rectangle

musicologie

Encyclopédie musicale

 

9e siècle 10e siècle
11e siècle 12e siècle
13e siècle 14e siècle
15e siècle 16e siècle
17e siècle 18e siècle
19e siècle 20e siècle

rectangle_actu

rectangle

rectangle

bandeau encyclo

 

Hémiole

Hémolien

Couramment, ce terme est synonyme en musique de « 2 contre 3 », c'est-à-dire la superposition d'un rythme binaire et d'un rythme ternaire, par exemple des triolets simultanément à des croches dans une autre voix, il faut alors jouer dans une même battue trois notes dans une partie contre deux à une autre partie.

Premières mesures du 19e nocturne de Frédéric Chopin. Court passage en hémiole.

Dans l'arithmétique ancienne; ce terme « hémiole » désignait une proportion dans laquelle le second terme contient le premier plus sa moitié, comme 2 : 3, soit x : (x +x/2), ou une proportion de 1 à 1,5.

Dans les théories anciennes de musique, cette proportion a son importance, parce qu'elle est la proportion de corde qui donne l'intervalle de quinte.

Jean-Pierre Migne, Dictionnaire de plain-chant et de musique religieuse, 1860 (t. 22 de la « Nouvelle encyclopédie théologique »).

HÉMIOLE — Mot grec qui signifie le tout plus sa moitié, et qu'on avait appliqué au système des proportions. Il exprime le rapport des quantités de 3 à 2.

« C'est en général, dit Brossard, cette espèce de proportion où le plus grand nombre contient le mus petit une fois et en outre la moitié du plus petit, comme 3. 2. — 6. 4. — 12. 8 — 16. — 48. 32, etc. Mais spécialement on nomme ainsi une espèce de triple dont toutes les notes sont noires, ou comme disent les Italiens, oscure ou oscurate. Si les notes sont carrées ou en losange sans queue, pour lors la carrée vaut deux temps et la losange n'en vaut qu'un, et il faut deux noires avec une queue et quatre croches pour un temps, etc., et on la nomme hemiola maagiore parce qu'elle demande qu'on balle fa mesure gravement. Mais si la plus grosse note est une noire losangée, pour lors elle vaut deux temps, une noire un temps, deux croches un temps, etc. On bat la mesure gaiement, et on l'appelle hemiola minore.

« Ces notes noires soit carrées ou losangées sont tellement affectées à la mesure triple ou ternaire, qu'il n'est pas nécessaire ni d'usage de mettre devant aucun des signes de la mesure triple, la seule couleur et figure des notes le dénote assez. Et du moment que ces notes reviennent à leur figure ordinaire, c'est-à-dire à être blanches, ou vides dans le milieu, il n'est pas nécessaire de mettre aucun signe pour avertir qu'il faut changer la mesure et la battre à eux ou à quatre temps.

Hémiole. — « Mot grec qui signifie l'entier et demi, et qu'on a consacré en quelque sorte à la musique. Il exprime le rapport de deux quantités dont l'une est à l'autre comme 15 à 10, ou comme 3 à 2 : on rappelle autrement rapport sesquialtère. »

« C'est de ce rapport que naît la consonnance appelée diapente ou quinte; et l'ancien rythme sesquilatère en naissait aussi. »

(J.-J. Rousseau.)

HÉMOLIEN — « C'est le nom que donne Aristoxène à l'une des trois espèces du genre chromatique, dont il explique les divisions. Le tétracorde y est partagé en trois intervalles, dont les deux premiers égaux entre eux, sont chacun la sixième partie, et dont le troisième est l'un des deux tiers. 5 + 5 + 20 = 30.

(J.-J. Rousseau.)

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41

À propos - contact
S'abonner au Bulletin
Liste musicologie.org

Flux RSS

Biographies de musiciens
Encyclopédie musicale
Articles et études
La petite bibliothèque

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Nouveaux livres
Nouveaux disques
Agenda

Petites annonces
Téléchargements

Presse internationale
Colloques & conférences
Universités françaises

Collaborations éditoriales

Soutenir musicologie.org


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

Mardi 22 Novembre, 2016 16:21