rectangle

À propos du site

S'abonner au bulletin
Liste de discussion
collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Discographies
Articles & études
Textes de référence
Iconographie

Analyses musicales
Cours d'écriture en ligne

Petites annonces
Téléchargements

Vu et lu sur la Toile
Presse internationale
Forums et listes

Colloques & conférences
Universités françaises
Universités au monde
Quelques bibliothèques
Quelques Institutions
Quelques éditeurs

Nouveaux livres
Périodiques

Bulletin Officiel
Journal Officiel
Bibliothèque de France
Library of Congress
British Library
ICCU (Opac Italie)
München (BSB)
BN Madrid
SUDOC
Pages jaunes
Presse internationale

bandeau encyclo
S'abonner au bulletin (courriel vide)

 A  B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[ 9e siècle ] [ 10e siècle ] [ 11e siècle ] [ 12e siècle ] [ 13e siècle ] [ 14e siècle ]
[ 15e siècle ] [ 16e siècle ] [ 17e siècle ] [ 18e siècle ] [19e siècle] [20e siècle]

 Les mots de la musique
en langue populaire

LA : La note d'une chose, le mot d'ordre, le signal. Donner le la, indiquer ce que l'on doit faire soit en paroles soit en action..

LARIFLA : Refrains.

LARME DE COMPOSITEUR : Virgule.

LAVABE : Billet de théâtre acheté à prix réduit.

LECTRIN : Pupitre qui supporte un livre; d'où lutrin. Vieux mot à tort hors d'usage, car on ne le remplace que par une périphrase.

Il y en avait (des lectrins) à mécanisme ingénieux pour mouvoir dans les salles d'étude, et sans les déplacer, les énormes volumes en parchemin. Il y en avait de longs pour servir dans les bibliothèques; il y en avait de toutes formes dans le choeur des églises, mais l'ange et l'aigle aux ailes déployées étant la plus ordinaire, on disait couramment l'ange et l'aigle- pour le pu-pitre. » (LÉON DE Lanoxue.)

LERIDA : Refrain de chanson satirique qui date du siège de Lerida, Catalogne (Espagne), siège que le prince de Condé fut obligé de lever. On donna pendant le XVIIe siècle le nom de lerida à tout couplet satirique.

Lever la jambe : Danser le chahut (dict. Lachartes 1893)

LIBERA (CHANTER LE) : Chanter la prière des morts. Latinisme. Libera est l'impératif du verbe liberare, délivrer.

      Voilà qu'elle succombe,
      Elle est dans l'autre monde,
      Puisqu'elle est dans la tombe,
      Chantons son libera,
      ah! ah! ah! Soyons dans la tristesse,
      Et que chacun s'empresse,
      Regrettant sans cesse, esse, esse, esse,
      Ses charmes, ses appas, ah! ah! ah!

(La Belle Bourbonnaise.)

Libretailleur (s. m.] : Librettiste sans talent, qui taille dans le répertoire d'autrui (dict. Lachartre 1893)

RIGODON : Même sens que rigadin [RIGADIN. Soulier, pour ripatin.]

RIGODON : Danse. Pincer un rigodon, danser.

      Je veux redire un hymne lent...
      Pour les grands gars, pour les garçailles
      Qui dansent dans tous les pardons
      Les gavottes, les rigodons
      Où s'accordent les fiançailles.

(JEAN PLEYBER, Cendres.)

RIGODON : Aubade donnée aux lauréats des lycées.

Dans l'ivresse du triomphe, les lauréats de la Sorbonne s'imaginent que la nomination honorable qui leur a valu l'admiration de la famille, un baiser de M. Spuller et une petite aubade — appelée, à la cible, un rigodon, — sera la « Sésame, ouvre-toi » de la destinée et qu'ils n'ont pas à se presser pour occuper, dans le théàtre du succès, un fauteuil numéroté et d'avance retenu pour eux. C'est une illusion très douce et très dangereuse.  (Le Mot d'Ordre.)

RIGODON : (Jour du). Temps de la révolution sociale ou anarchiste, littéralement: jour de la danse.

        Aux policiers, aux renégats,
        Leur compte sera bon
        Aux jours du rigodon!
        Dansons la Communarde,
        Et tenons bon (bis).
        Dansons la Communarde,
        Et tenons bon,
        Nom d'un nom !

(La Communarde)

SIFFLE : Voix, bouche.

SIFFLER : Boire.

« J'avais ma place réservée à une table de bois blanc dans l'angle de la grande salle commune, et je restais làà fumerma pipe, enrêvassaut, en regardant les gens du bourg qui, près de moi, sifflaient des bouteilles ou jouaient au billard. »        (FERNAND VANDEREM.)

SIFFLER AU DISQUE : Attendre, demander principalement de l'argent; allusion au mécanicien d'une locomotive qui siffle au disque pour demander passage.

— Rien à fairede cette femme-là... J'ai sifflé au disque assez longtemps... Pas mèche... La voie est barrée. — Nous savons votre façon de siffler, au disque, dit Christian...

SIFFLER LA LINOTTE : Attendre vainement quelqu'un ; en autre terme argotique, faire le pied de grue.
« Le peuple, au lieu de faire le pied de grue, s'est mis à siffler la linotte, parce qu'il n'ignore pas qu'on perd son temps et sa peine eu voulant siffler cette bête évaporée. » (EMILE GOUGET.)

SIFFLET : Cou, gosier, gorge. Se rincer le sifflet, boire. Couper le sifflet, égorger, guillotiner.

        Les aminches et les gigolettes,
        Ceux de Belleville et de la Villette,
        Viendront nous voir couper le sifflet
        Si ça leur fait pas trop d'effet...

(SELLIER, dit le Manchot de Montmartre.)

Se dit aussi pour surprendre, étonner; même sens que couper la chique.

SIFFLET : L'habit noir, appelé ainsi à cause de la forme.

« Derrière Harimina, formant un groupe sympathique, voici le père, en sifflet, la mère, en robe de velours à traîne, les quatre demoiselles d'honneur, essaim bourdonnant de petites demi-vierges, aux grands yeux luisant de prometteuses précocités » (ÉMILE BLAVET.)

On dit aussi siffletd'ébène.

Dans une invitation à un dîner de la Société nationale des professeurs de français en Angleterre, on lit ce nota bene : N. B. — On est prié de ne pas endosser le « sifflet d'ébène », alias habit noir — evening dress, comme disent les Anglais.

SIFFLET : Canon; argot militaire. SIFFLET (AVALER SON). Mourir.

« Sheffield avait d'excellentes raisons pour ne pas se soucier de prouver son identité, aussi, d'un revers de main, se débarrassa-t-il de l'agent; mais le voyant porter son sifflet à ses lèvres, il le lui enfonça dans la bouette avant qu'il eût pu en tirer un couac, et si profondément que le malheureux ne put le recracher.

— Voilà, dit cyniquement Sheffield, ce qui s'appelle avaler son sifflet! »

(HECTOR FRANCE, La Taverne de l'Éventreur.)

SIFFLEUR : Professeur de droit en chambre qui prépare les candidats aux examens.

« On dit que Le Gendre qui n'est qu'un misérable siffleur, logé dans un galetas auprès de Notre-Dame, a tous les ans plus de récipiendaires que Bocage qui est un habile docteur. »

musicologie.org 2005-2008
Révision le 12 septembre 2008