bandeau encyclopédie
Actualités . Biographies . Textes . Annonces . Livres . Cédés . Agenda . Abonnement au bulletin .Recherche + annuaires .  Documents .  Analyses musicales . Collaborations . Nous soutenir . Contact . .
[9e S.[10e S.[11e S.[12e S.[13e S.[14e S.]  [15e S.[16e S.[17e S.]   [18e S.]   [19e S.[20eS]
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Musique baroque

Le concept de « musique baroque » est une périodisation à but commercial peut-être politique et partiellement scolaire. La  musique baroque serait celle qui aurait été composée entre 1600 et 1750. C'est à dire depuis les balbutiements de la musique dite tonale, avec les premiers opéras italiens et Monteverdi, jusqu'au traité d'harmonie (Jean-Philippe Rameau), qui marque la maturité du système.

En réalité on marque la fin du baroque musical avec Jean-Sébastien Bach, formidable figure musicale, mais aussi formidable construction idéologique, sur l'accomplissement historique.

En réalité, il est difficile d'imaginer une unité stylistique sur une si longue période et une localisation incertaine ;  il est aussi quelque peu farfelu, de ranger tous les événements musicaux de cette période, au compte d'une supposée musique baroque.

Même si on a conscience qu'il s'agit des musiques pratiquées dans les maisons princières et les grands centres religieux, des pays européens dominants, il conviendrait d'adopter des catégorisations musicalement plus concrètes : école des organistes allemands, classicisme français, classicisme vénitien, ou pour l'époque et le contexte de Monteverdi, de « seconda prattica », ou de musique expressive.

Le fait de considérer qu'un opéra de Monteverdi et que l'œuvre de Jean-Sébastien Bach constituent les bornes d'une période historique, à la fois homogène et portée par une logique de durée assignable, est une pure vue de l'esprit.

Tout ce qu'on peut avancer pour justifier « une période baroque » est historiquement faux.

Par contre, on peut considérer que ce concept de « baroque », spécifie un mouvement contemporain, avec un engouement public pour les musiques tonales d'avant le romantisme, et un intérêt des musiciens pour les questions d'interprétation. En quelque sorte une réaction contre l'académisme, y compris pour les questions d'interprétation. En quelque sorte, une symétrie à la musique contemporaine.

Notons au passage que « baroqueux  » et  « contemporains  », justifient leur démarche par un certain respect historique. Les uns pensent reconstituer le passé, les autres croient (ont cru) suivre le sens de l'histoire.

rectangle textes

Bibliographie

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Mardi 15 Janvier, 2019

© Musicologie.org 2019.