Actualité . Biographies . Encyclopédie . Études . Documents . Livres . Cédés . Petites annonces . Agenda . Abonnement au bulletin . Analyses musicales . Recherche + annuaire . Contacts . Soutenir .

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Micheli Romano
v. 1575-ap. 1659

San Luigi dei Francesi de Rome.


Né vers 1575, à Rome, mort après 1659-1662, à Rome.

Ecclésiastique, compositeur, polémiste.

On déduit l'année de sa naissance du fait qu'il aurait eu 75 ans en 1650. Mais on ne sait rien ni de sa famille ni de son enfance. Les éléments biographiques figurent dans les préfaces de ses écrits.

Il a été un des élèves de Francesco Soriano et de Giovanni Maria Nanino.

En 1593, il est au service du duc de San Giovanni e conte di Camerata, à Rome.

Vers 1596-1598, il fait partie des musiciens du prince Gesualdo da Venosa à Naples, où il se lie avec des madrigalistes.

Vers 1605, il séjourne à Ferrare où il rencontre, entre autres, L. Luzzasco Luzzaschi.

En juin 1609, il est nommé maître de chapelle de la cathédrale de Tivoli, sur les recommandations de Francesco Soriano, alors maître de chapelle de Saint-Pierre au Vatican. Négligeant son service, il est accusé de mauvaise tenue. Au début de l'année 1610, le chapitre lui impose des conditions qu'il n'accepte pas et quitte son service le 31 janvier.

La même année 1610, il publie sa première œuvre imprimée, Psalmi ad officium Vesperarum, dédicacée au cardinal Federico Borromeo, archevêque de Milan, qui résidait à Rome à l'occasion de la canonisation de son cousin, Carlo Borromeo.

On suppose que Romano Micheli a suivi le cardinal à Milan, où il est certainement resté jusqu'en 1613, et où il a rencontré le maître de chapelle de la cathédrale, Giulio Cesare Gabussi (1555-1611) et l'organiste César Borgo, dont il a fait les éloges.

Psalmi ad officium Vesperarum, libro I, « Dixit Dominus », par Gloria Moretti, l'ensemble Cappella Artemisia, sous la direction de Candace Smith.

Il est ordonné clerc en 1611 et prêtre en 1614.

À Lodi, il rencontre Pietro Maria Marsolo (1580-1615), compositeur qu'il cite comme son modèle.

Il rencontre Adriano Banchieri, à Bologne, avec lequel il reste en correspondance.

En 1614, il est à Vensise, où il est à partir du 25 juillet, maître de chant à la basilique Saint-Marc.

En 1615, il dédicace un livre de psaumes à trois patriciens vénitiens, procurateurs de Saint-Marc. La même année, il dédicace sa Musica vaga et artificiosa à Hans Jakob Khisl von Kaltenbrunn, chambellan à la cour d'Autriche.

En 1616, il est maître de chapelle à la cathédrale San Stefano de Concordia Sagittaria et à celle d’Aquilée de 1618 à 1621 (sa Compieta, opus 4 de 1616 est dédicacée aux chanoines d'Aquileia).

Il espérait être nommé au poste de maître de chapelle de l'église del Gesù à Rome, mais c'est Anselmo Anselmi, neveu de l'influent chantre papal Vincenzo de Grandis qui obtient la place en 1621, ce dernier sera nommé à San Luigi dei Francesi de Rome en 1923, et Vincenzo de Grandis maître de chapelle pro tempore à la chapelle papale.

Un violent pamphlet, édité à Venise, d'un Filippo Kesperle (en réalité Romano Micheli) discrédite Vincenzo de Grandis et par contrecoup son neveu, peu apprécié par les musiciens. Ce dernier est renvoyé de San Luigi dei Francesi en mars 1625, Micheli est nommé à sa place, le 25 mars, grâce à l’intervention de l’ambassadeur du duc de Savoie.

La même année, il reçoit une somme d’argent considérable pour avoir organisé la musique d’une immense procession de pèlerins, organisée par la Confraternita della SS Trinità dei Pellegrini

Il quitte S Luigi dei Francesi en 1627.

En 1636, il est à Naples, où il a obtenu un canonicat.

De retour à Rome en janvier 1644, il brigue sans succès la succession de Monteverdi au poste de maître de chapelle à Saint-Marc de Venise, publie des canons dédicacés au marquis de Saint-Chamond, ambassadeur de France, cherchant des appuis pour être de nouveau nommé à San Luigi dei Francesi, mais Stefano Fabri obtient le poste.

Il réagit par une nouvelle publication polémique adressée au pape, sur la décadence de la musique à l'église et dénigrant Stefano Fabri, et le chantre papal Gregorio Allegri.

Cet écrit restant sans effet et sans aucune gratification, il continue à publier des canons et des fiches explicatives sur sa technique.

En 1645, il intervient dans la dispute entre Marco Scacchi, maître de la chapelle royale de Pologne et Paul Siefert, organiste de la Marienkirche de Dantzig, lequel considérait la musique italienne consistait comme « comedie, ariette, canzonette et autres bagatelles ». Micheli leur envoie ses Canoni musicali composti sopra le vali di più parole, en prétendant être l'inventeur du genre. Scacchi, prend des distances avec ce soutien, et indique en 1649, dans don Breve discorso sopra la musica moderna, que ce type de canon est une invention ancienne. Ce qui élargit la polémique, très suivie dans les milieux musicaux allemands et polonais.

À l'âge de quatre-vingts ans, il dédie au nouveau pape Alexandre VII (Fabio Chigi), le canon à douze voix Hic finis.

En 1658, dans Virtutes theologales, il se dit « approuvé par les plus grands compositeurs musicaux d'Europe » et annonce faire don de ses écrits et compositions à la bibliothèque du monastère augustin de Rome, où ils furent en effet conservés. Les imprimés furent versés à la bibliothèque du Conservatorio di S. Cecilia en 1873.

Ses fréquents séjours dans diverses villes italiennes et les nombreuses publications imprimées à ses frais suggèrent une aisance financière. En 1650, Athanasius Kircher a placé en frontispice de sa Musurgia universalis, le Canon angelicus 36 vocum de Micheli, qui a également de son vivant bénéficié des éloges du théoricien Giovanni Battista Doni et du compositeur  Virgilio Mazzocchi.

Catalogue des œuvres musicales

1610, Psalmi ad officium Vesperarum, libro I, à 3 voix et orgue.

1615, Musica vaga et artificiosa.

1615, opus 3, Salmi per i Vesperi, libro II, à 3 voix.

1616, opus 4, Compieta, à 6 voix et basse continue.

1621, Madrigale, in canone, à 6 voix.

1625, Dialogus annuntiationis, à 20 voix.

1633, opus 5, Specimina musices magis reconditas.

1644, Vivit Deus: canones super plurium verborum vocalibus.

1645, Canoni musicali composti sopra le vocali di più parole.

1650, Canone musicale, ad honore della concettione della BVM, à 4 voix.

1652, In honore del nome di Giesu e di Maria, canone musicale, à 5 voix.

1655, Hic finis: (non) plus ultra … canon super vocalibus, à 12 voix en trois chœurs.

1658, Virtutes theologales.



Écrits relatifs à la musique

Alli molt’illustri e molto reverdi sig. li sig. eccellentiss. musici della Cappella di N. S. et altri musici romani miei patroni osservandissimi

Avviso di una virtuosa, e publica esperienza che s’è fatta in Roma nell’insegnare di cantare in breve tempo

Avviso inviato de ma Romano Micheli insieme col foglio reale del canono musicale Fons signatus, alli famosi e peritissimi signori musici d’el di tutti gl’altri regni, e potentati miei patroni osservandissimi

Certezza d’artificii musicali, non piu fatti, contenuti nelli dieci oblighi della Messa à dieci voci; con la riposta all’oppositione, fatta dal sig. Abundio Antonelli [...] sopra la quantità di essi oblighi. Data in luce da Romano Micheli [...]

Copia di lettera con manoscritta mandate dal sig. Abundio Antonelli [...] a me Romano Micheli [...] con la riposta fattagli nella presente stampa dove si contengono l’esperienze di diversi studi di musica

Manifesto a Francesco Soriano meastro di cappella, et Gironimo Frescobaldo organista in S. Pietro di Roma

Virtuosa e publica esperienza che si fà in Roma, nell’insegnare di cantare in breve tempo

Virtuosa riposta che si fa da R. M. Musico alla virtuosa curiosità d’un musico peritissimo in Roma

Virtuoso avviso che si fà all’illustrissimi [...] prencipi, e baroni titolati della città di Napoli [...] sopra la nuova e facile maniera d’imparare à cantare in breve tempo, con due virtuose, e curiose promesse che si fanno alli peritissimi signori musici

Virtuoso aviso sopra li più dotti studi della musica, e del modo di accrescere il numero di cantori di bellissime vosi. (include: elenco di «Parte dell’opere di musica» del Micheli, Canoni musicali e un secondo aviso «sopra la nuova, e facile maniera d’imparare a cantare perfettamente in breve tempo»)

Virtuoso et publico invito che si fà alli peritissimi signori musici di questa città di Napoli

Virtuoso manifesto sopra li più dotti studi musica

 Jean-Marc Warszawski
Dictionnaire des écrits relatifs à la musique
Novembre 1995-19 janvier 2022


À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil. ☎ 06 06 61 73 41.

ISNN 2269-9910.

Mercredi 19 Janvier, 2022