bandeau encyclopédie
Actualités . Biographies . Textes . Annonces . Livres . Cédés . Agenda . Bulletin (abonnement) .Recherche + annuaires .  Documents .  Analyses musicales . Collaborations . Nous soutenir . Contact . .
[9e S.[10e S.[11e S.[12e S.[13e S.[14e S.]  [15e S.[16e S.[17e S.]   [18e S.]   [19e S.[20eS]
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Virelai

Nom d'une forme poétique de la fin du xiiie siècle et du xive siècle, qui disparaît au xve siècle. Dans sa forme la plus simple, le virelai se compose d'une strophes rimée de deux vers, suivie d'une strophe refrain ou formule répétitive musicales (avec des paroles différentes), propre à la reprise en chœur.

Tel que

B  : couplet
B'  : couplet
B''  : couplet
A : refrain
etc.

Guillaume de Machaut, virelai Ay mi ! Dame de valour, par Marc Mauillon, Vivabiancaluna Biffi, Pierre Hamon.

Plus complexe, il mêle des strophes de différentes métriques, le refrain pouvant alors changer, mais par exemple avoir un mètre (en général court) et une assonance particuliers, comme une réponse régulière obstinée.  Il peut aussi débuter comme un rondeau, une strophe et une formule refrain qui est reprise à distance régulière (tous les huit vers, toutes les deux ou trois strophes).

Guillaume de Machaut, virrelai Comment qu'à moy lonteinne, par Marc Mauillon, Angelique Mauillon, Vivabiancaluna Biffi, Pierre Hamon.

Guillaume de Machaut (1300-1377) a écrit 33 virelais sous le terme de chansons Baladées.

Le mot lui-même vient du mot virer (tourner), et peut évoquer le retour obstiné des formules ou la danse.

Quant je sui mis au retour

virelai de Guillaume de Machaut

Guillaume de Machaud, Quant je sui mis au retour, ensemble Elthin : Dáša Bejčková, Honza Pouska, Vladimír Švígler, Petra Kristová, Ivana Justov

Quant je sui mis au retour de veoir ma Dame,
Il n'est peinne ne dolour que j'aie, par m'ame.
Dieus! c'est drois que je l'aim, sans blame de loial amour

Sa biauté, sa grant doucour d'amoureuse flame,
Par souvenir, nuit et jour m'espient et enflame
Dieus! c'est drois que je l'aim, sans blame de loial amour

Et quant sa haute valour mon fin cuer entame,
Servir la weil sans fotour penser ne diffame.
Dieus! c'est drois que je l'aim, sans blame de loial amour

Je chante par couverture

virelai de Christine de Pisan

Je chante par couverture,
Mais mieux pleurassent mes oeils,
Ni nul ne sait le travail
Que mon pauvre coeur endure.

Pour ce muce ma douleur,
Qu'en nul je ne vois pitié.
Plus a l'on cause de pleur,
Moins trouve l'on d'amitié.

Pour ce plainte ni murmure
Ne fais de mon piteux deuil.
Ainçois ris quand pleurer veuil,
Et sans rime et sans mesure
Je chante par couverture.

Petit porte de valeur
De soi montrer déhaitié,
Ne le tiennent qu'à foleur
Ceux qui ont le coeur haitié.

Si n'ai de démontrer cure
L'intention de mon veuil,
Ains, tout ainsi comme je seuil,
Pour celer ma peine obscure,
Je chante par couverture

rectangle textes

Bibliographie

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

Dimanche 11 Mars, 2018

© Musicologie.org 2018.