bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte —— La musique instrumentale de Beethoven à Schubert.

La 5e symphonie de Franz Schubert

Symphonie no 5 en si bémol majeur, D 485.

Symphonies nos 1 (D 82), 2 (D 125) et 3 (D 200) ; no 4, « Tragique », D 417 ; no 5, D 485 ; no 6, D 589 ; no 8, « Inachevée », D 759 : no 9, en ut majeur, D 944 : ébauches ; ouvertures.

Écrite en 1816, cette cinquième symphonie est l’incontestable chef-d’œuvre symphonique de la période juvénile de Schubert. Celui-ci revient à un effectif orchestral modeste en même temps qu’à ses premières amours. « L’esprit des trois premières y est porté à sa perfection. Son incursion prématurée dans le domaine beethovénien, il ne l'a pas faite en vain. Elle lui permet […] de s’exprimer avec plus de perfection aisée dans le langage de Haydn et de Mozart. Il sait maintenant ce qu’il est capable de composer dans un genre qu’il a l’intention de dépasser, qu’il dépasse déjà. Dans sa cinquième symphonie, il dit adieu aux maîtres de sa jeunesse. On a déclaré, à propos de cette œuvre qui fait charnière, qu’elle était la symphonie « Haffner » de Schubert : elle parachève un genre, elle en annonce un autre. » 126

Mozart est bien présent en effet dans cette œuvre qui est un sujet permanent d’émerveillement, que ce soit par la fraîcheur et la vivacité de  l’invention mélodique, par la simplicité et la rigueur de la forme ou encore par une retenue toute classique dans l’expression. Ses deux mouvements centraux (andante et menuet) renvoient d’ailleurs très clairement à la symphonie en sol mineur K 550 du génial Wolfgang. L’apparentement est même tel que, selon Brigitte Massin, certains musicologues ont émis l’hypothèse qu’en composant cette symphonie, Schubert serait parti délibérément de ce modèle avec l’intention de lui donner une réplique optimiste et légère. Auquel cas le résultat n’en serait que plus remarquable, car non seulement la réussite du jeune compositeur est cette fois totale, mais de plus et c’est  frappant dans le vaste andante con moto, le ton et la manière peuvent rester très personnels. Le finale, d’une allégresse débridée, semble même ne plus rien devoir à personne : « Bondissant, d’une verve épanouie, il ne connaît aucune faiblesse dans sa dynamique. La sûreté de main du compositeur est ici évidente ; l’équilibre du plan du mouvement, l’utilisation du matériau sonore, le choix du thème et la ressource offerte par les différents éléments qui le composent, si bien utilisés dans le développement, le bonheur général de cet allegro vivace, laissent éclater, au terme des années d’études, les dons de symphoniste du jeune compositeur. »127

Franz Schubert, Symphonie no 5 en si bémol majeur, D 485, I. Allegro, II. Andante con moto, III. Menuetto, IV. Allegro vivace, par la Staatskapelle Dresden, sous la direction d'Herbert Blomstedt.

 

plumeMichel Rusquet
16 mai 2020

© musicologie.org

musicologie.org
 rss

Notes

126.Schneider Marcel, Schubert, « Solfèges », Ed. du Seuil, Paris  1957, p. 144.

127. Massin Brigitte, Franz Schubert, Fayard, Paris 1977, p. 750-751.


l'œuvre symphonique de Franz Schubert

Symphonies nos 1 (D 82), 2 (D 125) et 3 (D 200).

Symphonie no 4, en ut mineur, « Tragique », D 417.

Symphonie no 5, en si bémol majeur, D 485.

Symphonie no 6, en ut majeur, D 589.

Symphonie no 8, en si mineur, « Inachevée », D 759.

Symphonie no 9, en ut majeur, D 944.

Ébauches de symphonies

Ouvertures

 


À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil.
☎ 06 06 61 73 41 — ISNN 2269-9910.

 

bouquetin

Samedi 16 Mai, 2020 3:38