bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

La Compagnie des Petits Champs et les Arts Florissants : Monsieur de Pourceaugnac

 

Monsieur de Pourceaugnac, Théâre de Caen. Photographie © Théâtre de Caen.

Théâtre de Caen, 19 décembre 2015, par Alain Lambert ——

Création 2015 ce soir, répétée au théâtre de Caen où les Arts Florissants ont été en résidence un quart de siècle. Avec la Compagnie des Petits Champs de Bernay, dirigée par Clément Hervieu-Léger. Un décor sobre, un quartier de Paris des années cinquante dans lequel va débarquer un drôle de M Mulot. Côté jardin, l'orchestre, dirigé par William Christie de son clavecin, lance le prélude joliment chanté, comme les autres intermèdes, par Claire Debono, Matthieu Lécroart et Erwin Aros.

Il s 'agit d'une comédie ballet de Molière écrite avec Lully pour la partie musicale. Côté Molière, pas de surprise, on se retrouve en terrain familier, le père stupide qui marie sa fille (Juliette Léger) au premier richard provincial venu (Gilles Privat), crétin de surcroît. L'amant de la fille (Guillaume Ravoire), lui, parisien agile ne manque pas de ressources ni d'amis (grassement payés). Et de nombreuses « machines » vont être mises en place pour faire fuir l'idiot prétendant. Les médecins armés de clystères, les deux mégères l'accusant de bigamie, les juristes le menaçant de la corde, les soudards quasi mussoliniens mimant la tentative de viol (à la limite du mauvais goût, là où Molière écrivait sobrement « ils le tirent avec violence »).

Les scènes avec les médecins, les mégères et les juristes sont très réussies. Et côté Lully, la musique s'intègre parfaitement aux rebondissements, les comédiens devenant chanteurs ou danseurs à leur tour.

Molière a eu la bonne idée de faire de l'ami ingénieux un Napolitain (Daniel San Pedro) qui convoque autour de lui une bande échappée de la Comedia del arte, dont la farce s'inspire librement. Et la scène du travestissement fonctionne à plein, comme dans le temps, malgré tout ce qu'on a pu voir depuis en la matière.

On sourit, parfois on rit, on apprécie grandement la musique. Un bon divertissement qui va tourner un moment en France et en Europe, avant de terminer sa course fin juin aux Bouffes du Nord, producteur du spectacle.

 

 Alain Lambert
Caen, 19 décembre 2015

 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2015

musicologie

Mardi 22 Décembre, 2015 12:00

bandeau

musicologie

Soutenir musicologie.org

Les derniers articles
d'Alain Lambert
alain@musicologie.org