bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

Nouveau cirque vietnamien, « À Ô Làng Phô », un voyage poétique au théâtre de Caen

 

Nouveau cirque vietnamien, « À Ô Làng Phô ». Photographie D.R.

Caen, 29 décembre 2015, par Alain Lambert ——

Après le Cirkus Cirkör suédois tricoteur de paix [voir notre chronique] le mois dernier, c'est un autre voyage poétique qui nous est offert en cette fin décembre.

Une quinzaine de jeunes Vietnamiens, pour un tiers féminin, tous danseurs, jongleurs, acrobates, tous bourrés d'énergie. Des paniers d'osier de toutes tailles, du tamis à la hutte, des bambous jusqu'à cinq mètres,  aussi assemblés en deux échafaudages mobiles pour le décor. À quoi il faut ajouter quatre concepteurs et quatre musiciens (percussions, guitare, cithare, luth, violon, guimbarde, bombarde et flûte) au fond de la scène le plus souvent.

Le metteur en scène, Tuan Le, est lui-même jongleur et a travaillé avec le Cirque du Soleil, le compositeur, Nguyen Nhat Ly, a étudié au  Vietnam et en France, son frère, Nguyen Lan Maurice, directeur artistique, a participé au Cirque Plume. Et le chorégraphe Nguyen Tan Loc est diplômé de danse contemporaine au Japon et en Allemagne.

Une diversité d'approches créatives pour nous conter le Vietnam d'hier et d'aujourd'hui en une succession foisonnante de tableaux circassiens et chorégraphiques tous très réussis, de la vie villageoise à la vie urbaine moderne. Les paniers servent à tout évoquer de la vie quotidienne à la faune étrange et humoristique (tortues, crabe, grenouilles, oiseaux) en mêlant acrobatie verticale et jonglage. Les bambous se déplacent en équilibre ou en voltige, puis servent à construire d'étranges parcours,  aussi une machine à paniers roulants. Quant aux tamis, ils deviennent des frisbees affolés que la longue file indienne doit esquiver en sautant ou se baissant. Le tout sous un astre d'osier  souvent lunaire.

La musique rythme l'ensemble en lui ajoutant d'autres couleurs, mêlant au jeu traditionnel un swing dansant qui évolue vers une sorte de rock trépidant et métallique, quand la guitare et la guimbarde s'emmêlent aux tambours. La vie urbaine passe de viet side story au hip-hop, après le travail à la chaîne frénétique dirigé au mégaphone et la gym dansée collective. Les échafaudages, installés dans le fond, deviennent des habitations dont les façades ouvertes nous laissent deviner la vie des habitants, toujours avec humour et poésie. Le final se fait de manière plus traditionnelle, d'abord un ballet de balais d'osier, très visuel, un numéro de voltige, et un rappel où les danseurs sont aussi les percussionnistes.  Avant un double défilé joyeux parmi les spectateurs, enthousiastes, et le dernier salut des artistes dans le hall.

Bref, un spectacle absolument complet et parfait pour cette fin d'année et le début de la prochaine, puisqu'il sera joué ce jeudi à 19h et vendredi à 17h. Ne le manquez pas.

Ensuite en janvier à Calais, au Havre, à Vélizy. Puis retour en France au printemps avec final en juillet à la Villette.

Au théâtre, en janvier, de la danse avec Y Olé de José Montalvo. Et du nouveau cirque en mars Celui qui tombe de Yoann Bourgeois. Entre autres.

Voir les infos sur le site.

 

 

 

 Alain Lambert
29 décembre 2015

 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2015

musicologie

Mercredi 30 Décembre, 2015 16:43

bandeau

musicologie

Soutenir musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert
alain@musicologie.org