Style in Selected Organ Works of the Bachschule. (thèse, beaux arts), Texas Tech University, 1998.[xvi, 363 p., tables, musique, exemples, bibliographie] Direction, Wayne Hobbs

Oleskiewicz Mary A. Bach.Quantz, and Flute Performance at the Dresden Court. (thèse), Duke University. (direction, Peter Williams)

Roller Joachim. Die Ausführung des Orgelcontinuo in den geistlichen Vokalwerken von Johann Sebastian Bach. (thèse, musicologie), Bayreuth.Direction, Reinhard Wiesend

Wampler, Stephen G. A Brass Players' Guide to the Transcription and Performance of J. S. Bach's Six Suites for Violoncello Solo.(Mémoire,  D.M.A. Performance), University of Washington, 1998. [204 p.] Direction, Stuart Dempster

Wesche Jörg Tilemann. Studien zu Arien in Bachs Kantatenwerk. (thèse, musicologie), Kiel. Direction, Friedhelm Krummacher

White Andrew C. Good Invention Paid Back with Interest : The Importance of Borrowing in Bach's Compositional Practice. (thèse, musicologie), City University of New York. Direction, George Stauffer

Discographie

Johann Sebastian Bach, Orgelbüchlein, Quatuor Ponticelli : Virgine constant, Christian Wolff, Sébastien Paul, Sophie Magnien (violoncelles). Triton 2017 (TRI 331204).

Lire une présentation par Jean-Marc Warszawski

 

 

Le voyage d'Allemagne, Emmanuelle Guigues (viole de gambe), œuvres de Schenck, Telemann, Bach. Encelade 2015 (ECL 1404)
Enregistré du 9 au 12 septembre à l'église de Vicq (Dordogne).

La notion de cosmopolitisme et les mots qui vont avec est en évaporation. Pendant un temps « cosmopolite », mélange des origines territoriales ... (+) Lire la suite,

 

Bach, Variations Goldberg. Martin Stadtfeld (piano). Sony (SK 93101).

 

Lire unes présentation par Eusebius

 

 

Johann Sebastian Bach, Variations Goldberg, transcrites pour trio à cordes par Dmitry Sitlovetsky. Trio Goldberg. OPMC Classics 2014 (OPMC 009).

Lire unes présentation par Jean-Luc Vannier

 

 

Bach Transcriptions, Marek Wegrzyk (Guitare). Auto-production 2014. Enregistré le 18 février et du 21 au 23 octobre 2013 au Studio « Espace Consonance » à Sawon (Suisse).

Lire la présentation de Strapontin au Paradis.

 

 

NBaJohann Sebastian Bach, Œuvres pour clavecin-luth. Olivier Baumont. Loreley 2014 (LYO 54).

Lire la présentation de Jean-Marc Warszawski pour Musicologie

 

 

 

Bach, art de la fugue, célimène daudet, pianoJohann Sebastian Bach, L'art de la fugue (BWV 1080). Célimène Daudet, piano. Arion 23013 (ARN 6830).

Enregistré à la MC2 de Grenoble du 9 au 11 décembre 2012. Livret par Gilles Cantagrel.

Lire une présentation complète

 

 

Johann Sebastian Bach, Suites pour violoncelle seul, Claire Giardelli, violoncelle. Ligia Digital 2012 (Lidi 0105248-12).

Lire une présentation complète

 

 

 

 

Johann Sebastian Bach, Bach Drama. Choeur de chambre de Namur, les Agrémens, Leoneardo Garcia Alarcón (direction. Ambronay 2012 (AMY 031) [2 CD + 1 DVD].

Lire une présentation détaillée

 

 

 

Jean-Sébastien Bach, Intégrale des sonates pour flûte et clavecin. Gabriel Fumet (flûte), Richard Siegel (clavecin).
Disques Musique et Esprit, 2010 (1992)

Lire une présentation  détaillée

 

 

 

Johann Sebastian Bach
Clavier Sonaten mit obligater Violine
Mira Glodeanu, violin ; Frédérick Haas, clavecin. Ambronay Éditions, 2006, AMY 009 (2 CD)

Lire la description et la critique du disque

 

 

01/
Bach Johann Sebastian
Intégrale des cantates
The Amsterdam Baroque Orchestra & Choir
Ton Koopman, dir.
Erato à partir de 1995
Albums 1-20 

 

11 / 142

Enregistré à Londres en 1994
Philips 1995 (442 779-2

J. S. Bach
Weltliche Kantaten :
BWV 200 Coffee
BWV 213, Hercules auf dem Schneidewegen

Orchestre et chœur of the Age of Enlightment
Gustav Leonhardt, dir.

Barbara Bonney, soprano — Ralf Popken, alto — Christoph Prégardien, ténor — David Wilson-Johnson, basse

45 / 143

Ricercar, RIC 020002

La famiile bach
Les cantantes pour solistes de la famille Bach

Ricercar Consort
Henri Ledroit, haute-contre

01. Johann-Sébastian Bach ou Georg- Melchior Hoffmann : Schlage doch, vewünschte Stunde (BWV 53) - Johann-Christoph Bach : Mit Weinen hebt sichs an - 03. Johann-Sebastian Bach : Wiedrestehe doch der Sünde (BWV 54) - 04. Johann-Michaël Bach : Ach wie sehnlich wart'ich der Zeit - 05. Johann Bach : Weint nicht um mainem Tod - 06. Johann-Michaël Bach : Auf, lasst uns den herren Loben - 07. Johann- christoph Bach : Ach, dasds ich Wassers gnug hätte.

02 /

Philips, 426 238-2 (2 cédéroms)
1989 (1h 44' 28'') 

 

 

 

 

TéléchargementsPresse internationale - Universités.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil, 06 06 61 73 41

Références / musicologie.org 2016

ISSN 2269-9910

Jeudi 8 Juin, 2017