rectangle

À propos du site

S'abonner au bulletin
Liste de discussion
collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles & études
Textes de référence

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Annonces et annuaires
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Nouveaux livres
Périodiques

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale

bandeau encyclo
S'abonner au bulletin (courriel vide)

 A  B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[ 9e siècle ] [ 10e siècle ] [ 11e siècle ] [ 12e siècle ] [ 13e siècle ] [ 14e siècle ]
[ 15e siècle ] [ 16e siècle ] [ 17e siècle ] [ 18e siècle ] [19e siècle] [20e siècle]

Vina

 
Saraswathi, déesse de l'étude et de la musique
jouant de la vina dite de Saraswathi (il manque une calebasse)

La Vina est le plus ancien   instrument classique de la musique indienne (VIe siècle). C'est un des principaux instruments mentionnés par la littérature védique. Sa famille a comporté de nombreuse déclinaisons, décrites dans les traités de musique. La mythologie hindoue la donne comme une invention de Shiva, inspiré par les formes de son épouse Parvati.

Il s'agit d'un manche ajusté sur deux calebasses sur lequel des cordes sont tendues.


La vina de rudra comporte 22 à 24 frettes. Son manche est rond. Elle existe également sans frettes, et on la joue alors avec un plectre de cristal.

 


La vina de Vichitria a un manche plus large et plat, muni d'un caisse de résonance évasée à son extrémité

La plus répandue est aujourd'hui la vina de Saraswathi qui adopte sa forme actuelle au XVIIe siècle. Instrument de prédilection des femmes; elle est comme un gros luth  d'environ 1,50 m de long, à manche long évidé muni d'une calebasse. Il comporte alors une grosse caisse de résonance (kudam). Il a en général 24 frettes collées à la cire d'abeille, et sept cordes métalliques. Quatre sont principales (assujetties aux frettes), trois3 sont libres, jouées ensemble rythmiquement par le petit doigt de la main droite, et assurent le bourdon. Elle couvre un ambitus de quatre octaves et demie. On ne la joue pas posée devant soi, on la tient comme un luth, en tenant le manche dans la main droite, le kudam posé sur la cuisse.

Il y a deux méthodes principales de fabrication. Le manche et le kudam peuvent être des pièces (taillées dans du jaquier, un bois dur) séparées (la vina ottu) ou faite d'une seule partie (la vina egentha). cette dernière a une meilleure sonorité.