bandeau texte musicologie

Michel Rusquet, Trois siècles de musique instrumentale : un parcours découverte.

II. Le xviie siècle baroque : France

La musique instrumentale de Jacques Champion de Chambonnières (1602-1672)

À tout seigneur tout honneur ! Certains ne verront dans la formule qu'une allusion perfide aux excès de personnalité d'un homme qui était réputé pour se comporter en grand seigneur et qui, par exemple, aimait à se déplacer dans la capitale dans un fastueux carrosse. En réalité, le propos vise, bien plus sérieusement, à mettre en exergue l'importance d'un musicien en qui on voit le père fondateur de toute une lignée de grands compositeurs clavecinistes.

Issu d'une famille de clavecinistes et d'organistes au service de la Chambre du roi, il suivit la même voie, succédant à son père comme claveciniste royal au service de Louis xiii, puis de Louis xiv, et composant une œuvre abondante dédiée en totalité à son instrument.

Son jeu, particulièrement raffiné, lui valut une grande réputation dans l'Europe entière, réputation en partie acquise à travers les concerts organisée par « l'Assemblée des honnêtes curieux » qu'il avait lui-même fondée. Et sa réputation de professeur ne fut pas moindre, lui qui forma les Couperin de la première génération, d'Anglebert, Nivers et Lebègue.

L'histoire l'honore avant tout pour avoir découvert quelques nouveaux talents, Louis Couperin en particulier, et pour leur avoir mis le pied à l'étrier. Il serait temps de le reconnaître pour la valeur propre de son œuvre dont certaines pièces comptent parmi les premiers joyaux du clavecin français.

L'œuvre de clavecin

Forte de quelque cent quarante-cinq pièces, l'œuvre de clavecin de Chambonnières, restée en grande partie manuscrite, nous est surtout connue à travers les soixante pièces réunies en deux livres que le musicien fit éditer en 1670, au soir de sa vie.

Le compositeur y « synthétise la stylisation des danses et les pièces à titre héritées des luthistes, les expériences venues d'outre-monts, les spéculations sur l'harmonie des sphères, et une ornementation idiomatique, nouvelle, de  chants naturels, tendres et bien tournés. »1

Toute cette musique est tournée vers la danse et se présente sous forme de suites dans la manière des luthistes. Ce « n'est pas une musique de virtuose. Et si l'on a pu lui reprocher une certaine froideur, elle est néanmoins raffinée, souvent tendre et gracieuse. »2  Sensibilité et poésie sont régulièrement au rendez-vous dans cet art d'improvisateur, bien au-delà des quelques pièces les plus volontiers citées (La Dunkerque, la Sarabande de la Reyne, la pavane L'Entretien des dieux…). c'est que, dans ces deux livres, on « découvre sans cesse, sous une apparente simplicité, des délicatesses d'oreille, des subtilités de rythme, une phrase qui s'alanguit sans prévenir, une autre qui soudain creuse plus profond qu'on ne l'aurait soupçonné… »3

Jacques Champion de Chambonnières, Sarabande, par Skip Sempe.

 

Jacques Champion de Chambonnières, Pavane (L'Entretien des dieux), par Ernst Stolz.

 

Jacques Champion de Chambonnières, Pièces de clavecin en ol, par Skip Sempe.

 

Jacques Champion de Chambonnières, Deux Préludes et Chaconnes en ut, par Skip Sempe.

 

Notes

1. Gaêtan Naulleau, Diapason , juillet/août 2002

2. Adélaïde de Place, La musique de piano et de clavecin, Fayard, 1998, p.207  

3. Guy Sacre , La musique de piano , Robert Laffont, 1998 , p.621

Notice biographique dans musicologie.org

 

Michel Rusquet
© musicologie.org
2013.




À propos - contact S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

musicologie.org
 rss

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
☎ 06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

 

cul_de_lampe

Jeudi 10 Septembre, 2020