rectangle

À propos du site

S'abonner au bulletin
Liste de discussion
collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles & études
Textes de référence
Iconographie

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Nouveaux livres
Périodiques

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale

bandeau encyclo
S'abonner au bulletin (courriel vide)

 A  B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[ 9e siècle ] [ 10e siècle ] [ 11e siècle ] [ 12e siècle ] [ 13e siècle ] [ 14e siècle ]
[ 15e siècle ] [ 16e siècle ] [ 17e siècle ] [ 18e siècle ] [19e siècle] [20e siècle]

 La musique des Ouïgours

Extrait du texte de Jean During accompagnant le disque « Musique des Ouïgours », disque INEDITS / Maison des Cultures du Monde, 2002. Le beau et savant livret est consultable au complet :
http://mcm.bois.free.fr/booklet260113.pdf


Edjem Mukam

Les Ouïgours constituent une grande et ancienne ethnie turque orientale issue des Huns. D'abord établis dans l'actuelle Mongolie où ils formèrent un empire, ils occupèrent progressivement le Xinjiang à partir du IXe siècle. Ils vivent de nos jours principalement dans cette aire qui est devenue la plus vaste province de Chine Populaire.

Les fresques bouddhistes de Qyzyl, près de Kucha, (vers l'an 500) montrent des divinités musiciennes ou des scènes du paradis représentant des luths ronds à long manche et à trois cordes, des luths piriformesà quatre cordes, ainsi que des orchestres réunissant harpe arquée, cithare, hautbois, flûte traversière, flûte de pan, orgue à bouche, tambour en sablier, et divers idiophones.

Largement majoritaires au Xinjiang avec plus de 8 millions d'âmes, les Ouïgours se trouvent également à l'ouest, au Kazakhstan, dans la vallée de l'Ili, tandis qu'une importante diaspora s'est constituée dans différentes républiques voisines, en particulier durant la révolution culturelle chinoise. Ils sont 200.000 au Kazakhstan, et 300.000 en Ouzbékistan.

La musique des Ouïgours prend racine dans un passé culturel brillant, accumulant des éléments des antiques civilisations indo-iraniennes (Tokhariens, Sogdiens), le bouddhisme, le manichéisme, la culture turcique et enfin musulmane.

 Les Ouïgours sont proches des Ouzbeks par leur langue et leurs coutumes.Un de leurs points communs est la mise en forme du répertoire en grandes suites comparables aux nuba arabo-andalouses ou au Shash Maqâm tadjikouzbek. L'influence de la culture musulmane contribua peut-être à cette structuration et systématisation du répertoire, mais il ne faut pas perdre de vue que le principe de la suite (muqâm au sens où l'entendent les Ouïgours ainsi que les Tadjiks et Ouzbeks) existait bien avant la nuba moyen-orientale et pourrait même en être l'origine.

Le monument de la musique ouïgoure est le Onikki Muqâm, les « 12 Suites » dans douze modes (muqâm) différents, durant chacune environ deux heures dans la tradition de la région de Kachgar

Dans la version canonique de Kachgar, qui est la plus étendue, la totalité de ce répertoire comprend 242 mélodies, chantées sur 1.235 distiques. D'autres recensement font état de 316 unités (âhang). Dans la version kachgarienne, chaque muqâm comporte trois sections en plus de l'ouverture non mesurée (muqâm bashi).

L'idée de grouper les pièces en suites est liée à la culture des grandes villes et à la présence d'un pouvoir central. Ainsi dans chaque cité d'Asie Centrale s'est élaboré un répertoire de ce type. Ces suites ne sont pas destinées à la danse mais à l'écoute attentive, notamment dans les réunions mashrap, c'est pourquoi leurs mélodies sont plus élaborées que celles des suites de chansons et d'airs à danser appelées sanam.

En plus de ces répertoires, il existe dans chaque région, et notamment à Kachgar et Ili, un très grand nombre de chansons anciennes.

Les instruments


Dutär de Kashgar au Xinjiang (chine)

Le dutâr (dont le nom signifie « deux cordes ») est un luth à long manche largement répandu, sous des formes différentes, depuis le Kurdistan jusqu'au Xinjiang. En Asie centrale il est toujours monté de cordes en soie accordées en quinte, quarte ou à l'unisson, tandis qu'au Turkménistan et au Khorasan les cordes sont en métal depuis environ un demi-siècle.

Le dutâr ouïgour est le plus grand des instruments de cette famille, la longueur de corde vibrante atteignant 105 cm. Il est entièrement fait de bois de mûrier finement décoré d'incrustations d'os et de corne.

Le luth à long manche tanbur appartient également à cette aire. La forme ouïgoure est plus longue que les spécimens ouzbek, tadjik ou kashmiri, la corde vibrante atteignant 125 cm et couvrant deux octaves et demi.

Le ghijak est répandu dans toute l'Asie sous des noms et des formes variées. Il s'agit là d'une viole à pique dont la caisse est une sphère tronquée recouverte d'une peau de chèvre ou de poisson (image à gauche)

 

 

 

Discographie

Asie centrale
MUSIQUE DES OUÏGOURS
Traditions d'Ili et de Kachgar
disque INEDITS / Maison des Cultures du Monde, 2002. 

Ayshamgul Mamat, chant – Abdulaziz Hashimov, tanbur – Abdurashid Nâdirev, chant & dutâr – Aripjân Muhamadov, ghijak – Abdughani Tokhtiev, tanbur – Akram Hashimov, dutâr.

1.. Muqâm Rokhsari : muqâm bashi - 2. Chants de Kachgar - 3. Muqâm Chargâh : muqâm bashi -  4. Muqâm Oshshâq : dâstân & marghul - 5. Onikki Muqâm : marghul 1, 2, 3 - 6. Kocha nakhshes - 7. Dostlarim âmân - 8. Yâru - 9. Chants d'Ili [67]

Turkestan chinois
LE MUQAM DES DOLAN
Musique des Ouïgours du désert de Taklamakan
Disque INEDIT / Maison des Cultures du Monde, W 260126, 2005

1. Bash Bayawan - 2. Zil Bayawan - 3. Chöl Bayawan - 4. Ötang Bayawan - 5. Hudek Bayawan - 6. Dugamet Bayawan - 7. Bom Bayawan - 8. Sim Bayawan - 9. Jula

Liens

Le blog de Pseudo Ouïgour :  http://ouigour.over-blog.com/

Le Xinjiang de l'Ouest et du Nord, site Beijing Informations : http://www.bjinformation.com/fw-2005/2005.29/2005.29-w-china1.htm

Les Ouïgours, site de Chine Nouvelle : http://www.chine-nouvelle.com/chine/ethnies/ouigours.html

© musicologie.org 2007- 2008