musicologie

5 avril 2021 —— Jean-Marc Warszawski.

Les six cordes de Marek Wegrzyk et Bach

Johann Sebastian Bach, Marek Wegrzyk (guitare). Label G 2019 (Label G 007).

Enregistré à la chapelle de la Lècherette (VD), Suisse, 27-28 qeptembre 2018.

Né en Pologne, immigré à Genève en 1981, Marek Wergrzyk a étudié la guitare auprès de Pedro Ibañez à Fontenay-sous-Bois, de Manuel Barrueco à la Manhattan School of Music de New York, où il prend intérêt pour la musique contemporaine, puis sous la direction de Dagoberto Linhares au Conservatoire de Lausanne.

Il mène carrière, en soliste ou au sein de différents orchestres, avec des œuvres, entre autres de Joaquín Rodrigo, Helmut Lachenmann, Wolfgang Rihm, crée des pièces d’Arthur Kampela. Éclectique, il joue dans un ensemble de musique celtique, accompagne Oscar Mancino dans des chansons napolitaines, se produit avec une compagnie de Flamenco. Il s’est d’ailleurs intéressé à Paco de Lucia au cours de ses études universitaires.

Marek Wegrzyk enseigne la guitare et l’initiation à la guitare flamenca au Conservatoire populaire de musique, danse, et théâtre, à Genève.

En 1998 il enregistre un disque monographique d’œuvres de Johann Sebastian Bach, Giulio Regondi, Fernando Sor, Isaac Albéniz, Nuccio d’Angelo et Arthur Kampela, pour Cascavelle, éditeur discographique helvétique mythique.

Une dizaine d’années plus tard, il réfléchit avec son collègue Ricardo Lopes Garcia aux possibilités d’adaptation à la guitare d’œuvres de Johann Sebastian Bach pour instruments solistes. Un premier cédé, « Bach-transcriptions » paraît en 2014, celui-ci en est la suite.

Pour cet enregistrement, il a conservé une des deux scordature employées en 2014, c’est-à-dire un accordage irrégulier de l’instrument, ce qu’on appelait en ancien français « jeu à cordes ravalées », soit mi - la - do♯- fa♯- si - mi au lieu de l’accordage habituel mi - la - re - sol - si - mi, dont on a rabaissé d’un demi-ton les deux cordes centrales. L’une des plus célèbres scordature est celle demandée pour la 5e suite pour violoncelle seul de Johann Sebastian Bach.

Comme en 2014, nous sommes séduit par le rendu musical, la cohérence, l’égalité et la douceur sonore, résultat conjoint de l’arrangement, de l’accordage particulier, et bien entendu que la qualité de l’exécution.

Dans ses notes d’attention, Marek Wergrzyk justifie son intervention sur la partition par une tradition suivie par le premier concerné : Johann Sebastian Bach. En réalité, l’idée que l’interprète est destiné à dévoiler la vérité première de l’œuvre ou l’âme du compositeur est un fantasme.

Johann Sebastian Bach, Partita no 1, Corrente, plage 10.

 

1-6. Suite no 2, en mineur, pour violoncelle, BWV 1008, transposée en fa♯ mineur : Prélude, Allemande, Courante, Sarabande, Menuets I et II, Gigue.

7. Prélude en mi mineur, pour clavier, BWV 855a, transposé en si mineur

8-15. Partita no 1, en si mineur, pour violon, BWV 1002 : Allemanda et double, Corrente et double, Sarabande et double, Tempo di Borea et double.

 Jean-Marc Warszawski
5 avril 2021


Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Le cor bien embouché d'Alexandre CollardL'histoire du monde ou la preuve par cinq d'Olivier GreifLe voyage à Genève de la violoncelliste Estelle RevazLe pianiste Vittorio Forte et le pianiste Earl Wild.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

bouquetin

Lundi 5 Avril, 2021 0:36