bandeau texte musicologie

2 octobre 2021 —— Frédéric Norac.

La saison 2021-2022 du CMBV : une activité débordante

Après une saison 2020-21 un peu compromise pour les raisons que l’on sait, le Centre de musique baroque de Versailles vient de présenter sa nouvelle programmation. Les grands axes restent les mêmes : recherche, soutien à des projets artistiques, formation, médiation et action culturelle et bien sûr édition (partitions numériques et imprimées et CD). Toutes ces activités étant en général très liées et se nourrissant les unes les autres de façon organique, elles forment une grande nébuleuse au service de la musique baroque française des xviie et xviiie siècles français. Pour Nicolas Bucher, son directeur général, la diversité des actions et des partenariats est ce qui permet au Centre de rayonner largement à partir d’un petit point, en termes géographique, artistique et de variété des publics auxquels il souhaite continuer à s’ouvrir largement.

Du côté de la recherche, trois grands projets se détachent : le premier concerne « les dramaturgies nocturnes sur les scènes lyriques » ; le deuxième, la création du costume de scène au xviiie ; et le troisième se propose d’étudier les « Académies de concert au xviiie siècle ». Citons aussi un projet plutôt original et d’actualité, intitulé « MusiCovid / Astramusica » avec comme sous-titre : « s’adapter, résister, innover ». Tout un programme.

Parmi les projets artistiques, plusieurs résurrections d’opéras oubliés suscitent d’emblée une forte curiosité : Omphale de Jean-Baptiste Philibert Cardonne (1769) ; deux opéras pour Louis XV de Colin de Blamont, Le retour des dieux sur terre (1725) et Le caprice d’Erato (1729) ; Ariane et Bacchus de Marin Marais et la première version « inédite » de Zoroastre de Rameau (1749). Si les deux premiers sont des projets internationaux, un en Hongrie et l’autre en Finlande, le troisième fera l’objet d’un concert au Théâtre des Champs-Élysées avec le Concert spirituel et Hervé Niquet (le 4 avril) et le dernier à l’Atelier lyrique de Tourcoing avec Les Ambassadeurs d’Alexis Kossenko (30 avril).

La formation au CMBV, c’est d’abord l’école de la maîtrise avec les Pages de la Chapelle qui viennent tout juste de changer de directeur. Le nouveau, Fabien Armengaud, devrait porter plusieurs projets dont une production du Malade imaginaire (Molière/Charpentier) destinée aux collèges et lycées, et offrir plusieurs concerts à la Chapelle royale (Les jeudis musicaux). Cette année le CMBV fait appel à une cheffe en résidence, Emmanuelle Haïm, qui dispensera plusieurs masterclasses et dirigera deux concerts dans ce cadre avec les Pages et les Chantres.

Nicolas Bucher, directeur général du CMBV. Photographie © Pierre Combier.

À travers une série d’ateliers, sur des thématiques liées à la pratique, et destinés aux professionnels de la musique (la cadence ornée, la cantate française…), le CMBV se propose aussi d’allier recherche et interprétation

La médiation et l’action culturelle continuent d’être un des chevaux de bataille du Centre, avec des projets de territoire dont le but est d’offrir aux publics de proximité (mais éloigné culturellement) un accès au monde de la musique baroque. C’est la mission que se sont fixée « les classes baroques » destinées aux élèves de collège de la ville de Maurepas et de La Verrière. Un projet qui s’étale plusieurs années et envisage de toucher tous les niveaux scolaires.

Du côté de l’édition, le CMBV vient de publier dans l’application NomadPlay l’intégralité des airs de Lully permettant avec une tablette de chanter au diapason de son choix avec un accompagnement de qualité au clavecin. Après ceux consacrés à l’orgue, le centre publie trois volumes anthologiques destinés au clavecin. Les partitions de quatre opéras, récemment ressuscités, en concert ou au disque, ont fait l’objet d’une publication numérique : Les Voyages de l’amour de Boismortier, Issé de Destouches, La Vénitienne de Michel de La Barre et Omphale de Cardonne.

2022 sera également l’Année Molière, l’occasion de revisiter l’œuvre du dramaturge dans ses rapports avec la musique, tout particulièrement à travers les comédies-ballets.

Le CMBV produira à cette occasion un expodcast (exposition virtuelle associée à un podcast) consacré aux musiques de Molière. Il s’associera à la Compagnie des Malins Plaisirs de Vincent Tavernier, au Concert spirituel et à la compagnie de danse L’Éventail pour la production de trois titres de formats différents, destinés à tourner en France, Le Malade imaginaire, Le Mariage forcé et Le Sicilien ou l’amour-peintre.

Brièvement évoqué dans son introduction par Nicolas Bucher qui dit « avoir foi dans l’avenir » et « vouloir travailler sur la durée », un projet d’agrandissement des locaux à l’Hôtel des Menus Plaisirs est envisagé ainsi que la création d’un fonds de dotation qui viendra renforcer l’actuel club de mécènes. On le voit, le CMBV est une ruche, il continue à essaimer.

Informations complémentaires sur le site CMBV

Frédéric Norac
2 octobre 2021


Les précedents articles de Frédéric Norac

Un Fidelio (presque) sans âmeAmbronay 21 : nouvelles suites — Les Rencontres musicales de Vezelay 2021 : éclectisme et mixitéOpéra de collège : David et Jonathas de Marc Antoine Charpentier.

Tous les articles de Frédéric Norac
norac@musicologie.org

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale | Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org, 56 rue de la Fédération, 93100 Montreuil - ☎ 06 06 61 73 41

ISNN 2269-9910

cul

Dimanche 3 Octobre, 2021 1:47