bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte —— La musique instrumentale de Beethoven à Schubert.

La 4e symphonie de Franz Schubert

Symphonie no 4 en ut mineur « Tragique », D 417  

« Si Haydn, et surtout Mozart, se profilaient derrière les trois premières symphonies, c’est à Beethoven que fait penser la quatrième, achevée en 1816 et baptisée plus tard « tragique » par le compositeur lui-même (un qualificatif qui laisse perplexe, malgré une gravité à laquelle la période pessimiste que traverse Schubert n’est sans doute pas étrangère). Ne serait-ce que par la tonalité choisie, ut mineur, Beethoven est présent : c’est, en effet, la tonalité de la cinquième Symphonie. »123  C’est également la tonalité de l’ouverture de Coriolan. « C’est donc une tonalité marquée du sceau de l’affrontement héroïque dans l’œuvre symphonique de Beethoven ; c’est ainsi que Schubert l’a perçue, et c’est le sens qu’il a probablement voulu donner à son œuvre en choisissant cet ut mineur. »124

Et parallèlement, par l’adoption d’un effectif renforcé (avec quatre cors), il a voulu une œuvre plus ample orchestralement qu’à l’accoutumée. Voilà pour les ambitions, et en effet l’œuvre « révèle une vigueur accrue, plus de personnalité, un grand souci de la construction et un essai d’unité. Mais on devine que Franz ne possédait pas encore en 1816 ni assez de savoir ni assez de maturité spirituelle pour exécuter son dessein. C’est du Beethoven hâtivement assimilé, imité avec une application touchante, mais avec une science formelle qui défaille. »125

On pointe en effet du doigt quelques faiblesses, principalement dans les deux derniers mouvements, mais l’œuvre demeure attachante et atteint une certaine grandeur. Surtout, elle ouvre des perspectives intéressantes sur les compositions à venir, en particulier dans un andante qui retient l’attention par ses qualités de construction, ses alternances d’atmosphères et ses transformations harmoniques.

Franz Schubert, Symphonie no 4 en ut mineur « Tragique », D 417, I. Adagio Molto, II. Andante, III. Menuetto, IV. Allegro, Chicago Symphony Orchestra, sous la directrion de Carlo Maria Giulini.

 

plumeMichel Rusquet
10 mai 2020

© musicologie.org

musicologie.org
 rss

Notes

123. Parouty Michel, dans Tranchefort François-René (dir.), « Guide de la musique symphonique », Fayard, Paris 2002, p. 691.

124.  Massin Brigitte, Franz Schubert, Fayard, Paris 1977, p. 731.

125.  Schneider Marcel, Schubert, « Solfèges », Ed. du Seuil, Paris  1957, p. 144.


l'œuvre symphonique de Franz Schubert

Symphonies nos 1 (D 82), 2 (D 125) et 3 (D 200).

Symphonie no 4, en ut mineur, « Tragique », D 417.

Symphonie no 5, en si bémol majeur, D 485.

Symphonie no 6, en ut majeur, D 589.

Symphonie no 8, en si mineur, « Inachevée », D 759.

Symphonie no 9, en ut majeur, D 944.

Ébauches de symphonies

Ouvertures


À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil.
☎ 06 06 61 73 41 — ISNN 2269-9910.

 

bouquetin

Vendredi 15 Mai, 2020 1:11