S'abonner au bulletin

 

La musique en Picardie
du XIVe au XVIIe siècle

 

lamusique en Picardie

 

Cavicchi Camilla, Colin Marie-Alexis, Vendrix Philippe (direction), La musique en Picardie du XIVe siècle au XVIIe siècle. « Epitome musical », Breepols, Turnhout 2012 [456 p. ; ISBN : 978-2-503-53666-8 ; 100 €].

 

Voici un très très beau livre, dont le luxe typographique et iconographique pourrait dispenser d'en lire le contenu — parce qu'il vaut pour sa belle réalisation ou par peur de l'écorner —, sans compter le poids, 2,279 kg.

Ce livre est accompagné d'un très bon cédé, O gente brunette, des chants d'église des XVe et XVIe siècles, de compositeurs liés aux grands centres religieux de Picardie, par l'ensemble vocal Odecathon dirigé par Paolo Da Col.

Le titre n'est pas porteur d'une spécificité musicale, ni plus largement culturelle. Les décideurs politiques n'ont eu aucun respect pour les résultats des référendums de 1969 repoussant la régionalisation et celui de 2005 refusant encore plus nettement une organisation libérale de l'Europe politique. Le titre de ce livre évoque en filigrane, les manœuvres pour soustraire les nations du pouvoir politique de leurs peuples, par l'infranationalité des régions et la supranationalité de l'Europe. Les universités françaises — et la recherche — ayant été transformées en entreprises privées, ce sont donc de plus en plus les chefs d'entreprises et les responsables politiques, qui par le biais des financements ciblés, décident in fine des destinées de la recherche et de ses publications. On verra au bas du deuxième plat une dizaine de pictogrammes, où se mélangent curieusement ceux de centres de recherche, de sociétés savantes et d'assemblées politiques, avec cette légende  « Publication cofinancée par le fonds européen de développement régional ». CQFD, pour expliquer l'origine conceptuelle de ce livre.

Pour le bonheur du lecteur et du savoir, les 23 auteurs de ce beau livre comportant une trentaine d'articles ne se sont pas sentis obligés de forcer une spécificité musicale picarde, même si on dresse là une liste, bien inutile, des musiciens pouvant être associés à la région par la naissance ou l'activité. Comme le rappelle Jean-François Goudesenne, il ne s'agit pas, au Moyen-Âge, d'une région autonome, ou comme le remarque Alice Tacaille, les musiciens étaient très mobiles sur tout le territoire chrétien.

Il s'agit en fait d'une série d'études, aux angles d'attaque, méthodes, horizons épistémologiques divers, centrées sur de grands centres religieux — Les cathédrales de Laon, Amiens, Noyon, Senlis, Abbeville, les abbayes de Corbie, de grands centres urbains comme Saint-Omer ou Soissons, des thématiques avec les réjouissances ou la formation, des manuscrits, des musiciens ou des théoriciens comme Petrus de Cruce.

Le grand intérêt est que l'exercice demande de se pencher sur des lieux et des activités concrètes qui sont spécifiquement valables bien au-delà de la Picardie. Même si tel article reste collé sans imagination historienne au commentaire d'archive, que tel autre développe une thématique généraliste sans originalité, l'ensemble est réussi, et rejoint, les travaux du Centre d'Histoire « Espace Culture » de Cermont-Ferrand (sans en atteindre dans l'ensemble la virtuosité), avec Maîtrises et chapelles aux XVIIe et XVIIIe siècle (2004), Louis Grénon : Un musicien d'Église au XVIIIe siècle (2005), ceux d'Olivier Cullin, Laborintus, ou encore de Xavier Bisaro avec Chanter toujours, Plain-chant et religion villageoise dans la France moderne (xvie-xixe siècle), autant d'ouvrages qui s'éclairent et se complètent mutuellement, pour cerner non pas des particularismes régionaux, mais dans la longue durée des éléments spécifiques d'histoire touchant une grande partie de la chrétienté et de ses territoires.

 

Jean-Marc Warszawski
31 mars 2013

À propos      S'abonner au bulletin   Liste musicologie.org   Collaborations éditoriales  


Références / musicologie.org 2012

recherche

 

 rectangle

 

rectangle

 

rectangle