rectangle

À propos du site

S'abonner au bulletin
Liste de discussion
collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles & études
Textes de référence
Iconographie

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Nouveaux livres
Périodiques

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale

bandeau encyclo
S'abonner au bulletin (courriel vide)

  A  B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[ 9e siècle ] [ 10e siècle ] [ 11e siècle ] [ 12e siècle ] [ 13e siècle ] [ 14e siècle ]
[ 15e siècle ] [ 16e siècle ] [ 17e siècle ] [ 18e siècle ] [19e siècle] [20e siècle]

Encyclopédie de Diderot et d'Alembert

Quarte
(quarte ; quarte de nazard)

QUARTE, s. m. en Musique, est la troisieme consonnance parfaite. (Voyez CONSONNANCE.) Son rapport est de 3 à 4. Elle est composée de trois degrés diatoniques ou de quatre sons ; d'où lui vient le nom de quarte : son intervalle est de deux tons & demi.

La quarte peut s'altérer en diminuant son intervalle d'un demi-ton, & alors elle s'appelle quarte diminuée, ou en augmentant d'un semi-ton ce même intervalle, & alors elle s'appelle triton, parce que l'intervalle en est de trois tons pleins ; il n'est que de deux tons, c'est-à-dire, d'un ton & deux semi-tons dans la quarte diminuée ; mais c'est un intervalle banni de l'harmonie, & admis seulement dans le chant.

Il y a un accord qui porte le nom de quarte & quinte ; quelques-uns l'appellent accord d'onzieme : c'est celui où, sous un accord de septieme, on suppose à la basse un 5e son, une quinte au-dessous du fondamental ; car alors ce fondamental fait quinte, & sa septieme fait onzieme ou quarte sur le son supposé. Voyez SUPPOSITION. Un autre accord s'appelle triton : c'est un accord dominant, dont la dissonance est portée à la basse ; car alors la note sensible fait triton sur cette dissonance. Voyez ACCORD.

Deux quartes justes de suite sont permises en composition, même par mouvement semblable, pourvu qu'on y ajoute la sixte ; mais ce sont des passages dont on ne doit pas abuser, & que la basse fondamentale n'autorise pas extrêmement. (S)

QUARTE DE NAZARD, (Luth.) jeu d'orgue ainsi nommé, par lequel sonne la quarte au-dessus du nazard, & un jeu de ceux qu'on appelle de mutation : ce jeu qui est de plomb, sonne l'octave au-dessus du prestant. Voyez la table du rapport & de l'étendue des jeux de l'orgue. Les basses sont à cheminée, & les dessus ouverts ; ou bien il est fait en fuseau, comme le nazard. Voyez NAZARD.

© musicologie.org 2003 - 2008