musicologie

1er septembre 2020 —— Jean-Marc Warszawski.

Les reflets solaires de la soprano Roselyne Martel

Roselyne Martel, Reflets solaires, mélodies d'Ernest Chausson, Jules Massenet, Charles Gounod, Cécile Chaminade, pièces instrumentales d'Ermend Bonnal, avec Guillaume Latour (violon), Juliana Laska (violoncelle), Flore Merlin (piano) et Anoulay Valentin (violon), Julien Lo Pinto (alto). Calioppe 2020 (CAL 2074).

Enregistré au studio de Meudon 20, 21 octobre, 19 décembre 2018, 10 janvier 2019.

Ce cédé est une jolie surprise d’avant confination, d’abord par sa formule trio avec voix, qui étoffe le traditionnel récital lyrique d’une sonorité orchestrale et permet des intermèdes purement instrumentaux qui varient les plaisirs (accessoirement aussi celui de la cantatrice qui a ainsi le temps d’aller boire de bons coups). C'est aussi l'occasion, après un cédé consacré par Roselyne Bonnal aux mélodies de son grand-père, Ermend Bonnal, de présenter quelques unes de ses œuvres chambristes.

Roselyne Martel retrouve pour cet enregistrement deux complices, la violoncelliste Juliana Laska et la pianiste Flore Merlin, avec lesquelles elle se produit sur scène et rôde ce programme depuis 2018, le quatrième est le violoniste super soliste en liberté Guillaume Latour, dont la carrière tend à montrer qu’il n’aime pas rester les deux pieds dans le même sabot. Pour la Chanson perpetuelle d'Ernest Chausson, Valentin Anoulay (violon) et Julien Lo Pinto (alto), sont en renfort.

Nous ne souhaitons à personne de murir, il vaut mieux rester en fleur.  En fait, ce qu’on appelle la maturité chez un artiste est le moment où il a fini de faire le tour du propriétaire et n’a plus rien de nouveau à proposer. Mais il nous semble que depuis les récitals auxquels nous avons assisté et le dernier cédé consacré aux mélodies de son arrière-grand-père, il y a une évolution du côté de Roselyne Martel, par la qualité cohérente du magnifique programme exigeant de mélodies française, pas des moindres, une plus grande exploitation de son registre mezzo, sans lâcher les hauteurs, plus de rondeur dans le timbre, qui participe à accentuer une expression dramatique touchante.

Jules Massenet, Élégie (plage 3).

 

1. Hector Berlioz (1803-1869), La captive.

2-3. Jules Massenet (1842-1912) : On dit ; Elégie.

4. Ermend Bonnal (1880-1944), Sur le lac triste, instrumental

5. Ernest Chausson (1855-1899) : Chanson perpétuelle, opus 37.

6. Ermend Bonnal, Petit poème, opus 19, instrumental

7. Cécile Chaminade (1857-1944), Menuet.

8. Jules Massenet, Les yeux clos.

9. Ermend Bonnal, Improvisation, opus 23, instrumental.

10. Ernest Chausson, Le Colibri.

11. Charles Gounod (1818-1893), L’Absent

12. Ermend Bonnal, Bosphore, instrumental.

13. Alfred Bachelet (1864-1944), Chère nuit.

14. Ermend Bonnal, Chêne gaulois, instrumental.

15. Charles Gounod, Le soir.

 

 Jean-Marc Warszawski
1er septembre 2020
© musicologie.org


musicologie.org
 rss

Jean-Marc Warszawski, ses précédents articles

Le pianiste Didier Castel-Jacomin et les autres —— À Prades, les oiseaux ont chanté pour Pau Casals —— Stéphanie-Marie Degand et Violaine Cochard : la musique de Johann Sebastian Bach —— Hector Berlioz  : les enregistrements inoubliables en 11 disques —— Les sortilèges franco-russes du pianiste Cyril Guillotin.

Tous les articles de Jean-Marc Warszawski

À propos - contact |  S'abonner au bulletinBiographies de musiciens Encyclopédie musicaleArticles et études | La petite bibliothèque | Analyses musicales | Nouveaux livres | Nouveaux disques | Agenda | Flux RSS | Petites annonces | Téléchargements | Presse internationale| Colloques & conférences | Universités françaises | Collaborations éditoriales | Soutenir musicologie.org.

Musicologie.org
56 rue de la Fédération
93100 Montreuil
06 06 61 73 41
ISNN 2269-9910

bouquetin

Mardi 1 Septembre, 2020 4:24