bandeau encyclopédie
Actualités . Biographies . Textes . Annonces . Livres . Cédés . Agenda . Bulletin (abonnement) .Recherche + annuaires .  Documents .  Analyses musicales . Collaborations . Nous soutenir . Contact . .
[9e S.[10e S.[11e S.[12e S.[13e S.[14e S.]  [15e S.[16e S.[17e S.]   [18e S.]   [19e S.[20eS]
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Entartete Musik : musique dégénérée

Dans le cadre des premières journées de la musique du IIIe Reich, du 22 au 29 mai 1938, une exposition intitulée « Entartete Musik » (musique dégénérée) est inaugurée à Düsseldorf le 24 mai, elle accueille le public jusqu'au 14 juin.

Cette exposition estorganisée par le docteur Hans Serverus Ziegler (1893-1978), Gauleiter de Thuringe dès 1933, Conseiller d'État, et Directeur des théâtres du régime hitlérien. Après la guerre, il dirige des théâtres, enseigne, et dans sa vieillesse publie des livres orientés à l'extrême droite, notamment des ouvrages biographiques sur Adolf Hitler.

Goebbels y prononce un discours de politique musicale, le 22 mai, Richard Strauss y assure la partie musicale.

Il s'agit pour les nazis de préserver la pureté de la musique allemande, de montrer ce qui a été censuré (nettoyé) depuis 5 ans. On y retrouve l'irrationalité de leurs  thèmes, les condamnations outrancières, la propagande massive et spectaculaire, les slogans haineux, et en arrière-plan, la propagation d'un mot d'ordre : « l'Allemagne, pays de la musique », qui a encore aujourd'hui de la résonance.

C'est pour que l'Allemagne devienne le pays de la musique classique, qu'il faut la purifier, la libérer de la « presse d'égoût » et de la « domination juive ». Grâce au National Socialisme, les artistes se trouvent devant un avenir pur et non falsifié, dit Goebbels dans son discours du 28 mai (en y amalgamant un « expresssionnisme atonal ».

C'est une exposition,diffamatoire contre des artistes, qui utilise l'attirail idéologique incohérent et bricolé de la droite populiste, raciste, nationaliste, etantidémocratique. On y retrouve également des éléments de polémique, autour des musiques atonales, jugées, dès 1920, « bolchéviques », par le compositeur Hans Pfizner.

Dans la visée, autour de la thématique « musique et race », les musiques atonales, celles de la seconde École de Vienne (musique sérielle), le jazz « nègre », la musique tzigane, les compositeurs de confession juive, ou issus de familles de confession juive, les compositeurs de gauche, une grande partie des musiques « modernistes » du premier tiers du XXe siècle.

Une liste d'œuvres interdites aux orchestres est établie. Un dictionnaire des juifs dans la musique est publié en 1940.

Plus de deux cents compositeurs sont mis à l'index. Les musiciens contemporains sont privés de travail sous le régime hitlérien, certains s'exilent, d'autres sont assassinés dans les camps de concentration.

L'affiche, un musicien noir affublé d'une croix de David, et jouant du saxophone, est une référence à l'opéra « Jonny spielt auf » (traduit en français par « Johnny mène la danse », d'Ernst Křenek, qui met en scène des amours entre blancs et noirs. Cet opéra, composé en 1925, a connu un très grand succès international jusqu'en 1930.

Parmi les artistes dégénérés, on trouve : Giacomo Meyerbeer ; Félix Mendelssohn (1819-1847) : le musicologue nazi, Karl Blessinger, décrit Menselssohn, comme l'archétype du juif assimilé falsificateur de culture ; Gustav Mahler (1860-1911) ; Béla Bartók (1881-1945) qui a demandé, comme un honneur de figurer dans cette exposition ; Igor Stravinski (1882-1971) ; Darius Milhaud (1892-1974) ; Arnold Schönberg (1874-1951) ; Franz Schreker (1878-1934) ; Kurt Weill (1900-1950) ; Berthold Goldschmidt (1903-1996) ; Hanns Eisler (1898-1962) ; Anton Webern (1883-1945) favorable au régime ; Paul Hindemith (1895-1963) ; Alban Berg (1885-1935) ; Karl Amadeus Hartmann (1905-1963) ; Boris Blacher (1903-1975) ; Viktor Ullmann (1898-1944) ; Joseph Marx (1882-1964) ; Pavel Haas (1899-1944) ; Franz Schmidt (1874-1939) ; Erwin Schuloff, (1894-1942), Jefim Golyscheff (1897-1970) ; Erich Korngold (1897-1957) ; Miklos Rozsa (1907-1995) ; Eric Zeisl (1905-1959) ; Franz Waxman (1906-1967) ; Alexander von Zemlinsky (1871-1942) ; Rudolf Karell (1880-1945) ; Léon Jessel (1871-1942) ; Norbert Glanzberg (1910-2001), etc.

Liens / bibliographie

Coadou Francois, La musique dégénérée : une catégorie esthétique ?

Schnapper Laure, La musique « dégénérée » sous l'Allemagne nazie. Dans « Raisons politiques » (14) 2004, p. 157 à 177. Site « CAIRN »

 

Jean-Marc Warszawski
18 novembre 2008

 

rectangle textes

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Vendredi 2 Mars, 2018

© Musicologie.org 2018.