rectangle

À propos du site

S'abonner au bulletin
Liste de discussion
collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles & études
Textes de référence
Iconographie

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Nouveaux livres
Périodiques

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale

bandeau encyclo
S'abonner au bulletin (courriel vide)

 A  B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[ 9e siècle ] [ 10e siècle ] [ 11e siècle ] [ 12e siècle ] [ 13e siècle ] [ 14e siècle ]
[ 15e siècle ] [ 16e siècle ] [ 17e siècle ] [ 18e siècle ] [19e siècle] [20e siècle]

Encyclopédie de Diderot et d'Alembert

QUINTE
(Quinte fausse, quinte de flûte à bec, quinte de flûte traversière, quinte de violon, )

QUINTE, s. f. en Musique, est la seconde des trois consonnances parfaites. Voyez CONSONNANCE. Son rapport est de 2 à 3 ; elle est composée de quatre degrés diatoniques ou de cinq sons, d'où lui est venu le nom de quinte. Son intervalle est de trois tons & demi.
La quinte peut s'altérer de deux manieres ; savoir en diminuant son intervalle d'un semi-ton, & alors elle s'appelle fausse-quinte, & devroit s'appeller quinte diminuée ; ou en augmentant d'un semi-ton ce même intervalle, ce qui rend la quinte superflue. Desorte que la quinte superflue a quatre tons, & la fausse quinte trois seulement, comme le triton.
Il y a deux accords qui portent le nom de quinte, savoir l'accord de quinte & sixte, qu'on appelle aussi grande-sixte ou sixte ajoutée, & l'accord de quinte superflue. Le premier de ces deux accords se considere de deux manieres, savoir, comme un renversement de l'accord de septieme, la tierce du son fondamental étant portée au grave, c'est l'accord de grande sixte ; ou bien, comme un accord direct dont le son fondamental est au grave, & c'est alors l'accord de sixte ajoutée. Le second est un accord dominant en mode mineur au-dessous duquel on fait entendre la médiante, avec laquelle la note sensible fait quinte superflue. Voyez ACCORD.
Il est défendu en composition de faire deux quintes justes de suite par mouvement semblable entre les mêmes parties ; cela choqueroit l'oreille, & annonceroit une double modulation.
M. Rameau prétend rendre raison de cette regle par le défaut de liaison entre les accords. Il se trompe : premierement on peut former ces deux quintes, & conserver la liaison harmonique : secondement, même avec cette liaison, les deux quintes n'en sont pas moins mauvaises : troisiemement, il faudroit, par le même principe, étendre la regle aux tierces majeures ; ce qui n'est pas & ne doit pas être, car il n'appartient point à nos hypothèses de contrarier le jugement de l'oreille, mais seulement d'en rendre raison. (S)

QUINTE-FAUSSE, en Musique, est une quinte réputée juste dans l'harmonie, mais qui, par la force de la modulation, se trouve affoiblie d'un semi-ton. Telle est celle de l'accord de septieme sur la seconde note du ton en mode mineur.

La fausse-quinte est une dissonnance qu'il faut sauver ; mais la quinte-fausse peut passer pour consonnance, & être traitée comme telle quand on compose à quatre parties. Voyez FAUSSE-QUINTE. (S)

QUINTE DE FLUTE A BEC, (Luth.) instrument dont la figure & la tablature est semblable à celles de la flûte à bec. Voyez FLUTE A BEC. Elle sonne la quarte au-dessous de la taille décrite dans l'article cité, & l'unisson des deux octaves supérieures du clavecin. Cet instrument a une 16e d'étendue, comprise depuis l'ut de la clé, ou du milieu du clavecin jusqu'au d la re tout en-haut. Voyez la table du rapport de l'étendue de tous les instrumens.

QUINTE DE FLUTE TRAVERSIERE (Luth.) est un instrument entierement semblable à la flûte traversiere, & qui sonne la quinte au-dessus. Sa tablature & sa construction est entierement semblable, ensorte que cet instrument ne differe de la flûte traversiere ordinaire qu'en ce qu'il est plus petit dans la raison de 3 à 2. Voyez FLUTE TRAVERSIERE.

QUINTE DE VIOLON, (Luth.) instrument de Musique en tout semblable au violon, voyez VIOLON, dont il ne differe que parce qu'il est plus gros, & qu'il sonne la quinte au-dessous. Voyez la table du rapport de l'étendue des instrumens de Musique. L'accord à vuide est par quintes, & les cordes rendent à vuide en commençant par la chanterelle les sons la, ré, sol, ut. Cet instrument est aussi nommé taille & haute-contre de violon.

 © musicologie.org 2003 - 2008