bandeau encyclopédie
Actualités . Biographies . Textes . Annonces . Livres . Cédés . Agenda . Bulletin (abonnement) . . Recherche + annuaires .  Documents .  Analyses musicales . Collaborations . Nous soutenir . Contact

[9e siècle] [10e siècle] [11e siècle] [12e siècle] [13e siècle] [14e siècle]
[15e siècle] [16e siècle] [17e siècle] [18e siècle] [19e siècle] [20e siècle]

A  B  C  D  E   G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X   Z

Orchestrion

Orchestrion Friedrich Kaufmann. Présenté à la première exposition universelle de Londres en 1851.

1. Orchestrion — Nom donné par l'abbé Georg Joseph Vogler (1749-1814), maître de chapelle à la cour de Suède en 1786, à un orgue portatif de son invention dont il a achevé la construction à Rotterdam en 1790, à base d'anches libres (comme plus tard l'harmonium), sensibles à la pression de l'air pulsé.

2. Orchestrion — De la fin du xviiie siècle au début du xxe siècle, nom général donné aux instruments mécaniques tendant à un rendu orchestral, pilotés par des rouleaux à clous ou des cartons perforés. Il était à base de tuyaux d'orgue, d'anches libres, de percussions, de cordes frappées ou frottées.

Le cabinet de musique de Friedrich Kaufmann et fils à Dresde.

Le panharmonicon de Johann Nepomuk Maelzel (1772-1838), réalisé à Vienne en 1792, qui pouvait rendre les timbres du cor français, de la clarinette, de la trompette, du hautbois, du basson, de la flûte allemande, du flageolet, du tambour, de la cymbale et du triangle. Il fait l'objet de nombreuses copies. En 1810-1811, il est exposé en Allemagne, en Angleterre, et aux États-Unis d'Amérique à partir de juin 1811, par le facteur d'orgues William M. Goodrich, qui après avoir renvoyé l'original après juin 1812, en a construit une réplique en 1824. Son répertoire était essentiellement fourni par des marches populaires, des ouvertures, des rondos, de Haydn, Mozart, Chérubini, mais aussi la Wellingtons Sieg, opus 91 (La victoire de Wellington) de Beethoven, composé pour le panharmonicon, par la suite réorchestrée pour grand orchestre.

Le componium de Diederich Nikolaus Winkel (1777-1826), en 1821, comprenant des tuyaux d'orgue en bois et en métal, un triangle et un tambour, mus par deux rouleaux cloutés. II est conservé au musée des instruments de musique de Bruxelles.

D'autres se nomment, Harmonichord (réunit piano et violon, mais se joue au clavier), Xylosistron, Xylharmonikon... Chordaulodion (piano, flûte, piccolo et triangle), Symphonion (flûte, piccolo clarinette, piano et musique de janissaires), Salpingion (9 trompettes et deux timbales), belloneon (trompettes et timbales).

 

Orchestrion Imhof & Mukle, 75 notes, 210 tuyaux, vers 1860.

 

Weber Solea (Waldkirch, Allemagne), 1914.

Bibliographie

Wolf Rebecca, Die Musikmaschinen von Kaufmann, Mälzel un Robertson: eine Quellenedition. Preprint (5), Deutsches Museum 2012

Démonstration d'instruments par Friedrich Kaufmann et son fils à Buckingham Palace : Harmonichord (à gauche), orchestrion (au centre), et un automate joueur de trompette. The Illustrated London News, 5 juillet 1851.

Friedriech Kaufmann jouant l'Harmonichord.

Friedrich Kaufmann, mort en 1866.

rectangle textes

Téléchargements -  Presse internationale -  Universités - À propos.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41

musicologie.org 2017
ISSN 2269-9910

Dimanche 15 Janvier, 2017