bandeau texte musicologie

Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Annonces . Agenda rssAbonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir

Caen, 12 mars 2019 —— Alain Lambert.

Le Paolo Fresu Devil 4tet au Conservatoire de Caen : diaboliquement jazz !

Paolo Fresu au Conservatoire de Caen. Photographie © Gérard Boisnel.

Le premier quartet avec guitare de Paolo Fresu à la fin du siècle dernier était déjà bien électrique, avec Nguyên Lê à la guitare, l'Angel 4tet, du nom d'une compo de Jimi Hendrix reprise sur le cédé. Puis un nouveau quatuor complètement italien s'est formé ensuite sur le même principe, le Devil 4tet dans la continuité. Avec Bebo Ferra à la guitare, Paolino Della Porta à la contrebasse et Stefano Bagnoli à la batterie.

Tous les quatre étaient hier sur la scène du conservatoire de Caen, de façon presque acoustique, celle du récent cédé Carpe Diem, amplifiés quand même, et avec pas mal de reverb pour la guitare et les cuivres. Plus quelques effets d’écho pour le bugle dans Un Tema per Roma ou le rappel final très Miles Davis. Un autre moment davisien, Moto Perpetuo beaucoup plus acoustique effectivement que dans leur premier album, mais tendant vers une transe répétitive palpitante.

Pas mal de ballades implexes aussi, In Minore, Secret Love, ou le premier rappel à la trompette, juste un thème, sans sourdine, avec l'élégance d'un Chet Baker. À qui plus tôt le morceau Gulio Libano était dédié, après une longue histoire autour des hôtels de charme en Toscane, à Lucca, où Chet résida avant d'aller rejoindre pour un an l'hôtel carcéral de la même ville pour cause de drogue. Paolo Fresu aime autant raconter la musique que la jouer. Et si Miles tournait le dos au public, lui se tient toujours de profil.

Les trois autres l'écoutent en souriant quand il jase, avant de se jeter avec lui dans la mêlée des thèmes annoncés. Quelques-uns sont aussi du contrebassiste, aussi grand que son instrument dont il parcourt les cordes avec agilité. Ou du batteur aux balais d'argent, qui, sans baguettes, donne d'autres couleurs à ses tambours et cymbales, et aussi une très grande puissance à l'ensemble. Quant au guitariste, au jeu électro-acoustique spécial Carpe Diem, passionnant, il contribue avec ses trois compères à faire de ce groupe un des phares de la scène jazz actuelle.

Paolo Fresu au Conservatoire de Caen. Photographie © Gérard Boisnel.

À partir de mardi prochain au Conservatoire, la nouvelle édition d'Aspects des musiques d'aujourd'hui, jusqu'au dimanche 24 mars, autour du compositeur Thierry Pécou. À découvrir l'ensemble du riche programme sur le site de l'Orchestre de Caen qui, pour le concert inaugural, sera dirigé par Kanako Abe.

Alain Lambert
12 mars 2019

 

Les derniers articles d'Alain Lambert

Les giboulées jazz  de mars en cinq superbes cédés —— Franck Ollu, Daniel Jeanneteau : Le Nain de Zemlinsky ou l'opéra de la cruauté —— Cinq galettes jazz pour la chandeleur —— Les collégiens de Bricbé, Magène et Kit Ashton chantent en normand —— Quatre cédés jazz pour bien démarrer l'année 2009 —— Les Arts Florissants : The Beggar's Opera actualisé par Robert Carsen et Ian Burton —— Nostra creuse le sillon du rock progressif d'aujourd'hui.

alain@musicologie.org
Alain Lambert, tous ses articles.

 

 

À propos - contact | S'abonner au bulletin Biographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

© musicologie.org 2019

bouquetin

Mercredi 13 Mars, 2019 21:26