Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda
Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P     R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

Mendelssohn - Bartholdy Félix
1809-1847

catalogue des œuvres ; bibliographie ; discographie

Mendelssohn, Jakob Ludwig Felix, né le 3 février 1809 à Hambourg, mort le 4 novembre 1847 à Leipzig.

Son grand-père Moses Mendelssohn, un des philosophes de l'Aufklärung, a gagné, grâce à sa notoriété, les droits civils pour lui et sa descendance, alors refusés aux juifs, par une lettre royale en 1787.

Moses MendelssohnMoses Mendelssohn. Lithographie d'après une toile de Anton Graff de 1771.

Il s'allie à une famille de banquiers prospères (les Litzig). Les Mendessohn sont riches (mais Moses a connu une misère noire), ils cultivent sciences et arts, un moyen efficace d'intégration, comme l'ascension sociale du grand-père peut le montrer. On y est attiré par les idées nouvelles, la démocratie, le modernisme.

Son père Abraham Mendelssohn (1776-1835), après avoir travaillé dans une maison de commerce à Paris, revient à Berlin en 1804, où il est associé à son frère Joseph, dans la banque des « Frères Mendelssohn » (Bankhaus Gebrüder Mendelssohn).

Après son mariage avec Lea Salomon (177-1842),  le couple s'installe à Hambourg. Ils ont quatre enfants Fanny Cäcilie, « Zippora », Jakob Ludwig Felix, Rebekka, et Paul.

Lea MendelssohnLea Mendelssohn

Abraham MendelssohnAbraham Mendelssohn

Suite à l'occupation des troupes françaises, la famille quitte Hambourg et revient à Berlin, berceau familial, en 1813. Leur maison devient un des grands lieux culturels de la ville

Les enfants Mendelssohn reçoivent un enseignement soigné et surveillé de près. Pour la musique, Lea, la mère, pianiste enthousiaste de la musique de Jean-Sébastien Bach, leur donne les premières leçons. Fanny et Félix se révèlent être des enfants prodiges.

félix Mendelssohn

La famille finit par adopter la religion protestante, et ajoute « Bartholdy », un patronyme déjà porté par le frère de Lea, Jakob Salomon Bartholdy (1779-1825), et attaché à des terres, que les Mendelssohn héritèrent.

Félix Mendelssohn à l'âge de douze ans

En 1816 et 1817, le famille est à Paris, où les enfants prennent des leçons de piano avec une pianiste réputée, Marie Bigot (Marie Kiéné Bigot de Morogues, 1786-1820).

En 1818 Félix achève sa scolarité élémentaire. Son père engage l'historien Gustav Adolf Harald Stenzel comme précepteur.

En octobre de la même année, il joue pour la première fois en public avec les cornistes Heinrich et Joseph Gugel, dans un trio de Joseph Wölfl. Toujours en 1818, il joue de mémoire le concerto « militaire » de Dussek (à la même époque, Fanny qui a 13 ans, interprète de mémoire les 24 Préludes du « Clavier bien tempéré »  de J.-S. Bach)

Il prend des cours de violon avec C. W. Henning, violoniste de la cour (plus tard avec Eduard Rietz), en compagnie de Fanny, des cours d'orgues avec August Wilhelm Bach (1796-1869). Suit les répétitions de la « Singakademie », ditigée par Carl Friedrich Zelter, puis y intègre le chœur, comme alto.

À partir de 1819, Zelner devient le professeur de musique de Fanny et de Félix, dont la plus la ancienne composition documentée est son Lied zum Geburtstag meines guten Vaters, créé à Berlin le 11 décembre 1819.

En 1821, il crée, dans la maison familiale transformée pour l'occasion en théâtre, un Singspiel (comédie musicale), avec des musiciens de la chapelle royale.

Dès lors, il compose régulièrement des œuvres qui sont créées.

Felix Mendelssohn donne un concert chez Goethe,en présnece de Zelter. Gra vure sur bois d'après le tableau de Woldemar Friedrich.

En 1821, le 18 juin, il assiste à Berlin, à la création du Freischütz, opéra manifeste du romantisme musical, de Carl Maria von Weber, il accompagne Zelner à Weimar, où il rencontre Goethe et Hummel.

À partir de 1822, les Mendessohn organisent des concerts dans leur maison, qui devient une attraction pour l'élite de la ville. Félix et Fanny y mettent particulièrement leur talent en valeur. La même année, la famille séjourne pour les vacances en Suisse, ce qui est une occasion, en chemin, de rencontrer des acterus de premier plan du monde musical, comme Louis Spohr à Kassel. Félix suit également des cours de dessin avec Johann Gottlob Samuel Rösel.

En 1824, le célèbre pianiste Ignaz Moscheles est à Berlin, il est engagé pour donner des leçons à Fanny et à Félix.

En 1825, Félix accompagne son père à Paris. Ils en profitent pour se frotter à l'élite musicale. Cherubini, qui dirige le Conservatoire émet un avis favorable sur Félix, plus tard, il presse son père de l'inscrire au Conservatoire de Paris. Quant à lui, il observe la vie musicale parisienne avec humour, et pense par exemple que Liszt (qui a 14 ans alors) a beaucoup de doigts, mais pas trop d'intelligence.

En 1826, la famille s'installe dans la Leipzigerstrasse. Félix traduit en allemand des comédies de Terence. La maison des Mendelssohn continue à être un important lieu de rencontre de la vie culturelle de Berlin, où se croisent entre autres, Heinrich Heine, Hegel ou Alexander von Humboldt.

Le pavillon dans le jardin du 3 Leipziger Straße, Aquarelle de Sebastian Hensel (1851)

En 1827, Félix Mendelssohn est inscrit à l'Université de Berlin.

En 1829, il crée (avec l'aide décisive de Fanny), à la « Singakademie » de Berlin, la Passion selon saint Matthieu, de J.-S. Bach, dont il avait reçu une copie quelques années auparavant de la part de sa grand-mère, Bella Salomon.

Il engage une longue série de voyages à l'étranger, qui commence le 21 avril 1829 à Londres, où il apparaît tant comme pianiste, chef d'orchestre et compositeur. Il quitte l'Angleterre en novembre.

Mendelssohn, Durham Durham. Dessin de Félix Mendelssohn du 24 juillet 1829, extrait de son journal de voyage en écosse.

Félix MendelssohnFélix Mendelssohn en 1829 (Angleterre)
Aquarelle de James Warren (1778-1862)

Mendelssohn par Hensel Félix Mendelssohn par son beau-frère, Wilhelm Hensel.

Le 1er novembre 1830, il arrive à Rome. Il s'y lie d'amitié avec Berlioz. Il rencontre Donizetti à Naples, en avril. Visite Capri, Pompéi et le Vésuve, et en compagnie de peintres, dessine des paysages.

Il arrive à Paris le 9 décembre 1831, où il côtoie de nouveau une partie de l'élite musicale parisienne, dont Chopin, Kalkbrenner, Ferdinand Hiller, Meyerbeer, Pierre Baillot, Habeneck, mais aussi Heine. Il est atteint de choléra.

La 22 avril 1832, il est de nouveau en Angleterre. Il est de retour à Berlin à la fin du mois de juin.

Mendelssohn jouant devant le reins Victoria Mendelssohn jouant devant la reine Victoria.

En janvier 1833, il n'obtient pas la direction de la « Singakademie » de Berlin et refuse le poste d'assistant. Il obtient de Düsseldorf, une commande de trois œuvres pour la Société Philharmonique, la direction musicale de la 15e « Niederrheinisches Musikfest ». Le 13 mai, il est à Londres, où il joue en solo, avec  Moscheles ou, en privé, avec Paganini.Les 26-28 mai, il est à Düsseldorf, pour remplir ses engagements.

Il est engagé comme directeur de la musique à Düsseldorf. Il fait encore un voyage à Londres en compagnie de son père, avant de prendre son poste le 1er octobre 1833.

Insatisfait de son poste, il a l'opportunité de prendre la direction de l'Opéra de Munich ou à Leipzig, celles de la Gewandhaus et de la Thomasschule. Il choisit l'offre de Leipzig.

La Thomasschule et la Thomaskirche de Leipzig

On lui offre également la direction éditoriale de l'« Allgemeine musikalische Zeitung », édité par la maison Breitkopf & Härtel.

Il organise chaque année 20 concerts, dans lesquels il programme ses propres œuvres, celles des contemporains, et les classiques viennois.

Son père meurt le 19 novembre 1835.

Cécile MendelssohnCécile Jeanrenaud-Mendelssohn.

En mars 1836, il est docteur honoris causa de l'Université de Leipzig. Il quitte Leipzig, pour diriger le 18e festival de musique de Düsseldorf. A Frankfurt, il rencontre Cécile Jeanrenaud, fille d'un pasteur, avec laquelle il se marie le 28 mars 1837, ils visitent Freiburg et la Forêt noire, et plus au sud, les bords du Rhein, à Koblenz et Bingen. Le 27 août, Félix est à Londres, puis à Birmingham. le 27 septembre il rejoint son épouse à Frankfurt, et son, le 1er octobre à Leipzig.

Mendelssohn

En 1838, il organise une série de « Concerts historiques », où sont honorés les maîtres du passé, « d'il y a cent ans à nos jours ». Il a de nombreux engagements comme chef d'orchestre dans diverses grandes villes allemandes.

En septembre 1841, Il est nommé maître de chapelle du roi Friedrich Wilhelm IV,  et reçoit une première commande : les chœurs pour Antigone de Sophocle. Il est nommé directeur général de la musique et reçoit la charge de superviser la musique religieuse à Berlin. Il partage ses activités entre Leipzig, Berlin et l'Angleterre.

Mendelssohn

Sa mère meurt le 12 décembre 1842.

Il crée le Conservatoire de musique de Leipzig, qui ouvre ses portes le 3 avril 1843. Il y enseigne la composition, le chant, les instruments, Moritz Hauptmann, cantor de la Thomasschule, l'harmonie et la composition, Ferdinand David, le violon, Robert Schumann, le piano.

Il a, jusqu'à sa mort, une activité étourdissante. Il est un des plus célèbres musiciens des grandes places ouest-européennes

Mendelssohn, Heslital Paysage suisse, Guttannen-Haslital, 1847, par Félix Mendelssohn.

La dernière demeure de Félix Menselssohn à Leipzig

Catalogue des œuvres

Œuvres pour piano et violoncelle (édition Grützmacher / Peters) Piano ; violoncelle

Deux pièces pour piano

Mendelssohn

Bibliographie

Mezndelssohn

Discographie

1/159
Mendelssohn
Lieder ohne Worte
Romances sans paroles

Kun Woo Paik, piano

Dante, PSG9331, 1993

1 Opus 19 n° 1 Andante Con Moto (Mi Majeur) 1832 — 2 Opus 67 n° 6 Allegretto Non Troppo (Mi Majeur) Berceuse — 3 Opus 19 n° 3 Molto Allegro e Vivace (La Majeur) 1832 La Chasse — 4 Opus 19 n° 4 Moderato (La Majeur) 1832 — 5 Opus 19 n° 5 Presto Agitato (Fa# Mineur) 1832 — 6 Opus 85 n° 4 Andante Sostenuto (Ré Majeur) 1845 — 7 Opus 30 n° 6 Allegretto Tranquillo (Fa# Mineur) 1835 Chanson du Gondolier Vénitien, Venetian Gondola Song — 8 Opus 38 n° 3 Presto e Molto Vivace (Mi Majeur) 1837 La Harpe du Poète — 9 Opus 19 n° 6 Andante Sostenuto (Sol Mineur) 1832 Chanson du Gondolier Vénitien — 10 Opus 53 n° 3 Adagio Cantabile (Fa Majeur) 1841 — 11 Opus 30 n° 1 Andante Espressivo (Mib Majeur) 1835 — 12 Opus 30 n° 2 Allegro di Molto (Sib Mineur) 1835 — 13 Opus 67 n° 1 Andante (Mib Majeur) 1844 — 14 Opus 67 n° 2 Allegro Leggiero (Fa# Mineur) 1839 — 15 Opus 67 n° 5 Moderato (Si Mineur) 1844 La Complainte du Berger The Shepherd's Complaint — 16 Opus 38 n° 4 Andante (La Majeur) 1837 — 17 Opus 62 n° 6 Allegretto Grazioso (La Majeur) 1842 Chanson de Printemps — 18 Opus 53 n° 4 Adagio Cantabile (Fa Majeur) 1841 — 19 Opus 67 n° 4 Presto (Ut Majeur) 1843 La Fileuse — 20 Opus 102 n° 1 Andante, un Poco Agitato (Mi Mineur) Posthume  — 21 Opus 62 n° 3 Andante Maestoso (Mi Mineur) 1843 Marche Funèbre — 22 Opus 62 n° 5 Andante Con Moto (La Mineur) 1844 Chanson du Gondolier Vénitien — 23 Opus 38 n° 2 Allegro Non Troppo (Ut Mineur) 1837 — 24 Opus 38 n° 6 Andante Con Moto (Lab Majeur) 1837 Duetto

 

10/159
Mendelssohn
Œuvres pour violoncelle et piano

Valérie Aimard, violoncelle
Pierre-Laurent Aimard, piano

Enregistré du 10 au 13 septembre 1993, à Marseille

Lyrinx, 1997.

1. Variations concertantes en ré majeur op. 17 — 2-4. Sonate n° 1 en si bémol majeur, op. 45 — 5. romance sans paroles op. 109 — Sonate n° 2 en ré majeur, op. 58

 

09/159
Mendelssohn
Srtrings quintets
Les quintettes à cordes

The Raphael Ensemble

Enrefitré à Bristol les 323-25 juin 1997

Hipéríon, CDA 66993, 1998

1-4. Quintette à cordes n° 1 en ma majeur op. 18 — 5-8. quintette à cordes n° 2 en si bémol majeur op. 87.

 

07/159
Félix Mendelssohn-Bartholdy
Œuvre intégrale pour quatuor à cordes (volume3)

Artis Quartett (vienne)

Enregistré à Zurich en 1989

ACCORD, DP 200682, 1989

1-4. quatuor op. 44 n° 1 — 5-8. Quatuor op. 44  n° 3 — 9-10. Quatuor op. 81

 

06/159
Mendelssohn
quatuors à cordes

Cherubini quartett

Enregistré en 1989 et 1990 en Suisse et aux Pays Bas

EMI, 1992

Disque 1 : 1-4. Quatuor n° 1 en mi bémol majeur op. 12 — 5-8. Quatuor n° 2 en la mineur — Disque 2 : 1-4. Quatuor n° 3 en ré majeur op. 44.1 — 5-8. Quatuor n° 4 en mi mineur op. 44.2 — Disque 3 : 1-4. Quatuor n° 5 en mi bémol majeur op. 44.3 — 5-8. Quatuor n° 6 en fa mineur op. 80

 

05/159
Félix Mendelsohn Bartholdy
Octet pour 4 violons, 2 altos et 2 vionloncelles en mi bémol majeur op. 20
Niels Wilhelm Gade
Octet pour 4 violons, 2 altos et 2violoncelles

L'Archibaldi & Smithsonian Chamber Players

Sony, SK 48307, 1992

 

04/159
Félix Mendelssohn Bartholdy
Concerto pour violon et orchestre en mi mineur op. 64
Max Bruch
Concerto pour violon et orchestre n° 1 en sol mineur op. 26

Anne-Sophie Mutter, violon
Berliner Philharmoniker
Herbert von Karajan

Deutsche Grammophon, 400 031, 1981

 

03/159
Mendelssohn Barthodly
Lieder

Barbara Bonney, soprano
Geoffrey Parsons, piano

Enregistré en 1991

Teldec, 2292-44946

Auf Flügeln des Gesanges, op. 34, 2 (Heinrich Heine) — Die Liebende schreibt, op. 86, 3 (Johann Wolfgang von Goethe) — Ferne, op. 9, 9 (Johann Gustav Droysen) — Es weiB und rat es doch keiner, op. 99, 6 (Joseph von Eichendorff) — Pagenlied, Wo0 (Joseph von Eichendorff) — Suleika, op. 34, 4 (Johann Wolfgang von Goethe/ Marianne von Willemerp) — Suleika, op. 57, 3 (Johann Wolfgang von Goethe / Marianne von Willemer) — Frage, op. 9, 1 (Johann Heinrich Voss) — Der Mond, op. 86, 5 (Emanuel Geibel)  ! Frühlingslied, op. 71, 2 (Karl Klingemann) — Frühlingslied, op. 34, 3 (Karl Klingemann) — Verlust, op. 9, 10 (Heinrich Heine ; composé par Fanny Mendelssohn) — Die Nonne, op. 9, 12 (Ludwig Uhland ; composé par Fanny Mendelssohn) — Sehnsucht, op. 9, 7 (Johann Gustav Droysen ; composé par Fanny Mendelssohn) — Der BlumenstrauB, op. 47, 5 (Karl Klingemann) — Frühlingslied, op. 47,3 (Nikolaus Lenau) — Im Herbst, op. 9, 5 (Karl Klingemann) — Neue Liebe, op. 19a, 4 (Heinrich Heine) — Sonntagslied, op. 34, 5 (Karl Klingemann) — Wenn sich zwei Herzen scheiden, op. 99, 5 (Emanuel Geibel) — Romanze, op. 8, 10 (de l'espagnol) — Frühlingsglaube, op. 9, 8 (Ludwig Uhland) — Winterlied, op. 19a, 3 (du suédois) — Erster Verlust, op. 99, 1 (Johann Wolfgang von Goethe) — Bei der Wiege, op. 47, 6 (Karl Klingemann) — Nachtlied, op. 71, 6 (Joseph von Eichendorff) — Andres Maienlied, op. 8, 8 (Ludwig Heinrich Halty)

 

02/159

Felix Mendelssohn-Batholdy
Les chants pour voix d'hommes

Die Singphoniker

Alfons Brandi, ténor — Christoph Rösel,ténor — Ludwig Thomas, baryton — Berno Scharpf, baryton — Gunnar Mühling, basse-baryton — Christian Schmidt, basse

EPO 999 091, 1994

Sechs Lieder für vier Männerstimmen op. 50 (1839/40) : Türkisches Schenkenlied — Der Jager Abschied — Sommerlied Wasserfahrt Liebe und Wein — Wanderlied —Zwei geistliche Chöre für Männerstimmen op.115 (1845) : Beati mortui — Periti autem — Ersatz für Unbestand op. posth. — Vier Lieder für vierstimmigen Mânnerchor op. 75 (1839-44) : Der frohe Wandersmann — Abendstdndchen — Trinklied — Abschiedstafel —Nachtgesang op. posthumeVier Lieder für vierstimmigen Mannerchor op. 120 (1837-47) : Jagdgesang — Morgengruß des thüringischen Süngerbundes — lm Süden — Zigeunerlied — Lieb und Hoffnung — Jägerlied — Lob der Trunkenheit — Lob des Weines — Worauf kommt es überall an

 

01/159
Félix Mendelssohn-Bartholdy
Paulus

Rachel Yakar, soprano — Brigitte Balleys, alto — Markus Schäfer, ténor — Thomas Hampson, basse — Inger Marie Thomsen, orgue — Alexandre Rabinovitch, violon

Chœur et orchestre Gulbenkian (Lisbonne)
Direction, Michel Corboz

Enregistré en 1986

ERATO 2292 45279, 1993

Disque 1 : 1.Ouverture - Andante con moto — 2. Herr, der du bist der Gott — 3.      Allein Gott in der Höh' sei Ehr' und Dank — 4. Die Menge der Gläubigen — 5. Dieser Mensch hört nicht auf zu reden — 6. Und sie sahen auf ihn alle — 7. Jerusalem, die due tötest die Propheten — 8. Sie aber stürmen auf ihn ein — 9. Und sie steinigten ihn  — 10. Und die Zeugen legten ab - Siehe, wir preisen selig — 11.     Saulus aber zerstörte die Gemeinde  — 12. Und zog mit einer Schaar gen Damaskus — 13. Und als er auf dem Wege war — 14. Mache dich auf, werde Licht - Wachet auf! rufet uns die Stimme — 15. Die Männer aber die seine Gefährten waren — 16. Gott sei mir gnädig — 17. Es war aber ein Jünger zu Damaskus — 18. Ich danke dir, Herr, mein Gott — 19. Und Ananias ging hin - O welch' eine Tiefe des Reichtums —Disque 2 :  1. Der Erdkreis Ist Nun Des Herrn — 2. Und Paulus Kam Zu Der Gemeinde/So Sind Wir Nun Botschafte — 3. Wie Lieblich Sind Die Boten — 4. Und Wie Sie Ausgesand — 5. Da Aber Die Juden Das Volk sah'n / Ist Das Nicht Der Zu Jerusalem — 6. Paulus Aber Und Barnabas sprachen / Denn Also Hat Uns Der Herr Geboten — 7. Und Es War Ein Mann Zu Lystra / Die Gotter Sind Den Menschen Gleich gerworden / Und Nannten Barnabas Jupiter — 8. Seid Uns Gnadig Hohe Gotter — 9. Da Das Die Apostel Horten — 10. Da Ward, Das Volk Erreget Wider sie / Hier Ist Des Herren Tempel/Und Sie Alle Verfolgten Paulu — 11. Sei Getreu Bis In Den Tod — 12. Paulus Sandte Hin Und Liess fordern / Schone Doch Deiner Selbst — 13. Sehet, Welch' Eine Liebe — 14. Und Wenn Er Gleich Geopfert wird / Nicht Aber Ihm Allein

 

Jean-Marc Warszawski
2005
Révision 6 novembre 2008
Refonte du miroir de page, de l'iconographie, ajout bibliographique, 28 octobre 2013

TéléchargementsPresse internationale - Universités.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil, 06 06 61 73 41

Références / musicologie.org 2016

ISSN 2269-9910

Jeudi 2 Février, 2017